Cocktail93




MARDI

SEPTEMBRE
2020
COULEUR PEOPLE
 
Né en 1927, Roger Carel a d'abord voulu être prêtre, puis ingénieur avant de tout quitter pour se lancer dans le théâtre. Au cours Bauer-Thérond, puis au cours Simon, il fréquente les comédiens Michel Piccoli et Anouk Aimée. Il faits ses débuts sur scène en 1950 dans La Dame aux camélias.
Il poursuit sa carrière au cinéma et apparaît dans de nombreux films dont Le Vieil homme et l'enfant de Claure Berri ou Papy fait de la résistance de Jean-Marie Poiré. A la télévision, il incarne le commissaire Guerchard dans la série Arsène Lupin, diffusée au début des années 1970. Il refuse par deux fois d'intégrer la prestigieuse Comédie-Française.
Plus de quarante personnages de Disney
Roger Carel fait ses débuts dans le doublage par hasard, repéré dans une pièce de théâtre, par un spectateur cherchant une voix pour Peter Lorre dans La Belle de Moscou. Une voix singulière au ton malicieux, qu'il transforme à volonté et le rend rapidement célèbre. Il est approché par Disney et il devient la voix française d'une quarantaine de personnages emblématiques : Mickey Mouse, le serpent Kaa du Livre de la Jungle, Winnie l'ourson ainsi que Porcinet et Coco Lapin dans le même dessin-animé, le chat dans Alice au pays des Merveilles, etc.
Il doublera également Kermit la grenouille, le droïde C-3PO dans Star Wars, Fred Pierrafeu, Maestro dans Il était une fois, Benny Hill ou Hercule Poirot. En 1967, il devient la voix d'Astérix, certainement l'une des plus connues de son vaste répertoire. Goscinny en personne lui donne des conseils pour trouver la voix du Gaulois.
Roger Carel doublera aussi des acteurs de renoms dont Charlie Chaplin dans Le Dictateur, Jack Lemmon, Peter Ustinov et Peter Sellers, notamment dans La Panthère rose. En 2012, le comédien reçoit le prestigieux prix Henri-Langlois dans catégorie doublage.
Source: francebleu.fr

Photo: gamergen.com
par STARMAG  10

LUNDI

SEPTEMBRE
2020
COULEUR PEOPLE
 
On est loin des clichés de Sports Illustrated Swimsuit qu'on poste ici d'habitude mais c'est tellement agréable de voir Alyssa Milano en bonne forme après un mois d'avril très agité. Elle raconte:
“Je n’ai jamais été malade de la sorte. Tout me faisait mal. La perte de l’odorat. On aurait dit qu’un éléphant s’était assis sur ma poitrine. Je ne pouvais pas respirer. Je ne pouvais pas garder la nourriture que j’avalais. J’ai perdu quatre kilos en deux semaines.”
Elle ajoute: “J’étais désorientée. Je n’avais pas de fièvre. Et les maux de tête étaient horribles. J’avais tous les symptômes du coronavirus.” Ensuite, la femme a subi deux tests pour le coronavirus qui sont revenus négatifs. “J’ai aussi passé un test sérologique (une piqûre du doigt) lorsque je me suis sentie un peu mieux. Négatif”, précise-t-elle.
Deuxième tentative
Quatre mois plus tard, Alyssa Milano ressentait encore des symptômes, comme des “vertiges, des anormalités intestinales, des règles irrégulières, des palpitations du cœur, un souffle court, des trous de mémoire”. Elle a donc décidé de se refaire tester avec un test sérologique. Ce nouveau test lui a confirmé qu’elle avait bien développé les anticorps du coronavirus.
“J’ai le Covid-19. Sachez que notre système de tests est faillible et nous ne connaissons pas le vrai nombre de malades. Je veux que vous sachiez aussi que cette maladie n’est pas une plaisanterie. J’ai bien cru mourir. J’avais l’impression de mourir”, prévient-elle. L’actrice a également annoncé qu’elle allait faire don de son plasma dans “l’espoir que cela puisse sauver une vie”.
Madame est servie!
La veille, l’actrice annonçait son grand retour dans la série culte “Madame est servie”. Elle a expliqué être excitée à l’idée de reprendre son rôle de Samantha Micelli. Tony Danza, qui jouait son père Tony Micelli, sera également de la partie. “Nous sentons que c’est le moment de raconter ce que deviennent ces formidables personnages aujourd’hui. Je suis impatiente de partager ces histoires avec vous. Je suis si heureuse”
Source: 7sur7.be

par STARMAG  14

MARDI

SEPTEMBRE
2020
COULEUR PEOPLE
 
Charlie Chaplin
Jackie Chan
Natalie Portman, Luc Besson
Juliette Binoche and Kristin Scott Thomas
Alfred Hitchcock, James Gregory and Vincent Price
Benny Hill and Michael Jackson
Angelina Jolie
Marlon Brando and Elizabeth Taylor
Winona Ryder et Alec Baldwin.jpg
Le Dalai Lama(à 2 ans)
Monicca Belluci
Prince
George Clooney
Marlon Brando and Elizabeth Taylor

par STARMAG  21

VENDREDI

AOUT
2020
COULEUR PEOPLE
 
Les tensions se multiplient entre les ex-époux Johnny Depp et Amber Heard. L’acteur de “Pirate des Caraïbes” a d’ailleurs récemment dévoilé des détails sur la vie intime de son ex-compagne.
Dans ses révélations, Johnny Depp n’a pas épargné son ancienne épouse. En effet, l’acteur a confié qu’Amber Heard avait eu une liaison à trois avec Cara Delevingne et l’entrepreneur Elon Musk. La nouvelle a fait l’effet d'une bombe à Hollywood. Des informations relayées mercredi 17 juin par le Daily Mail.
Le journal britannique confirme avoir en sa possession une image d’une femme ressemblant trait pour trait à Amber Heard, montant dans l’ascenseur privé de la résidence de Johnny Depp fin 2016. La même caméra aurait enregistré un cliché du célèbre mannequin de 27 ans en train d’enlacer Elon Musk dans ce même ascenseur.
Des sources proches de l’acteur estiment qu’il “n’est pas exclu” que Cara Delevingne reçoive une citation à comparaître dans le cadre de la plainte pour violences conjugales déposée par Amber Heard à l’encontre de Johnny Dep. Selon ces sources, Cara Delvingne pourrait disposer d'informations utiles et importantes.
Les confessions d'un voisin
Le Daily Mail a pu récupérer des extraits d’une conversation entre l’équipe juridique de Johnny Dep et son ancien voisin Josh Drew au sujet de cette histoire de ménage à trois. Josh Drew était auparavant marié à la meilleure amie d’Amber Heard, Raquel ‘Rocky’ Pennington.
“Est-ce que Rocky vous a dit qu’Amber Heard avait une liaison avec Carla Delevingne alors qu’elle était encore mariée à Johnny Depp?” demande l’avocat Benjamin Chew. “Oui”, répond Drew. “Est-ce qu’elle vous a déjà dit en mots ou en substance que les trois, Amber Heard, Elon Musk et Carla Delevingne avaient passé une nuit ensemble alors qu’elle était toujours mariée à Johnny Depp?”, continue l’avocat. “Oui”, répond Drew. “Mais je ne me souviens pas de la date précise”, affirme-t-il.
Accusé de violence domestique
Fin juillet 2018, peu de temps après leur séparation, Amber Heard a porté plainte contre le père de Lily-Rose Depp pour violences conjugales. Il y a un an, l’acteur a déposé une plainte contre Amber Heard à la suite de sa tribune publiée dans le Washington Post. Dans son texte, le mannequin se décrivait comme une “survivante de la violence domestique”.
À la suite de ces accusations, Johnny Depp avait reçu le soutien de son ex-femme Vanessa Paradis. “Je connais Johnny Depp depuis plus de 25 ans. Nous avons été partenaires pendant 14 ans et avons élevé ensemble deux enfants. Durant toutes ces années, j’ai toujours connu Johnny comme étant une personne et un père gentil, attentif, généreux et non violent”, avait-elle assuré.
Source: 7sur7.be+dailymail.co.uk

par STARMAG  71

MARDI

JUILLET
2020
COULEUR PEOPLE
 
Réponse dans la dernière photo

par STARMAG  57

LUNDI

JUILLET
2020
COULEUR PEOPLE
 


A l'occasion de l'anniversaire de Diana Rigg , ce petit hommage trouvé sur youtube signé Tronyfree
par STARMAG  15

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Interview exclusive d'Emma Roberts pour Scream 4 8095 , le 05/05/2011
 Marylin Monroe, photos rares - 3 6920 , le 28/02/2012
 Pub Zhang Zi Yi pour Harper's Bazaar 6758 , le 25/09/2009
 Noémie Lenoir : Sexy au Crazy 5589 , le 04/06/2013
 Charlie's Devils, la série de la rentrée! 4909 , le 29/10/2010
 100 photos inédites de Marilyn Monroe 4648 , le 04/10/2010
 Furiously beautiful 4189 , le 03/05/2011
 Jordana Brewster à la une de Maxim US Mai 2011 3723 , le 30/04/2011
 Mathilda May; la bonne pose pour la bonne cause 3596 , le 22/04/2013
 Des nouvelles de Marjolaine 3338 , le 30/05/2013
 Marylin Monroe, photos rares - 2 2892 , le 21/02/2012
 Chouette! De l'actu rigolote!! 2802 , le 02/11/2011
 Jamie Chung 2773 , le 12/05/2011
 7 choses à savoir sur Pamela Anderson 2749 , le 29/09/2013
 Merci aux parents de Julia ! 2735 , le 23/09/2010
DIMANCHE

JUILLET
2020
COULEUR PEOPLE
 
  • ELLE A AUDITIONNÉ A HUIT REPRISES POUR OBTENIR LE RÔLE D'HERMIONE !
    Son rôle culte d'Hermione Granger dans la saga Harry Potter, Emma Watson l'a décroché de haute lutte au cours d'un casting marathon débuté en 1999. Il lui a en effet fallu pas moins de huit auditions pour être choisie alors que 35 000 jeunes filles étaient au départ sur les rangs. Fin 2011, Emma Watson est âgée de 11 ans quand sort en salles Harry Potter à l'école des sorciers, premier volet de la saga magique qui lui apportera la gloire internationale.
  • ELLE EST NÉE A... PARIS !
    L'actrice britannique Emma Watson est née le 15 avril 1990... à Paris, plus précisément dans le quartier du Marais. La raison est toute simple : ses parents, tous deux avocats de profession, exercaient alors dans l'hexagone. Emma Watson restera vivre en France pendant cinq années à Maisons-Laffitte, dans le département des Yvelines, puis partira s'installer en Angleterre avec sa mère suite au divorce de cette dernière
  • Durant son adolescence, elle a joué au hockey sur gazon avec le club d'Oxford.
  • En 2010, elle remporte les Britannia Awards, récompensant des personnalités du cinéma ou de la télévision britannique et américain. Elle dédie ce prix à son hamster, décédé lors du tournage du premier film de la saga Harry Potter
  • ELLE A FAILLI JOUER CENDRILLON
    En 2012, Emma Watson se voit proposer le rôle culte de Cendrillon dans la version live que préparent les studios Disney. Elle décline l'offre, le rôle étant finalement tenu, trois ans plus tard, par Lily James. Mais Emma Watson jouera quelques années plus tard dans une autre adaptation en prises de vues réelles d'un classique animé Disney : La Belle et la Bête, sortie en salles en 2017. Le long métrage sera un énorme succès public, avec plus de 3,5 millions de spectateurs dans l'hexagone et 1,26 milliard de dollars de recettes engrangées dans le monde.
  • ELLE A JOUÉ SON PROPRE RÔLE À L'ÉCRAN
    En 2013, dans la comédie déjantée C'est la fin, Emma Watson incarne une version "bigger than life" d'elle-même débarquant chez l'acteur James Franco, pelle à la main, alors qu'une épouvantable catastrophe ravage la ville de Los Angeles. Egalement aux prises de cette apocalypse qui ruine ce qui devait être la fête de l'année : Jonah Hill, Seth Rogen et la chanteuse Rihanna.
  • ELLE EST AMBASSADRICE À L'ONU
    Emma Watson est nommée, à l'été 2014, ambassadrice de bonne volonté par l'ONU Femmes. Quelques semaines plus tard, la comédienne se distingue au siège des Nations Unies en tenant un discours fort pour l'égalité des sexes.
    Source: allocine.fr+wikipedia.fr

  • par STARMAG  33

    VENDREDI

    JUIN
    2020
    COULEUR PEOPLE
     

    par STARMAG  37

    MERCREDI

    JUIN
    2020
    COULEUR PEOPLE
     
    Source: acidcow.com


    par STARMAG  29

    MARDI

    JUIN
    2020
    COULEUR PEOPLE
     

    par STARMAG  12

    MARDI

    JUIN
    2020
    COULEUR PEOPLE
     


    Pendant dix ans, avec la comédienne Sophie Daumier (morte le 1er janvier 2004), Guy Bedos fait rimer humour et amour. Couple à la ville, ce tandem comique – qui s’était rencontré sur le tournage du film Dragées au poivre, de Jacques Baratier – interprète de nombreux sketches écrits notamment par Jean-Loup Dabadie. Certains d’entre eux (le raciste de Vacances à Marrakech, le tombeur lourdingue de La Drague, le miséreux sexuel de Toutes des salopes) rencontrent un très grand succès populaire. En 1974, le duo se sépare, et, en cette année où Giscard « l’aristo » s’installe à l’Elysée, Guy Bedos passe au « je » et se fait polémiste politique dans des spectacles où il glisse des parenthèses sur l’actualité.
    « Faire du drôle avec du triste »
    Avec lui, la revue de presse parlée devient un exercice de style. Drogué aux infos, il dévore la lecture des journaux. « Je les lis comme un citoyen ordinaire, et ensuite je cherche comment tourner tout cela en dérision. » Ses tropismes sont constants : le pape et plus largement toutes les religions, les présidents, les ministres importants, les faits de société. Homme de pulsions, dès que quelque chose le révolte, il vitupère sur scène, se soulage par le rire de la bêtise humaine. Sa devise : « Faire du drôle avec du triste. » « Giscard à l’Elysée, ça me contrarie. Fortement. Je le dis et je l’écris », reconnaît-il.
    Ce stand-upeur avant l’heure livre ses colères au public et s’en donne à cœur joie, actualisant soir après soir sa revue de presse. Applaudi par la gauche, dénigré par la droite, le pamphlétaire remplit les salles et est interdit dans certaines émissions de télévision et de radio. Aux côtés de Gisèle Halimi (marraine laïque de son fils Nicolas) et de Simone Signoret, il est toujours prompt à pétitionner ou à manifester pour défendre les droits de l’homme, soutenir l’association Droit au logement.
    Alors le 10 mai 1981, l’antigiscardien exulte à l’élection de François Mitterrand. Ce soir-là à Bobino, c’est la fête. Mais comme d’autres, Guy Bedos déchante. En 1989, au Théâtre du Gymnase, il profère : « Ça devient difficile d’être de gauche. Surtout, quand on n’est pas de droite. » Poil à gratter du pouvoir, il éreinte la droite, et n’est pas tendre avec la gauche dès qu’elle s’éloigne de ses idéaux et de ses valeurs. Néanmoins, il gardera des liens amicaux avec François Mitterrand, qui ne ratait aucun de ses spectacles. Le président avait beau lui dire : « Vous y allez fort, quand même ! », il conviait régulièrement le trublion à déjeuner ou à dîner à l’Elysée et l’invita même une fois, en août 1993, à Latche, dans les Landes, où l’ancien président possédait une maison.
    Haut-parleur politico-satirique
    Dans sa carrière de haut-parleur politico-satirique, certaines de ses invectives lui vaudront parfois procès. Que ce soit Marine Le Pen ou Nadine Morano, toutes deux ont perdu face à cet humoriste engagé qui revendiquait haut et fort un « rire de résistance ». L’antiracisme fut l’engagement majeur de sa vie. Dans son enfance algérienne, il avait entendu sa mère catholique dire : « Les juifs et les Arabes, qu’ils s’entretuent, ça fera toujours ça de moins. » Cette phrase l’a marqué à jamais. « Ma Torah, mon Coran, ma Bible à moi, c’est la Déclaration universelle des droits de l’homme », écrivait ce converti à l’athéisme dans Je me souviendrai de tout (Fayard, 2015). « Ma carrière d’humoriste est un succès, ma vie de citoyen utopiste, un échec », constatait-il face à la montée de l’extrême droite.
    Guy Bedos était un « mélancomique », qui ne cachait pas ses larmes
    Tel un éternel ado, râleur et curieux, il n’hésitait pas à dire : « On m’a trop fait chier dans ma jeunesse pour que je me laisse emmerder dans ma vieillesse. » Il a inspiré plusieurs humoristes, au premier rang desquels Christophe Alévêque ou Stéphane Guillon qui font leur miel de l’actualité politique. Lui aimait Pierre Desproges, Fellag et Muriel Robin, avec qui il interpréta un duo en 1992.
    Guy Bedos était un « mélancomique » qui ne cachait pas ses larmes. Sans fard, il disait à quel point il ne s’habituerait jamais à la disparition de ceux qu’il aimait (Sophie Daumier, Pierre Desproges, Simone Signoret, James Baldwin…). Il est parti les rejoindre. Adhérent à l’Association pour le droit de mourir dans la dignité, il avait prévenu qu’on ne lui retirerait pas cette ultime liberté : « En cas d’urgence, je choisirai le suicide assisté. Avec ou sans la permission du président de la République. »

    par STARMAG  52

    DIMANCHE

    JUIN
    2020
    COULEUR PEOPLE
     


    Devenir comédien a toujours été son rêve d’adolescent malmené qui aspirait à se « réfugier dans la fiction pour supporter l’insupportable du réel ». Alors, entre deux spectacles en solo, Guy Bedos s’échappait régulièrement sur les planches (notamment dans deux pièces écrites par son fils Nicolas) ou sur des tournages. Son personnage de Simon, médecin étouffé par sa mère juive pied-noir très possessive, dans Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis, d’Yves Robert, lui vaut une belle reconnaissance.
    Mais ce n’est pas le grand écran qui lui apportera une notoriété. « Je n’ai pas la moindre amertume envers un cinéma qui m’aurait négligé, seulement un regret et aussi de la lucidité », avouait-il.
    La violence familiale
    Guy Bedos est né le 15 juin 1934, à Alger. De ses seize premières années en Algérie, qu’il quittera en 1949, il garde un souvenir douloureux de misère affective. Il a 5 ans quand ses parents se séparent : « Un jour je n’ai plus vu mon père, c’est un autre homme qui dormait avec ma mère. » Envoyé pendant deux ans en pension à la campagne, il y vit le « passage préféré » de son enfance grâce à Finouche, la fille de la ferme. Cette institutrice – « ma vraie maman », écrira-t-il dans Mémoire d’outre-mère (Stock) en 2005 – lui apprend à lire, écrire, compter, mais aussi « à penser : liberté, égalité, fraternité, droits de l’homme au-delà des clivages qui divisaient l’Algérie ».
    De retour dans sa famille, il retrouve la violence familiale, entre un beau-père qui lui fait comprendre qu’il est de trop et une mère à la main leste qui lui gâche son enfance. Maintes fois, il a envie de fuir cet environnement, et même de mourir. « Je n’ai été guéri de ce cancer mental, de ce penchant suicidaire qu’à la naissance de mes enfants », dit-il dans le très beau documentaire Guy Bedos, un rire de résistance, réalisé par Dominique Gros en 2009.
    Après son arrivée en France avec sa mère et ses deux demi-sœurs jumelles, âgées de quelques mois, il décide très vite de quitter la maison familiale inhospitalière de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) pour éviter de « glisser dans une momification d’ennui mortel ». Il rêve de théâtre et s’inscrit à l’école de la rue Blanche. « J’ai fait du théâtre sur ordonnance médicale », aimait-il raconter. « Ma chance fut qu’un médecin attentif ait compris que j’étais en perdition. Profondément dépressif. Il a recommandé à ma mère de me laisser suivre une vocation artistique, sinon cela finirait mal », expliquait-il au Monde, en 2009.
    « J’ai fait du théâtre sur ordonnance médicale »
    Rue Blanche, il rencontre Jean-Paul Belmondo, Jean-Pierre Marielle, Michel Aumont, met en scène et joue le rôle principal d’Arlequin poli par l’amour, de Marivaux, et « guérit » de ses tourments. C’est le hasard qui va le mener au music-hall. Jacques Chazot lui écrit son premier sketch qu’il joue à la Fontaine des Quatre-Saisons, dirigé par Pierre Prévert, le frère de Jacques. C’est Jacques Prévert, mais aussi Boris Vian et François Billetdoux qui l’encouragent à griffonner dans ses cahiers. Il commence à se produire dans des cabarets, seul ou avec Jean-Pierre Marielle. Dans les années 1960, il se retrouve, en covedette, au côté de Barbara à Bobino, puis en tournée avec Jacques Brel. L’humour devient son domaine de prédilection.
    A suivre...
    Source: le monde


    par STARMAG  37

                  
    61     Page précédente
    Page Suivante
    41