JEUDI

NOVEMBRE
2019
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 

Ce présentateur virtuel, issu de l'intelligence artificielle, est capable de présenter un journal tout aussi naturellement qu'un être humain. Il a aussi l'avantage de ne pas réclamer de salaire, ni de congés, et de pouvoir travailler 24 heures sur 24 et sept jours sur sept.
L'apparence, la voix, les expressions faciales au niveau notamment des lèvres et des sourcils... Ceux qui regardent cette vidéo en ignorant la situation pourraient facilement croire à un vrai présentateur. Il s'agit en réalité d'un journaliste hybride, entre l'homme et le robot, testé par une agence de presse gouvernementale en Chine.
Un membre "à part entière" de l'équipe
Lors de la cinquième conférence mondiale de l'internet, les ingénieurs de Xinhua se sont inspirés des faits et gestes d'un vrai présentateur pour les calquer sur cette créature. Il est capable de réagir à des vidéos et de lire tous les textes possibles de la façon la plus naturelle qui soit.
Le but est d'en faire un membre "à part entière" de l'équipe, à la différence notable qu'il sera capable de travailler 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Une façon pour l'agence de réduire ses coûts, mais aussi de traiter des informations de dernière minute plus efficacement.
"Les intelligences artificielles sont officiellement les bienvenues parmi les présentateurs de l'agence Xinhua", a annoncé l'organe de presse du Parti communiste chinois, qui contient plusieurs médias.
Source: 7sur7.be

par MANTEAU  7

MERCREDI

NOVEMBRE
2019
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Un groupe de libertariens fortunés de la Silicon Valley a entamé, il y a quelques années, un projet de création d'une ville flottante à Tahiti, en Polynésie Française, dans le but de créer une société nouvelle qui ne serait pas régie par les lois "terrestres." Cette idée ressemble à un scénario de film de science-fiction, mais les personnalités à la tête de ce projet se veulent ambitieuses pour leur "communauté techno-libertarienne."
Débuté en 2008 sous la direction de Peter Thiel, fondateur de PayPal, et Patri Friedman, théoricien politico-économique, The Seasteading Institute se présente avec un objectif bien précis : "créer des communautés océaniques permanentes et autonomes pour permettre l'expérimentation et l'innovation avec divers systèmes sociaux, politiques et juridiques."
Sur le site web du projet, on peut voir que le projet a de nombreuses ambitions de recherches scientifiques et technologiques dans différents domaines.

Seasteading créera des opportunités uniques pour l'aquaculture, l'agriculture verticale et la recherche scientifique et technique dans l'écologie, l'énergie des vagues, la médecine, la nanotechnologie, l'informatique, les structures marines, les biocarburants...

Alors que la cité serait régie par les lois internationales, l'institut espère bénéficier de règlements gouvernementaux minimaux afin d'assouvir leur besoin de liberté. L'idée serait que la recherche scientifique et l'esprit d'entreprise ne soient aucunement entravés par des formalités administratives selon les instigateurs du "Floating Island Project."
Le discours de Peter Thiel va dans ce sens et ce dernier n'hésite pas à mettre en avant l'importance de son projet.

L'accélération de l'innovation est en train de transformer rapidement le monde et l'Institut Seasteading contribuera à accroître cette innovation dans le secteur public, où il est indispensable. C'est une étape évidente pour encourager le développement de modèles publics plus efficaces et plus pratiques dans le monde.

Un accord a été mis en place entre Seasteading et le gouvernement local de Polynésie française au sujet de ce projet. Celui-ci stipule que l'institut doit fournir, avant fin 2017, un rapport complet afin d'analyser l'impact à la fois écologique et économique que ce projet pourrait avoir. Si tous les aspects de ce projet répondent aux normes, alors la collectivité d'Outre-Mer aura un rôle de "pays hôte" pour l'île flottante. Enfin, lorsqu'on parle de l'île, il faut en réalité parler de "plusieurs îles indépendantes les unes des autres et ayant chacune une organisation politique différente."
Pour l'heure, nous ignorons si ce projet aboutira un jour, ceux travaillant dessus estimant coûteux et difficile bien que techniquement possible de réaliser une telle prouesse architecturale. Il se pourrait donc que, comme beaucoup de plans futuristes, l'île flottante ne sorte jamais de terre (ou de l'eau dans ce cas).
Source: www.iflscience.com+hitek.fr


par MANTEAU  7

SAMEDI

NOVEMBRE
2019
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 

par MANTEAU  12

LIEN

SAMEDI

NOVEMBRE
2019
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 

par MANTEAU  5

LIEN

JEUDI

JUILLET
2019
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 

par MANTEAU  45

LIEN

MARDI

JUIN
2019
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Il arrive régulièrement que les sociétés proposent des mises à jour pour accéder à de nouvelles fonctionnalités ou corriger un dysfonctionnement. Elles demandent parfois une certaines expertise et les firmes craignent de les imposer, via une connection, de peur qu'une erreur impacte, d'un coup, des millions d'utilisateurs. Les experts recommandent donc des mises à jour progressives et pratiques.
Tout est provisoire
Il y a seulement dix ans, acheter un ordinateur nous garantissait une utilisation de longue durée. En cas de problème, la faute résidait la plupart du temps dans le chef du propriétaire. Aujourd'hui, de plus en plus d'appareils ont une durée d'obsolescence programmée et, surtout, une mise à jour peut faire perdre à un appareil l'ensemble de ses fonctionnalités. Votre investissement est réduit à néant en à peine quelques années.
Les objets connectés sont partout
On compte déjà plus de 23 milliards d'objets connectés dans le monde. Si l'on sait s'en passer toute une journée, ils gagnent de plus en plus de terrain en contrôlant tous les aspects de nos vies, du chauffage de nos maisons aux appareils utilisés dans les hopitaux. Des erreurs informatiques auront de plus en plus d'impacts dans nos vies futures.
Source: 7sur7.be

par MANTEAU  44

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Projet Orion 2507 , le 21/10/2011
 L'ile d'AZ 2413 , le 23/09/2010
 Hot Cyborgs 1852 , le 24/03/2012
 Projet d'un dirigeable atomique britannique en 1966 1708 , le 04/07/2011
 Le Steampunk 1648 , le 05/01/2014
 Poséidon : premier hôtel sous marin 1522 , le 14/05/2011
 Tropical Island Yacht : la plage de rêve mobile 1378 , le 25/09/2011
 Espace Hôtel 1325 , le 23/09/2011
 DONA, un robot mendiant 1239 , le 04/05/2011
 Véhicules de demain 1043 , le 01/04/2012
 Des images de galaxies jamais vues prises par Hubble 1017 , le 09/12/2009
 Guyrobot.com 1008 , le 18/04/2009
 Concept: train à grande vitesse voyager sans escale 989 , le 10/08/2011
 Le tourisme du futur - 1 935 , le 22/10/2010
 Le futur des Robots - 5 et fin 932 , le 22/01/2013
SAMEDI

JUIN
2019
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Il pourrait y avoir une neuvième planète au sein de notre système solaire. Mais l'hypothèse demeure presque invérifiable tant que l'astre (qui n'a pas encore de nom) n'a pas été observé par télescope.
La nouvelle étonne et exalte la communauté des astronomes : deux chercheurs du California Institute of Technology affirment avoir découvert une neuvième planète dans notre système solaire. Mais cette découverte est bien particulière puisqu'elle est en réalité le fruit de simulations numériques. Personne n'a jamais vu l'astre, pas même les deux astronomes qui ont publié leur étude dans The Astronomical Journal ce 20 janvier. Les deux hommes pensent toutefois que le télescope de l'observatoir W.M. Keck, situé à Hawaï est en mesure de la repérer.
Mais cela prendre un peu de temps, compte tenu de l'orbite de cette nouvelle planète : d'après les calculs exposés, la trajectoire de l'astre se situe bien au-delà de Neptune et sa révolution (le temps nécessaire pour opérer un tour complet autour du soleil) est estimée entre 10 000 à 20 000 ans. La neuvième planète serait par ailleurs dix fois plus lourde et plus grande que la planète Terre. La découverte des scientifiques repose sur des anomalies constatées dans la ceinture de Kuiper, une région de l'espace dans laquelle des objets transneptuniens - découverts il y a quelques années - ont des trajectoires étonnantes. Le déplacement d'une planète près de ces corps expliqueraient les orbites elliptiques déformées.
Source: www.linternaute.com/

par MANTEAU  17

VENDREDI

JUIN
2019
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Les utilisateurs du chatbox Alexa, vendu par Amazon, ont déjà eu la frayeur d'entendre leur assistant virtuel se mettre à rire tout seul. Ce dysfonctionnement n'est qu'un début.
En laissant entrer les objets connectés dans nos maisons et notre quotidien, notre vulnérabilité augmente. Dans l'état actuel des choses, ces objets sont encore défaillants et leurs erreurs nous prouvent que nous sommes encore loin d'un futur connecté parfait.
Un rire inhumain et des lunettes inutilisables
Les assistants Amazon émettent de temps à autres des éclats de rires inhumains, sans aucune demande en ce sens de leurs propriétaires. Ces rires robotiques ont provoqué tantôt l'amusement, tantôt la peur. Les lunettes de réalité virtuelle produites par Oculus VR sont devenues inutilisables, des journées entières. Les programmeurs avaient, en effet, oublié d'écrire certaines lignes de code, pourtant essentielles à la reconnaissance des lunettes par un ordinateur.
Conformément aux codes de notre époque, les utilisateurs ont partagé leur mécontentement sur les réseaux sociaux. et les firmes ont pu leur apporter une réponse en moins d'une journée. Internet a l'avantage de nous apporter plus de réactivité.
A suivre...
Source: 7sur7.be

par MANTEAU  14

DIMANCHE

JUIN
2019
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Oui, ce n’est pas un fantasme. Les robots à la maison arrivent sur la pointe des pieds, ce sera encore long, mais les robots dans les entrepôts et surtout dans les usines débarquent en masse.
Une start-up japonaise a présenté cette semaine à Tokyo le premier robot capable de vider votre lave-vaisselle et de ranger le salon ou la chambre de vos enfants. Il a sa pince, ses petites roues, ses caméras et surtout son intelligence artificielle. Bon, s’il y a déjà des robots-aspirateurs et des robots-tondeuses, il faut reconnaître que le marché est assez anecdotique. Parce que c’est très compliqué, ils progresseront comme les voitures autonomes.
En revanche, le marché des robots de services, dans les hôpitaux (pour assister les médecins) et surtout la grande distribution explose littéralement. Ce n’est pas le cas seulement chez Amazon. Le groupe Casino est par exemple en train de construire un énorme entrepôt totalement robotisé à Fleury-Mérogis, en région parisienne, qui permettra de livrer les clients de son enseigne Monoprix en préparant les commandes en quelques minutes au lieu de trois quarts d’heure aujourd’hui.
Dans le domaine industriel, cela va encore plus vite. Des données publiées hier indiquent que 500.000 robots devraient se vendre en 2019, trois fois que cinq ans plus tôt. Pour qui ? Pour l’industrie automobile (sur les chaînes de montage) et l’industrie électronique principalement. Où sont-ils ? L’Asie est de loin le premier marché mondial, avec la Corée du Sud et le Vietnam en tête.
Ce qui est intéressant : ce ne sont pas des pays où on ne manque de bras, et de bras pas cher, donc on voit que ce n’est pas le sujet principal, qui est la précision et la rapidité.
Et la France dans tout ça ?
Aie. La France héberge -si on ose- 4.900 robots industriels, contre 7.700 en Italie, 21.000 en Allemagne et 138.000 en Chine. Par salarié, elle est derrière la Belgique, l’Espagne etc. Pourquoi moins d’investissements dans les robots ici qu’ailleurs ? Plusieurs hypothèses.
Davantage de délocalisations industrielles hors de France, la crainte des polémiques sur la disparition des emplois ou tout simplement le fait que la France ne compte pas assez d’entreprises de taille moyenne, les plus intéressées par la robotisation.
Au total, vous aurez peut-être, Nicolas, votre robot pour trier vos livres et ranger votre bureau ici avant que les usines françaises soient largement équipées. Cela étant, c’est peut-être le plus urgent !
par Dominique Seux
Vendredi 19 octobre 2018, sur FranceInfo>
par MANTEAU  23

MERCREDI

MAI
2019
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Le retour d'astronautes américains sur la Lune, désormais annoncé pour 2024, vise à préparer l'arrivée du premier humain sur Mars en 2033, a redit mardi l'administrateur de l'agence spatiale américaine, Jim Bridenstine.
"Nous voulons réussir à atterrir sur Mars en 2033", a déclaré le patron de la Nasa lors d'une audition au Congrès américain. "Nous pouvons avancer l'atterrissage sur Mars en avançant l'atterrissage sur la Lune. La Lune est le banc d'essai", a poursuivi l'ancien parlementaire républicain, nommé par Donald Trump.
La Nasa est plongée dans l'urgence depuis la semaine dernière, quand le président américain, par la voix du vice-président Mike Pence, a raboté de quatre ans le calendrier du retour sur la Lune, de 2028 à 2024, ce qui serait la dernière année d'un second mandat de M. Trump.
Beaucoup d'experts et d'élus du Congrès doutent de la capacité de la Nasa à tenir cette nouvelle date butoir, en raison des retards du développement de la fusée qui doit servir pour les missions lunaires, le Space Launch System ou "SLS", construite par Boeing.
Une mission pour Mars durera au moins deux ans, en raison de la distance, le trajet aller simple prenant à lui seul six mois, au lieu de trois jours pour la Lune.
L'aller et le retour vers Mars ne peuvent se faire que lorsque la planète rouge se situe du même côté du Soleil que la Terre, soit tous les 26 mois environ, ce qui tombera en 2031, 2033, etc.
Source: 7sur7.be

par MANTEAU  33

LUNDI

AVRIL
2019
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
C'est un mystérieux objet rocheux, dont l'origine est désormais connue. Un astéroïde ayant la forme d'un cigare, détecté au mois d'octobre, provient bien d'un autre système solaire, selon des astronomes qui ont confirmé l'information, lundi 20 novembre. Il s'agit d'une observation sans précédent, dont les résultats sont parus dans la revue britannique Nature (en anglais).
L'astéroïde, baptisé "Oumuamua" par ses découvreurs, mesure 400 m de long et sa longueur représente environ dix fois sa largeur. Sa forme inhabituelle est sans précédent parmi les quelque 750 000 astéroïdes et comètes observés jusqu'à présent. Les données recueillies par les scientifiques confirment la nature extra-stellaire de cet astéroïde, son orbite ne pouvant pas avoir son origine au sein de notre système solaire.
"La preuve directe qu'ils existent"
Selon ces astronomes, un astéroïde interstellaire similaire à "Oumuamua" passe à l'intérieur du système solaire environ une fois pas an. Mais, difficiles à traquer, ils n'avaient jusqu'à présent pas encore été détectés. D'après ces experts, cet objet inhabituel a voyagé seul à travers la Voie lactée depuis des centaines de millions d'années, avant de passer dans notre système solaire et de poursuivre sa route.
"Pendant des décennies nous pensions que de tels objets d'un autre monde pouvaient se trouver à proximité de notre système solaire, et maintenant pour la première fois nous avons la preuve directe qu'ils existent bien", a souligné Thomas Zurbuchen, responsable adjoint des missions scientifiques de la Nasa. "Cette découverte ouvre une nouvelle fenêtre pour étudier la formation de systèmes solaires au-delà du nôtre", a-t-il estimé.
Un objet formé de roches et de métal ?
"Oumuamua", qui signifie messager en langue hawaïenne, a été découvert le 19 octobre avec le télescope Pan-STARRS1 à Hawaï. Après sa découverte, d'autres télescopes autour du globe se sont mis à observer l'astéroïde afin d'en déterminer les caractéristiques.
Une équipe d'astronomes a notamment constaté que la luminosité de l'objet variait jusqu'à dix fois en puissance, alors qu'il tourne sur lui-même toutes les 7,3 heures. Ces propriétés laissent penser que "Oumuamua" est dense, formé de roches et peut-être aussi de métal. Il n'a cependant ni eau ni glace et sa surface a été rougie par les effets des radiations cosmiques pendant des centaines de millions d'années.
Quelques télescopes terrestres de grande puissance continuent à traquer l'astéroïde, alors qu'il disparaît rapidement en s'éloignant de la Terre. Deux télescopes spatiaux de la Nasa le suivent cette semaine. Le 20 novembre, l'objet voyageait à une vitesse de 38,3 km/s et se trouvait à environ 200 millions de km de la Terre.
Source: franceinfo.fr

par MANTEAU  29

JEUDI

MARS
2019
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
A voir également:
Les robots Steampunk de Mashinarius, Juin 2018
Les robots Steampunk de Mashinarius, Septembre 2018

par MANTEAU  38

              
421     Page précédente
Page Suivante
401