VENDREDI

JANVIER
2020
LA PAGE CINéMA
 
1969, Dustin Hoffman est encore un jeune acteur dont la carrière a fraîchement décollé trois ans plus tôt grâce au Lauréat de Mike Nichols. Alors que l’Amérique connaît de profonds changements, et le cinéma avec elle, le comédien fait la connaissance du réalisateur John Schlesinger. Ensemble, ils vont tourner Macadam Cowboy, chef-d’oeuvre emblématique de l’époque et qui sera couronné de trois Oscars. Les années vont ensuite passées, la notoriété d’Hoffman ne va cesser de croître après des classiques tels que Les Chiens de Paille, Papillon ou Les Hommes du Président. Arrive 1976. Au sommet, Dustin Hoffman va retrouver John Schlesinger pour Marathon Man, thriller d’espionnage adapté d’un roman éponyme à succès de William Goldman paru un an plus tôt. L’acteur y partagera l’affiche avec une légende vivante, l’impressionnant Laurence Olivier. Malgré son statut de comédien confirmé et malgré les succès, Dustin Hoffman était quand même un peu impressionné face à ce monument du septième art et du théâtre, souvent considéré comme l’un des plus grands du haut de son immense carrière. L’entente entre les deux acteurs fut très cordiale mais néanmoins, Laurence Olivier donna une petite leçon d’acting à son partenaire, qui restera comme l’une des anecdotes amusantes autour d’un film qui entrera parmi les classiques des années 70.
Pour mémoire, Dustin Hoffman a été formé à l’Actors Studio comme bien d’autres de son époque, d’Al Pacino à Jack Nicholson en passant par Dennis Hooper ou Marlon Brando. Et sur ses tournages, Hoffman appliquait les principes de la célèbre « Méthode ». L’idée était « d’être vrai et non de jouer ou de simuler », de vivre vraiment ce que vit son personnage et non de chercher à « imiter » ce qu’il traverse en l’imaginant. En gros, tout le contraire de Laurence Olivier, vieux de la vieille qui a appris l’exact opposé puisque tout sa carrière s’est bâtie sur le « jeu » et son talent pour cela. On en arrive à ce jour de tournage où Dustin Hoffman devait jouer une scène où son personnage n’avait pas dormi de la nuit. Au petit matin sur le plateau, Dustin Hoffman a débarqué dans un état d’épuisement total, pâle et cerné. Inquiet pour sa co-star qui n’avait pas l’air dans son assiette, Laurence Olivier est allé lui demander si tout allait bien car il n’en avait pas l’air. Dustin Hoffman s’est alors lancé dans une explication de la Méthode à son illustre partenaire, expliquant notamment qu’il n’avait pas dormi de la nuit pour être raccord avec son personnage et pour mieux rendre à l’écran son état de fatigue. Amusé par cette technique un peu improbable à ses yeux, Laurence Olivier lui a alors lancé un magnifique : « Et sinon, vous avez essayé de jouer tout simplement, c’est quand même plus simple !« . On imagine d’ici la tête de Dustin Hoffman qui venait de s’acharner à garder les yeux éveillés toute une nuit pour être dans le rôle, tout ça pour entendre ça le lendemain matin ! Le pire, c’est que Laurence Olivier récidivera. Lors du dernier jour de tournage, afin de paraître une fois encore épuisé et essoufflé pour les besoins d’une scène, Hoffman est allé faire un long et intense footing. De retour sur le plateau et prêt, il s’étonnera du peu de préparation de son partenaire qui débarquait limite les mains dans les poches. Et Laurence Olivier de lui avoir lancé à nouveau un magnifique : « Et si vous vous contentiez de jouer plutôt ?« .
Cette petit leçon drôle et tendre façon professeur à élève manquera Dustin Hoffman qui en parlera lors d’une masterclass à l’actors Studio des années plus tard. Selon lui, l’anecdote était à nuancer. Dustin Hoffman était en plein divorce et voulait oublier ses ennuis en s’abandonnant totalement dans son travail. Laurence Olivier aurait compris l’idée et par ces petites phrases bienveillantes, lui faire comprendre qu’il savait et qu’il lui apportait son soutien. Bon… Admettons. Mais on imagine quand même que Laurence Olivier, icône qui avait roulé sa bosse depuis les années 30 à l’écran comme sur les planches, devait avoir un peu de mal à comprendre cette nouvelle génération d’acteurs à la « méthode » un peu ubuesque. Ironie du sort, ce sera Olivier qui récoltera des récompenses pour sa performance sur le film, un Golden Globes et une nomination à l’Oscar !
Par Nicolas Rieux/mondocine.net

par 5AVRIL  6

VENDREDI

JANVIER
2020
LA PAGE CINéMA
 
"C'est le plus grand regret de ma vie, lui faire faire cette cascade", a-t-il déclaré. Le réalisateur en a parlé à Deadline, lors d'une interview publiée le 5 février 2018, alors qu'Uma Thurman venait de revenir dans un long entretien sur les agressions qu'elle a subies et sa relation avec Harvey Weinstein, pour le The New York Times. Elle y avait aussi évoqué un accident de voiture qui a eu lieu pendant le tournage de Kill Bill : Vol 2., un événement sur lequel est revenu le réalisateur, qui lui a procuré la vidéo de l'incident.


"Aucun d'entre nous ne considérait la scène comme une cascade. (...) Je lui ai dit que ça allait bien se passer, je lui ai dit que ça irait. Je lui ai dit que c'était une ligne droite. Je lui ai dit que ce serait sans danger. Et ça ne l'était pas. J'avais tort", a exprimé le réalisateur. "Cela nous a affectés pendant les deux ou trois années suivantes. Ce n'est pas comme si on ne parlait pas. Mais la confiance était rompue", a exprimé le réalisateur aux multiples récompenses.
Dans l'interview, Quentin Tarantino révèle également avoir travaillé avec Uma Thurman pour l'aider à se remémorer des détails sur la relation de l'actrice avec Harvey Weinstein, ainsi que la chronologie des événements, pour préparer son interview avec The New York Times.
Source: rtl.fr

par 5AVRIL  6

VENDREDI

JANVIER
2020
LA PAGE CINéMA
 
Charlie Chaplin réalise le film Le Dictateur en 1939. Son tournage débute en septembre, quelques jours après la déclaration de guerre de la France et la Grande Bretagne à l'Allemagne. Critique ouverte de la brutalité du régime nazi, cette satire se moque des dictateurs qui tentent de s'installer en Europe. Le film se termine notamment sur un discours engagé de plusieurs minutes prônant la liberté, la démocratie et la tolérance.
Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs. (...) Nous ne voulons ni haïr ni humilier personne. (...) Je dis à tous ceux qui m’entendent : ne désespérez pas ! Le malheur qui est sur nous n’est que le produit éphémère de l’avidité, de l’amertume de ceux qui ont peur des progrès qu’accomplit l’Humanité. Mais la haine finira par disparaître et les dictateurs mourront. Et le pouvoir qu’ils avaient pris aux peuples va retourner aux peuples. Et tant que les hommes mourront, la liberté ne pourra périr.
Chaplin y joue à la fois le rôle du dictateur (largement inspiré d’Adolf Hitler) et du héros, un barbier juif. La ressemblance entre Charlie Chaplin et Hitler avait déjà été remarqué de nombreuses fois : outre la fameuse moustache, ils sont nés à quelques jours d'intervalle et sont tous deux issus d'un milieu modeste.
Dans son premier film parlant, Chaplin critique des régimes politiques dictatoriaux et fascistes qui s’installent en Europe. - Getty
Dans son premier film parlant, Chaplin critique des régimes politiques dictatoriaux et fascistes qui s’installent en Europe. © Getty - Bettmann
"albums/manteau/uploads/Ce film]J'étais déterminé à le faire car on doit se moquer d'Hitler."
Nommé plusieurs fois aux Oscars, ce film fut son plus grand succès. Mais il marqua également le début du déclin de la popularité de l'acteur. Son engagement fut mal vu dans le milieu du cinéma - qui tentait à cette époque d'éviter toute controverse politique. Impossible dorénavant de séparer le personnage de l'engagement politique.
La légende raconte qu'Adolf Hitler lui-même aurait visionné par deux fois le film.
Source: francebleu.fr

par 5AVRIL  6

MERCREDI

DECEMBRE
2019
LA PAGE CINéMA
 
Dans une dimension parallèle, Neo n'a jamais été un homme puisque c'est Sandra Bullock qui a accepté le premier rôle de Matrix avant lui...
Drôle d’histoire que celle de Matrix, surtout quand on sait a posteriori combien la saga des Wachowski a marqué la science-fiction au cinéma. Entre la longue liste d’acteurs qui ont refusé un rôle dans la saga, les onze réécritures du script et les nombreuses années qu’il a fallu au film pour sortir de terre et être compris par les producteurs, personne n’aurait vraiment parier sur les 463,5 millions de dollars (beaucoup plus après inflation) qu’il a récolté au box-office international, pour son modeste budget d'à peine 65 millions.
Pendant ce développement houleux, le rôle de Neo est certainement l’un de ceux qui a posé le plus de problèmes au studio. Et après les refus consécutifs de Brad Pitt (trop fatigué après Sept ans au Tibet), Leonardo DiCaprio (qui ne voulait pas d'un autre film à effets spéciaux juste après Titanic) et Will Smith (qui ne le sentait pas assez), les producteurs avaient fini par concevoir le personnage complètement différemment et offrir le rôle à une femme : Sandra Bullock. Une donnée qui aurait probablement changé bien des choses dans une industrie où les héroïnes et super-héroïnes sont restées rares au rayon blockbuster.
Le producteur Lorenzo Di Bonaventura, celui qui s’était battu pour obtenir de la Warner Bros. qu’elle fasse le film, a expliqué au micro du webzine The Wrap comment l’actrice oscarisée pour The Blind Side s’était retrouvée sur la liste des acteurs envisagés pour le rôle.
« On a vu tellement de gens, je ne me souviens plus. On était désespéré. On est allé voir Sandra Bullock et on s’est dit qu’on allait changer Neo en fille. Joel Silver albums/manteau/uploads/ndlr : le producteur] et moi avions travaillé avec Sandy sur Demolition Man. Elle était, et continue d'être, une très bonne amie à moi. C'était assez simple. On lui a envoyé le script pourvoir si ça l’intéressait. Et si oui, on aurait essayé de faire changer les choses. »
Finalement ce n'était pas le bon moment pour l'actrice. On connait la suite, c’est Keanu Reeves qui a eu le rôle, et même si celui de Trinity avait aussi été proposé à Sandra Bullock (rôle qu’elle a regretté ne pas avoir pris), elle avait avoué en 2009 au micro de NBC que le film était vraiment bon et sexy grâce au duo Carrie-Anne Moss – Keanu.
27 mars 2019 - Camille Vignes/ Ecranlarge.com
par 5AVRIL  5

LIEN

VENDREDI

NOVEMBRE
2019
LA PAGE CINéMA
 
À l'image du Manhunter de Michael Mann, Le Silence des agneaux ausculte les tréfonds de l'âme humaine. À la différence près qu'ici le point de vue adopté est celui de Clarice Starling, jeune recrue du FBI confrontée pour la première fois à l'horreur à travers les personnages d'Hannibal Lecter psychiatre cannibale raffiné et Buffalo Bill tueur particulièrement redoutable en pleine quête (mutation?) identitaire et sexuelle. Par le prisme de la relation Starling/Lecter, le film traite de la notion de monstruosité : celle exacerbée de Bill et celle plus dissimulée (bien que tout à fait imaginable durant les trois quarts du film) de Lecter.
En optant pour des plans de plus en plus serrés et donc une proximité de plus en plus forte avec les personnages, Jonathan Demme crée un malaise constant : petit à petit, le dégoût ressenti par Starling envers Lecter laisse place à une certaine forme de respect comme celui de deux adversaires jouant une partie d'échecs mortelle, une ambivalence qui perdurera durant tout le film.
Au fur et à mesure que la jeune recrue se dévoile au psychiatre cannibale, le spectateur ressent l'emprise de plus en plus forte de ce dernier. « Vous n'aimeriez pas que Hannibal Lecter pénètre dans votre esprit » déclare Jack Crawford face caméra, un avertissement qui semble s'adresser aussi bien à Clarice qu'au spectateur.
Dès lors, commence pour Clarice une longue descente aux enfers portée par la somptueuse musique d'Howard Shore où la violence n'est plus tant graphique que psychologique. En mettant en parallèle le calvaire de la dernière victime de Bill et l'enquête menée par Starling pour la retrouver, Jonathan Demme définit le thème de son film comme le combat de deux femmes pour sortir de l'enfer (un puits qui semble sans fond pour l'une, une enquête qui fait ressurgir de douloureux souvenirs d'enfance pour l'autre). Se faisant, le cinéaste transforme son film en version sombre de La Belle et la bête à travers deux relations (Starling et Lecter, Bill et sa victime) qui ne peuvent se faire que dans la douleur.
Porté par des comédiens au sommet de leur art - Jodie Foster et Anthony Hopkins, excusez du peu -, Le Silence des agneaux est avant tout un film d'acteurs, les émotions, la tension, la peur passant avant tout par le jeu des regards. À ce titre, il faut également saluer la prestation de Ted Levine tout simplement parfait dans le rôle difficile de Buffalo Bill auquel il insuffle un subtil mélange de peur et de pitié. Rarement tueur en série n'aura paru si authentique au cinéma.
Par 28 mars 2019 - Ilan Ferry / ecranlarge.com
par 5AVRIL  7

LIEN

VENDREDI

SEPTEMBRE
2019
LA PAGE CINéMA
 
Sean Connery joue le père de Harrison Ford dans Indiana Jones et La Dernière Croisade. Problème, les deux acteurs ont seulement 12 ans de différence.
Source: Hitek.fr, 25 anecdotes cinéma

par 5AVRIL  12

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Al Pacino Story - 2 955 , le 07/04/2013
 Behind the scenes - 1 889 , le 10/05/2013
 Les films de l'année 2012 666 , le 30/12/2012
 Behind the scenes - 2 663 , le 12/05/2013
 La réplique qui tue #10 649 , le 18/10/2013
 Jean Paul Belmondo Story - 1 549 , le 01/06/2013
 Détour Mortel 6 définitivement retiré de la vente 515 , le 27/11/2015
 La réplique qui tue #9 485 , le 13/10/2013
 La réplique qui tue #1 465 , le 03/09/2013
 Sorties Ciné du 27/03/2013 455 , le 27/03/2013
 Sorties ciné du 08/06/2011 445 , le 08/06/2011
 Liz Taylor, dernière légende 441 , le 25/03/2011
 Sorties Ciné du 31/08/2011 399 , le 31/08/2011
 Sorties ciné du 15/06/2011 395 , le 15/06/2011
 Autour du film «Breakfast at Tiffany's» 392 , le 06/01/2013
MERCREDI

AOUT
2019
LA PAGE CINéMA
 
  • 1995 : NAACP Image Awards de la meilleure actrice dans une mini-série où un téléfilm pour Queen (en) (1993).
    Acapulco Black Film Festival 1997 : Lauréate du Prix pour l’ensemble de sa carrière.
  • 1997 : Blockbuster Entertainment Awards de l’actrice préférée dans un thriller d'aventure pour Ultime Décision (1996).
  • 2000 : Black Reel Awards de la meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm dans le rôle de Dorothy Dandridge pour Dorothy Dandridge, le Destin d'une Diva (Introducing Dorothy Dandridge) (1999).
    57e cérémonie des Golden Globes 2000 : Meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm dans le rôle de Dorothy Dandridge pour Dorothy Dandridge, le Destin d'une Diva (Introducing Dorothy Dandridge) (1999).
    NAACP Image Awards 2000 :
    Meilleure artiste de l'année
    Meilleure actrice dans une mini-série où un téléfilm dans le rôle de Dorothy Dandridge pour Dorothy Dandridge, le Destin d'une Diva (Introducing Dorothy Dandridge) (1998).
  • 2000 : Online Film & Television Association Awards de la meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm dans le rôle de Dorothy Dandridge pour Dorothy Dandridge, le Destin d'une Diva (Introducing Dorothy Dandridge) (1999).
    Primetime Emmy Awards 2000 : Meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm dans le rôle de Dorothy Dandridge pour Dorothy Dandridge, le Destin d'une Diva (Introducing Dorothy Dandridge) (1999).
    6e cérémonie des Screen Actors Guild Awards 2000 : Meilleure actrice dans un téléfilm ou dans une minisérie dans le rôle de Dorothy Dandridge pour Dorothy Dandridge, le Destin d'une Diva (Introducing Dorothy Dandridge) (1998).
  • 2001 : Golden Schmoes Awards du meilleur T&A de l’année dans un thriller d’action pour Opération Espadon (2001).
    National Board of Review Awards 2001 : Meilleure actrice dans un drame romantique pour À l'ombre de la haine (2001).
  • 2002 : Bambi Award de la meilleure actrice dans un drame romantique pour À l'ombre de la haine (2001).
    Berlinale 2002 : Meilleure actrice dans un drame romantique pour À l'ombre de la haine (2001).
    BET Awards 2002 :
    Meilleure actrice dans un thriller d’action pour Opération Espadon (2001).
    Meilleure actrice dans un drame romantique pour À l'ombre de la haine (2001).
  • 2002 : Black Reel Awards de la meilleure actrice dans un drame romantique pour À l'ombre de la haine (2001).
  • 2002 : NAACP Image Awards de la meilleure actrice dans un thriller d’action pour Opération Espadon (2001).
  • 2002 : Jupiter Awards de la meilleure actrice internationale dans un drame romantique pour À l'ombre de la haine (2001).
    74e cérémonie des Oscars 2002 : Meilleure actrice dans un drame romantique pour À l'ombre de la haine (2001).
  • 2002 : Phoenix Film Critics Society Awards de la meilleure actrice dans un rôle principal dans un drame romantique pour À l'ombre de la haine (2001).
    8e cérémonie des Screen Actors Guild Awards 2002 : Meilleure actrice dans un premier rôle dans un drame romantique pour À l'ombre de la haine (2001).
    Women in Film Crystal Awards 2002 : Lauréate du Prix Crystal Awards.
  • 2003 : NAACP Image Awards de la meilleure actrice dans un second rôle dans un thriller d’aventure pour Meurs un autre jour (2003).
    BET Awards 2004 :
    Meilleure actrice dans un thriller horrifique pour Gothika (2003).
    Meilleure actrice dans un film d’aventure pour X-Men 2 (2003).
    ShoWest Convention 2004 : Star féminine de l'année.
  • 2004 : Teen Choice Awards de la meilleure actrice dans un thriller horrifique pour Gothika (2003).
  • 2004 : The Stinkers Bad Movie Awards de la pire actrice dans un thriller d’action pour Catwoman (2004).
  • 2004 : Women Film Critics Circle Awards de la meilleure actrice comique dans un thriller d’action pour Catwoman (2004).
  • 2005 : Black Movie Awards du meilleur téléfilm pour Lackawanna Blues (en) (2004) partagé avec Vince Cirrincione, Ruben Santiago-Hudson, Shelby Stone et Nellie Nugiel.
    25e cérémonie des Razzie Awards 2005 : Pire actrice dans un thriller d’action pour Catwoman (2004).
  • 2005 : Christopher Awards du meilleur téléfilm pour Lackawanna Blues (en) (2004) partagé avec George C. Wolfe (réalisateur), Ruben Santiago-Hudson (Scénariste et Producteur exécutif), Nellie Nugiel (Productrice), Vince Cirrincione (Producteur exécutif) et Shelby Stone (Productrice exécutif)
    Hasty Pudding Theatricals 2006 : Femme de l'année.
  • 2007 : People's Choice Awards de la star féminine d’action préférée dans un film d'aventure pour X-Men : L'Affrontement final (2006).
    BET Awards 2008 :
    Meilleure actrice dans un thriller pour Dangereuse Séduction (2007).
    Meilleure actrice dans un drame pour Nos souvenirs brûlés (2007).
    Elle Women in Hollywood Awards 2008 : Lauréate du prix Icon de la femme de l'année.
    Festival international du film de Palm Springs 2008 : Lauréate du Prix Desert Palm de la meilleure actrice dans un drame pour Nos souvenirs brûlés (2007).
    Festival international du film de Shanghai 2009 : Lauréate du Prix pour sa contribution exceptionnelle au monde du cinéma
  • 2010 : African-American Film Critics Association Awards de la meilleure actrice dans un drame biographique pour Frankie et Alice (2011).
    Costume Designers Guild Awards 2011 : Lauréate du prix Spotlight.
  • 2011 : NAACP Image Awards de la meilleure actrice dans un drame biographique pour Frankie et Alice (2011).
  • 2011 : Prism Awards de la meilleure performance féminine dans un drame biographique pour Frankie et Alice (2011).
  • 2018 : Matrix Awards pour l'ensemble de sa carrière
  • par 5AVRIL  28

    VENDREDI

    JUILLET
    2019
    LA PAGE CINéMA
     
    Toshiyuki Sakata dit Harold Sakata est né le 1er juillet 1920 à Holualoa et mort le 29 juillet 1982 à Honolulu
    Acteur américain d'origine japonaise , il entame dans les années 1960, une carrière d'acteur et apparaît dans plusieurs films et séries télévisés notamment dans Goldfinger où il incarne Oddjob.
    Au départ, il etait un haltérophile, un catcheur (lutteur professionnel) et fut meme médaillé d'argent aux Jeux olympiques d'été de 1948 dans la catégorie des poids mi-lourds. Il devient catcheur l'année suivante.
    par 5AVRIL  45

    MERCREDI

    JUIN
    2019
    LA PAGE CINéMA
     
    L'Incendie du monastère du Lotus rouge est un film muet chinois d'arts martiaux réalisé par Zhang Shichuan, sorti en 1928 et dont les suites sont sorties jusqu'en 1931.
    Il est connu pour avoir lancé en Chine une vague de « films de chevalerie » (wuxia pian), le film original ayant eu dix-sept suites et ayant généré de nombreuses imitations . De façon plus anecdotique, il est souvent cité comme le plus long film commercial jamais réalisé (en considérant l'ensemble des dix-huit films de la série).
    L'ensemble de la série a été perdu, seuls subsistant quelques photographies, et supposément des fragments du premier épisode conservés à Pékin . Une de ses caractéristiques est l'utilisation importante d'effets spéciaux (artifices de montage, travail direct sur la pellicule, fondus enchaînés, caches mobiles) illustrant la forte composante fantastique de l'histoire (pouvoirs surnaturels dont la lévitation, armes magiques), plutôt que le recours à des combats réels.
    Le succès du genre conduisit à une réaction de certains intellectuels et des autorités gouvernementales, conduisant à l'interdiction du genre en Chine continentale à partir de 1931
    Les épisodes existant continuèrent cependant à être diffusés dans le reste de l'Asie, au moins jusqu'en 1935 à Hong Kong pour l'ensemble de la série ; en 1938, Zhang Shichuan fit ressortir six des épisodes originaux à Hong Kong, cette fois accompagnés d'une bande sonore.
    L'histoire fut à nouveau adaptée dans les années 1960 par divers studios ; le film Le Temple du Lotus rouge de 1965 est ainsi le premier wuxia pian en couleur de la Shaw Brothers et inaugure une nouvelle vague de popularité pour le genre.
    par 5AVRIL  25

    MARDI

    JUIN
    2019
    LA PAGE CINéMA
     
    Il y a quelques mois, l'éditeur Metabooks a sorti un livre interactif sur l'affaire, Blonde, Beautiful and Dead, avec une préface signée Mark Frost. Et aujourd'hui, nous apprenons via le site The Wrap que le livre va se transformer en une série documentaire à destination du câble et des services de streaming. Si le format est encore inconnu, sa sortie est déjà calée cette année. Pour le moment on ignore si la série ne sera qu'une succession d'interviews et d'images d'archives ou si elle se permettra une reconstitution. On ignore également dans quelle mesure les créateurs de Twin Peaks seront impliqués si toutefois c'est le cas. Ce qui nous semble plutôt logique.
    Cela dit, pour tous les amateurs de feu Pierre Bellemare, de meurtres mystérieux et de récits meurtriers, la série pourrait très bien devenir l'un des rendez-vous les plus attendues
    Source: Ecranlarge.com

    par 5AVRIL  20

    DIMANCHE

    JUIN
    2019
    LA PAGE CINéMA
     
    Ce que l'on sait moins par contre, c'est que la série n'est pas uniquement sortie de l'imagination de ses géniteurs. En effet, l'inspiration majeure de l'histoire vient d'un vrai meurtre, celui d'Hazel Irene Drew, qui a traumatisé la communauté de Sand Lake le 7 juillet 1908. Comme Laura Palmer (Sheryl Lee), Hazel Irene Drew, alors âgée de 19 ans, avait été retrouvée morte et dans un sale état, aux abords d'un étang. Comme Laura Palmer, elle avait été le révélateur des secrets enfouis de la communauté. Comme Laura Palmer, la jeune femme semblait mener une double-vie que tout le monde ignorait.
    Si le meurtre n'a jamais été élucidé, notamment à cause des techniques d'investigation bien moins avancées qu'aujourd'hui, son corps ayant été difficile à identifier puisque c'est grâce entre autres à ses dents en or que l'on a pu savoir qu'il s'agissait bien de la jeune femme, l'affaire est restée dans certaines mémoires puisque, 110 ans après les faits, certains passionnés enquêtent toujours pour trouver le mystérieux coupable.
    A suivre...
    Source: Ecranlarg.com

    par 5AVRIL  22

    VENDREDI

    JUIN
    2019
    LA PAGE CINéMA
     
    Quand Twin Peaks est diffusé pour la première en fois en 1990, c'est une révolution télévisuelle. La série de David Lynch et Mark Frost redéfinit à elle-seule les codes de la série télé et permet au format d'entrer dans une ère plus mûre.
    Si le retour de Twin Peaks l'an passé a reçu un accueil plus contrasté, la série en elle-même reste un incontournable encore aujourd'hui. Tout le monde sait à présent qui est Laura Palmer ou encore Dale Cooper. Tout le monde se souvient de Bob et de la Loge Noire. Bref, on peut dire sans trop se tromper que Twin Peaks fait partie de l'inconscient collectif culturel.
    A suivre...
    Source: Ecranlarge.com

    par 5AVRIL  19

                  
    354     Page précédente
    Page Suivante
    334