DIMANCHE

JANVIER
2020
VINTAGE GLAMOUR
 

par DARKWOODS  2

DIMANCHE

JANVIER
2020
VINTAGE GLAMOUR
 

par DARKWOODS  3

MERCREDI

JANVIER
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Pola Negri (3 janvier 18971, Lipno, Pologne - 1er août 1987, San Antonio, Texas, États-Unis) actrice polonaise du cinéma muet , se maria à Seraincourt le 14 mai 1927 avec le prince Serge Mdivani. Ruinée par le krach financier de 1929, elle vendit le château de Rueil et, en 1941, s'installa définitivement aux États-Unis. Elle prit la nationalité américaine en 1951. Elle vécut au 6933, Hollywood Boulevard.
Berlin puis Hollywood
En 1917, Pola Negri quitte Varsovie pour Berlin où elle signe un contrat avec Max Reinhardt. Celui-ci la dirige au théâtre dans le conte oriental Sumurun, dont Ernst Lubitsch réalise l'adaptation cinématographique avec un grand succès. Prise sous contrat par la UFA, les deux hommes propulsent rapidement Pola Negri au rang de star. Lubitsch devient son metteur en scène préféré, il la dirige notamment dans Carmen, La Chatte des montagnes et Montmartre. Surtout La Du Barry remporte un succès mondial, et Lubitsch est appelé à Hollywood pour diriger Mary Pickford dans une évocation historique.
La star travaille également avec Georg Jacoby, plus tard metteur en scène d'un mythique Quo vadis ? avec Emil Jannings et mentor (avec Reinhardt) de Hedy Lamarr, et le russe Dimitri Buchowetzki, spécialiste des grands sujets (Danton, Othello) pour une adaptation d'Alexandre Dumas. Pola Negri côtoie ainsi le gotha du cinéma d'Europe centrale, de Jannings à Asta Nielsen.
L'accent n'étant pas une barrière pour le cinéma muet, ses premiers succès conduisent Pola Negri à Hollywood où elle est prise sous contrat à la Paramount, le plus européen des studios américains. Le service publicitaire la présente comme la rivale de Gloria Swanson (occasionnant une « guerre des pousse-pousse » dans les chemins du studio) mais son image est plus proche de celle de Lupe Vélez, surnommée « le volcan mexicain» : sa vie privée défraye la chronique ; outre trois mariages (deux comtes et un prince géorgien, Serge Mdivani), la belle est associée à Charlie Chaplin et Rudolph Valentino - à la mort de celui-ci en 1926, elle se comporte comme sa veuve.
La gloire de Pola Negri est à son apogée durant toutes les années 1920. Elle s'illustre d'abord dans deux films de George Fitzmaurice puis éclate avec The Spanish Dancer de Herbert Brenon, film historique inspiré par Victor Hugo. L'actrice retrouve ensuite deux de ses directeurs européens, Dimitri Buchowetzki et surtout Ernst Lubitsch pour Paradis défendu (1924), le dernier film de leur association, où l'actrice joue Catherine II de Russie. L'exotisme lui colle à la peau car elle interprète ailleurs la reine des Apaches parisiens selon Francis Carco…
Après une adaptation de W. Somerset Maugham par Raoul Walsh, comme Greta Garbo dix ans plus tard, Hollywood tente de l'américaniser dans deux films de Malcolm St. Clair, avec un succès relatif. Après son renvoi de la MGM, où désormais Garbo vole de ses propres ailes, le Suédois Mauritz Stiller devient le nouvel amant supposé de la star polonaise et son directeur dans trois films. Elle interprète encore une princesse dans Moscou-Shanghaï (1928) de l'Allemand Ludwig Berger, d'après Victorien Sardou.
Pola attend un enfant quand son contrat avec Paramount arrive à échéance en 1928. Elle décide de ne pas le renouveler et de déménager en France pour s’occuper de sa famille. Elle s'installe près de Paris dans le village de Seraincourt. Elle habite le château de Rueil qu'elle vendra lorsque la crise de 1929 l'aura en partie ruinée.
Retour en Europe
Cela coïncide avec l'arrivée du cinéma parlant qui devait porter un coup fatal à la carrière de nombreuses stars. Quelques mois plus tard, Pola fait une fausse couche et sombre dans une profonde dépression. Sa mère l’encourage alors à retourner devant les caméras. Elle accepte l’offre de la Gaumont British Film pour figurer dans Son dernier tango, tourné en Angleterre par le réalisateur hongrois Paul Czinner - le dernier film muet de Pola Negri
Pola Negri continuera de vivre en France, travaillera un temps pour la Croix-Rouge en même temps qu’elle tourne en Allemagne, jusqu’à ce qu’elle finisse par rejoindre Hollywood, parmi les milliers d’Européens émigrés par bateau pour les États-Unis via Lisbonne, fuyant le régime nazi
Elle meurt d'une pneumonie à l'âge de 90 ans en donnant presque tout son patrimoine à la St. Mary’s University. Elle est enterrée au Calvary Cemetery à Los Angeles.
par DARKWOODS  6

VENDREDI

JANVIER
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Lya De Putti (née le 10 janvier 1897 en Autriche-Hongrie et morte en 1931 à New York) fut une actrice du cinéma muet remarquée pour ses rôles de femme fatale, « vamp malgré elle ».
Née Amália Putti (hongrois : Putti Amália) à Vécse, Autriche-Hongrie (aujourd'hui Vojčice en Slovaquie), elle était la fille de Julius de Putti , baron et officier de cavalerie et de Mária Holyos une comtesse .
Elle commença la scène en Autriche-Hongrie avant de rejoindre Berlin où elle intégra un ballet.
Dans ses films allemands, elle fut essentiellement remarquée après 1921 et "Le tombeau hindou" et "Le Tigre du Bengale" une superproduction en deux parties réalisée par Joe May et scénarisée par Fritz Lang et Thea von Harbou
En 1926, Lya de Putti partit pour les États-Unis où elle fut engagée par Adolph Zukor, de la Paramount Pictures, puis par Cosmopolitan Productions et les Studios Universal .
Pour James Young, Manfred Noa ou Nils Olaf Chrisander, elle joua les femmes fatales , coiffée comme Louise Brooks et Colleen Moore.
Elle serait morte en 1931 d'une pneumonie , conséquence d'une opération destinée à retirer de son œsophage un os de poulet
par DARKWOODS  4

JEUDI

JANVIER
2020
VINTAGE GLAMOUR
 

par DARKWOODS  5

MARDI

JANVIER
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Avec un coté Louise Brooks pour le petit plus ....
Cliquer sur le lien pour en voir plus !!!

par DARKWOODS  8

LIEN

MARDI

JANVIER
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Adolph Zukor est un producteur de cinéma d'origine hongroise, né le 7 janvier 18731 et mort le 10 juin 19761 à l'âge de 103 ans.
Il fait partie de ces hommes qui ont contribué à la légende hollywoodienne. Il est l'un des cofondateurs de la Paramount Pictures avec Jesse L. Lasky.
Il se retire en 1959 nommé président honoraire et il le restera jusqu'à sa mort.
par DARKWOODS  3

LIENS





RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Jean Gabin 4767 , le 17/05/2014
 Louise Brooks 2401 , le 14/11/2012
 Marlene Dietrich 1966 , le 27/12/2013
 01/11/2010 1581 , le 01/11/2010
 Yvonne Printemps 1535 , le 30/07/2014
 Sessue Hayakawa 1514 , le 10/06/2013
 Rose Stradner 1418 , le 31/07/2013
 Noels d'autrefois 1374 , le 05/01/2012
 Ida Rubinstein 1373 , le 05/10/2014
 22/07/2011 1242 , le 22/07/2011
 Fred Astaire 1204 , le 31/03/2014
 20/09/2011 1143 , le 20/09/2011
 03/01/2012 1129 , le 03/01/2012
 19/04/2011 1106 , le 19/04/2011
 12/02/2012 1091 , le 15/02/2012
SAMEDI

JANVIER
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Fire walk with me !
par DARKWOODS  9

VENDREDI

JANVIER
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
par DARKWOODS  5

DIMANCHE

DECEMBRE
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Marie-Jeanne Bellon, dite Marie Bell, née le 23 décembre 1900 à Bègles, et décédée le 14 août 1985 à Neuilly-sur-Seine, est une actrice française.
Carrière dans les années 20 et 30
Formée au Conservatoire de Paris, elle rejoint ensuite la Comédie-Française.
Elle est inhumée au cimetière de Monaco (non loin de Joséphine Baker), auprès de Jean Chevrier (1915-1975) qu'elle avait épousé en 1953.
Dans l'immédiat avant-guerre, reconnue comme « femme française de premier plan », elle devint le prototype de la femme élégante, telle qu'elle l'incarnait dans ses rôles à la fin du muet et au début du cinéma parlant.
1922 : Molière, sa vie, son œuvre de Jacques de Féraudy
1924 : Paris de René Hervil
1928 : La Valse de l'adieu de Henry Roussel
1928 : Madame Récamier de Gaston Ravel et Tony Lekain
1929 : Figaro de Gaston Ravel et Tony Lekain
1930 : La nuit est à nous de Carl Froelich et Henry Roussell : Bettine de Barsac
1930 : La Folle Aventure de Carl Froelich et André-Paul Antoine : Nelly Irwin
1931 : L'Homme qui assassina de Curtis Bernhardt et Jean Tarride : Lady Falkland
1931 : Le Joker de Erich Waschneck
1931 : La Chance de René Guissart : Tania Balieff
../..

par DARKWOODS  6

DIMANCHE

NOVEMBRE
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Si vous suivez le Journal de Dark Woods, vous pouvez en découvrir chaque mois des plus belles les unes que les autres !
  • 1ere: origine inconnue
  • La 2e est issue de ce compte Facebook
  • La 3e est parue sur Ebay. Elle provient du tournage du film Prix de Beauté à Paris en 1930
  • 4e: photo issue du tournage de Beggars of Life
  • 5e: photo prise à Paris pour les magazines français. Louise Brooks y a séjourné plusieurs fois pour ses films mais également du tourisme et visiter ses célèbres maisons de mode (et oui déjà à l'époque !)
  • 6e: origine inconnue

  • par DARKWOODS  6

    JEUDI

    NOVEMBRE
    2019
    VINTAGE GLAMOUR
     
    Et meme beaucoup de dessinateurs contemporains. Alors voici Louise à la sauce Shane GLines,Guido Crepax , John Striebel, Leone Frollo,Sugar-Slut,Roberto Baldazzini,Marion Mousse,Jack R. Wilhelm,Ian Baker ,Zan Czyzewski,Ludovic Chavarot,Serge Carrere,Hubert,Jenny Lerew et bien d'autres
    Si vous aimez, j'en poste regulièrement sur le journal de Dark Woods
    J'ai rassemblé tous les dessins que j'ai trouvé sur la rubriqué Art Gallery mais j'avoue qu'elle n'est plus très à jour !

    par DARKWOODS  4

    JEUDI

    NOVEMBRE
    2019
    VINTAGE GLAMOUR
     
    Louise Brooks et Charlie Chaplin eurent une histoire d'amour à New York durant l'été 1925. À l'époque, Brooks, âgé de 18 ans, était showgirl dans les Ziegfeld Follies (apres avoir été danseuse classique dans les ballets ) et n'avait pas encore fait ses débuts au cinéma
    Chaplin avait lui déjà 36 ans et était marié à Lita Grey - :cétait déjà un cinéaste populaire (il était à New York pour la première de " The Gold Rush ").
    Leur histoire d'amour intense a duré deux mois, après quoi Brooks et Chaplin se sont séparés.
    Photos: la rubrique people ca existait déjà dans les journaux en 1925, preuve ce "comics" sur le sujet et un article paru dans la presse de l'époque (source: louisebrookssociety.blogspot.com)

    par DARKWOODS  5

    LIEN

                  
    291     Page précédente
    Page Suivante
    271