VENDREDI

JUIN
2011
RES.TXT
 
PARIS (Reuters) - Les services du Premier ministre rembourseront à l'université Paris-VII les salaires de l'ancien ministre Luc Ferry pour les cours qu'il n'a pas donné durant l'année scolaire 2010-11, a-t-on appris samedi dans l'entourage de François Fillon.
"Matignon remboursera ce que Luc Ferry doit à l'université", a-t-on déclaré.
Luc Ferry, pris dans la tourmente médiatique en raison de ses accusations de pédophilie à l'encontre d'un ancien ministre, avait été reçu mercredi par le directeur de cabinet du Premier ministre, Jean-Paul Faugère, pour tenter de régler le différend qui l'oppose à l'université.
D'après Le Canard enchaîné, l'université Paris-VII (Diderot) menace de réclamer à Luc Ferry l'intégralité de son salaire, de 4.499,04 euros nets par mois, pour toute l'année scolaire.
Luc Ferry est censé y donner des cours de philosophie mais il en a longtemps été dispensé en raison de son poste de président délégué du Conseil d'analyse de la société, un organisme chargé de produire des rapports pour Matignon.
La nouvelle loi sur l'autonomie des universités ne lui permet cependant plus de bénéficier d'une telle dispense.
Luc Ferry est sous les feux de l'actualité pour une autre affaire. Il a provoqué un tollé en France en accusant, sans le nommer, un ancien ministre de pédophilie au Maroc et en assurant tenir ses informations des "plus hautes autorités de l'Etat".
L'ancien ministre de l'Education a été entendu vendredi par la brigade de protection des mineurs en qualité de témoin dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris.
Une association marocaine a décidé de porter plainte contre Luc Ferry au Maroc et en France.
Elizabeth Pineau, édité par Jean-Philippe Lefief
par CHARLES  421

JEUDI

JUIN
2011
RES.TXT
 
Polémique. Main tendue au dictateur après la libération des infirmières bulgares ? Geste diplomatique pour la paix au Moyen-Orient ? Ouverture d'un nouveau marché pour le nucléaire français ? La visite officielle de Mouammar Kadhafi à Paris a suscité de nombreuses interrogations fin 2007. Elle aura même provoqué un couac gouvernemental quand la secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme Rama Yade s'est élevée contre cette invitation, avant d'être recadrée par le chef de l'Etat. Les 5 jours interminables de l'encombrant Mouammar Kadhafi à Paris sont en tout cas présentés comme un événement "historique" en France et dans le monde. Ils ont replacé la Libye dans le club des nations "respectables" après sa mise au ban dans les années 1980 et les attentats de Lockerbie. Pour une courte durée...
par CHARLES  413

LUNDI

JUIN
2011
RES.TXT
 
PARIS (Reuters) - Jacques Chirac a affirmé dimanche qu'il avait voulu faire de "l'humour corrézien" en manifestant l'intention de voter pour François Hollande en 2012, sans toutefois convaincre toute la classe politique.
L'ancien chef de l'Etat a eu beau corriger le tir, une partie de la gauche y a vu un souhait sincère tandis que la droite restait plutôt discrète.
Pour Ségolène Royal, candidate aux primaires socialistes, les propos de Jacques Chirac montrent qu'une partie des responsables politiques de droite veulent "un changement en 2012", sous-entendu la défaite de Nicolas Sarkozy.
Le député PS de Paris Jean-Marie Le Guen pense également que Jacques Chirac "savait très bien ce qu'il faisait en disant" qu'il voterait pour François Hollande.
A droite, la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a penché sur i>Télé pour une plaisanterie, soulignant que l'ancien chef d'Etat s'était fixé pour règle de ne pas intervenir dans le débat politique "du moment."
"Jacques Chirac a toujours été attaché à défendre sa famille politique et je prends vraiment ça comme une boutade de sa part", a renchéri sur RTL Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture.
Jacques Chirac a pris son entourage de court samedi lors de la visite du musée qui lui est consacré à Sarran, en Corrèze, où il était accueilli par le président du Conseil général, François Hollande.
En montant les marches, l'ancien chef de l'Etat complimente le candidat aux primaires socialistes, qui représente "l'avenir." Puis il ajoute d'une voix plus forte: "Je voterai pour lui, oui, certainement, sauf si (Alain) Juppé se présente."
Une phrase que Jacques Chirac répète à plusieurs reprises: "Je peux dire que je voterai Hollande". Selon le Journal du dimanche, il répond à des proches qui s'inquiètent: "Je fais ce que je veux."
par CHARLES  407

DIMANCHE

JUIN
2011
RES.TXT
 
Coup dur. C'est l'Est Républicain qui, le premier, a révélé l'information. Cécilia Sarkozy a déposé, le lundi 15 octobre 2007, une requête de divorce auprès du tribunal de Nanterre. L'information a été confirmée trois jours plus tard par un communiqué de l'Elysée : "Cécilia et Nicolas Sarkozy annoncent leur divorce par consentement mutuel. Ils ne feront aucun commentaire". Séparé en 2005, soudé avant l'élection, et instable par la suite, le couple Sarkozy n'avait plus été réuni en public depuis des mois. Le chef de l'Etat s'était même rendu seul en Bulgarie alors que son épouse devait y recevoir la plus haute décoration du pays pour son rôle dans la libération des infirmières bulgares. Cécilia Sarkozy, devenue depuis Cécilia Attias, est la première "Première dame divorcée" de la République.
par CHARLES  310

MERCREDI

JUIN
2011
RES.TXT
 
Loi. A l'été 2007, Nicolas Sarkozy veut aller vite. Il a promis d'engager la France dans un virage de réformes avant la fin de l'année. Le projet de loi sur le "Travail, l'emploi et le pouvoir d'achat" (TEPA), encore appelé "paquet fiscal" est adopté le 21 août dans ce but. Malgré le veto du Conseil constitutionnel sur un point de la réforme (le crédit d'impôt sur les emprunts immobiliers), il instaure une exonération des heures supplémentaires dans les entreprises, une défiscalisation du patrimoine, mais aussi et surtout un bouclier fiscal abaissé à 50 % des revenus d'un foyer. La gauche raille des "cadeaux " faits aux riches et souligne le coût de la réforme : 11 milliard d'euros dès 2008 et plus de 13 milliards d'euros par an à partir de 2009. Des critiques réactivées pendant quatre ans jusqu'à l'annonce de l'abandon du bouclier.
par CHARLES  342

MARDI

MAI
2011
RES.TXT
 
Polémique. Nicolas Sarkozy voulait ouvrir une nouvelle ère dans les relations franco-africaines. Le 26 juillet 2007, il aura surtout provoqué l'ire de plusieurs pays africains. Lors de son premier déplacement sur le continent, un discours, attribué à Henri Guaino et prononcé à Dakar, provoque une polémique jusqu'en France. Plusieurs intellectuels critiquent "une vision manichéenne, raciale et paternaliste"de l'Afrique. Nicolas Sarkozy évoque notamment dans ce discours "le drame de l'Afrique, (qui est) que l'Homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire". En avril 2009, la plaie est toujours béante : lors d'un déplacement à Dakar, Ségolène Royal s'est excusée pour les propos du chef de l'Etat relançant le débat. Près de quatre ans après les faits, le discours de Dakar est souvent rappelé au bon souvenir du président.
par CHARLES  444

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 C'est la crise - le drame des SDF 23211 , le 09/02/2012
 HouRRa 7307 , le 08/03/2012
 Témoignage SAV 2790 , le 15/03/2012
 Poisson d'avril! 2304 , le 01/04/2012
 A la une du Canard enchainé aujourd'hui... 1054 , le 30/11/2011
 Hou, la menteuse ? 891 , le 04/10/2009
 Le spécialiste n°1 de la merde se reconvertit dans les WC 889 , le 16/08/2012
 Nicolas Le Pen, american joke! 840 , le 14/03/2012
 4 ans de plus 774 , le 27/11/2012
 Re: Sarkozy est sorti à pied de l'hôpital 742 , le 27/07/2009
 Spécial 4e Anniversaire Election Sarkozy - 20 696 , le 10/08/2011
 Heureusement que ce n'était pas la grosse comission! 642 , le 21/08/2011
 Un homme de parole 636 , le 30/10/2009
 Monaco en émoi , la princesse a failli s'enfuir! 629 , le 01/07/2011
 Restons à la hauteur 629 , le 06/09/2009
VENDREDI

MAI
2011
RES.TXT
 
Coup d'éclat. Le 24 juillet 2007, cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien, emprisonnés depuis 1999 en Libye, arrivent à l'aéroport de Sofia dans un avion de la République française. Libres. Au milieu des anciens prisonniers, plusieurs émissaires européens, mais aussi Cécilia Sarkozy. La première dame est elle-même allée en Libye, à la rencontre du colonel Kadhafi, pour plaider la cause des prisonniers accusés d'avoir inoculé le virus du sida à 400 enfants libyens. Elle apparait alors comme le chef d'orchestre de leur libération, attendue depuis 8 ans. Mais son intervention, critiquée par l'opposition, et minimisant le travail de longue haleine de l'Union européenne, reste entourée de flou. Tout comme le fond d'indemnisation mis en place en Libye pour les victimes.
par CHARLES  434

LUNDI

MAI
2011
RES.TXT
 
Stratégie. La stratégie d'ouverture du chef de l'Etat est allée très loin pendant l'été 2007. Le 6 juillet, Le Monde dévoile une conversation de Nicolas Sarkozy où il donne son intention de soutenir la candidature de Dominique Strauss-Kahn pour prendre la tête du FMI. L'information est confirmée par David Martinon, porte-parole de l'Elysée, puis par le président lui-même. Nicolas Sarkozy obtient un "consensus européen et américain" sur la candidature de l'ancien ministre de l'Economie socialiste. Seuls les Russes présentent une candidature dissidente. Le 28 septembre 2007, DSK est nommé directeur du FMI et le 1er novembre, il prend officiellement ses fonctions.
par CHARLES  384

SAMEDI

MAI
2011
RES.TXT
 
Libération avait déjà levé le voile sur un déjeuner qui devait rester "off" comme on dit..
Après Libé et le nouvel Obs, c’était le tour de Marianne, DSK faisait des confidences, des déclarations qui prennent évidemment un relief inattendu vu les derniers événements.
C’était donc un vendredi, dans le salon particulier d’un restaurant parisien, un trois-étoiles pour ce que Marianne appelle un ultime tour de chauffe médiatique pour DSK avant de se lancer dans la primaire socialiste. Attention pas de connivence, même trois-étoiles, cette connivence dénoncée par la presse anglo-saxonne, juste une discussion informelle.
Ce jour-là, DSK est souriant et détendu... et même aminci, avec une précision de cuisine politique dans Marianne : DSK ne commande pas de dessert et ne goûte qu’à peine un grand cru de Bordeaux, pour Marianne c’était comme un signe de maîtrise de lui-même... Bon...
Une promesse : tout doit rester confidentiel dans cette discussion, mais étant donné la suite, Marianne, comme Libération, a décidé de s’affranchir de la règle. Que dit DSK, notamment, et sans imaginer l’effet boomerang aujourd’hui meurtrier, notamment qu’il est inquiet pour l’image de la France à cause de Nicolas Sarkozy... Toujours selon Marianne, il laisse clairement entendre qu’il y avait un accord avec Ségolène Royal, un arrangement secret qui devait être scellé au cours d’un rendez-vous fixé le 17 mai, c’était mardi, inutile de dire que le rendez-vous est tombé à l’eau...
Pour François Hollande, il est menaçant : s’il ne renonce pas aux primaires, sa vie politique s’arrêtera, Hollande ne sera plus rien, sous-entendu bien sûr quand DSK aura gagné, ce qui ce jour-là ne faisait semble-t-il aucun doute dans l’esprit de l’ex-patron du FMI... Marianne parle même d’une fatwa lancée par DSK contre Hollande.
Ses handicaps, DSK parle des femmes, "j’en ai sans doute fait trop" dit DSK, mais il ajoute "cette page est tournée". Tout le monde se sépare écrit Denis Jeambar dans Marianne, DSK est rayonnant et sûr de lui, c’était il y a trois semaines, une éternité et depuis, non seulement une page s’est tournée, mais un livre s’est refermé, le roman d’une ambition fracassée dans un chambre d’hôtel new-yorkaise...
par CHARLES  338

JEUDI

MAI
2011
RES.TXT
 
Débat. Le 16 mai 2007, Nicolas Sarkozy est investi président de la République et dévoile sa toute première décision. Lors d'une cérémonie au Monument de la Cascade au Bois de Boulogne, il fait lire la lettre d'adieu de Guy Môquet, jeune résistant communiste fusillé en 1941. Il souhaite alors la faire lire dans tous les lycées de France à chaque rentrée. Mais considérée comme un "message fort "par certains, cette référence est aussi assimilée à une instrumentalisation pour d'autres voire à une ingérence du président dans les programmes scolaires. A la rentrée 2007, plusieurs professeurs refusent cette lecture en classe. Face aux polémiques, le gouvernement annonce finalement qu'en 2008, la rentrée sera consacrée plus globalement à la "jeunesse résistante".
par CHARLES  458

MARDI

MAI
2011
RES.TXT
 
Depuis l'arrestation de DSK aux Etats-Unis, dimanche 15 mai en fin de journée, on ne compte plus le nombre de théories du complot qui fleurissent dans les médias et notamment dans les forums sur Internet. Florilège des différents scénarios, des plus sérieux aux plus incroyables.
Les réactions de gens «sérieux« (comme Dsk) sont nombreuses en ce sens
«Un piège» (Christine Boutin), «un attentat politique» (Michèle Sabban), » une mercenaire envoyée pour le faire tomber dans un piège» (Gilles Savary), ou encore «une peau de banane« (Dominique Paillé). A gauche comme à droite, les théories du complot fleurissent autour de DSK, largement relayées dans les médias sociaux et les forums sur Internet. Pour beaucoup, le «penchant» du directeur du FMI pour les femmes était «connu de tous» et il était facile de le faire tomber dans un traquenard...
Un complot de l'UMP
La première grande théorie du complot au sujet de l'affaire DSK est sans doute la plus évidente et en même temps la plus facile : c'est l'UMP et Nicolas Sarkozy qui auraient tendu un piège au directeur du FMI
Un complot international
Proche de DSK, Michèle Sabban, vice-présidente du Conseil régional d'Ile-de-France, présente une autre interprétation des faits : elle parle quant à elle d'une machination internationale. Il est possible selon elle que le "complot" contre DSK n'ait pas été préparé en France : "C'est le FMI qu'on a voulu décapiter et pas tant le candidat à la primaire socialiste"
Un complot de la gauche
"C'est un drame, c'est un cauchemar, et j'espère que nous allons nous réveiller." Voici comment l'ancienne juge Eva Joly, qui avait mis en examen Dominique Strauss-Kahn dans l'affaire Elf, a accueilli la nouvelle de son arrestation.
Un complot de l'hôtel
Dernier commanditaire possible d'un complot : l'hôtel dans lequel Dominique Strauss-Kahn a séjourné le 14 mai. C'est l'ancien conseiller de Mitterrand Jacques Attali qui évoque cette "manipulation".
Source: linternaute.fr

A ce, cocktail93 se permet d'ajouter:
Ferrari (les autos, pas Laurence)
A cause de la pub faite à Porshe
Un complot du centre
Parce que ca ne peut pas être la droite ou la gauche, c'est trop évident !
Un complot extra terrestre
Sans doute l'affaire Roswell n'a pas encore révélé tous ses secrets et Roswell était juif, c'est bien connu
C'est Martine Aubry
Ca se voit à sa tête, elle est capable de tout cette femme pour pouvoir devenir présidente de la république. D'ailleurs elle pense à ça tous les matins, en se rasant.
Al Qaida
Ils auraient versé une triple dose de viagra dans son café au lait, lorsqu'il a pris son petit déjeuner à l'hotel

par CHARLES  433

LUNDI

MAI
2011
RES.TXT
 
NEW YORK (Reuters) - Le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, a été inculpé dimanche d'agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration par le parquet de New York après les accusations d'une employée d'un grand hôtel de la ville.
L'ancien ministre de l'Economie âgé de 62 ans, qui figure au nombre des prétendants à l'investiture du Parti socialiste pour l'élection présidentielle en France en 2012, a été interpellé à l'aéroport JFK et placé en garde à vue. Il devrait être présenté à un juge dans la journée.
Favori des sondages, il n'a pas encore fait acte de candidature à la primaire qui se déroulera en octobre. Le dépôt des candidatures est prévu entre le 28 juin et le 9 juillet.
Une plainte à son encontre a été déposée samedi par une femme de chambre de 32 ans travaillant à l'hôtel Sofitel situé dans la 44e Rue Ouest, au coeur de Manhattan, a annoncé Paul Browne, porte-parole de la police de New York.
Interrogé par courrier électronique, Benjamin Brafman, l'avocat chargé de le représenter, a annoncé à Reuters qu'il plaiderait non-coupable.
DÉBARQUÉ DE L'AVION
Selon le récit des faits fourni par le porte-parole de la police, Dominique Staruss-Kahn serait sorti nu de la salle de bains de sa chambre d'hôtel, il aurait rejoint la femme de ménage dans la salle de séjour où elle se trouvait et l'aurait forcée à gagner la chambre où il aurait tenté de la violer.
La jeune femme a raconté s'être débattue, mais Dominique Strauss-Kahn l'aurait alors entraînée vers la salle de bains et aurait tenté de l'agresser sexuellement. Il aurait également tenté d'empêcher sa fuite en fermant la porte de la chambre à clé.
La femme de chambre est parvenue à se dégager et à donner l'alerte provoquant ce qui ressemble à un départ précipité de Dominique Strauss-Kahn.
"La police de New York s'est rendu compte qu'il (Strauss-Kahn) avait fui, il avait oublié son téléphone portable", a dit Paul Browne.
"Nous avons appris qu'il se trouvait à bord d'un avion d'Air France. Ils ont retardé le départ de l'avion, il a été débarqué et placé en détention pour interrogatoire", a-t-il ajouté.
Selon la législation de l'Etat de New York, une fellation non consentie est considérée comme un acte sexuel criminel.
Le responsable a précisé que le directeur général du FMI ne bénéficiait de l'immunité diplomatique.
La femme de chambre a été conduite par le service des urgences médicales à l'hôpital Roosevelt où elle a été soignée pour des blessures superficielles, a encore précisé Browne.
Citant un porte-parole de Port Authority, l'organisation gouvernementale gérant les infrastructures de transports de New York et du New Jersey, le New York Times précise que Dominique Strauss-Kahn a été appréhendé par des employés des autorités portuaires de la ville quelques minutes avant le décollage d'un vol d'Air France à destination de Paris.
TRAIN DE VIE
Le journal précise que l'interpellation a eu lieu à 16h45, heure locale : des employés en civil des autorités portuaires de New York et du New Jersey sont montés à bord du vol AF 23 d'Air France qui se trouvait sur le tarmac de l'aéroport et ont interpellé Dominique Strauss-Kahn.
Le patron du FMI était en route pour l'Europe, où il devait rencontrer dimanche la chancelière Angela Merkel.
Un avocat français de Dominique Strauss-Kahn, joint à Paris par Reuters, a invité à la prudence.
"Il faut attendre que les choses soient décantées et voir si c'est réel ou une provocation", a déclaré Me Léon-Lef Forster.
L'ancien ministre de l'Economie, nommé le 1er novembre 2007 directeur général du FMI, s'était retrouvé en 2008 au centre d'une controverse, accusé d'avoir eu une liaison avec l'une de ses subordonnées, Piroska Nagy, cadre d'origine hongroise employée au département Afrique du FMI.
Une enquête interne avait conclu à l'absence d'"abus hiérarchique", mais DSK avait présenté des excuses en reconnaissant "une erreur de jugement".
Cette affaire intervient alors que plusieurs médias français ont publié ces derniers jours des informations sur le "train de vie" du patron du FMI après la diffusion d'une photo prise à Paris, lors d'un récent séjour destiné à préparer sa candidature, le montrant en train de prendre place dans une voiture de luxe, une Porsche Panamera.
Source: reuters.fr

par CHARLES  325

              
275     Page précédente
Page Suivante
255