VENDREDI

JUILLET
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libérée du joug de l'Allemagne nazie.
Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et rejoint en 1922 l'aventure surréaliste. Il participe alors de manière éclatante aux expériences de sommeils hypnotiques et publie avec Rrose Sélavy (1922-1923) ses premiers textes qui reprennent le personnage créé par Marcel Duchamp.
Dans les années 1924-1929, Desnos est rédacteur de La Révolution surréaliste mais rompt avec le mouvement quand André Breton veut l'orienter vers le communisme. Il travaille alors dans le journalisme et, grand amateur de musique, il écrit des poèmes aux allures de chanson et crée avec un grand succès le 3 novembre 1933, à l'occasion du lancement d'un nouvel épisode de la série Fantômas à Radio Paris La Complainte de Fantômas.
Le poète devient ensuite rédacteur publicitaire mais préoccupé par la montée des périls fascistes en Europe, il participe dès 1934 au mouvement frontiste et adhère aux mouvements d'intellectuels antifascistes, comme l'Association des écrivains et artistes révolutionnaires ou, après les élections de mai 1936, le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes.
En 1940, après la défaite de la France face à l'Allemagne nazie, il redevient journaliste pour le quotidien Aujourd'hui, et dès juillet 1942 fait partie du réseau de résistance AGIR. Il poursuit ses activités de résistance jusqu'à son arrestation le 22 février 1944.
Il est déporté à Buchenwald et passe par d'autres camps avant de mourir à Theresienstadt (Térézin), en Tchécoslovaquie : épuisé par les privations et malade du typhus, il meurt le 8 juin 1945, un mois après la libération du camp par les Soviétiques. La dépouille du poète est rapatriée en France, et Robert Desnos est enterré au cimetière du Montparnasse à Paris.
Son œuvre comprend un certain nombre de recueils de poèmes publiés de 1923 à 1943 — par exemple Corps et biens (1930) ou The Night of loveless nights (1930) — et d'autres textes sur l'art, le cinéma ou la musique, regroupés dans des éditions posthumes.
par DARKWOODS  15

MERCREDI

JUIN
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
En 1971, Louise Brooks ,écrit pour Sight & Sound à propos de sa rencontre avec Peggy Fears et WC Fields en 1925:
Le vestiaire du cinquième étage a perdu son atmosphère exclusive lorsque Peggy Fears, qui avait également été transférée de Louie le 14 aux Follies , a décidé de devenir mon meilleur ami. Elle était une fille chérie, avec une douce voix chantante, de Dallas, au Texas. Ses cheveux lisses et châtain étaient intacts par les colorants ou les ondes permanentes. Au lieu des robes coûteuses d'une fille de Follies , elle portait des pulls d'écolière et des jupes. Peut-être était-ce son sens de l'amusement qui l'attirait vers moi. Et quoi de plus amusant que Peggy, la fille la plus populaire du spectacle, devenant amie avec son membre le plus abominable - moi? Une nuit, elle s'est écrasée dans notre cabinet de toilette, portant une théière de Wedgwood remplie de whisky de maïs et, connaissant mes prétentions littéraires, deux magazines vulgairement vulgaires,Broadway Brevities et la Gazette de la police . Une semaine plus tard, nous habitions ensemble à l'hôtel Gladstone, près de Park Avenue, où les amis de Peggy se sont regroupés jusqu'en septembre, alors qu'elle partait en tournée avec les Follies et moi dans l'American Venus au studio de Paramount à Long Island.
C'est grâce à Peggy Fears que j'ai découvert Bill Fields. Avant la matinée, chez le fleuriste du Rosaire, elle choisissait un bouquet à emballer dans du papier ciré et le présentait à Bill dans sa loge. Cela a touché son coeur. Bill adorait les belles filles, mais peu étaient invitées dans sa loge. Il était morbide et sensible à la maladie de la peau qui lui enflammait le nez et parfois lui faisait éruption sur les mains, ce qui l'obligeait à apprendre à jongler avec des gants. Après plusieurs expériences dévastatrices avec de belles filles, il avait décidé de limiter son choix de copines à celles moins attirantes qu'il ne trouverait pas à la dérive avec des saxophonistes.
Bill divertit Peggy et moi avec distinction. Son bar était une malle d'armoire ouverte avec des étagères plantées, comme s'il s'agissait d'un objet d'art, à côté de sa chaise. Pendant que Shorty, le nain silencieux qui était son valet et son assistant sur scène, préparait nos boissons, Peggy et moi dansions autour de Bill qui était assis à son étagère de maquillage, écoutant nos absurdités avec une attention bienveillante.
La rumeur dit que Louise Brooks et Peggy Fears étaient "plus qu'amies" !
Text in english on Peggy Fears wikipedia page
par DARKWOODS  21

LIEN

JEUDI

MAI
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
6e arrondissement de Paris, situé au no 45 boulevard Raspail
Très attendue par les Parisiens, la réouverture du seul palace de la rive gauche devrait avoir lieu d'ici la fin de l'année. Un bar, des restaurants, une piscine… Visite exclusive au sein de ce bijou Art déco.
Malgré les équipes à l'œuvre sans relâche depuis quatre ans, le groupe Alrov a dû retarder son ouverture à la mi-juin. L'hôtel de 184 chambres, dont 47 suites, n'ouvrira que partiellement. La brasserie (décorée par l'artiste Jean Le Gac) est prévue à l'automne.
Situé dans le quartier Notre-Dame-des-Champs, entre Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse, il est témoin du renouveau artistique de l'entre-deux-guerres, accueillant de nombreux peintres et écrivains (Picasso, Matisse, André Gide qui y vécut à l’année, James Joyce, Samuel Beckett, Saint-Exupéry et André Malraux, en 1920, etc.). Notamment, le couple Consuelo et Antoine de Saint-Exupéry y demeure en 19364. Albert Cohen y écrit son chef-d'œuvre, Belle du Seigneur. Y vivent également Alexandra David-Néel de retour de ses voyages en Extrême-Orient, la chanteuse Joséphine Baker accompagnée de ses nombreux enfants, ou encore le Général de Gaulle à l'occasion de sa nuit de noces.

par DARKWOODS  75

MERCREDI

AVRIL
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Raymonde Guerbe ( 1894 à Paris , France , † 1995 ) était une sculpteuse française Art Déco .
Elle a également utilisé le nom de scène Andreé Guerval
Raymonde Guerbe était en 1919 étudiante à l'école de danse parisienne de danse de la chorégraphe Isadora Duncan et de son frère Raymond Duncan, où elle a participé à de nombreuses représentations.
En tant que sculpteuse, Guerbe a travaillé avec une variété de matériaux, notamment le bronze , la céramique , l' ivoire et la terre cuite .
Au Salon d'automne , elle expose son travail de 1923 à 1927 et dans les années 1934, 1936 et 1938. En 1923, elle expose des figures d' ébène de femmes bretonnes et une sculpture en pierre.
L'année suivante, elle montra un buste portrait et une statuette polie d' une jeune fille en cuivre.
En 1925 , elle présenta des bas-reliefs La roue et Aurore.
Beaucoup de ses œuvres en bronze ont été réalisées par les fonderies parisiennes de Susse Frères , Edmond Etling , Max Le Verrier et Les Neveux de Jules Lehmann .
Elle a également travaillé comme peintre.
Guerbe était marié au sculpteur Pierre Le Faguays . Elle a modelé ses sculptures, entre autres pour un buste en terre cuite , qu'il a montrées au Salon d'Automne de 1926. Il a également peint un portrait d'elle, qui a été exposé en 1931 au Salon d'Automne .

par DARKWOODS  29

LIEN

MERCREDI

AVRIL
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Principaux films de l'année
-30 janvier : Loulou (Die Büchse der Pandora), de Georg Wilhelm Pabst, avec Louise Brooks.
-21 février : Le Masque de fer de Douglas Fairbanks.
1er mars : Les Deux Timides de René Clair.
-11 mai : Le Bled, film de Jean Renoir glorifiant la conquête de l’Algérie.
-30 juin : Chantage d'Alfred Hitchcock.
-3 août, New York : Noix de coco (The Cocoanuts) des Marx Brothers.
-20 aout : Hallelujah ! de King Vidor avec Daniel Hanes et Nina Mae McKinney.
-15 octobre, Berlin : Le Journal d'une fille perdue de Georg Wilhelm Pabst avec Louise Brooks.
-11 octobre : Un chien andalou de Luis Buñuel et Salvador Dalí.
-11 octobre : L'Enfer blanc du Piz Palü d'Arnold Fanck.
-19 novembre : Parade d'amour (Love parade) d'Ernst Lubitsch avec Maurice Chevalier et Jeanette MacDonald.
L'Héroïne rouge (Hong Xia), drame de Wen Yimin (Chine) avec Fan Xuepeng.

par DARKWOODS  11

MERCREDI

AVRIL
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Source: Art-Deco by Melbo58


par DARKWOODS  25

LIEN

LIENS





RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Jean Gabin 4729 , le 17/05/2014
 Louise Brooks 2373 , le 14/11/2012
 Marlene Dietrich 1921 , le 27/12/2013
 01/11/2010 1565 , le 01/11/2010
 Yvonne Printemps 1498 , le 30/07/2014
 Sessue Hayakawa 1491 , le 10/06/2013
 Rose Stradner 1400 , le 31/07/2013
 Noels d'autrefois 1356 , le 05/01/2012
 Ida Rubinstein 1335 , le 05/10/2014
 22/07/2011 1226 , le 22/07/2011
 Fred Astaire 1189 , le 31/03/2014
 20/09/2011 1131 , le 20/09/2011
 03/01/2012 1117 , le 03/01/2012
 19/04/2011 1080 , le 19/04/2011
 12/02/2012 1078 , le 15/02/2012
JEUDI

MARS
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Source:

http://mowelch.theartistsweb.co.uk/1920s

par DARKWOODS  43

LIEN

VENDREDI

MARS
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
PS: le titre est une jolie contrepéterie , je pense que Louise aurait adoré !

par DARKWOODS  25

LIEN

DIMANCHE

MARS
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Kurt Weill est un compositeur allemand né à Dessau le 2 mars 1900 et mort à New York le 3 avril 1950. Sa musique, considérée par les nazis comme juive, lui vaut de voir ses partitions brûlées. Ses origines juives et ses sympathies pour le communisme font qu'il est contraint de quitter l'Allemagne en 1933 avec Lotte Lenya qu'il avait épousée en 1927 et qu'il ré-épouse en 1937 après un divorce en 1933. Il séjourne à Paris, où il compose Les Sept Péchés capitaux (Die sieben Todsünden) sur un texte de Brecht pour le Théâtre des Champs-Élysées et termine sa Seconde symphonie avant de se rendre aux États-Unis en 1935.
Période berlinoise (1918–1933)
En 1918, il commence des études de musique à l'École supérieure (Hochschule) de Berlin. Il suit l’enseignement de Ferruccio Busoni, enseignement déterminant pour son œuvre future, surtout pour son esthétique de l’opéra. En 1920, il est engagé comme chef d’orchestre au théâtre de la ville de Lüdenscheid. À partir de 1925, il travaille à ses premiers projets d’opéras avec des écrivains importants comme Georg Kaiser et Yvan Goll. En 1927, il commence à collaborer avec Bertolt Brecht, ce qui aboutit à L'Opéra de quat'sous en 1928. Très tôt, son travail est influencé par la musique de danse contemporaine, par exemple dans l’opéra Royal Palace. Le style (Songstil) de Weill, qui se développe à partir de 1927, est fortement marqué par cette musique, particulièrement par le Jazz-Stil de Paul Whiteman. Cette stylistique est des plus prégnantes dans L'Opéra de quat'sous et dans Happy End. Parallèlement, il fait usage d’une expression musicale néoclassique, précisément néobaroque, par exemple dans l’ouverture de L’Opéra de quat’sous, dans les scènes d’ouragan de Grandeur et décadence de la ville de Mahagony, et dans l’ensemble de l’opéra Die Bürgschaft.
L’accueil fait à sa musique (particulièrement de la part des autres compositeurs) est mitigé. Il acquiert une grande popularité avec L’Opéra de quat’sous. Parmi ses collègues, Arnold Schönberg et Anton Webern la rejettent complètement. D’autres comme Alban Berg, Theodor Adorno et Alexander Zemlinsky montrent un grand intérêt pour son travail. Berg assiste à une représentation de Mahagony et Zemlinsky dirige le Quodlibet (de 1923) et Mahagony (1930).
par DARKWOODS  24

DIMANCHE

MARS
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Lucien Lelong, né le 11 octobre 1889 à Paris 9e et mort le 11 mai 1958 à Anglet , est un couturier français.
En 1926, il lance son trio de parfums A B C dans des flacons de René Lalique. Un an après, il sort deux nouveaux parfums : J pour Jasmin et N pour Natalie, du prénom de Natalie Paley, princesse Romanov, qu'il épouse le 9 août 1927, soit à peine un mois après son divorce de sa première épouse. Cette union prend fin en 1937. De 1925 à 1950, il lancera près de quarante parfums.
Il avait ouvert une boutique rue Gardères à Biarritz, où il avait connaissance avec la famille Paley, et où Natalie Paley était devenue mannequin pour sa maison.
Il inaugure une succursale pour ses parfums à Chicago en 1928.

par DARKWOODS  11

LIEN

MERCREDI

FEVRIER
2019
VINTAGE GLAMOUR
 

par DARKWOODS  24

LIEN

DIMANCHE

FEVRIER
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Bertolt Brecht est un auteur dramatique allemand, né le 10 février 1898 à Augsbourg (Bavière) et mort le 14 août 1956 à Berlin-Est.
Il a été à la fois dramaturge, metteur en scène, critique théâtral, écrivain auteur de romans1, de récits en prose2 et poète.
Jusqu'en 1930
Bertolt Brecht, Eugen Berthold Friedrich Brecht de son nom complet, est d'origine bourgeoise, fils d'un père catholique, dirigeant d'une fabrique de papier, et d'une mère protestanten 1. Il commence à écrire très tôt (son premier texte est publié en 1914) et entame des études de philosophie, puis de médecine à Munich. En 1918, à vingt ans, il est mobilisé à la fin de la Première Guerre mondiale comme infirmier. L'horreur de la guerre aura comme pour les surréalistes français, une importante influence sur lui. La même année, il écrit sa première pièce, Baal, dans un style libertaire et lyrique qu'il délaissera par la suite4. Il chante des écrits pacifistes à Augsbourg, puis à Munich et rompt les liens qui l'attachaient encore à sa famille.
Suivent les pièces Tambours dans la nuit en 1919 qui lui vaut le prix Kleist en 1922 et Dans la jungle des villes. On découvre dans ses premières œuvres, telle que Baal, des traits de caractère anarchiste. Il est alors très influencé par Erwin Piscator ou Max Reinhardt. Il est engagé comme conseiller littéraire en 1923 à Munich, puis, à Berlin en 1924, il rejoint le Deutsches Theater de Max Reinhardt, avec l'actrice Hélène Weigel, qui monte ses pièces. La même année, Elisabeth Hauptmann devient sa maîtresse et sa collaboratrice. Viennent ensuite Homme pour homme (1927) et Grandeur et décadence de la ville de Mahagony. Ces pièces provoquent une polémique, jusqu'en 1928 où il crée L'Opéra de quat'sous (musique de Kurt Weill), un des plus grands succès théâtraux de la république de Weimar qui, grâce à un malentendu , lui assure le succès
Après
A partir de 1930, les nationaux-socialistes commencent à interrompre avec véhémence les représentations des pièces de Brecht. Il épouse alors Hélène Weigel, et devient marxiste. L'arrivée au pouvoir des nazis les force à quitter l'Allemagne en février 1933, après que leur domicile fut perquisitionné6. L'œuvre de Brecht est interdite et brûlée lors de l'autodafé du 10 mai de cette même année. Il parcourt l'Europe, et en juin 1933 il s'installe au Danemark (à Svendborg à partir d'août 1933)
Apatride depuis que le régime nazi l’a déchu de sa nationalité allemande en 1935, il est sera naturalisé autrichien en 1950.
par DARKWOODS  38

              
245     Page précédente
Page Suivante
225

001