SAMEDI

MARS
2012
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 

par MANTEAU  1739

VENDREDI

MARS
2012
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Où on pourrait "hier c'est demain".
L'artiste de Los Angeles, Alex Gross réinterprète les cartes d'antan grace à l'art visuel. A la fin du 19e siecle, les cartes étaient présentées de façon élégante pour brosser pratiquement un portrait intellectuel du sujet. Elles fournissaient également des informations et la publicité sur le verso afin d'aider le photographe pour le quotidien. Gross convertit les cartes anciennes avec ces photos de personnes réelles dans une collection colorée de super-héros inventive moderne, permettant ainsi aussi de sauver les photographies originales.
Cette Série sera présenté lors d'une exposition à la Galerie Jonathan Levine à New York du 25 Février jusqu'au 24 mai 2012.

par MANTEAU  496

VENDREDI

MARS
2012
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Hiroshi Ishiguro, professeur à l'Université d'Osaka, est célèbre pour la création d'une réplique en "robot" de lui-même, le Geminoid HI-1, un androide qu'il contrôle à distance. Le robot gynoïde nommée Geminoid F ("F" signifie femme ) est également conçu pour être commandé à distance par un opérateur. Il s'agit d'une copie d'une femme réelle avec la possibilité de présenter diverses expressions faciales plus naturellement que les précédentes versions .
Ishiguro construit l'androïde dans le cadre de son travail à l'Université d'Osaka et en collaboration avec Kokoro Co. et ATR Intelligent Robotics , une entreprises japonaises spécialisées dans l'animatronique pour d' ultra-réalistes androïdes
Lors de la conception de Geminoid F, l'équipe d'Ishiguro et les ingénieurs de Kokoro ont voulu créer une gynoïde qui pourraient présenter un large éventail d'expressions naturelles sans exiger, comme pour nombreux autres androïdes qu'ils avaient développés, d'intervention humaines liées aux commandes. En particulier, ils voulaient que le robot arbore un sourire convaincant, ainsi que lui permettre une expression de visage froncé au niveau des sourcils.
Lors de la présentation du robot, Geminoid F a souri et son front s'est plissé dans la mimique presque simultanée de la femme. Le mimétisme est réalisé via un système de télé-opération, développé par Ishiguro ATR Robotique intelligente . Il se compose d'une caméra intelligente qui permet de suivre les mouvements du visage du sujet. Les données correspondantes sont relayés au système de contrôle du robot, qui coordonne le mouvement des actionneurs pneumatiques pour reproduire les expressions sur le visage de l'androïde.
"Je me sentais comme si j'avais une sœur jumelle" a déclaré la jeune femme qui a servi de modèle
par MANTEAU  551

LUNDI

FEVRIER
2012
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
« Atlantropa » est le nom donné à un projet prévoyant la construction d’un immense barrage au niveau du détroit de Gibraltar, ce qui aurait permis de fermer la mer Méditerranée. Il a été proposé pour la première fois le 1er mars 1928 par l’architecte allemand Herman Sörgel .
La base constitutive du projet est la construction d’un immense barrage hydro-électrique de 35 km de long au niveau du détroit de Gibraltar, ce qui permettrait d’isoler la mer Méditerranée de l’océan Atlantique. Ce barrage aurait un débit de plus de 88 000 mètres cubes d’eau par seconde, ce qui laisserait la possibilité de produire au moins 50 000 mégawatts. Ce barrage, dessiné par Bruno Siegwart, et devant comprendre des usines hydroélectriques souterraines, ainsi qu’un jeu de canaux et d’écluses devraient être signalées du côté Atlantique par une tour haute de plus de 400 mètres.
L’Europe aurait ainsi eu en sa possession des moyens de production d’énergie suffisants pour tout son territoire.
Herman Sörgel avait prévu la production d’électricité grâce aux lacs africains. Celle-ci aurait été transmise en Europe grâce à trois lignes très haute tension. La première serait passée par le détroit de Gibraltar, la seconde aurait bordé la mer Méditerranée par l’Égypte, la Palestine et la Syrie pour entrer en Europe par l’intermédiaire de la mer Noire et de la vallée du Danube. La troisième aurait été établie grâce à la pose d’un câble sous-marin entre l’Afrique du Nord et l’Italie via la Sicile.
par MANTEAU  741

LUNDI

FEVRIER
2012
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Demain c'est aujourd'hui! Quoi de plus vrai lorsque l'on voit que la constuction d'un port spatial devient une réalité!
En Octobre dernier, a eu lieu la cérémonie d'ouverture officielle du centre spatial Spaceport
Il s'agit du premier site de commerce pour les vols spatiaux privés. Spaceport a été ouvert dans le désert du Nouveau Mexique. Le projet a été réalisé par le studio Foster and Partners. Starport comprend une salle d'attente et d'entraînement au vol, un hangar et d'une tour de contrôle.
La longueur des pistes d'envol est de trois kilomètres.

par MANTEAU  434

LUNDI

JANVIER
2012
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
D'une façon générale, il faut bien constater que, depuis le début de leur histoire, les créatures artificielles ont toujours suscité un fantasme érotique. De Galatée à la Venus d'Ille, les femmes artificielles fascinent les hommes et en même temps leur ambiguité les rend étranges et angoissantes.
Dans de nombreux films, on retrouve cette dimension d'attirance érotique et de répulsion envers les femmes artificielles
Futura, la troublante androide de Metropolis dans le film de Fritz Lang, la très réplicante Rachel de Blade Runner ou encore la cyborg T-X du troisieme volet de Terminator sont autant d'exemples (Kristanna Loken)
Les hommes artificiels ont également acquis depuis peu une dimension sexuelle dans les longs métrages de science fiction . Dans Star Trek: the next generation l'androide Data est programmé pour effectuer un large éventail de techniques sexuelles. Meme Steven Spilberg dans IA, met en scenes des robots de plaisirs, comme le personnage Gigolo Joe (Jude Law)
Source: Jean-Claude Heudin - 2007 - Technology & Engineering, les créatures artificielles: des automates aux mondes virtuels


par MANTEAU  527

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Projet Orion 2443 , le 21/10/2011
 L'ile d'AZ 2351 , le 23/09/2010
 Hot Cyborgs 1739 , le 24/03/2012
 Projet d'un dirigeable atomique britannique en 1966 1651 , le 04/07/2011
 Le Steampunk 1535 , le 05/01/2014
 Poséidon : premier hôtel sous marin 1446 , le 14/05/2011
 Tropical Island Yacht : la plage de rêve mobile 1320 , le 25/09/2011
 Espace Hôtel 1285 , le 23/09/2011
 DONA, un robot mendiant 1210 , le 04/05/2011
 Véhicules de demain 1015 , le 01/04/2012
 Des images de galaxies jamais vues prises par Hubble 995 , le 09/12/2009
 Guyrobot.com 964 , le 18/04/2009
 Concept: train à grande vitesse voyager sans escale 955 , le 10/08/2011
 Le tourisme du futur - 1 914 , le 22/10/2010
 Le futur des Robots - 5 et fin 903 , le 22/01/2013
LUNDI

JANVIER
2012
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
De quoi seront faits les jeux vidéos de demain ?
Existeront ils ? Les cinq sens humains seront ils sollicités ??
En tout cas à voir l'évolution des jeux sur 30 ans, on se doute que demain verra naitre des jeux de plus en plus étonnants de vérité!
-Evolition of Space Battle game
-Mike Tyson’s Punch Out VS. Fight Night Round 3
-Sonic the Hedgehog VS. Sonic Generations
-GoldenEye 64 VS. Halo 3
-The Legend of Zelda VS. The Legend of Zelda: Skyward Sword
-Metal Slug VS. Battlefield 3
-Pole position VS. Gran Turismo 5
-Mario Brothers VS. Braid
-Marble Madness VS. Portal
-Contra VS. Metro 2033
-Mortal Kombat VS. Soul Caliber 5
-Evolution of Strategy game
-Evolution of Plateform Game
-Evolution of Flight Simulator

par MANTEAU  644

DIMANCHE

NOVEMBRE
2011
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 

par MANTEAU  494

LUNDI

NOVEMBRE
2011
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Le site Stocklogos.com a réalisé une exploration dans le futur en étudiant comment les logos des marques célèbres évoluent au fil du temps, afin de suggérer comment ils seront dans un temps rapproché

par MANTEAU  440

DIMANCHE

NOVEMBRE
2011
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Certains ont existé, certains existent, certains existeront!

par MANTEAU  679

SAMEDI

NOVEMBRE
2011
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Les robots de demain verront-ils le jour grâce aux recherches qui s'inspirent de l'autonomie des animaux et du développement des enfants ? Dans les années soixante-dix, les scientifiques nous auraient ri au nez. On était alors en plein boom de l'intelligence artificielle. L'objectif était de développer des programmes informatiques avec des capacités de raisonnement comparables à celles des humains (parler, calculer...). Ces programmes faisaient ce que leurs concepteurs avaient inscrit dans les lignes de code. Ainsi, Deep Blue, l'ordinateur qui a battu Gary Kasparov aux échecs en 1997, n’était rien de plus qu’une incroyable force de calcul et une grosse mémoire.
Rien à voir avec un robot curieux, doué de la capacité d’apprendre par lui-même. Un robot qui, à force d’essais et d’erreurs, pourrait se débrouiller seul dans un environnement inconnu ou face à une action de jeu inattendue de Kasparov… Pour créer un tel robot il fallait quitter le domaine de l’ingénierie - qui développent des machines appliquant à la lettre ce qui a été prédéfini dans leur programme - et se tourner vers la recherche.
Justement, au milieu des années quatre-vingts, quelques roboticiens, américains tout d’abord, européens ensuite, se sont penchés sur de nouveaux sujets d’études : les animaux. L'objectif ? "Imiter les capacités basiques que l'homme partage avec les animaux, comme se déplacer, éviter des obstacles, s'orienter. Parce qu'elles sont primitives et probablement indispensables à la compréhension de l'intelligence humaine," explique Jean-Arcady Meyer, chercheur à l'Institut des systèmes intelligents et de robotique de Paris (ISIR). Ainsi, des chercheurs anglais ont reproduit la nage de la carpe, tandis que ceux de Marseille copiaient le fonctionnement des yeux des mouches pour contrôler la hauteur de vol d'un mini hélicoptère.
À l’ISIR, l’équipe de Jean-Arcady Meyer se penche depuis 2002 sur Psikharpax, un robot-rat dont la morphologie et le cerveau s’inspirent de ceux du rongeur (partie 1). ''D’un point de vue fondamental, notre recherche vise à mieux comprendre le fonctionnement du système nerveux d'un vertébré. D’un point de vue appliqué, elle vise à augmenter l’autonomie décisionnelle des robots,'' souligne Agnès Guillot (lien portrait), psychophysiologue qui coordonne une partie du projet.
D'autres chercheurs se sont tournés, eux, vers la théorie de l'évolution de Darwin (partie 2) ou la psychologie du développement (partie 3). Comme les enfants, les robots peuvent-ils apprendre une nouvelle tâche en l'expérimentant ? Alan Turing, l'un des pères fondateurs de l'informatique, l'avait pourtant écrit dès 1950 : pour rendre les machines intelligentes, copions d'abord l'intelligence des enfants. Peu l’avaient alors écouté.
Source: savoirs.essonne.fr

par MANTEAU  601

VENDREDI

OCTOBRE
2011
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Le Projet Orion fut la première étude de conception d'un véhicule spatial mû par propulsion nucléaire pulsée, idée proposée par Stanislaw Ulam en 1947. Le projet, initié dans les années 1950, était mené par une équipe d'ingénieurs et de physiciens de General Atomics, comprenant quelques célébrités telles que le physicien Theodore Taylor. Sur la demande de Taylor, le physicien Freeman Dyson quitta pendant une année ses travaux universitaires pour diriger le projet. Ce fut le premier groupe de réflexion de la sorte depuis le projet Manhattan, la plupart des membres du projet Orion déclarent s'en souvenir comme les meilleures années de leur vie. De leur point de vue, l'humanité n'a jamais été aussi près qu'alors des voyages spatiaux à grande échelle.
En se basant sur l'énergie nucléaire, Orion aurait théoriquement permis d'obtenir à la fois une forte poussée et une importante impulsion spécifique, le Graal de la propulsion spatiale. En théorie, les performances offertes dépassaient de loin celles des meilleures fusées conventionnelles ou nucléaires alors à l'étude. L'objectif était de permettre les voyages interplanétaires à bas coût. Ses partisans en ressentaient les forts potentiels, mais le projet perdit son soutien politique à cause des inquiétudes au sujet des contaminations provoquées par la propulsion. Le traité d'interdiction partielle des essais nucléaires de 1963 mit fin au projet.

par MANTEAU  2443

              
219     Page précédente
Page Suivante
199