LUNDI

AVRIL
2019
ZOOMS
 

par MANTEAU  69

LIEN

VENDREDI

AVRIL
2019
ZOOMS
 
Irving Penn veut que ses portraits aient la même force irréductible que des tableaux. Il puise dans les œuvres de Goya, de Daumier et de Toulouse-Lautrec des leçons de cadrage, d’éclairage et d’éloquence instantanée. Pour lui, l’essentiel est de percer l’expression de façade et l’armure des célébrités qui viennent poser dans son studio. Il les reçoit comme il est, en jean et chemise blanche, et commence par les mettre à l’aise en leur offrant un café. Ensuite, Irving Penn conforte et encourage ses modèles pendant tout le déroulement de la séance, faisant peu à peu tomber leurs défenses pour les amener à partager son projet. Il n’est pas satisfait tant que son interlocuteur ne s’est pas engagé avec lui sur un terrain sensible, où les vérités se renforcent et révèlent leur essence profonde.
Les images qui en résultent marquent pour lui le début d’un demi siècle de portraits qui, par leur concision graphique et leur finesse psychologique, restent inégalés. Les portraits de Penn ne ressemblent à ceux d’aucun autre photographe.
D’une grande intensité psychologique et néanmoins élégants et subtilement composés, ils situent le sujet dans une ambiance sereine, d’une limpidité surnaturelle.
Dans la photo de Pablo Picasso (1881-1973) prise à La Californie (villa de l’artiste à Cannes) en 1957, l’oeil gauche de l’artiste nous fixe intensément depuis son seul profil visible, de sorte que son visage ressemble presque à certains de ses portraits cubistes.
Penn avait un certain goût pour le minimalisme. Le jour où il insiste pour se présenter à un rendez-vous avec Picasso – en dépit des protestations des agents de l’artiste, prétendant qu’il n’est pas chez lui –, il trouve le peintre vêtu d’un sweatshirt gris. Cette tenue ne l’inspire guère. Picasso décide alors, pour s’amuser, de revêtir une cape espagnole et un chapeau. Penn, de son côté, travaillant sur la pose pour sortir de l’idée de déguisement, se rapproche peu à peu de l’oeil gauche de l’artiste, qu’il isole pour en faire le point focal d’une image cadrée de façon très serrée, réduite à l’essentiel. Picasso ne lui avait accordé que dix minutes, mais le photographe, nullement découragé, mobilisa tout son talent et toute son expérience pour sculpter l’essence de ce personnage fascinant.
par MANTEAU  28

DIMANCHE

MARS
2019
ZOOMS
 
Erwin Blumenfeld, né le 26 janvier 1897 à Berlin et mort le 4 juillet 1969 à Rome, est un photographe allemand naturalisé américain.
Il est célèbre pour ses photographies de mode des années 1940 et 1950, notamment pour les magazines américains Vogue et Harper's Bazaar.

par MANTEAU  22

LIEN

VENDREDI

MARS
2019
ZOOMS
 
Une belle série de photos trouvée sur le site de inna1965.livejournal(voir lien) et toutes signées du photographe Edouard Boubat (photo n°2)
Né le 13 septembre 1923 et mort le 30 juin 1999 à Paris, il a fait partie des trois photographes principaux de la revue Réalités de 1957 à 1970. Il est, avec Brassaï, Willy Ronis, Robert Doisneau, Izis, l'un des principaux représentants de la photographie humaniste française. Son œuvre empreinte de poésie fera dire de lui à Jacques Prévert : « Boubat, un correspondant de paix ».
Ses photographies sont diffusées par l'agence Gamma-Rapho.
A lire également:
Robert Doisneau

par MANTEAU  36

LIEN

MERCREDI

MARS
2019
ZOOMS
 
Dovima with elephants est réalisée par Richard Avedon au Cirque d'Hiver — qui dispose d'une verrière laissant entrer la lumière naturelle2 — avant le lancement des collections, elle représente le modèle américain Dovima posant entre plusieurs éléphants dans une robe de soirée noire dessinée pour le grand couturier français Christian Dior par son jeune assistant, Yves Saint-Laurent, une de ses toutes premières robesn 1, avec le descriptif suivant du couturier : « Fourreau de velours noir. Manches très collantes et décolleté profond. Large ceinture de satin drapé, placée au-dessus de la taille normale1. » L’appellation exacte par l'entreprise Christian Dior est : Robe du soir « Soirée de Paris », haute couture Automne/Hiver 1955/19564.
Cette photo fait partie d'une série de deux images publiées dans Harper's Bazaar d'octobre 1955n 2 pour un reportage de Carmel Snow sur Paris, le « Carmel Snow's Paris Report »2 sous la responsabilité de Alexey Brodovitch. Une seconde photographie montre Dovima en robe blanche, Dior également, au milieu des deux éléphants.
par MANTEAU  31

DIMANCHE

OCTOBRE
2018
ZOOMS
 

par MANTEAU  95

LIEN

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Stefano Giacomini - La jeune fille et son chat 2940 , le 09/09/2011
 Juha Arvid Helminen, photographe 2883 , le 06/01/2010
 Gregory Colbert 2228 , le 17/11/2010
 Stéphane Laroque, photographe 2084 , le 25/07/2010
 Jean Loup Sieff 1975 , le 01/09/2010
 Loretta Lux 1933 , le 11/12/2010
 Ambiances de Toscane - 2 et fin 1807 , le 11/11/2010
 Jean Paul Goude, photographe - 1 1803 , le 22/07/2010
 Marie-Jo, promenade en hiver dans les Vosges-Série 2 1648 , le 17/01/2010
 Colin Storey, alias Studge - Winter Scenes 1633 , le 05/01/2011
 Danseurs, par Little Shao 1626 , le 19/10/2012
 Philippe Mougin 1612 , le 18/12/2010
 François-Marie Banier 1578 , le 22/03/2011
 Jean Pierre Gilson 1552 , le 02/08/2010
 Stanislav Petera - 2 et fin 1537 , le 26/08/2010
MARDI

AVRIL
2018
ZOOMS
 
Le photographe (de Nashville) Gilles Clement utilise un équipement photo tout particulier pour créer des portraits magnifiques de style "fin 19 siècle"

par MANTEAU  319

LUNDI

FEVRIER
2018
ZOOMS
 
Cette photographie est signée Steve McCurry et date de juin 1984. Sharbat Gula avait alors 12 ans et stationnait dans un camp de réfugiés afghans au Pakistan, lors de l’invasion de l’Union soviétique. Le cliché a été utilisé comme couverture du magazine National Geographic et est rapidement devenu l’une de ses couvertures les plus emblématiques. Le nom de la jeune fille est resté inconnu pendant longtemps, jusqu’à ce qu’après 17 ans de recherches Steve McCurry retrouve sa trace dans la région. Elle est revenue en Afghanistan en 1992 et ne savait pas qu’elle était devenue une telle icône. Son identité a été confirmée à 99,9 % par les experts du FBI.
Source: http://dailygeekshow.com/

photo: buzzfeed.com

par MANTEAU  152

DIMANCHE

FEVRIER
2018
ZOOMS
 
Vivian Maier, née le 1er février 1926 à New York1, et morte le 21 avril 2009 (à 83 ans), est une nourrice américaine et une photographe de rue amateur dont la production est demeurée inconnue jusqu'à sa mort et sa découverte fortuite en 2008.
En lien le site qui lui est consacré

par MANTEAU  408

LIEN

VENDREDI

FEVRIER
2018
ZOOMS
 

par MANTEAU  44

LIEN

SAMEDI

JANVIER
2018
ZOOMS
 
Jean-Marie Pillu, dit Jean-Marie Périer, est un photographe français, né le 1er février 1940 à Neuilly-sur-Seine, célèbre entre autres pour sa collaboration à Salut les copains.
Il est le fils de l'acteur François Périer (1919-2002) qui l'a reconnu officiellement à sa naissance, son père biologique étant le musicien et chanteur Henri Salvador (1917-2008). Sa mère, l'actrice Jacqueline Porel (1918-2012), est la petite-fille de la comédienne Réjane (1856-1920).

par MANTEAU  136

LIEN

JEUDI

OCTOBRE
2017
ZOOMS
 
Philip Plisson est un photographe français, né le 17 janvier 1947 à Orléans, spécialisé dans les photographies maritimes.
Avec son fils Guillaume, photographe lui aussi, il lance la compagnie d'édition Pêcheur d'Images. Ses deux autres enfants, Anne et Franck, travaillent avec lui. Il installe tout d'abord une galerie à la Trinité-sur-Mer dans le Morbihan avant de déménager les bureaux de la société dans la commune voisine de Crac'h pour construire de plus grands locaux et donner une nouvelle impulsion à cette société.
Fervent défenseur de la mer en général, il est l'auteur de nombreux ouvrages de photos, comme la Mer ou encore la Mer, Avenir de la Terre, etc. Il participe régulièrement à des conférences ou des sommets pour défendre la mer, notamment à Bruxelles lors de réunions de l'Union européenne.
Il est nommé peintre de la Marine en 1991. En 1992, une exposition intitulée Philipp Plisson, pêcheur d'images lui est consacrée au Musée national de la Marine à Paris.

par MANTEAU  265

LIEN

JEUDI

OCTOBRE
2017
ZOOMS
 
C’est le surnom donné à cet homme qui se tient debout face à une file de chars chinois, lors de l’insurrection de la place Tian’anmen en 1989. Pris par Jeff Widener, ce cliché a ensuite été utilisé par le gouvernement chinois pour symboliser la compassion des soldats envers les habitants dans leur mission de protection des civils. En effet, malgré l’ordre d’avancer donné par ses supérieurs, le conducteur du premier char a refusé d’obéir.
Source: http://dailygeekshow.com/

par MANTEAU  54

              
118     Page précédente
Page Suivante
98