DIMANCHE

JUIN
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Rhéa est un satellite naturel de Saturne, le deuxième plus grand satellite de la planète par la taille après Titan. Il fut découvert en 1672 par Jean-Dominique Cassini.
Nom
Cassini nomma les quatre satellites de Saturne qu'il découvrit (Japet, Téthys, Dioné et Rhéa) Sidera Lodoicea (« les étoiles de Louis » en latin) en l'honneur du roi Louis XIV de France. Titan, découvert par Christiaan Huygens presque trente ans plus tôt, avait été désigné simplement Saturni Luna (« lune de Saturne »). Les astronomes prirent l'habitude de les désigner par des numéros : Saturne I à Saturne V. Après la découverte de Mimas et Encélade en 1789, cette numérotation fut étendue à Saturne VII, puis Saturne VIII après celle d'Hypérion en 1848.
Le nom actuel de ces sept satellites fut suggéré par John Herschel (fils de William Herschel, découvreur de Mimas et Encelade en 1789) lorsqu'il proposa en 1847 que les désignations numériques soient remplacées par les noms de Titans, frères et sœurs de Cronos (équivalent de Saturne dans la mythologie grecque)11. Rhéa était la femme de Cronos ; lasse de ce que celui-ci dévore ses enfants, elle lui fit avaler un rocher afin de sauver son fils Zeus.
Exploration
La première sonde spatiale à avoir pris des photographies de Rhéa fut Voyager 1, en novembre 1980.
Rhéa a été survolé à plusieurs reprises par la sonde Cassini. Le 17 janvier 2006, la sonde a effectué un survol distant et a pris des photographies en meilleure résolution que précédemment et sous une lumière plus rasante. Ces images semblent indiquer que les raies de Rhéa sont des falaises de glace similaires à celles de Dioné.
Rhéa a été photographiée à plusieurs reprises à moyenne distance par Cassini. Un survol proche fut programmé pendant la mission primaire, à la distance de 500 km, le 26 novembre 2005. Un survol proche additionnel fut réalisé le 30 août 2007 à 5 750 km de distance. Un dernier est prévu pour la mission étendue de Cassini, le 2 mars 2010, à 100 km d'altitude.
par MANTEAU  202Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

DIMANCHE

JUIN
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Michael Joseph Jackson né le 29 août 1958 à Gary (Indiana) et mort le 25 juin 2009 à Los Angeles (Californie), est un auteur-compositeur-interprète, danseur-chorégraphe et homme d'affaires américain.
Septième d'une famille de neuf enfants, il a commencé sa carrière professionnelle à l'âge de onze ans au sein des Jackson Five puis a débuté sa carrière solo en 1971 tout en restant membre du groupe.
Surnommé par la suite « The King of Pop » (en français « Le Roi de la pop »), il a sorti cinq albums studio figurant parmi les plus vendus au monde : Off the Wall (1979), Thriller (1982), Bad (1987), Dangerous (1991) et HIStory (1995).
Au début des années 1980, Michael Jackson est devenu une figure majeure de la musique pop et est l'une des plus célèbres du xxe siècle. Les courts-métrages comme Beat It, Billie Jean ou Thriller ont donné un nouvel élan aux vidéo-clips musicaux. Au cours de ses nombreux concerts et apparitions publiques en direct, il a largement popularisé de nombreux pas de danse, dont le Moonwalk qui est devenu sa signature. Son style vocal et musical a influencé de nombreux autres artistes de Hip-hop, Pop et R'n'B.
Au cours de sa carrière, Michael Jackson a battu de nombreux records de l'industrie du disque. Le nombre total de ses ventes est estimé à 750 millions ce qui le classe plus gros vendeur d'albums de tous les temps (pour un artiste solo). Thriller, dont les estimations des ventes varient entre 65 et 108 millions, est quant à lui l'album le plus vendu de l'histoire de la musique. Il a remporté plus de prix que n'importe quel autre artiste et été nommé Artiste du Millénaire aux World Music Awards en 2000.
Michael Jackson a récolté et donné plus de 400 millions de dollars pour des œuvres caritatives notamment grâce à sa tournée Dangerous World Tour mais son image publique a été considérablement ternie à cause de certains aspects de sa vie privée, notamment son goût pour la chirurgie esthétique, son mode de vie excentrique et deux accusations d'abus sur mineurs pour lesquelles il a été respectivement relaxé et acquitté. Ses deux mariages et ses trois enfants ont également été à l'origine de polémiques, mais malgré ces controverses, Michael Jackson demeure une des figures majeures de la musique de ces quarante dernières années.
Le 25 juin 2009, peu avant le début de This Is It, une série de 50 concerts à Londres censée marquer son retour sur scène, Michael Jackson meurt au Ronald Reagan UCLA Medical Center (Los Angeles) d'une défaillance cardiaque. Une autopsie est pratiquée le 26 juin afin de déterminer les causes exactes de sa mort.
par MANTEAU  414Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

JEUDI

JUIN
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
L'hypercompe scribonia a une envergure d'environ 75 mm. Ses ailes sont blanc brillant maculé de taches noires. L'abdomen est bleu nuit avec des marques orange. Le mâle présente une fine ligne jaune sur les côtés. Ses pattes sont blanc rayé de noir.
La chenille est couverte d'une épaisse couche de poils noirs et présente des bandes rouges entre ses segments qui deviennent visibles lorsque la chenille se met en boule pour se défendre. Elle est urticante.
Mœurs
Il s'agit d'un papillon strictement nocturne, ne volant généralement pas avant la tombée de la nuit (Fullard et Napoleone 2001).
par MANTEAU  567Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

MERCREDI

JUIN
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Une figure de style (du latin figura : « dessin d’un objet », par extension sa « forme ») est un procédé d’expression qui s’écarte de l’usage minimal de la langue et donne une expressivité particulière au propos. On parle également de figure de rhétorique ; certains auteurs établissent des distinctions dans la portée des deux expressions, mais l’usage courant en fait des synonymes.
Si les figures de style sont l’une des caractéristiques des textes qualifiés de « littéraires », elles sont cependant d’un emploi commun dans la langue quotidienne écrite ou orale, du moins pour certaines d’entre elles, comme l’illustrent les métaphores injurieuses bien connues du capitaine Haddock. Elles mettent en jeu le sens des mots (figures de substitution comme la métaphore ou la litote, figures d’opposition comme l’antithèse ou l’oxymore…), leur sonorité (allitération, paronomase…) ou leur ordre dans la phrase (anaphore, gradation…).
par MANTEAU  281Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

MARDI

JUIN
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Le Cerro Chacaltaya ou Chacaltaya (« chemin froid » en aymara) est une montagne culminant à 5 395 mètres d’altitude, située en Bolivie dans la cordillère des Andes. Son glacier abritait une station de ski possédant la plus haute piste du monde, mais son retrait rapide et sa quasi disparition ont provoqué sa fermeture.
../..
Il fut longtemps le site du vaste glacier de Chacaltaya, vieux de 18 000 ans, à 5 300 mètres d’altitude. Le glacier a entièrement disparu en mai 2009 alors que les scientifiques avaient estimé que cet événement ne se produirait pas avant 2015.
par MANTEAU  157Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

MARDI

JUIN
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
La licorne, parfois nommée unicorne, est une créature de légende généralement décrite comme proche du cheval et de la chèvre, de couleur blanche avec un corps chevalin, une queue de lion, une barbiche de bouc, des sabots fendus et une grande corne au milieu du front, droite, spiralée et pointue, sa principale caractéristique.
Probablement issue des folklores chinois et indien, la licorne était mentionnée comme un animal bien réel depuis l'antiquité grecque, sous le nom de monocéros. Elle devint le sujet d'une iconographie riche dans de nombreux bestiaires médiévaux qui la décrivent comme un animal sylvestre très féroce, symbole de pureté et de grâce, que seule une vierge peut capturer. Elle possèderait le pouvoir de purifier l'eau de tout poison avec sa corne et des objets présentés comme d'authentiques « cornes de licornes » s'échangèrent durant le Moyen âge et une partie de la Renaissance. En 1704, on découvrit que ces « cornes de licornes » étaient en réalité une défense de mammifère marin, le narval, puis, que les multiples descriptions qui avaient été faites de la licorne correspondaient aux déformations d'animaux comme le rhinocéros et l'antilope. La croyance en l'existence de la licorne fut discutée jusqu'au milieu du XIXe siècle et de tous temps, la bête intéressa des théologiens, médecins, naturalistes, poètes, gens de lettres, ésotéristes, alchimistes, symbolistes et historiens.
Aujourd'hui, la licorne est une créature légendaire parmi les plus typiques et les plus connues du domaine de la fantasie, de nombreux travaux et des œuvres de fiction lui étant entièrement consacrés. L'imagerie moderne de la licorne est souvent devenue celle d'un grand cheval blanc portant une corne unique au milieu du front.
Origines de la licorne
La licorne blanche telle que nous la connaissons est bien une légende et non un mythe, car elle n'est pas liée à la création du monde, à des gestes héroïques ou la fondation d'une ville, mais le résultat de rapports d'observation exotiques. Selon Francesca Yvonne Caroutch, elle se confondrait avec la nuit des temps, issue du chamanisme, elle était, semble-t-il, fabriquée artificiellement pour le culte de la fertilité, pratique qui perdure dans les confins du Kham, au Tibet oriental, jusqu'à la fin du XIXe siècle. Symbole cosmique dans la civilisation mésopotamienne, de fécondité et de fertilité dans la civilisation indo-aryenne, on la retrouverait dans les plus anciennes cosmogonies et des textes religieux et philosophiques aussi bien chinois qu'indiens ou perses.
Selon d'autres études, les créatures orientales comme le qilin ne peuvent pas être à l'origine de la licorne occidentale, dont la figure résulte d'un travail sur les premiers bestiaires et les textes gréco-romains, eux-même issus de l'observation d'animaux exotiques réels comme l'onagre, un « rhinocéros dans la brume » ou une « antilope vue de profil ». Les liens entre la licorne européenne et la licorne asiatique sont donc remis en cause car ces deux légendes auraient deux origines très différentes : les licornes asiatiques étaient fabriquées en liant par le fer et le feu les cornes de certaines chèvres angora, cette corne artificielle était donc courte et ressemblait à deux chandelles tressées, tandis que les licornes européennes telles que nous les connaissons sont une création du haut moyen âge empruntant beaucoup au Physiologos et un peu aux textes greco-romains et portant une longue corne torsadée, en réalité une défense de narval.
par MANTEAU  181Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

MARDI

JUIN
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Le planisphère de Waldseemüller, publié sous la direction du cartographe Martin Waldseemüller à Saint-Dié en 1507, contient la première mention du mot « America » sur une carte. Intitulé "Universalis Cosmographia" , il est accompagné d'un livret contenant un traité de géographie, Cosmographiae Introductio.
../..
Intitulée Universalis cosmographia secundum Phtolomaei traditionem et Americi Vespucii aliorumque lustrationes, la mappemonde établie par le Gymnase Vosgien (Gymnasium Vosagense) de Saint-Dié sous la direction de Martin Waldseemüller et imprimée en 1507 est la première carte sur laquelle apparaît le mot « America ».
C’est en outre la première carte murale du monde réalisée par la technique de l’imprimerie.
De grand format (1290 x 2320 mm), non coloriée, elle fut imprimée selon la technique de la xylographie sur douze planches séparées de 430 x 590 mm chacune. L'ensemble représente la forme de la terre grâce à une modification de la projection conique de Ptolémée où les méridiens sont incurvés. Ce nouveau type de représentation marqua profondément la cartographie. Le planisphère est cordiforme (en forme de cœur), surmonté par deux médaillons. Celui de gauche représente Ptolémée, celui de droite Amerigo Vespucci.
Selon la tradition de l’époque, l’Europe, l’Afrique et l’Asie sont placées au centre. Mais la nouveauté se situe sur le côté gauche du document : les deux parties du nouveau continent sont séparées par un détroit, entourées d'eau et de toute évidence non rattachées à l'Asie comme le croyait Christophe Colomb. Le mot "America", qui apparaît pour la première fois, est placé assez bas, plutôt vers le Sud de l'Amérique latine actuelle.

par MANTEAU  1409Source: fr.wikipedia.org

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 8 août 1929, 1er tour du monde pour le Graf Zeppelin 3756 , le 08/08/2010
 Les Très Riches Heures du duc de Berry 2865 , le 31/12/2011
 Censure des images en Union soviétique 2462 , le 17/11/2010
 René Lalique - 2 2194 , le 06/05/2011
 Le trésor de Hoxne 1676 , le 25/11/2010
 Happy Birthday Amy! 1634 , le 04/08/2014
 La Naissance de Vénus, d'Alexandre Cabanel 1592 , le 18/12/2010
 Planisphère de Waldseemüller 1409 , le 23/06/2009
 Candice Swanepoel 1372 , le 20/10/2014
 Céramique attique à figures noires 1305 , le 15/11/2009
 Stubby 1182 , le 05/10/2010
 L'attaque du lapin tueur 1174 , le 09/02/2011
 René Lalique - 3 et fin 1147 , le 13/05/2011
 Le Glaucus atlanticus 1141 , le 02/10/2011
 La corne de licorne 1049 , le 24/03/2011
LUNDI

JUIN
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793 a été rédigée par une commission dont faisaient partie Saint-Just et Hérault de Séchelles.
La paternité du texte est souvent attribuée pour sa majeure partie à Hérault de Séchelles dont le style mais surtout l'écriture se retrouvent sur la plupart des documents de travail de cette commission. Cette dernière a abouti également à la Constitution de l'an I qui ne fut jamais appliquée mais dont l'application fut souvent réclamée par la gauche française jusqu'au début du XXe siècle. Le premier projet de Constitution de 1946 fait d'ailleurs référence à cette déclaration.
Ce qui distingue la Déclaration de 1793 de celle de 1789, c'est la tendance égalitaire qui s'y exprime.
Sommaire
* 1 L'égalité, premier droit naturel de l'Homme
* 2 Le respect de la liberté individuelle
* 3 Insurrection populaire : droit le plus sacré, devoir le plus indispensable
* 4 La souveraineté du peuple
* 5 Voir aussi
L'égalité, premier droit naturel de l'Homme
L'égalité est le mot d'ordre de la Déclaration de 1793. Ainsi dès l'article 3, il est prévu que "Tous les hommes sont égaux par nature et devant la loi". L'égalité est aussi le premier droit présenté à l'article 2 (viennent ensuite la liberté, la sûreté et enfin la propriété). Pour les rédacteurs de la Déclaration de 1793, l'égalité n'est pas seulement civile (en droits), mais aussi naturelle (article 3).
Il existe cependant à l'époque une pensée selon laquelle liberté et égalité peuvent devenir rapidement contradictoires : en effet la liberté ne résout pas les inégalités sociales, dans la mesure où il existe des inégalités naturelles. Si l'État se contente de faire respecter la liberté, et de proclamer l'égalité naturelle, à terme la liberté aura raison de l'égalité sociale. La question qui se pose est de savoir comment on peut aplanir ou compenser les inégalités sociales. Ainsi l'article 21 proclame le droit de tout citoyen à l'assistance publique, cet article reconnaît que la société est redevable au citoyen d'une assistance, d'un droit au travail, chaque citoyen en vertu de la Déclaration peut donc revendiquer un travail. Les invalides seront quant à eux pris en charge par l'État. L'article 22, quant à lui, proclame le droit à l'instruction, assuré par un système éducatif nouveau chargé de récupérer la charge anciennement assumée par l'Église.
Ces droits font partie de ce que l'on appelle la deuxième génération des droits de l'Homme, des droits économiques et sociaux. Ces droits, cette égalité naturelle, supposent une intervention accrue de l'État, ce qui est en accord avec le but qu'il se fixe à l'article premier : "le bonheur commun".
Le respect de la liberté individuelle
La liberté individuelle est toutefois maintenue et certains aspects sont mieux définis que dans la Déclaration de 1789. En effet la Déclaration de 1793 prévoit la liberté de culte, la liberté de commerce et d'industrie (reconnue sans aucune limite), la liberté de la presse (pareillement illimitée), la liberté de se réunir en sociétés populaires (article 122) et enfin le droit de pétition (article 32).
Insurrection populaire : droit le plus sacré, devoir le plus indispensable
Le droit de résistance à l'oppression est mis en valeur dans la Déclaration de 1793, il occupe trois articles, qui précisent sa forme et son étendue. Même lorsque cette oppression n'atteint qu'un seul individu, la résistance est possible. Cette résistance peut être passive (grève) aussi bien qu'active (manifestation). La Déclaration reconnaît l'insurrection populaire contre un pouvoir oppressif, tyrannique et, despotique comme un devoir. Cet article sert aussi à légitimer les évènements du 10 août 1792, lors desquels la Commune de Paris transformée en Commune insurrectionnelle a obtenu la chute du roi. L'article sur ce sujet le plus récurrent étant le XXXVe et dernier article de cette Constitution : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".
La souveraineté du peuple
L'article 25 de la Déclaration de 1793 précise que la souveraineté réside bien dans le peuple. La Déclaration de 1789 parlait simplement de souveraineté nationale.
par MANTEAU  299Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

VENDREDI

JUIN
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
La minijupe (ou mini-jupe ou jupette) est une jupe très courte, droite ou plissée, « dont la longueur ne doit pas excéder 10 cm sous les fesses pour mériter cette appellation » . On distingue également la microjupe, qui est encore plus courte et dont l'ourlet se situe juste en dessous des fesses.
Le port de la minijupe, inspirée par la styliste anglaise Mary Quant en 1965, et associé au port des bottes hautes, en vinyle initialement puis en cuir, a été très vite popularisé dans le monde occidental. Devenue un des symboles de la libération de la femme, la minijupe fut l'une des manifestations de l'évolution des mœurs vestimentaires féminines.
Le succès considérable de la minijupe conduisit au développement des collants, et à la quasi-disparition du port des bas. Au fil du temps, la minijupe s'est modernisée et diversifiée au gré des collections proposées par les créateurs de mode.
Minijupes et humour
* Le mot minijupe est parfois utilisé comme qualificatif d'un discours, d'un exposé ou d'une présentation. On parle ainsi d'un « exposé minijupe ». Ceci en référence à l'analogie formulée par le préfet Jacques Gandouin : « Un discours doit être comme une minijupe, suffisamment long pour couvrir le sujet, mais suffisamment court pour retenir l'attention ». Cette analogie a depuis été reprise par le gouvernement français, qui sur son site officiel énonce le « principe de la minijupe » destiné aux entreprises : « Il faut en montrer assez pour attirer l'attention du chaland mais pas trop pour cacher ce qui doit l'être ».
* Wilfrid Baumgartner, ministre de l'économie et des finances, faisait un parallèle entre les statistiques et la minijupe : « les unes et l'autre cachent l'essentiel mais elles peuvent tout de même donner des idées ! »
* Citation de Coluche : « de nos jours, étant donné que les minijupes se font de plus en plus courtes et les décolletés de plus en plus plongeants, il n'y a plus qu'à attendre que les deux se rejoignent »

par MANTEAU  144Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

VENDREDI

JUIN
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Au cours de la longue histoire du Saint Empire romain germanique, il a utilisé de nombreux formes héraldiques, représentant ses nombreuses divisions internes.
La Quaternion Eagle
Une restitution de l'écusson du pays a été le "Quaternion Eagle" imprimé par David de Negker, Augsburg, 1510, d'après une gravure sur bois par Hans Burgkmair. Elle a montré les boucliers des différentes parties de l'empire en groupes de quatre sur les plumes d'un aigle à deux têtes de soutien, à la place d'un bouclier, le Christ sur la Croix. Au sommet, les grands boucliers, sont ceux des sept Princes électeurs, ainsi que celui portant pour titre "Préfet de Rome".
par MANTEAU  253Source: fr.wikipedia.org

VENDREDI

JUIN
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Bertrand de Got naquit vers 1264 près de Villandraut en Gironde, et décéda le 20 avril 1314, à Roquemaure (Gard). Son tombeau se trouve dans l'église collégiale (qu'il avait fait bâtir) à Uzeste, en Gironde. Il fut évêque de Saint-Bertrand-de-Comminges puis archevêque de Bordeaux, cardinal, avant de devenir pape sous le nom de Clément V. Sous son égide furent aussi construits dans le Sud Gironde les châteaux dits « clémentins » : Villandraut, Roquetaillade, Budos, Fargues, La Trave.
Son élection
Après un court pontificat, la mort de Benoît XI, en juillet 1304, fit ouvrir le conclave de Pérouse et laissa éclater les dissensions du Sacré Collège. Les discussions s’éternisèrent jusqu’au mois de juin 1305. Les cardinaux virent alors arriver Robert d’Anjou à la tête de « trois cent cavaliers aragonais armés et d’une multitude d’almogavares qui ne l’étaient pas moins ». Impressionné par tant de lances, le 5 juin 1305, les cardinaux français et italiens qui étaient représentés à égalité dans le conclave s’empressèrent de se mettre d’accord sur une seule chose : choisir un pontife hors de leur rang. Aussi ils désignèrent Bertrand de Got, l’archevêque de Bordeaux. Le nouveau pape choisit de régner sous le nom de Clément, le cinquième, le 24 juillet 1305.
Son refus de rejoindre Rome
Bertrand de Got aurait voulu se faire sacrer à Vienne comme son lointain prédécesseur Gui de Bourgogne qui en fut l’archevêque de 1083 à 1110 et qui régna, jusqu’en 1124, sous le nom de Calixte II. Mais Philippe le Bel préféra Lyon et le nouveau pape obtempéra. Dans un froid glacial, Clément V se dirigeait vers la vallée du Rhône, puis remonta vers la capitale des Gaules, pour son couronnement. La cérémonie déploya ses fastes devant le roi de France, en la basilique Saint-Just, le 15 novembre 1305.
Peu décidé de se rendre à Rome, où régnait le marasme le plus total, il semblerait que la prime intention de Clément V fut de passer son pontificat à Bordeaux. Entre février et mars, il séjourna à Cluny, Nevers et Bourges avant de rejoindre son ancien archevêché, traînassant d’abbayes en diocèses de France et nommant des cardinaux à sa dévotion.
Quand il s'approcha de Bordeaux, les Aquitains tout au long du chemin le saluait et l'acclamait. Il trouva une ville en liesse lors de son arrivée en juillet 1305. Cela entraîna la prise de mesures de sécurité et de ravitaillement par le sénéchal d'Aquitaine. Le 4 septembre, le pape quitta son ancienne ville épiscopale et, en chemin, passa à Villandraut, où il était né et dont il était le seigneur.
L'affaire des templiers
Clément V fut d'abord le pape du procès de l'Ordre du Temple. Philippe le Bel, le 17 novembre, avait fait parvenir à Clément V les aveux de hauts dignitaires templiers. En Guyenne, le pape, malade, malgré ces premiers aveux et la promesse royale de lui remettre tous les coupables, manquait d’enthousiasme. Cela était insupportable à Guillaume de Nogaret. Le Garde des Sceaux pensa avoir trouvé la parade en faisant prononcer par Pierre Dubois, avocat de Coutances, une violente diatribe en place publique « contre ceux qui refusaient de faire manger le pain du roi » aux chevaliers du Temple.
Troublé par la tournure des évènements et pour tenter d’amadouer le roi de France, Clément V décida de s’installer en pays plus neutre que la Guyenne anglaise. Il choisit le Comtat Venaissin, fief pontifical. Sa Sainteté y arriva avec sa suite le 9 mars 1309 et s’installa d’abord dans le couvent des dominicains. Personne ne se doutait à cet instant que neuf pontifes allaient se succéder dans cette ville pendant plus d’un siècle.
Le concile de Vienne
Clément V, traînait tellement les pieds, qu’en définitive le concile, au cours duquel le premier pape du Comtat devait condamner les templiers, ne fut convoqué qu’en 1311 et encore sur ferme injonction du roi de France. Le Souverain Pontife quitta sa résidence de Notre-Dame du Groseau, près de Malaucène, le 18 septembre pour rejoindre Vienne.
Le verdict si prévisible fut seulement proclamé le 13 avril 1312, en séance plénière du concile de Vienne, et en présence du roi de France Philippe IV le Bel, il promulgua la bulle « Vox in excelso » qui supprimait l'Ordre du Temple. Ce qui n’était pas prévu par le roi de France était que tous les biens des templiers fussent attribués aux chevaliers de Rhodes.
Un mois plus tard, le Pape décréta, par la bulle « Ad providam » la dévolution des biens du Temple à l'ordre de l'Hôpital Saint-Jean de Jérusalem, et régla le sort des Templiers par la bulle « Considerantes dudum » fulminée le 2 mai 1312.
Mais en Provence, qui jouxtait Avignon et le Comtat Venaissin, ni Charles II ni son successeur Robert d’Anjou ne cédèrent de bonne grâce les commanderies templières aux joanites. Certaines d’entre elles étaient encore en possession du comte de Provence en 1319.
La mort de Clément V
Mais pour l’instant, dans le Comtat Venaissin, Clément V était au plus mal. Sans doute atteint d'un cancer des intestins, ses « physiciens » (médecins), pour tenter d’apaiser ses douleurs lui faisaient ingurgiter des émeraudes pillées. Rongé par la maladie, il publia le 24 mars les décrétales du concile et quitta sa retraite de Monteux, avec l’espoir de rejoindre Villandraut, le fief de sa famille près de Langon. Le pape atteignit les rives du Rhône le 5 avril 1314 pour s’éteindre, quinze jours plus tard, le 20 avril 1314, à Roquemaure dans la demeure du chevalier Ricard qui l’avait hébergé.
La dépouille de Clément V fut ramenée à Carpentras pour des hommages solennels. Durant la veillée funèbre, un cierge renversé mit le feu au catafalque et carbonisa le mollet du pontife défunt.
par MANTEAU  637Source: fr.wikipedia.org

JEUDI

JUIN
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Le Grand Fenwick est un pays de fiction. Ce petit duché européen a été imaginé par l’écrivain irlandais Leonard Wibberley dans La souris qui rugissait (The Mouse That Roared, 1955) et se retrouve dans une série de romans postérieurs.
Le Grand Fenwick occupe un territoire de 8 km sur 5, et est situé dans une dépression des Alpes du Nord. Il jouxte la France et la Suisse, et est séparé de la première par le col du Pinot. Il comporte trois vallées (à l'instar de la Principauté d'Andorre). Son point culminant (700 m) est le Mont Fenwick.
Présentation du Grand-Fenwick
Voici comment Léonard Wibberley présente le Grand-Fenwick, dans le premier chapitre de "La souris qui rugissait".
* "Le duché du Grand Fenwick se cache dans une dépression des Alpes du nord et réunit, en un paysage accidenté, trois fins de vallées, une rivière, une montagne de 700 mètres - le mont Fenwick - et un château-fort. Dans la région au nord du duché, où les versants des montagnes environnantes jouissent de l’orientation voulue, s’étendent 160 hectares de vignobles. Chaque automne y voit mûrir un petit raisin noir au parfum particulièrement agréable qui donne le pinot Grand Fenwick. La possession de quelques bouteilles de ce cru fameux représente pour les connaisseurs le meilleur brevet de tastevin. En six siècles, la production du pinot Grand Fenwick n’éxeda jamais 2000 bouteilles par an. Dans les mauvaises années, ce chiffre se trouve parfois réduit des 3/4, et l’on se souvient encore avec effroi de la désastreuse récolte de 1913 qui, à la suite de neiges tardives et de pluies estivales, ne donna que 300 bouteilles. Cette année-là est restée plus douloureusement gravée dans la mémoire des amateurs que la suivante, où l'explosion de la guerre mondiale fut, pour eux, amortie par la nouvelle que les vignes du Grand Fenwick avaient produit une récolte miraculeuse de petit raisin noire."
par MANTEAU  175Source: fr.wikipedia.org

JEUDI

MAI
2009
LE SAVIEZ VOUS ?
 
La Peau de chagrin est un roman d’Honoré de Balzac publié en 1831 par Gosselin et Canel dans les Romans et contes philosophiques, puis aux éditions Werdet en 1834 dans les Études philosophiques. Une édition illustrée de 1837 chez Delloye et Lecou fait appel, avant Furne, à 124 artistes. L’édition Furne de 1845 place la Peau de chagrin en tête des Études philosophiques.
Le texte a connu diverses pré-publications dans les journaux de l’époque sous forme d’extraits dans la Revue des Deux Mondes en mai 1831, sous le titre Une débauche publié un mois plus tard dans le Cabinet de lecture et le Voleur. La Revue de Paris publie à son tour une version du texte sous le titre le Suicide d’un poète.
Résumé
Le jeune aristocrate Raphaël de Valentin, après avoir perdu toute sa fortune pour payer les dettes de son père, a l'intention de se suicider. Il rentre par hasard chez un antiquaire, où un vieil homme lui montre alors « une peau de chagrin » ayant le pouvoir d’exaucer tous les vœux de son propriétaire : « Si tu me possèdes, tu possèderas tout, mais ta vie m'appartiendra ». Le vieillard met en garde le jeune homme : chaque désir exaucé fera diminuer la taille de cette peau, symbole de sa vie : « Le cercle de vos jours, figuré par cette Peau, se resserrera suivant la force et le nombre de vos souhaits, depuis le plus léger jusqu'au plus exorbitant ». Le jeune homme accepte ce pacte diabolique, sans bien mesurer les mises en garde de l'antiquaire. Dans un premier temps, Raphaël ne se préoccupe pas de cet avertissement et se lance dans des folies. Il devient immensément riche, mène grand train, connaît la gloire et les succès mondains. La Peau lui procure l’énorme héritage d’un oncle et l’amour de Pauline, sa jeune voisine. Mais très vite le jeune homme passionné qui envisageait de produire une grande œuvre (La Théorie de la volonté), devient un être prématurément vieilli, dévoré par une maladie que ni les plus savants médecins, ni les cures dans des villes d’eau ne peuvent sauver. Prenant conscience de l’inexorable rétrécissement de la peau, et du temps qui lui est compté, il en vient à vivre en reclus, espérant éviter toute occasion de formuler quelque vœu que ce soit. Sa survie devenant sa seule préoccupation, il constate, que bien que doté d’un pouvoir extraordinaire, il n’en a rien fait, et il meurt rongé d’amertume, foudroyé par un dernier désir.
Analyse
Derrière le conte fantastique, se retrouve le thème classique du pacte avec le Diable : "je t’offre du bonheur contre ta vie ou ton âme". Il rappelle au lecteur que toute chose a un prix et que le bonheur perpétuel n’existe pas. Un choix est indispensable entre vivre plus intensément moins longtemps et moins intensément plus longtemps. C’est d’ailleurs l’objet de la discussion entre Raphaël de Valentin et l’antiquaire sans âge qui lui offre la peau. De façon plus générale, cette oeuvre constitue une réflexion sur le désir : faut-il chercher à satisfaire tous ses désirs pour être heureux ?
par MANTEAU  378Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

              
84     Page précédente
Page Suivante
64