VENDREDI

DECEMBRE
2015
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Période britannique
Vers 1824, la pierre, qui a déjà été retaillée par le marchand Daniel Eliason, est vendue à Thomas Hope, banquier à Londres, très excentrique membre d'une riche lignée, qui meurt en 1831. La pierre fait l'objet d'une assurance-vie souscrite par son cousin, Henry Philip Hope, et est portée par la veuve de Thomas, Louisa de la Poer Beresford. Restant dans le giron des Hope, le diamant prend désormais leur nom et apparaît dans l'inventaire de Henry Philip après sa mort en 1839.
Son petit-neveu, Henry Thomas Hope (1808-1862), en hérite : la pierre est exposée à Londres en 1851 durant la Grande Exposition, puis à Paris, durant l'exposition de 1855. En 1861, Henrietta, seule héritière d'Henry Thomas Hope, se marie à Henry Pelham-Clinton (1834-1879) : mais Henrietta, la veuve d'Henry Thomas, craint que son beau-fils ne dilapide la fortune familiale, aussi, elle forme un « trustee » et transmet la pierre à son petit-fils, Henry Francis Hope Pelham-Clinton (1866-1941). Il en hérite en 1887 sous la forme d'une assurance-vie ; il ne peut ainsi se séparer de la pierre qu'avec l'autorisation du tribunal. Il vit au-dessus de ses moyens et cause en partie la banqueroute de sa famille en 1897. Sa femme, l'actrice May Yohé (en), subvient seule à leurs besoins. Le temps que le tribunal l'autorise à vendre la pierre afin de l'aider à régler ses dettes, en 1901, May est partie avec un autre homme pour les États-Unis. Henry Francis Hope Pelham-Clinton revend la pierre en 1902 au bijoutier londonien Adolphe Weil qui la revend au courtier américain Simon Frankel pour 250 000 dollars.
par MANTEAU  92Source: fr.wikipedia.org

JEUDI

DECEMBRE
2015
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Le Hope, du nom de la famille qui en fut propriétaire à partir de 1824 est un diamant retaillé à partir du Bleu de France, un diamant bleu de la Couronne de 44,52 carats volé en 1792. Il provient des Indes. Le Hope a la réputation d'être un diamant maudit, puisque certains de ses propriétaires successifs auraient connu une fin trouble, voire tragique2. Il figure parmi les pièces du National Museum of Natural History, à Washington, D.C, aux Etats-Unis.
Période française
Le diamant est rapporté en France par le voyageur Jean-Baptiste Tavernier, qui le vend à Louis XIV. La légende du diamant, régulièrement relancée, veut que la pierre ait été volée sur une statue de la déesse Sitâ. Mais une tout autre histoire a pu être retracée en 2007 par François Farges au Musée d'histoire naturelle de Paris : le diamant aurait été acheté par Tavernier, dans l'immense marché aux diamants de Golkonda, lorsqu'il s'était rendu en Inde sous l'empire moghol. Les chercheurs du Musée d'histoire naturelle ont aussi découvert l'emplacement de la mine dont le diamant serait originaire et qui se situe dans le nord de l'actuel Andhra Pradesh. La deuxième hypothèse sur l'origine du diamant est même prouvée par les archives mogholes d'Hyderabad. Plusieurs rumeurs veulent que le diamant Hope soit maudit et tue les personnes entrant en sa possession : Tavernier aurait fini dévoré par des bêtes sauvages, après avoir été ruiné, alors qu'en réalité, il est simplement mort de vieillesse à Moscou, à 84 ans. Louis XIV fait tailler la gemme, qui passe de 112,5 à 67,5 carats, et nomme le diamant obtenu « Violet de France » (en anglais : French Blue, d'où la déformation du nom actuel).
En septembre 1792, le diamant est dérobé au garde-meuble national lors du vol des joyaux de la Couronne de France. Le diamant et ses voleurs quittent la France pour l'Angleterre. La pierre y est retaillée pour être plus facilement vendue et sa trace se perd jusqu'en 1812, exactement vingt ans et deux jours après le vol, durée suffisante pour que le vol soit prescrit.
A suivre...
par MANTEAU  104Source: fr.wikipedia.org

VENDREDI

DECEMBRE
2015
LE SAVIEZ VOUS ?
 
L'enfouissement de jeux vidéo par Atari est un événement qui s'est déroulé en septembre 1983 dans une décharge située à Alamogordo au Nouveau-Mexique.
En 1983, l'entreprise de jeu vidéo Atari enfouit de nombreuses cartouches de jeu vidéo et des consoles de jeu invendues dans la décharge d'Alamogordo, à la suite de mauvais résultats commerciaux. Les causes de cette action sont essentiellement économiques : il s'agit de réduire les stocks afin de bénéficier d'allègements fiscaux. Selon la presse de l'époque, les jeux vidéo enfouis sont notamment E.T. the Extra-Terrestrial, l'un des plus grands échecs commerciaux de l'histoire du jeu vidéo, et la version de Pac-Man sortie sur Atari 2600, succès commercial mais décrié par la critique.
Sitôt l'opération d’enfouissement rapportée par la presse, des doutes sont émis sur la véracité et sur l'étendue des faits ; certains considèrent pendant longtemps qu'il s'agit d'une légende urbaine. Cet événement, cependant devenu une sorte d'icône culturelle, symbolisant le krach du jeu vidéo de 1983, est le point d'orgue d'une année fiscale désastreuse pour Atari, finalement revendue en 1984 par sa société mère Warner Communications.
Le 26 avril 2014, dans le cadre d'un documentaire, des centaines de copies du jeu vidéo E.T. the Extra-Terrestrial, ainsi que d'autres jeux Atari, sont déterrés à Alamogordo. Cette découverte confirme ainsi un fait considéré jusqu'alors comme une légende. En novembre 2014, une vente sur eBay permet d'écouler des cartouches de jeux divers pour un total de 37 000 dollars. Une cartouche E.T. est alors vendue au prix de 1 537 dollars.
par MANTEAU  93Source: fr.wikipedia.org

SAMEDI

NOVEMBRE
2015
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Ses débuts
Encore adolescente, elle débute sa carrière d'artiste comme danseuse dans la compagnie de danse moderne de Denishawn, où se trouvent également Martha Graham, Ruth Saint Denis et Ted Shawn. Après son départ en raison d'une brouille due à son caractère trop obstiné, elle se tourne vers ses amis les plus influents et obtient bientôt un rôle de danseuse dans les Ziegfeld Follies à Broadway, où elle se fait immédiatement remarquer par les studios américains (à l'époque basés à New York).
Elle signe chez Paramount Pictures où elle passera la plus grande partie de sa carrière. En 1925, elle obtient un rôle (non crédité) dans le film muet The Street of Forgotten Men. Bientôt, elle obtient les premiers rôles dans un certain nombre de comédies légères, jouant notamment aux côtés d'Adolphe Menjou et W. C. Fields. Elle se fait remarquer en Europe grâce à son rôle pivot d'une vamp dans le film muet de Howard Hawks, Une fille dans chaque port (1928).
La reconnaissance
Elle trouve un de ses grands rôles américains dans l'un des derniers films muets, Les Mendiants de la vie/Beggars of Life (1928), dans le rôle d'une fille de la campagne en fuite, avec Richard Arlen et Wallace Beery qui interprètent des clochards qu'elle croise en route.
À cette période de sa vie, elle est au firmament. Elle est régulièrement invitée par le milliardaire William Randolph Hearst, dans sa propriété de Hearst Castle.
Sa coiffure si unique déclenche une nouvelle mode, et elle est bientôt imitée par de nombreuses femmes (les « flappers », les « garçonnes »...) dans le monde entier. « Je suis une blonde aux cheveux noirs » plaisantait-elle.
Peu après le tournage du film, Louise se trouvé écarté du « milieu » hollywoodien après la volonté du producteur de la Paramount B.P. Schulberg de négocier à la baisse son salaire et part en Europe tourner sous la direction de G.W. Pabst, le célèbre réalisateur expressionniste allemand, mettant un terme à sa carrière à Hollywood.
Dans Loulou (1929), son rôle de Loulou, une femme misérable aux prises avec Jack l'Éventreur après une série d'escapades salaces, fait d'elle une icône de la vie et de la mort dans la période jazzy.
Louise joue ensuite dans les sociodrames controversés que sont Le Journal d'une fille perdue (1929) et Prix de beauté (1930), ce dernier étant tourné en France et offrant une fin aussi choquante que fascinante. Tous ces films sont largement censurés, étant très « adultes » dans leur propos et considérés comme choquants en raison de leur affichage de la sexualité, sans compter une critique acerbe de la société.
Bien que passés inaperçus à l'époque en raison du succès des films parlants, ces trois films furent plus tard reconnus comme des pièces maîtresses du cinéma muet, son personnage de Loulou étant désormais mythique.
Louise est considérée comme l'une des premières actrices « naturelles » du cinéma, son jeu étant subtil et nuancé par rapport à de nombreux acteurs du cinéma muet.
Le gros plan était en vogue chez les réalisateurs, et le visage de Louise s'y prêtait parfaitement.
Louise a toujours été égocentrique, parfois d'un caractère difficile. De son propre aveu, c'était une femme libérée, encline aux expériences, posant même nue pour des photographes et ses liaisons avec de nombreuses vedettes du cinéma sont légendaires.
Elle était également dépensière, mais gentille et généreuse envers ses amis, presque à l'excès. Lorsqu'elle retourne à Hollywood, elle est sur la liste noire et ne peut reconquérir son succès d'antan.
En 1938, après avoir été humiliée de se retrouver dans des films de série B où les studios l'avaient casée pour lui faire regretter son dédain d'antan, elle se retire du show business, et retourne à Wichita (Kansas), la ville de son enfance.
Mais elle n'y trouve pas la tranquillité qu'elle y espérait. Elle écrit : « Les gens de Wichita étaient jaloux de mon succès, ou me méprisaient pour mes échecs. Et tout cela ne m'enchantait pas vraiment. Je dois reconnaître qu'une malédiction pèse sur moi : mon proche échec en tant qu'être humain dans cette société. »
Elle retourne vers l'Est et travaille pendant quelques années comme vendeuse dans un magasin Saks sur la Cinquième Avenue à New York, puis vit aux frais de divers hommes fortunés (George Eastman notamment).
Louise a toujours aimé l'alcool, elle y sombre bientôt, mais parvient à exorciser ses démons : c'est le début de sa seconde vie. Les historiens français du cinéma redécouvrent ses films au début des années 1950, et Henri Langlois, fondateur de la cinémathèque n'hésite pas à déclarer « Il n’y a pas de Garbo ! Il n’y a pas de Dietrich ! Il n’y a que Louise Brooks ! ».
Cela a pour effet de lui attirer un nouveau public et la réhabilite même dans son propre pays.
James Card, le conservateur des films de la George Eastman House, la retrouve recluse à New York et la persuade de le suivre à Rochester.
Elle y vécut seule, de son propre choix, pendant de nombreuses années, et mourut d'une crise cardiaque en 1985 après avoir longtemps souffert d'arthrite et d'emphysème.
Elle est considérée comme l'une des plus grandes actrices de l'histoire du cinéma, et l'une des plus belles stars jamais photographiées.

par MANTEAU  159Source: fr.wikipedia.org

LUNDI

NOVEMBRE
2015
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Le disque de Phaistos ou disque de Phaestos est un disque d'argile cuite découvert en 1908 par l'archéologue italien Luigi Pernier sur le site archéologique du palais minoen de Phaistos, en Crète. Il pourrait dater du milieu ou de la fin de l'âge du bronze minoen (iie millénaire). Son diamètre est d'environ seize centimètres et il est couvert, sur ses deux faces, de hiéroglyphes imprimés à l'aide de poinçons. En tout, ce sont 241 signes, dont 45 différents, qui recouvrent le disque, en formant une spirale partant de l'extérieur vers le centre de l'objet. Son usage, sa signification et même son lieu de fabrication font l'objet d'âpres discussions. À ce jour, aucun autre objet similaire n'a été retrouvé.
De nombreuses théories entourent ce disque, quant à sa provenance, son utilisation ou sa signification. Alors qu'il n'est pas encore certain qu'il s'agisse d'un texte, la plupart des chercheurs penchent pour cette hypothèse, certains d'entre eux ayant proposé des déchiffrements ou des traductions. Mais l'absence d'objets similaires permettant de confronter leurs théories ne permet pas à ce jour de valider ces hypothèses.
Bien que l'authenticité du disque soit généralement admise, certains chercheurs avancent l'hypothèse qu'il puisse s'agir d'un faux.
Le disque original est exposé au musée archéologique d'Héraklion.
par MANTEAU  83Source: fr.wikipedia.org

DIMANCHE

NOVEMBRE
2015
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Alfred Hitchcock, pour expliquer ce qu'est un « MacGuffin », racontera souvent la même petite histoire drôle :
Deux voyageurs se trouvent dans un train allant de Londres à Édimbourg. L'un dit à l'autre : « Excusez-moi Monsieur, mais qu'est-ce que ce paquet à l'aspect bizarre que vous avez placé dans le filet au-dessus de votre tête ? — Ah ça, c'est un MacGuffin. — Qu'est-ce que c'est un MacGuffin ? — Eh bien... c'est un appareil pour attraper les lions dans les montagnes d'Écosse. — Mais il n'y a pas de lions dans les montagnes d'Écosse. — Dans ce cas, ce n'est pas un MacGuffin. »
Le « MacGuffin » est un élément-clé de l'intrigue, matériel ou pas, généralement mystérieux, qui sert en réalité uniquement de prétexte au développement du scénario, et qui n'a, au-delà de cela, aucune importance véritable. Le terme aurait été employé pour la première fois par Angus MacPhail, scénariste et ami d'Hitchcock. Hitchcock et ses scénaristes auront recours au procédé dans de nombreux films. Le « MacGuffin » revêt parfois, peut-être de façon démonstrative, un caractère assez saugrenu. En évoquant le film La Mort aux Trousses, au cours d'une interview avec Truffaut, Hitchcock dira :
« Le meilleur McGuffin que nous avons utilisé, et par meilleur, je veux dire le plus vide, le plus insignifiant, le plus absurde est celui qui apparaît dans La Mort aux Trousses... Le McGuffin y est réduit à sa plus simple expression: Rien du tout »
Hitchcock veut dire par là que ce McGuffin, qui est un microfilm dans cette histoire, est, en substance, de la même matière que le film lui-même, ce qui signifie que le McGuffin n'est jamais qu'un outil de production, comme la caméra ou l'éclairage.
Dans Les 39 Marches (1935), le « MacGuffin » est une série de plans que des espions ont dérobé et qui tient en fait en quelques phrases retenues par M. Memory ; dans Une femme disparaît (1938), c'est un message codé sous la forme d'un petit air de musique ; dans Correspondant 17 (1940), une clause d'un traité qu'un homme politique hollandais est le seul, apparemment, à connaître ; dans Les Enchaînés (1946), un composé chimique caché dans des bouteilles de vin. L'un des « MacGuffin » de La Mort aux trousses (1959) prend la forme de microfilms dissimulés dans une statuette et contenant des « secrets du gouvernement ». C'est la seule explication qui nous sera fournie... Hitchcock voyait là son meilleur « MacGuffin », « le plus inexistant, le plus dérisoire. ». L'importance du « MacGuffin » diminue progressivement au cours du film jusqu'à parfois ne plus en avoir aucune, le spectateur se laissant entraîner par les personnages et la façon dont ils réagissent aux événements générés par le procédé.
Selon certains, le premier « MacGuffin » du cinéma d'Hitchcock se trouve déjà dans Les Cheveux d'or (The Lodger, 1927), avec le personnage de l'« Avenger », le tueur, que l'on ne voit en fait jamais à l'écran. Un autre personnage-« MacGuffin » est bien sûr le mystérieux Kaplan de La Mort aux trousses, qui n'existe tout simplement pas. Dans ce film, on peut même considérer la scène de la discussion entre les agents américains comme une projection d'une réunion entre metteur en scène et scénaristes débattant pour savoir quel tournant faire prendre à l'histoire. Le personnage joué par Leo G. Carroll, qui apparaît pour donner des instructions, représente alors en quelque sorte le scénariste, en qui a surgi une nouvelle idée d'aventure, qu'il vient, « envoyé céleste », dans l'œuvre-même, proposer au héros.
Hitchcock était toujours amusé quand scénaristes ou producteurs dissertaient sur la nature exacte du « MacGuffin », comme ce fut le cas pour celui des Enchaînés ; il dira : « Les gens qui discutent du « MacGuffin » le font parce qu'ils sont incapables d'analyser les personnages. ».
par MANTEAU  61Source: fr.wikipedia.org

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 8 août 1929, 1er tour du monde pour le Graf Zeppelin 3798 , le 08/08/2010
 Les Très Riches Heures du duc de Berry 3070 , le 31/12/2011
 Censure des images en Union soviétique 2504 , le 17/11/2010
 René Lalique - 2 2248 , le 06/05/2011
 Happy Birthday Amy! 1770 , le 04/08/2014
 Le trésor de Hoxne 1757 , le 25/11/2010
 La Naissance de Vénus, d'Alexandre Cabanel 1633 , le 18/12/2010
 Planisphère de Waldseemüller 1447 , le 23/06/2009
 Candice Swanepoel 1419 , le 20/10/2014
 Céramique attique à figures noires 1324 , le 15/11/2009
 Stubby 1221 , le 05/10/2010
 René Lalique - 3 et fin 1204 , le 13/05/2011
 L'attaque du lapin tueur 1191 , le 09/02/2011
 Le Glaucus atlanticus 1163 , le 02/10/2011
 La corne de licorne 1072 , le 24/03/2011
SAMEDI

OCTOBRE
2015
LE SAVIEZ VOUS ?
 
La plupart des historiens considèrent la fête folklorique païenne traditionnelle d'Halloween comme un héritage de Samain, une fête qui était célébrée au début de l'automne par les celtes et constituait pour eux une sorte de fête du nouvel an. Pendant la protohistoire celtique, existait une fête religieuse - Samain en Irlande, Samonios en Gaule –, qui se déroulait sous l’autorité des druides, pendant sept jours : le jour de Samain lui-même et trois jours avant et trois jours après. « C’est une fête de fermeture de l’année écoulée et d’ouverture de l’année à venir. Le temps de Samain est celui du Sidh (l'autre monde) brièvement confondu avec celui de l'humanité». La nuit de Samain n'appartient ni à l'année qui se termine, ni à celle qui commence. La fête est une période close en dehors du temps. C’est la période ou les hommes peuvent communiquer avec les gens de l'autre monde (Il s'agit là de démons ou des dieux des Tuatha Dé Danann)11. Lors de cette nuit de fermeture, les Gaulois avaient l'habitude de pratiquer une cérémonie afin de s'assurer que la nouvelle année à venir se déroulerait sereinement. Par tradition, ils éteignaient le feu de cheminée dans leur foyer puis se rassemblait en cercle autour du feu sacré de l'autel, où le feu était aussi étouffer pour éviter l'intrusion d'esprits maléfiques dans le village. Après la cérémonie, chaque foyer recevait des braises encore chaude pour rallumer le feu dans leurs maisons pour ainsi protéger la famille des dangers de l'année à venir.
Les fêtes druidiques ont disparu d’Irlande au Ve siècle, avec l'arrivée d'une nouvelle religion, le christianisme.
par MANTEAU  101Source: fr.wikipedia.org

MERCREDI

SEPTEMBRE
2015
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Une Fata Morgana est un phénomène optique qui résulte d'une combinaison de mirages (perturbations des rayons lumineux au passage à travers un gradient thermique dans l'atmosphère).
Les Fata Morgana sont assez rares mais ont lieu plus couramment dans certaines régions, notamment dans le golfe de Botnie, dans la mer Baltique, dans la baie de la Table (Le Cap, Afrique du Sud) et dans les régions polaires, mais aussi dans le détroit de Messine.
Ethymologie
C'est au Moyen Âge que ce phénomène a été rapporté pour la première fois, par des croisés qui, naviguant dans la mer Méditerranée, affirmaient avoir aperçu de fantastiques châteaux se refléter dans la brume près du détroit de Messine (entre l'Italie et la Sicile). Ils attribuèrent ce phénomène à la Fée Morgane (d'où le nom de Fata Morgana, « Fée Morgane » en italien, adopté par la suite), qui, d'après la légende arthurienne, avait le pouvoir d'élever des palais au-dessus des flots et d'agir sur le vent.
Quelques mirages célèbres
En 1818, ce mirage a coûté à John Ross sa carrière et sa réputation. En effet, alors qu'il se trouvait dans le détroit de Lancaster, il renonce à poursuivre sa recherche du passage du Nord-Ouest, convaincu que des montagnes lui barrent le chemin vers l'ouest. Un an plus tard, son second, Edward Parry, devenu capitaine, prouvera que ce n'était qu'un mirage en dépassant cette longitude.
Le Hollandais Volant(The Flying Dutchman), selon le folklore, est un vaisseau fantôme qui ne peut jamais rentrer à la maison, et est vouée à naviguer sur les océans pour toujours. The Flying Dutchman est habituellement repéré de loin, parfois considérée rougeoyer avec la lumière fantomatique. Une des explications possibles de l'origine de la légende du Flying Dutchman est un mirage Fata Morgana
par MANTEAU  276Source: fr.wikipedia.org

JEUDI

SEPTEMBRE
2015
LE SAVIEZ VOUS ?
 
John Gotti (27 octobre 1940, The Bronx, New York – 10 juin 2002) (surnommé The Dapper Don et The Teflon Don ou Johnny Boy dans sa jeunesse), parrain de la Famille Gambino. Gotti et ses frères grandissent dans la pauvreté et se tournent vers la vie criminelles très jeune. Il opère dans le quartier d'Ozone Park dans la Queens. Il est remarqué par Carlo Gambino après avoir vengé l'enlèvement du neveu du capo di tutti capi. Gotti devient rapidement un des plus rentables membres de la famille Gambino et protégé du sous-boss Aniello Dellacroce.
Aprés la mise en examen de plusieurs membres de l'équipe de Gotti pour avoir vente de stupéfiant, Gotti prend de la distance avec le leadership de la famille Gambino. Effrayé que lui et son équipe ne soient tué pour avoir bravé l'interdit édicté par le parrain Paul Castellano d'avoir vendu de la drogue, Gotti organise l'assassinat de Castellano qui a lieu le 19 décembre 1985.. Il prend par la suite le contrôle de la famille. De fait, Gotti devient un des parrain les plus puissant du crime organisé américain, faisant des centaines de millions de dollars dans les domaines de la construction, du vol de camion, des prêt à taux usuraire, des paris, de l'extorsion et d'autres activités criminelles. Gotti est un des parrains les plus puissants de son époque et commence à attirer l'attention des médias pour sa personnalité expressive et son style flamboyant, pour lesquels il gagne la plupart du temps les faveurs du public. Alors que ses pairs cherchent à vivre de manière très discrète et fuir spécialement l'attention des médias, Gotti gagne le surnom de "The Dapper Don" (le Don soigné) pour ses costumes sur mesure très chers et le fait qu'il s'affiche dans les médias comme aucun autres parrains ne l'avaient fait auparavant. Plus tard, il gagne le surnom "The Teflon Don" (le Don en téflon) après ses acquittements suite à trois procès extrêmement médiatisés. Il sera plus tard révélé que les différents verdicts étaient le résultats de corruption de jury et d'intimidation sur témoin. Les forces de l'ordre ne sont pas impressionnés par son style ou sa réputation et il continu à rassembler des preuves contre lui, ce qui le mène à sa perte.
En 1992, il est trahi par son consigliere Sammy the Bull Gravano et transmet le pouvoir à cette date à son fils John Gotti, Jr. jusqu'en 1999, et puis à son frère Peter jusqu'en 2002, date de sa mort d'un cancer de la gorge en prison. Malgré sa notoriété médiatique, il est considéré par les autorités du FBI comme le pire parrain de la famille Gambino.
par MANTEAU  108Source: fr.wikipedia.org

MERCREDI

SEPTEMBRE
2015
LE SAVIEZ VOUS ?
 
L’esperluette ou esperluète (nom féminin), également appelée perluette, perluète ou « et » commercial, est le logogramme &. Elle résulte de la ligature des lettres de la conjonction de coordination « et » et possède la même signification.
Son inventeur serait Tiron, secrétaire de Cicéron, également auteur de la première méthode de sténographie décrite, les notes tironiennes, mais on ne retrouve ce signe typographique dans aucun de ses manuscrits. On cite aussi Alde Manuce, un imprimeur-libraire installé à Venise qui a révolutionné l’imprimerie, outre par cette création, par le format qu’il a donné à ses livres (in-octavo, plus petit, moins cher et plus maniable)
Photo: Évolution de l’esperluette au cours de l’histoire de l'écriture.
par MANTEAU  103Source: fr.wikipedia.org

MARDI

AOUT
2015
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Ariana Grande (née le 26 juin 1993 à Boca Raton, en Floride), est une actrice et auteur-compositrice-interprète américaine.
Ariana Grande a lancé sa carrière en 2008, à l'âge de 15 ans, en jouant le rôle de Charlotte dans la comédie musicale 13 à Broadway. Elle est notamment connue pour avoir joué le rôle de Cat Valentine dans la sitcom, Victorious (2010-2013), ainsi que pour avoir repris ce même rôle dans la sitcom, Sam et Cat (2013-2014).
En mars 2013, Ariana a sorti son premier single - intitulé The Way, en featuring avec Mac Miller, qui a été en tête du Billboard Hot 100 et qui a été certifié double platine par la RIAA. Son premier album, Yours Truly (2013), a été en tête du Billboard 200 et a reçu des critiques positives. Elle fut alors la première artiste à avoir un premier album en tête des charts depuis l'album Animal de Kesha, en janvier 20104. Son deuxième album, My Everything (2014), a également atteint la première place du Billboard 200, ce qui fait d'elle la première artiste féminine ayant eu ses deux premiers albums numéro un à la suite depuis Susan Boyle 5. Le premier single, Problem en featuring avec Iggy Azalea - s'est classé à la deuxième place du Billboard Hot 100 et a été numéro un des téléchargements iTunes dans plus de cinquante pays.
En 2013, elle remporte le prix de la meilleure nouvelle artiste de l'année aux American Music Awards. En 2014, elle a été élue La révélation de l'année par The Music Business Association et a été nominé dans la catégorie meilleur nouvel artiste aux Billboard Music Awards
Un bel instrument
La voix d'Ariana Grande couvre quatre octave et un demi-ton et elle est soprano. Avec son premier album, Yours Truly, les critiques l'ont surnommées à plusieurs reprises la « nouvelle Mariah Carey » grâce à sa gamme vocale et le son de l'album. En parlant de cette comparaison, Julianne Escobedo Shepherd de Billboard écrit que « Mariah et Ariana ont le talent pour laisser leur voix parler d'elle-même ».
Grande a répondu à ces comparaisons qu'elle prend comme un « grand compliment » en se disant « honorée ».
Sa prestation lors de la 41e cérémonie des American Music Awards lui a valu des félicitations de la part de Kelly Clarkson et de Lady Gaga. Durant une interview avec Sirius XM, Katy Perry dit d'Ariana qu'elle est « La meilleure chanteuse dans la musique pop aujourd'hui.
Elle a littéralement la meilleure voix, la meilleure voix en live » et durant une interview avec Ryan Seacrest c'est Chris Martin, membre du groupe Coldplay qui complimente la chanteuse
par MANTEAU  119Source: fr.wikipedia.org

SAMEDI

AOUT
2015
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Richard III, dernier roi d'Angleterre de la maison Plantagenêt, trouve la mort au combat le 22 août 1485 à Bosworth. Après la bataille, son corps est inhumé dans l'église de la confrérie franciscaine de Leicester, dans une tombe anonyme. La confrérie disparaît lors de la dissolution des monastères, en 1538, et son église est démolie. La tombe de Richard tombe alors dans l'oubli, et une légende voit le jour selon laquelle ses ossements auraient été jetés dans la Soar depuis un pont situé non loin de là.
En août 2012, le projet « Looking for Richard », qui vise à la redécouverte des restes du roi, est lancé avec le soutien de la Richard III Society. Les services archéologiques de l'université de Leicester entreprennent des fouilles sur le site de Greyfriars en partenariat avec le conseil municipal de Leicester. Lors du premier jour de fouilles, le squelette d'un homme d'une trentaine d'années est découvert. Il présente les signes de graves blessures dues à des armes tranchantes, dont plusieurs infligées post mortem, ainsi que plusieurs caractéristiques anatomiques singulières, dont une grave scoliose. L'analyse génétique du génome mitochondrial retrouvé sur le squelette permet de le relier à deux descendants d'Anne d'York, la sœur de Richard. À la lumière de ces découvertes, l'université de Leicester annonce le 4 février 2013 qu'il s'agit sans doute possible du squelette du roi.
Une fois le squelette identifié, une controverse voit le jour quant à l'endroit où il doit être inhumé. Il était entendu que le roi serait inhumé en la cathédrale de Leicester, mais des voix s'élèvent pour proposer d'autres lieux, comme la cathédrale d'York ou l'abbaye de Westminster. En fin de compte, la Haute Cour de justice refuse de se saisir de l'affaire. Les restes de Richard sont enterrés à nouveau à Leicester le 26 mars 2015, lors d'une grande cérémonie à laquelle assistent l'archevêque de Cantorbéry et des représentants d'autres Églises chrétiennes.
par MANTEAU  134Source: fr.wikipedia.org

              
370     Page précédente
Page Suivante
350