MERCREDI

JUILLET
2014
LE SAVIEZ VOUS ?
 
José Doroteo Arango Arámbula, plus connu sous le pseudonyme de Francisco Villa, ainsi que sous le diminutif Pancho Villa est né le 5 juin 1878 à Río Grande ou à San Juan del Río, Durango et mort le 20 juillet 1923 à Parral, (Chihuahua) fut un célèbre pour avoir été un hors-la-loi puis général de l'armée fédérale au cours de la révolution mexicaine
On ne sait exactement combien de fois Villa se maria, les historiens mexicains s'accordent sur le nombre d'environ 751.
Quelques femmes se sont fait connaître après sa mort comme ayant été officiellement mariées avec lui. Les plus connues sont :
Luz Corral
Juana Torres
Pilar Escalona
Asunción B.
Austreberta Rentería
María Amalia Baca
Soledad Seáñez Holguín
María Anaya
En 1946 le Congrès mexicain reconnut Soledad Seáñez Holguin comme épouse légitime de Villa, avec lequel elle s'était mariée en 1919
Mais d'autres instances officielles mexicaines, dont la Présidence de la République, en reconnurent d'autres, telles que Manuela Casas ou Luz Corral
par MANTEAU  302Source: fr.wikipedia.org

MARDI

JUILLET
2014
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Le daguerréotype n'est pas le premier procédé photographique, mais les images produites par la plupart des procédés antérieurs avaient tendance à disparaître rapidement une fois exposées à la lumière et le procédé de Niépce au bitume de Judée requerrait, pour les prises de « vues », plusieurs jours de pose. Le procédé du daguerréotype est ainsi l'un des premiers à enregistrer et à afficher, de façon exploitable, une image permanente. Il est donc devenu le premier procédé photographique utilisé commercialement.
Le terme daguerréotype provient du nom de son inventeur, l'artiste et décorateur français Daguerre, qui découvre ce procédé en 1835. Après des années de perfectionnement, il présente sa découverte à l'Académie des sciences le 9 janvier 1839.
Le brevet de Daguerre fut acquis par le gouvernement français, ce qui permet à l'Académie, en publiant les détails du procédé le 19 août 1839, d'en « doter libéralement le monde entier »
En photo, "Boulevard du Temple, Paris, 1838" l'un des tous premiers daguerréotypes. Le cliché semble avoir été pris depuis l'actuelle caserne Vérines, située place de la République
par MANTEAU  265Source: fr.wikipedia.org

VENDREDI

JUILLET
2014
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Sir Walter Raleigh, est un écrivain, poète, courtisan, officier et explorateur anglais né à Hayes Barton, Devonshire, vers 1552 et décapité le 29 octobre 1618 à la Tour de Londres, .
Il se concilia de bonne heure la faveur de la reine Élisabeth Ire, combattit les Irlandais révoltés, conçut le projet de coloniser l'Amérique du Nord en fondant en 1584 l'établissement de la Virginie et contribua à battre la fameuse Invincible Armada des Espagnols
On lui attribue l'introduction du tabac en Virginie et à Jersey, ainsi que de la pomme de terre en Angleterre.
Il fut alors plusieurs fois élu membre du Parlement
Par la suite, sous le règne de Jacques Ier, il perdit tout son crédit, fut accusé d'avoir pris part à une conspiration contre le roi, et jeté dans une prison où il croupit pendant douze ans, de 1604 à 1616.
Walter Raleigh obtint enfin sa liberté provisoire et entreprit en 1617 une expédition en Guyane, où il espérait découvrir des mines d'or, et prit possession d'une partie de ce pays au nom de l'Angleterre ; mais, ayant détruit quelques établissements espagnols, il fut, sur demande de l'Espagne, emprisonné de nouveau à son retour ; on réactiva l'ancienne accusation de trahison dont il n'avait pas été entièrement déchargé ; il fut condamné à mort et exécuté en 1618.
Pendant sa longue détention, sir Walter Raleigh composa divers écrits, entre autres une Histoire du Monde, qui est fort estimée pour le style comme pour le fond et diverses autres Œuvres diverses, qui ont été publiées à Londres en 1751
Sir Walter Raleigh est cité dans le morceau des Beatles I'm So Tired issu de l'album blanc, composé par John Lennon. En effet, il le qualifie de stupid git (quel imbécile !) à la fin de la chanson car, lors de ses expéditions coloniales, il introduisit le tabac en Angleterre. Ainsi, John Lennon le tient coupable de sa dépendance aux cigarettes.
par MANTEAU  230Source: fr.wikipedia.org

SAMEDI

JUIN
2014
LE SAVIEZ VOUS ?
 
À l'issue de travaux sur trente-cinq crânes d'assassins guillotinés, il observe la fréquence de certaines caractéristiques, ce qui lui permet d'en déduire certaines « lois » qui le convainquent que la criminalité est innée (plus précisément, qu'environ 1/3 de la population criminelle le serait de façon héréditaire) et peut se déduire des caractéristiques physiques. Selon lui, la criminalité est une marque d'atavisme, c'est-à-dire de régression évolutive . Il va jusqu'à prétendre que certaines catégories de délinquants ont leurs propres caractéristiques crâniennes, ce qui permet de les distinguer. Outre le crâne, il s'appuie sur d'autres critères anatomiques, tels que, par exemple, la longueur « excessive » des bras (qui rapprocherait les criminels des singes), une denture anormale ou encore le fait d'avoir des doigts de pied ou de main en trop .
Il étudie aussi dans son livre les tatouages, en affirmant, à partir d'observations empiriques, que cet usage, réminiscence des pratiques « sauvages », se rencontre plus souvent chez les « classes inférieures » de la société ainsi que chez les prostituées, les « pédérastes » et les « criminels », chez qui le dessin ou l'inscription porte souvent l'« empreinte caractéristique du crime » (telles que « Pas de chance », « mort aux femmes infidèles », « la liberté ou la mort », « mort aux gendarmes », « la vie n'est que désillusion », « vivent la France et les pommes de terre frites » (sic), etc.) . Les dessins obscènes seraient, selon lui, le fait de repris de justice ou d'anciens déserteurs, etc
par MANTEAU  306Source: fr.wikipedia.org

MERCREDI

JUIN
2014
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Quand il revient aux Etats-Unis en septembre 1960, après des voyages à Cuba et en Espagne, il ne se porte pas très bien, ni physiquement, ni mentalement. Il est devenu impuissant, il se sent sombrer dans la cécité à cause du diabète, et il est touché par la folie (en fait un trouble bipolaire qu'il subit toute sa vie). En décembre, le médecin George Saviers l'envoie se faire soigner dans la prestigieuse clinique Mayo du Minnesota, où il est traité par sismothérapie et par des sédatifs. Il en ressort en janvier 1961, mais trois mois plus tard, il doit retourner se faire hospitaliser, d'abord au Sun Valley hospital, puis de nouveau à la clinique Mayo, où il reçoit de nouveaux électrochocs. Il revient chez lui le 30 juin, et deux jours après, le 2 juillet 1961, il se suicide d'un coup de fusil. Autrefois, il avait blâmé son père pour son suicide, considérant cela comme un acte de lâcheté.
Le dossier médical d'Hemingway, rendu accessible en 1991, montra qu'il souffrait d'hémochromatose (diagnostiquée en 1961), une maladie génétique qui provoque de sévères dommages physiques et mentaux. Cette maladie pourrait expliquer les nombreux suicides dans la famille Hemingway (son père, son frère, sa sœur et sa petite fille Margaux Hemingway).
par MANTEAU  344Source: fr.wikipedia.org

LUNDI

JUIN
2014
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Cesare Lombroso, né le 6 novembre 1835 à Vérone, au sein d'une famille juive, mort le 19 octobre 1909 à Turin, est un professeur italien de médecine légale et l'un des fondateurs de l'école italienne de criminologie . Il est célèbre pour ses thèses sur le « criminel né » : à partir d'études phrénologiques et physiognomique, il tentait de repérer les criminels en considérant qu'il s'agissait d'une classe héréditaire qu'on pourrait distinguer par l'apparence physique. Ses théories étaient fortement marquées par la théorie de la dégénérescence, le racialisme et le transformisme . Au sein même de l'Italie, il distinguait la « race du sud » inférieure à la « race du nord », tandis qu'il considérait que les femmes étaient moins sujettes à la criminalité en raison de leur moindre intelligence et de la nature plus inactive de leur vie .
« L'homme criminel » (1876)
C'est aussi en 1878 qu'il publie L'Homme criminel (L'Uomo delinquente), dans lequel il défend la thèse selon laquelle la « délinquance » serait nettement plus fréquente chez certaines personnes porteuses de caractéristiques physiques, ce qui démontrerait le caractère inné de certains comportements. Il s'oppose ainsi aux conceptions sociologiques qui avancent que les déviances sont la conséquence du milieu. Lombroso est aussi proche des tendances accréditant l'idée d'une décadence générale de la société, pensant que la criminalité est appelée à augmenter.
Pour cela, il approfondit les recherches en matière d'anthropologie liées aux questions de criminalité. Médecin militaire, il utilise son métier comme lieu d'observation privilégié en étudiant principalement les soldats « délinquants » par la réalisation de l'étude anthropométrique de ceux-ci.
A suivre...
par MANTEAU  228Source: fr.wikipedia.org

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 8 août 1929, 1er tour du monde pour le Graf Zeppelin 3756 , le 08/08/2010
 Les Très Riches Heures du duc de Berry 2865 , le 31/12/2011
 Censure des images en Union soviétique 2462 , le 17/11/2010
 René Lalique - 2 2194 , le 06/05/2011
 Le trésor de Hoxne 1676 , le 25/11/2010
 Happy Birthday Amy! 1634 , le 04/08/2014
 La Naissance de Vénus, d'Alexandre Cabanel 1592 , le 18/12/2010
 Planisphère de Waldseemüller 1409 , le 23/06/2009
 Candice Swanepoel 1372 , le 20/10/2014
 Céramique attique à figures noires 1305 , le 15/11/2009
 Stubby 1182 , le 05/10/2010
 L'attaque du lapin tueur 1174 , le 09/02/2011
 René Lalique - 3 et fin 1147 , le 13/05/2011
 Le Glaucus atlanticus 1141 , le 02/10/2011
 La corne de licorne 1049 , le 24/03/2011
LUNDI

MAI
2014
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Depuis la fin du xviie siècle, le ballet est organisé de façon hiérarchique, eu égard à la qualité technique et à l'ancienneté du danseur dans la troupe. Chacun y tient un rang déterminé, une fonction particulière. La hiérarchie qui suit est celle adoptée par le Ballet de l'Opéra de Paris ; elle n'est pas universelle, bien qu'appliquée dans d'autres compagnies de ballet.
  • Maître de ballet : directeur de la troupe des danseurs, chargé de la chorégraphie, des répétitions, de l'organisation de la troupe, parfois même de la musique des ballets. Cette fonction a considérablement changé puisque, de nos jours, le terme ne désigne plus que le répétiteur quotidien, le reste du travail étant souvent confié à un « directeur artistique ».
  • Danseur (danseuse) étoile : titre suprême accordé aux meilleurs premiers danseurs de l'Opéra de Paris depuis 1938 ; dans les grandes compagnies étrangères, on préfère le terme de soliste principal.
  • Premier danseur, première danseuse : rôles de solistes (les premiers danseurs tiennent régulièrement les rôles principaux dans les ballets du répertoire). Au xviiie siècle, on distingue les premiers danseurs « nobles », « demi-caractère » et « comiques » (voir Ballet d'action).
  • Sujet : danseur du corps de ballet, interprétant des rôles de solistes à l'importance grandissante.
  • Coryphée : terme grec désignant le chef des chœurs. Danseur ou danseuse du corps de ballet, auquel on confie momentanément un rôle de soliste, puis qui rentre dans les rangs du chœur.
  • Danseur figurant : membre du corps de ballet, n'ayant aucun rôle de soliste, mais qui met en valeur celui-ci.
    Danseur surnuméraire : danseur en surnombre, c'est-à-dire qui n'est pas encore figurant titularisé.
  • Quadrille : ensemble de huit ou seize danseurs figurants, ainsi que le grade le moins élevé dans la hiérarchie de l'Opéra de Paris.
  • par MANTEAU  157Source: fr.wikipedia.org

    SAMEDI

    MAI
    2014
    LE SAVIEZ VOUS ?
     
    Lindbergh raconte,comment dans ses mémoires, il a du lutter contre le sommeil durant ce grand voyage qui le menait en avion du nouveau au vieux continent. À plusieurs reprises, il se réveilla alors que le train d'atterrissage touchait les vagues. L'avion avait été délibérément conçu sur un profil aérodynamique instable, de façon à ce que ses mouvements réveillent le pilote s'il s'endormait
    Il avait embarqué, en tout et pour tout, 2 000 litres d'essence, quatre sandwichs dont il mangea le premier en arrivant au-dessus de l'Irlande, et deux barres de chocolat.
    Son avion était équipé d'un énorme réservoir de 1 440 litres, situé entre le moteur et le cockpit pour des raisons de sécurité. De ce fait Lindbergh ne disposait pas de pare-brise, mais était équipé d'un périscope pour voir vers l'avant si nécessaire.
    À la foule qui l'accueillit lors de son atterrissage à l'aéroport du Bourget, il se contenta de répondre : « Well, I did it! » (« Eh bien, je l'ai fait ! »). Pendant ce temps, les collectionneurs de souvenirs déchiraient des morceaux de toile de l'avion…
    À l'issue de sa traversée, Lindbergh écrivit une lettre au patron de Longines, lui décrivant en détail un modèle de montre-bracelet pour pilote, qui aiderait à la navigation. La montre fut effectivement réalisée, et des répliques sont encore produites à ce jour.
    Lors de son séjour à Londres, quelques jours après sa traversée de l'Atlantique, Lindbergh rencontre le roi George V qui lui demande comment il a pu satisfaire ses besoins naturels pendant les 33 heures de vol. L'aviateur répond qu'il a utilisé un thermos qu'il a ensuite jeté à la mer. Mais cela ne serait pas conforme à la vérité. Sa combinaison de vol, irrécupérable, a en effet dû être jetée
    par MANTEAU  203Source: fr.wikipedia.org

    MARDI

    MAI
    2014
    LE SAVIEZ VOUS ?
     
    Le drapeau de la Bretagne, plus connu sous le nom de Gwenn ha Du également orthographié Gwenn-ha-Du (littéralement « Blanc et Noir » en breton), est de facto le drapeau et le pavillon de la Bretagne. Son nom en gallo est Blanc e Neirr. Il se compose de neuf bandes horizontales noires et blanches d’égales largeurs, disposées alternativement et d’un canton supérieur (côté mât) de couleur blanche parsemé d'une multitude de mouchetures d'hermine.
    Le Gwenn ha Du est le drapeau moderne de la Bretagne, cependant l'histoire vexillologique de cette région ne se limite pas à ce drapeau ; d'autres drapeaux, bannières et pavillons ont existé pour représenter les ducs, leurs flottes et armées, les ports, les régiments bretons ainsi que les villes et pays historiques bretons. Quelques-uns sont parfois encore utilisés.
    Le premier Gwenn ha Du est créé entre 1923 et 1925 par Morvan Marchal, architecte et militant nationaliste breton. Le nombre de mouchetures d'hermine et leur forme n'est pas fixé, la version la plus répandue comprend onze mouchetures arrangées selon trois rangées horizontales. Utilisé avant et pendant la Seconde Guerre mondiale par les cercles nationalistes bretons dont une grande part collabore avec l'occupant nazi, le Gwenn ha Du est considéré pendant la période d'après-guerre comme un drapeau séditieux par les autorités françaises. L'émergence du troisième Emsav dans les années 1970 entraîne la popularisation du drapeau, d'abord dans les cercles culturels bretons, puis dans l'ensemble de la société bretonne. Largement utilisé depuis, par la population comme par les administrations locales, il est aujourd’hui le principal symbole de la Bretagne.
    par MANTEAU  366Source: fr.wikipedia.org

    LUNDI

    AVRIL
    2014
    LE SAVIEZ VOUS ?
     
    Norilsk (en russe : Норильск) est une ville industrielle du kraï de Krasnoïarsk, en Russie. Sa population s'élevait à 175 365 habitants en 2010. Située au nord du cercle polaire arctique, elle est considérée comme la ville de plus de 100 000 habitants la plus septentrionale du monde.
    Norilsk a été fondée parallèlement au Norillag, une branche du Goulag. C'est aussi l'une des villes les plus polluées au monde.
    La décision de bâtir cette ville-usine fut prise par Staline dans les années 1930 afin d'exploiter les minerais non-ferreux de la région. L'extraction du nickel, du cuivre, du cobalt et du charbon, la métallurgie et les centrales thermiques et hydroélectriques, constituent l'activité de la ville. Elle a été construite par des condamnés aux travaux forcés dans le cadre du Goulag1. Norilsk accéda au statut de commune urbaine en 1939 et à celui de ville en 1953.
    Chaque année, des millions de tonnes de dioxyde de soufre sont rejetées dans l'air par les usines de Norilsk, qui fait partie des dix villes les plus polluées du monde. Norilsk, et la ville voisine de Doudinka, bien que n'ayant pas le statut de ville fermée, sont d'accès réglementé depuis 2001.

    par MANTEAU  470Source: fr.wikipedia.org

    SAMEDI

    AVRIL
    2014
    LE SAVIEZ VOUS ?
     
    La Wicca est un mouvement religieux basé sur l'« Ancienne Religion » définie par Gerald Gardner et incluant des éléments de croyances telles que le chamanisme, le druidisme, et les mythologies gréco-romaine, slave, celtique et nordique. Ses adeptes, les wiccans, prônent le culte de la nature, et s'adonnent parfois, mais pas nécessairement, à la magie blanche.
    La philosophie
    Elle se résume à ce seul conseil, mention finale du credo wiccan :
    Fais ce qu'il te plaît tant que cela ne nuit à personne. (« An'ye Harm None Do what Ye Wilt » en anglais archaïsant : « Si nul n'est lésé, fais ce que veux »)
    Notons que ce principe se retrouve aussi en Inde dans l’Ahiṃsā.
    Les wiccans s'appuient sur le principe de tolérance, sur le respect de la nature. La Wicca se revendique art de vivre en harmonie avec son environnement, prônant le respect de l'autre ainsi qu'une démarche de partage avec celui-ci. Par ailleurs, les wiccans croient en l'existence de la magie, considérée comme « énergie cosmique » présente en chacun de nous et en chaque objet. Un autre des principes phares de la Wicca est la Loi du Triple Retour : tout ce que l'on fait sera rendu trois fois, peu importe que cela soit positif ou négatif.
    Les wiccans font parfois appel à des disciplines magiques et des techniques naturelles diverses comme :
    -Les rituels magiques.
    -L'invocation de divinités païennes.
    -La voyance.
    -La lithothérapie.
    -La phytothérapie.
    -Le Reiki.
    par MANTEAU  251Source: fr.wikipedia.org

    VENDREDI

    MARS
    2014
    LE SAVIEZ VOUS ?
     
    Le Dust Bowl (« Bassin de poussière ») est le nom donné à une série de tempêtes de poussière, véritable catastrophe écologique qui a touché, pendant près d'une décennie, la région des Grandes Plaines aux États-Unis et au Canada dans les années trente. La conséquence en fut la sécheresse et de terribles tempêtes de poussière, qui pouvaient durer plusieurs jours.
    Elles détruisirent toutes les récoltes, dépouillèrent les champs de leur terre (érosion), la remplaçant par de la poussière, et ensevelirent habitations et matériel agricole. Des milliers de fermiers furent jetés sur les routes, en direction de l'ouest. On pense qu'environ trois millions de personnes ont ainsi migré, notamment vers la Californie, en empruntant la Route 66, à l'époque l'axe principal est-ouest du pays. Les fermiers les plus touchés étaient originaires de l'Oklahoma (environ 15 % de la population de l'État) et de l'Arkansas. On leur donna respectivement les noms de Okies et de Arkies. John Steinbeck, dans son roman Les Raisins de la colère, décrit cette période de l'histoire américaine. La Route 66 y est The Mother Road (la « route-mère »), car toutes les routes secondaires débouchaient sur elle1
    Cette catastrophe serait pour tout ou partie due au surlabourage, c'est-à-dire à un abus dans l'utilisation du labour occasionnant une érosion très importante.
    Lorsque l'érosion était trop grave et qu'elle concernait des sols vulnérables (limons fins), la solution a souvent été, dans un premier temps, de faire une culture en « courbes de niveau » (contour plowing) avec des alternances charrue-instrument à dents, ou la « culture alternée », consistant à distribuer le long des pentes des zones portant des cultures différentes ou intégrant des bandes en jachère (« culture en bandes », strip cropping).
    Dès qu'il a été possible d'assurer un contrôle efficace des mauvaises herbes, la culture sans labour, voire le semis direct, se sont développés.
    Le gouvernement américain a également prôné une réduction draconienne du bétail, afin d'alléger la charge de culture.
    La crise écologique provoquée par le Dust Bowl a conduit le gouvernement américain à créer le « Soil Conservation Service », appelé aujourd'hui « Natural Resources Conservation Service » (en), une agence chargée de la sauvegarde des ressources naturelles et de l'environnement et dépendant du ministère de l'Agriculture.
    Cette période des années 1930 a profondément marqué l'écologie scientifique nord-américaine.
    par MANTEAU  220Source: fr.wikipedia.org

                  
    310     Page précédente
    Page Suivante
    290