MERCREDI

NOVEMBRE
2010
LE SAVIEZ VOUS ?
 
L'expression "censure des images en Union soviétique" désigne l'ensemble des mesures prises pour modifier les documents relatant l'histoire de l'Union soviétique. Lorsque Joseph Staline a pris le contrôle du Parti communiste de l'Union soviétique et est devenu le chef du Soviet suprême, il a entamé une série de purges qui a éliminé différents ennemis du peuple, réels ou supposés. Au début, une purge signifiait l'expulsion du parti communiste, mais après les Grandes Purges dans les années 1930, les membres sont arrêtés, emprisonnés, envoyés dans un goulag, exilés en Sibérie ou exécutés. Le gouvernement soviétique a tenté d'effacer de l'histoire soviétique l'existence de certaines personnes en prenant différentes mesures : retouche d'image , destruction de films et, dans les cas les plus extrêmes, exécution sommaire de toute la famille

par MANTEAU  2517Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

VENDREDI

NOVEMBRE
2010
LE SAVIEZ VOUS ?
 
L’Homme qui plantait des arbres est une nouvelle écrite en 1953 par l’écrivain français Jean Giono pour « faire aimer à planter des arbres », selon ses termes. Il s’agit de l’histoire, présentée comme authentique, du berger Elzéard Bouffier, personnage pourtant de fiction, qui fait revivre sa région, localisée en Haute Provence, entre 1913 et 1947, en plantant des arbres.
Écrite à la suite d’une commande du magazine américain Reader’s Digest, la nouvelle a eu un retentissement mondial. Elle est aujourd’hui considérée comme un manifeste à part entière de la cause écologiste. Beaucoup de personnes ont cru que le personnage d’Elzéard Bouffier avait vraiment existé, croyance sur laquelle Giono n’a pas manqué de jouer.
La nouvelle véhicule de nombreux messages : écologiques, humanistes et même politiques. L’histoire d’Elzéard Bouffier est en effet considérée dans la littérature écologiste comme une parabole de l’action positive de l’homme sur son milieu et de l’harmonie qui peut s’en suivre.
Le récit de Giono a donné lieu à un film d’animation du même nom, réalisé par l’illustrateur Frédéric Back et lu par Philippe Noiret, et qui a obtenu plus de 40 prix à travers le monde.
L’Homme qui plantait des arbres est aujourd’hui reconnu comme une œuvre majeure de la littérature de jeunesse et elle est, à ce titre, et pour son message écologique, étudiée en classe.
par MANTEAU  437Source: fr.wikipedia.org

DIMANCHE

OCTOBRE
2010
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Les "Canards Mandarin" sont une gravure sur bois par l' artiste japonais Utagawa Hiroshige, accompagné d'un poème qui se lit comme suit:
  Dans un vent du matin,
  Nous avons vu la séparation d' une paire de canards mandarin
  Même le meilleur couple aimant à se faire querelle.

Hiroshige a été membre de l' école Utagawa, qui a été fondée par Utagawa Toyoharu, dont la principale innovation a été son adaptation de la perspective linéaire à un sujet japonais. Son élève, Toyokuni I, a repris après la mort de Toyoharu et a continuer son oeuvre pour devenir le plus fertile et le plus célèbre de la fin du 19e siècle, tant et si bien qu'aujourd'hui plus de la moitié de tous les oeuvres survivantes de l'ukiyo-e sont de lui. En plus de Hiroshige, Kunisada, Kuniyoshi et Yoshitoshi étaient des étudiants Utagawa.
par MANTEAU  371Source: fr.wikipedia.org

VENDREDI

OCTOBRE
2010
LE SAVIEZ VOUS ?
 
La Turritopsis nutricula est une méduse de la famille des hydrozoaires.
Découverte par des chercheurs en biologie de l’université de Lecce, elle mesure à peine 4 ou 5 mm et est originaire de la mer des Caraïbes, bien que sa répartition se soit depuis largement étendue.
Elle serait immortelle d’après des recherches scientifiques. En effet, cette méduse serait capable d’inverser son processus de vieillissement, et ainsi de retourner à sa forme juvénile après avoir atteint sa maturité sexuelle, et ce indéfiniment grâce au processus de transdifférenciation2. Mais cette immortalité potentielle inquiète les scientifiques, car elle serait responsable de la prolifération de ces méduses à travers toutes les eaux du globe.
par MANTEAU  371Source: fr.wikipedia.org

MARDI

OCTOBRE
2010
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Gropecunt Lane est un nom de rue des villes et cités d’Angleterre commun au cours du Moyen Âge. Il semblerait qu’il provienne de la pratique de la prostitution, puisque les noms de rues médiévales évoquaient souvent une fonction ou une activité économique de la rue. La première attestation de Gropecunt remonte à environ 1230, et semble un terme dérivé de grope (« tâter ») et cunt (terme vulgaire pour désigner la vulve). Les rues de ce nom sont situées le plus souvent dans les secteurs où la circulation semble avoir été importante.
Bien que le nom fût auparavant fréquent dans toute l’Angleterre, il fut peu à peu remplacé par des versions moins « offensantes » tel que le Grape Lane (« Le passage du raisin »). La dernière Gropecunt Lane, comme nom de rue, a été enregistrée en 1561.
par MANTEAU  460Source: fr.wikipedia.org

SAMEDI

OCTOBRE
2010
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Les traces digitales existent déjà sur les poteries préhistoriques et servent de signature dès -5000 aux Babyloniens et -1900 aux Chinois.
C'est suite aux travaux de Galton qu'on redécouvre l'utilisation des empreintes digitales comme moyen d'identification . En 1877 aux Indes, le Britannique William James Herschel les utilise pour éviter que les bénéficiaires de pension de l'armée ne la touchent plusieurs fois. À cette époque, elles servent aussi à authentifier des documents officiels .
Après avoir étudié les écrits de Galton, le docteur et dirigeant de police Juan Vucetich crée en 1891 le premier fichier d'empreintes en Argentine. Il est aussi le premier à identifier un criminel par ses empreintes en 1897. Deux années plus tard, Sir Edward Henry( , inspecteur britannique affecté à Bengale en Inde, met au point un système d'identification similaire qui est toujours utilisé dans les pays anglophones : le « système Henry » qui définit des familles, telles que boucles, arches, tourbillons. De retour à Londres, le commissaire Edward Henry organise Scotland Yard pour qu'il généralise dès 1897 cette technique : il ouvre le premier fichier d'empreintes digitales en 1901 qui complètent alors l'analyse de l'anthropométrie.
En France, c'est en 1902, sous l'impulsion du criminologiste Alphonse Bertillon pourtant réticent, que les empreintes digitales sont devenues l'une des principales preuves lors des enquêtes policières après une investigation conduisant à l'arrestation de Henri-Léon Scheffer . Edmond Locard,« le père de la police scientifique », complète la dactyloscopie par la poroscopie en 1912 : l'étude des pores de la peau est basée sur le fait que les les motifs formés par les pores sont aussi uniques que ceux des sillons .
Alphonse Bertillon, fondateur de l'anthropométrie, suggére également aux artistes en 1914 d'apposer une empreinte digitale sur leurs œuvres pour éviter toute contrefaçon. La technologie de tomodensitométrie développée dans les années 1980 permet d'identifier les empreintes latentes difficiles : la lophoscopie étudie les motifs trouvés le long de chaque sillon grâce au scanner d'empreinte ou à des fiches de qualité.
par MANTEAU  737Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 8 août 1929, 1er tour du monde pour le Graf Zeppelin 3816 , le 08/08/2010
 Les Très Riches Heures du duc de Berry 3097 , le 31/12/2011
 Censure des images en Union soviétique 2517 , le 17/11/2010
 René Lalique - 2 2254 , le 06/05/2011
 Happy Birthday Amy! 1800 , le 04/08/2014
 Le trésor de Hoxne 1769 , le 25/11/2010
 La Naissance de Vénus, d'Alexandre Cabanel 1645 , le 18/12/2010
 Planisphère de Waldseemüller 1455 , le 23/06/2009
 Candice Swanepoel 1426 , le 20/10/2014
 Céramique attique à figures noires 1332 , le 15/11/2009
 Stubby 1226 , le 05/10/2010
 René Lalique - 3 et fin 1212 , le 13/05/2011
 L'attaque du lapin tueur 1195 , le 09/02/2011
 Le Glaucus atlanticus 1176 , le 02/10/2011
 La corne de licorne 1076 , le 24/03/2011
VENDREDI

OCTOBRE
2010
LE SAVIEZ VOUS ?
 
La Bataille d'Hastings (parfois appelée Bataille de Senlac) est une bataille qui eut lieu le 14 octobre 1066 à huit kilomètres au nord d'Hastings, dans la localité de Battle, dans le comté du Sussex de l'Est, dans le sud de l'Angleterre, qui opposa le dernier roi anglo-saxon du pays, Harold Godwinson, au duc de Normandie, Guillaume le Conquérant, et qui consacra le début de la conquête de l'Angleterre par ce dernier.
Le contexte
Prétendant au trône d'Angleterre, Guillaume part de Saint-Valery-sur-Somme, débarque à Pevensey le 28 septembre 1066 et prend ses quartiers dans la ville de Hastings.
Il attend le résultat des affrontements au nord à York entre Harold Godwinson, comte de Wessex proclamé roi, son frère rebelle, Tostig et les Vikings du roi de Norvège Harald Hardraada.
La victoire de Stamford Bridge revient à Harold, qui, après avoir fêté sa victoire, apprend le 2 octobre le débarquement normand. Le 11 octobre, il quitte Londres où il avait rassemblé ses forces et ensemble ils se dirigent vers la côte, 500 kilomètres de marche, épuisant les troupes n'ayant pas récupéré des fatigues des affrontements précédents. Le 13 octobre, Guillaume est averti de la proximité d'Harold et met ses forces en alerte.
Le 14 octobre 1066, les deux armées se mettent en mouvement et les Saxons prennent position sur la colline de Santlache que les Normands rebaptiseront Senlac qui correspond sans doute à la petite ville touristique actuelle de Battle, à huit kilomètres au nord de Hastings située sur la côte.
Le déroulement
À la fin du premier assaut, les pertes sont grandes de part et d'autre ; Harold a perdu ses deux frères Gyrth et Leofwine. Pendant une courte pause les armées se remettent en place.
Guillaume fait à nouveau jouer ses archers qu'il organise en deux corps. L'un reste au bas de la pente alors que le second s'approche au plus près des Saxons. Les premiers tirent d'abord, obligeant les Saxons à lever leurs boucliers pour se protéger, permettant au second corps d'archers d'effectuer un tir tendu. La manœuvre est répétée sur plusieurs « rafales ». Harold est alors touché à l'œil.
Guillaume envoie la cavalerie dont quatre hommesforcent le passage jusqu'à Harold qui tombe sous leurs coups
Alors que des renforts de paysans saxons arrivent toujours sur le champ de bataille, la victoire est aux Normands.
par MANTEAU  366Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

JEUDI

OCTOBRE
2010
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Le Bourgeois gentilhomme est une comédie-ballet de Molière, en cinq actes (comportant respectivement 2, 5, 16, 5 et 6 scènes) en prose (sauf les entrées de ballet qui sont en vers), représentée pour la première fois le 14 octobre 1670, devant la cour de Louis XIV, au château de Chambord par la troupe de Molière. La musique est de Jean-Baptiste Lully, les ballets de Pierre Beauchamp, les décors de Carlo Vigarani et les costumes turcs du chevalier d'Arvieux.
Dans cette pièce, Molière se moque d'un riche bourgeois qui veut imiter le comportement et le genre de vie des nobles. Ce spectacle fut beaucoup apprécié par la Cour et Louis XIV qui le redemandèrent plusieurs fois.
Un chef-d'œuvre du genre
Cette pièce incarne le genre de la comédie-ballet à la perfection et reste l'un des seuls chefs-d'œuvres de ce genre noble qui ait mobilisé les meilleurs comédiens et musiciens du temps. L'une des raisons du succès qu'elle remporta immédiatement est le goût de l'époque pour ce qu'on appelait les turqueries. L'Empire ottoman était alors un sujet de préoccupation universel dans les esprits et on cherchait à l'apprivoiser. L'origine de l'œuvre est liée au scandale provoqué par l'ambassadeur turc Soliman Aga qui, lors de sa visite à la cour de Louis XIV en 1669, avait affirmé la supériorité de la cour ottomane sur celle du Roi-soleil.
À la création, Molière jouait le rôle de Monsieur Jourdain, habillé de couleurs vives, paré de dentelles d'argent et de plumes multicolores ; André Hubert travesti jouait celui de Madame Jourdain ; Mademoiselle de Brie était Dorimène ; Armande Béjart jouait Lucile ; le musicien Lully était le mufti au cours de la cérémonie turque du 3e acte.
par MANTEAU  354Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

MARDI

OCTOBRE
2010
LE SAVIEZ VOUS ?
 
La Découverte de l'Amérique est l'expression couramment employée pour désigner l'invasion européenne sur l'actuel continent Américain (appelé le "Nouveau Monde") par un groupe d'une centaine de personnes commandées par l'amiral Christophe Colomb durant la nuit du 11 au 12 octobre 1492. Ils abordent alors l'île de Guanahani (actuel San Salvador, Caraïbes) avec deux caravelles (La Pinta et La Niña) et une caraque, La Santa María. Ce moment marque la rencontre de deux sociétés qui avaient quasiment1 évolué indépendamment l’une de l’autre pendant environ 12 000 ans, après la disparition du pont terrestre de la Béringie.
Rapidement, les européens ont commencé à explorer le continent au détriment de ses habitants autochtones : à la fin du XIXè siècle, on ne compte plus que 250 000 Amérindiens sur les 2 à 20 millions estimés au XVè siècle sur le territoire des États-Unis actuels2. Certains estiment le nombre d'Amérindiens vivants sur l'ensemble du continent lors de l'invasion européenne (ou "Découverte de l'Amérique") à 100 millions
par MANTEAU  230Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

MARDI

OCTOBRE
2010
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Édith Piaf née Édith Giovanna Gassion le 19 décembre 1915 à Paris - morte le 10 octobre 1963 à Grasse est une chanteuse française de music-hall et de variétés, considérée comme l'archétype de la chanteuse française, et sans doute la plus connue dans l'histoire en France comme à l'étranger.


Surnommée à ses débuts « la Môme Piaf », on lui doit de très nombreux succès du répertoire francophone comme La Vie en rose, Non, je ne regrette rien, Hymne à l'amour, Mon légionnaire, La Foule ou Milord. Personnalité hors norme, elle a inspiré de nombreux compositeurs, fut le mentor de nombreux jeunes artistes et a connu une renommée internationale, malgré une fin de carrière rendue difficile par de graves problèmes de santé. Édith Piaf fut aussi comédienne au théâtre et au cinéma.
Citations
« C’était une grande, une valeur véritable dans le domaine de la chanson. Cette voix grave dans un si petit corps… » — Arletty14
« Madame Édith Piaf a du génie. Elle est inimitable. Il n'y a jamais eu d'Édith Piaf, il n'y en aura plus jamais. » — Jean Cocteau
« Le seul mot qui puisse remplacer le mot Paris c'est le mot Piaf. » — Marlène Dietrich
« Votre voix est comme l'âme de Paris... » — Marlène Dietrich
« Je me souviens que c'est grâce à Édith Piaf que Les Compagnons de la chanson, Eddie Constantine et Yves Montand débutèrent. » — Georges Perec, Je me souviens, p. 49
par MANTEAU  319Source: fr.wikipedia.org

MARDI

OCTOBRE
2010
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Jean Cocteau, né le 5 juillet 1889 à Maisons-Laffitte, mort le 11 octobre 1963 à Milly-la-Forêt, est un poète français, artiste aux multiples talents, graphiste, dessinateur, auteur de théâtre, mais aussi cinéaste.
Il fut élu à l'Académie française en 1955.
Comptant parmi les artistes qui ont marqué leur époque, il côtoya la plupart de ceux qui animèrent la vie artistique de son époque.


En octobre 1963, apprenant le décès de son amie Édith Piaf, Cocteau est pris d'une crise d'étouffement et succombe quelques heures plus tard d’une crise cardiaque dans sa demeure de Milly-la-Forêt le 11 octobre 1963 à 74 ans.
par MANTEAU  593Source: fr.wikipedia.org

MARDI

OCTOBRE
2010
LE SAVIEZ VOUS ?
 
Stubby (1916 ou 1917 - 16 mars 1926) est le chien de guerre le plus décoré de la Première Guerre mondiale, et le seul à être promu au grade de sergent par le combat.
Biographie
Stubby a été trouvé sur le campus de l'université Yale en 1917 par John Robert Conroy. Son nom en anglais signifie « trapu » ou « courtaud ». Son pedigree est inconnu ; quelques sources disent qu'il était peut-être en partie terrier de Boston , tandis que sa nécrologie le décrit comme un Bull Terrier (à l'époque synonyme de American Pit Bull Terrier et Pit Bull) . Stubby défila avec Conroy et apprit même un petit salut approximatif. Quand l'unité de Conroy fut envoyée en France à la suite de l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, Stubby monta clandestinement à bord du USS Minnesota.
Service militaire
Stubby servit dix-huit mois dans le 102e régiment d’infanterie de la 26e division d'infanterie (Yankee), dans les tranchées du nord de la France, participant à quatre offensives et à dix-sept batailles. Il entra en combat le 5 février 1918 au chemin des Dames au nord de Soissons (dans le secteur de Pargny-Filain et Chavignon) et fut constamment sous les bombardements, jour et nuit, pendant plus d'un mois.
Au mois de mars suivant, la 26e division est envoyée dans le secteur de Saint-Mihiel. C’est là que le 20 avril 1918, pendant un raid pour reprendre Seicheprey (Meurthe-et-Moselle), il fut blessé à la patte avant par les grenades des Allemands en retraite. Il fut envoyé à l'arrière des tranchées, où il put guérir tout en améliorant le moral de ceux autour de lui. Une fois guéri, il retourna dans les tranchées. Après avoir survécu à une attaque au gaz, Stubby apprit à prévenir son unité d'attaques imminentes au gaz. Il trouva des soldats blessés dans le no man's land, et prévenait les soldats de l'arrivée des obus car il pouvait les entendre arriver. Il est le seul responsable de la capture d'un espion allemand dans l'Argonne, ce qui lui valut la promotion au grade de sergent par le commandant de la 102e division d'infanterie, devenant le premier chien gradé de l'armée des États-Unis. Après la prise de Château-Thierry par les Américains, les femmes de la ville lui confectionnèrent un petit manteau en chamois sur lequel étaient attachées ses nombreuses médailles. Une légende dit qu'il sauva la vie d'une jeune fille à Paris qui allait être écrasée par une voiture. À la fin de la guerre, Conroy refit entrer clandestinement Stubby dans le navire qui les emmènerait chez eux.
Après la guerre
Une fois de retour aux États-Unis, Stubby devint une célébrité et participa (le plus souvent en première file) à de nombreux défilés à travers tout le pays. Il rencontra Woodrow Wilson, Calvin Coolidge et Warren G. Harding. Il alla à l'université de Georgetown avec Conroy et devint la mascotte d'une équipe de football américain, les Hoyas de Georgetown. On lui donna le ballon pendant la mi-temps, et il s'amusa à jouer avec, au grand plaisir des spectateurs.
Il meurt dans les bras de Conroy en 1926. Sa dépouille naturalisée est au Smithsonian Institution, dans l'exposition The Price of Freedom: Americans at War.
par MANTEAU  1226Source: fr.wikipedia.org

WIKIPEDIA

              
175     Page précédente
Page Suivante
155