Cocktail93




JEUDI

MAI
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Margaret Sullavan est une actrice américaine née le 16 mai 1909 à Norfolk, Virginie.
Née à Norfolk en Virginie, elle déménagea à Boston ou elle s'impliqua dans le club théâtral d'Harvard, dont faisait également partie Henry Fonda. Elle débute dans Close Up en 1929. . Elle joue dans The Devil in the Cheese, ses débuts sur la scène professionnelle. Finalement elle est repérée par Lee Shubert pour sa première pièce à Broadway, A Modern Virgin (1931).
Elle épouse Henry Fonda le 25 décembre 1931. Le mariage ne dure qu'un an, même si Sullavan et "Hank" sont restés des amis leur vie durant.
Margaret part ensuite à Hollywood le 16 mai 1933, à son 22e anniversaire. Elle débute dans Only Yesterday. En 1938, elle est nommée à l'Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans Trois camarades. Elle partage quatre fois l'affiche avec James Stewart (avec lequel elle et Henry Fonda avaient créé une société anonyme avant d'être célèbres) : Next Time We Love (1936), L'Ange impur (The Shopworn Angel) (1938), La Tempête qui tue et The Shop Around the Corner ( 1940)
Margaret souffrait de dépression et d'une défaillance auditive congénitale de l'oreille gauche, l'otospongiose, qui empira avec l'âge la rendant de plus en plus sourde.
Le 1er janvier 1960, elle est trouvée morte dans une chambre d'hotel à New Haven (Connecticut), d'une overdose de barbituriques. Elle avait 50 ans.
L'une de ses filles, Bridget Hayward, meurt neuf mois plus tard d'une overdose.

par DARKWOODS  862

MERCREDI

MAI
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Arletty est née le 15 mai 1898 à Courbevoie (Seine, aujourd'hui Hauts-de-Seine) et décédée le 23 juillet 1992 à Paris. Elle est inhumée au cimetière de Courbevoie.
Connue pour sa gouaille dans la vie comme dans ses rôles - notamment sa fameuse réplique : “Atmosphère, atmosphère ! Est-ce que j'ai une gueule d'atmosphère ?” Lancée à Louis Jouvet dans 'Hôtel du Nord' de Marcel Carné et Henri Jeanson, en 1938 -, Arletty tient son caractère d'une enfance modeste en banlieue parisienne.
Fille d'une blanchisseuse et d'un chef de dépôt de tramway, Léonie Bathiat, de son vrai nom, doit quitter sa ville natale à la mort de son père. A la suite du drame, elle épouse un banquier qui l'emmène vivre à Garches où elle découvre le théâtre, la mode et les moeurs de la haute société parisienne.
Engagée comme mannequin pour la maison de couture Poiret sous le nom d'Arlette, elle devient Arletty sur les planches du Théâtre des Capucines. Très vite, elle apparaît sur les plateaux de cinéma, dirigée par Victor Boucher dans 'La Douceur d'aimer' puis par Jean Choux qui lui donne son premier grand rôle en 1931 dans 'Un chien qui rapporte'. Icône du Paris populaire grâce à Marcel Carné, la comédienne joue dans 'Les Enfants du paradis', écrit par Jacques Prévert en 1943.
Le personnage de Garance constitue le point culminant de sa carrière d'actrice et son rôle le plus marquant. Fidèle à ses réalisateurs, elle jouera de nombreuses fois pour Carné, Prévert, ou encore Sacha Guitry.
Après la guerre, Arletty revient au théâtre où elle rencontre Louis de Funès dans la pièce 'Un tramway nommé désir' de Tennessee Williams, ainsi que Jean-Claude Brialy et Jean Babilé. Mais l'actrice perd progressivement la vue et doit abandonner les plateaux alors qu'elle joue pour Jean Cocteau. Elle prête alors seulement sa voix à plusieurs reportages de 1967 à 1985 et disparaît en 1992, laissant derrière elle une carrière d'actrice impressionnante, qui aura marqué les mémoires et l'histoire du cinéma français.
Source: evene.fr


par DARKWOODS  1090

VENDREDI

AVRIL
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Constance Talmadge (19 avril 1897 - 23 novembre 1973) était une actrice du cinéma muet, née à Brooklyn, New York, États-Unis.
Elle était la sœur des actrices Norma Talmadge et Natalie Talmadge. Elle apparaît notamment dans Intolérance (1916) de D.W. Griffith dans les rôles de Marguerite de Valois et de la Montagnarde.
Son année de naissance réelle a été souvent remise en cause, Talmadge est en tout cas née dans une famille pauvre. Son père, Fred, était un alcoolique et les a laissés quand elle était encore très jeune. Leur mère, Peg, gagnait sa vie en faisant la lessive. Quand un ami a recommandé que Peg utiliser Norma comme un modèle pour des publicités Peg a accepté. Dès lors tous les trois soeurs ont démarré une carrière d'actrice.
Le premier film de Constance fut En Tenue de mariée (1914)
Constance Talmadge racontait:
"J'aime faire rire les gens. D'abord parce que ce type de travail est facile et naturel pour moi. Je ne suis pas quelqu'un d' émotif. Ma sœur pouvait pleurer de vraies larmes sur deux coussins du canapé en peluche dans une longue robe et bonnet de dentelle blanche, pour ressembler à un bébé mort et elle le faisait de façon si convaincante que 900 personnes à l'avant scène pleuraient avec elle. C'est vrai art, mais mon genre de talent m'aurait conduire si j'avais du faire la même chose à faire hurler de rire les 900 mêmes personnes!"

par DARKWOODS  764

JEUDI

AVRIL
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Pierre Fresnay, de son vrai nom Pierre Jules Louis Laudenbach, est né le 4 avril 1897 à Paris 5e et mort le 9 janvier 1975 à l’hôpital américain de Paris, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
Fils de Jean Henri Laudenbach, professeur de philosophie, et de Désirée Claire Dietz (1870-1960), Pierre Fresnay monte sur scène pour la première fois à quatorze ans. Dès 1915, il décroche un premier grand rôle au théâtre dans Le Jeu de l’amour et du hasard. La même année, il débute au cinéma muet avec France d’abord, d’Henri Pouctal.
Pierre Fresnay passe ensuite au cinéma parlant et interprète son premier grand rôle en 1931 dans Marius, premier volet de la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol transposée à l’écran par Alexandre Korda. Il interprète ensuite Fanny (1932) et César (1936).
En 1934, il joue Armand Duval au côté d’Yvonne Printemps, qui est sa compagne, dans La Dame aux camélias, de Fernand Rivers. Sa diction incisive lui confère des rôles d’hommes de commandement : officier dans La Grande Illusion de Jean Renoir (1937) en inspecteur dans deux adaptations des romans de Stanislas-André Steeman, Le Dernier des six (1941) et L'assassin habite au 21 (1942) en journaliste (La Bataille silencieuse, Pierre Billon, 1934)
Mais il joue également un bagnard dans Chéri-Bibi, un homme d’église dans Dieu a besoin des hommes (1949) et Le Défroqué (1954) et dans Il est minuit, Docteur Schweitzer (1952) et même en saint Vincent de Paul dans Monsieur Vincent (1947). À la fin de sa carrière cinématographique, il passera au registre comique, dans Les Affreux (1959) et dans Les Vieux de la vieille (1960).

par DARKWOODS  1025

VENDREDI

MARS
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Warner Baxter Leroy (29 Mars 1889 - 7 mai 1951) était un Américain acteur surtout connu pour son rôle de The Cisco Kid dans In Old Arizona ( 1929 ) pour lequel il a remporté le deuxième prix de l'Académie des Awards en tant que meilleur acteur .
Warner Baxter avait commencé sa carrière au cinéma dans des films muets . Ses plus remarquables films muets sont probablement Gatsby le magnifique ( 1926 ) et The Awful Truth ( 1925 ).
Aujourd'hui, The Great Gatsby est un des nombreux films perdus de l'époque du muet. Lorsque le parlant est arrivé, Baxter est devenu encore plus célèbre. Ses parlants les plus notables sont In the old Arizona (1929) 42nd Street ( 1932 ), et The Slippery Pearls, court métrage sorti en 1931

par DARKWOODS  1042

LUNDI

MARS
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Dorothy Mackaill (4 mars 1903 - 12 août 1990) est une actrice anglaise, connue pour des films du cinéma muet mais aussi pour ceux concernant les débuts du cinéma parlant dans les années 1930, aux États-Unis.
Née à Hull en Angleterre, Dorothy Mackaill vit avec son frère après la séparation de ses parents alors qu'elle n'a que 11 ans. Encore adolescente, elle part pour Londres pour devenir actrice de théâtre. Après avoir emménagé provisoirement à Paris, elle rencontre un chorégraphe de scène du Théâtre de Broadway qui la persuade de partir pour New York où elle s'implique dans les Ziegfeld Follies et se lie d'amitié avec les futures actrices de cinéma Marion Davies et Nita Naldi.
En 1920, Mackaill commence sa reconversion de « Follies Girl » vers une carrière d'actrice de cinéma. Elle apparait cette année-là dans son premier film, The Face at the Window réalisé par Wilfred Noy.
Sa carrière se poursuit avec succès tout au long des années 1920 mais Mackaill se retrouvera comme nombre de ses pairs révélés par le cinéma muet dans une situation délicate.
Dorothy Mackaill s'est éteinte à Honolulu en 1990 à l'âge de 87 ans

par DARKWOODS  1074