VENDREDI

AVRIL
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Constance Talmadge (19 avril 1897 - 23 novembre 1973) était une actrice du cinéma muet, née à Brooklyn, New York, États-Unis.
Elle était la sœur des actrices Norma Talmadge et Natalie Talmadge. Elle apparaît notamment dans Intolérance (1916) de D.W. Griffith dans les rôles de Marguerite de Valois et de la Montagnarde.
Son année de naissance réelle a été souvent remise en cause, Talmadge est en tout cas née dans une famille pauvre. Son père, Fred, était un alcoolique et les a laissés quand elle était encore très jeune. Leur mère, Peg, gagnait sa vie en faisant la lessive. Quand un ami a recommandé que Peg utiliser Norma comme un modèle pour des publicités Peg a accepté. Dès lors tous les trois soeurs ont démarré une carrière d'actrice.
Le premier film de Constance fut En Tenue de mariée (1914)
Constance Talmadge racontait:
"J'aime faire rire les gens. D'abord parce que ce type de travail est facile et naturel pour moi. Je ne suis pas quelqu'un d' émotif. Ma sœur pouvait pleurer de vraies larmes sur deux coussins du canapé en peluche dans une longue robe et bonnet de dentelle blanche, pour ressembler à un bébé mort et elle le faisait de façon si convaincante que 900 personnes à l'avant scène pleuraient avec elle. C'est vrai art, mais mon genre de talent m'aurait conduire si j'avais du faire la même chose à faire hurler de rire les 900 mêmes personnes!"

par DARKWOODS  610

JEUDI

AVRIL
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Pierre Fresnay, de son vrai nom Pierre Jules Louis Laudenbach, est né le 4 avril 1897 à Paris 5e et mort le 9 janvier 1975 à l’hôpital américain de Paris, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
Fils de Jean Henri Laudenbach, professeur de philosophie, et de Désirée Claire Dietz (1870-1960), Pierre Fresnay monte sur scène pour la première fois à quatorze ans. Dès 1915, il décroche un premier grand rôle au théâtre dans Le Jeu de l’amour et du hasard. La même année, il débute au cinéma muet avec France d’abord, d’Henri Pouctal.
Pierre Fresnay passe ensuite au cinéma parlant et interprète son premier grand rôle en 1931 dans Marius, premier volet de la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol transposée à l’écran par Alexandre Korda. Il interprète ensuite Fanny (1932) et César (1936).
En 1934, il joue Armand Duval au côté d’Yvonne Printemps, qui est sa compagne, dans La Dame aux camélias, de Fernand Rivers. Sa diction incisive lui confère des rôles d’hommes de commandement : officier dans La Grande Illusion de Jean Renoir (1937) en inspecteur dans deux adaptations des romans de Stanislas-André Steeman, Le Dernier des six (1941) et L'assassin habite au 21 (1942) en journaliste (La Bataille silencieuse, Pierre Billon, 1934)
Mais il joue également un bagnard dans Chéri-Bibi, un homme d’église dans Dieu a besoin des hommes (1949) et Le Défroqué (1954) et dans Il est minuit, Docteur Schweitzer (1952) et même en saint Vincent de Paul dans Monsieur Vincent (1947). À la fin de sa carrière cinématographique, il passera au registre comique, dans Les Affreux (1959) et dans Les Vieux de la vieille (1960).

par DARKWOODS  855

VENDREDI

MARS
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Warner Baxter Leroy (29 Mars 1889 - 7 mai 1951) était un Américain acteur surtout connu pour son rôle de The Cisco Kid dans In Old Arizona ( 1929 ) pour lequel il a remporté le deuxième prix de l'Académie des Awards en tant que meilleur acteur .
Warner Baxter avait commencé sa carrière au cinéma dans des films muets . Ses plus remarquables films muets sont probablement Gatsby le magnifique ( 1926 ) et The Awful Truth ( 1925 ).
Aujourd'hui, The Great Gatsby est un des nombreux films perdus de l'époque du muet. Lorsque le parlant est arrivé, Baxter est devenu encore plus célèbre. Ses parlants les plus notables sont In the old Arizona (1929) 42nd Street ( 1932 ), et The Slippery Pearls, court métrage sorti en 1931

par DARKWOODS  831

LUNDI

MARS
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Dorothy Mackaill (4 mars 1903 - 12 août 1990) est une actrice anglaise, connue pour des films du cinéma muet mais aussi pour ceux concernant les débuts du cinéma parlant dans les années 1930, aux États-Unis.
Née à Hull en Angleterre, Dorothy Mackaill vit avec son frère après la séparation de ses parents alors qu'elle n'a que 11 ans. Encore adolescente, elle part pour Londres pour devenir actrice de théâtre. Après avoir emménagé provisoirement à Paris, elle rencontre un chorégraphe de scène du Théâtre de Broadway qui la persuade de partir pour New York où elle s'implique dans les Ziegfeld Follies et se lie d'amitié avec les futures actrices de cinéma Marion Davies et Nita Naldi.
En 1920, Mackaill commence sa reconversion de « Follies Girl » vers une carrière d'actrice de cinéma. Elle apparait cette année-là dans son premier film, The Face at the Window réalisé par Wilfred Noy.
Sa carrière se poursuit avec succès tout au long des années 1920 mais Mackaill se retrouvera comme nombre de ses pairs révélés par le cinéma muet dans une situation délicate.
Dorothy Mackaill s'est éteinte à Honolulu en 1990 à l'âge de 87 ans

par DARKWOODS  911

MARDI

FEVRIER
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Madeleine Carroll (26 février 1906 à West Bromwich en Angleterre - 2 octobre 1987 à Marbella en Espagne) était une actrice anglaise très populaire dans les années 1930 et 1940. Née Edith Madeleine Carroll, elle se lance dans le théâtre avant de se faire remarquer au cinéma dans I Was a Spy de Victor Saville, en 1933.
Un an après Les 39 Marches, elle retrouve Alfred Hitchcock dans Quatre de l'espionnage.
Engagée à Hollywood par la 20th Century-Fox, elle tourne dans quelques bons films d'aventures comme Le général est mort à l'aube de Lewis Milestone en 1936 ou Le Prisonnier de Zenda de John Cromwell en 1937. Mais les six comédies qu'elle interprète sous la direction d'Edward H. Griffith feront pâlir son étoile.
Son dernier film d'importance est The Fan d'Otto Preminger en 1949.
Elle est l'épouse de Sterling Hayden de 1942 à 1946 et meurt à Marbella en 1987.

par DARKWOODS  615

LIEN

MERCREDI

FEVRIER
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Merle Oberon (née Estelle Merle O'Brien Thompson le 19 février 1911 à Bombay et décédée le 23 novembre 1979 à Los Angeles) était une actrice britannique d'origine galloise et indienne. Elle fut nommée en 1935 pour l'oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans L'Ange des ténèbres de Sidney Franklin.
Enfance difficle
Née à Bombay (aujourd’hui Mumbai), en Inde, sa mère, Charlotte, était une infirmière anglo-sri-lankaise, et son père, Arthur, un ingénieur ferroviaire britannique.
Sa mère avait abandonné une première fille, Constance, qui était la vraie mère de Merle et juré qu’elle ne serait plus fille-mère. Elle insista donc pour qu’Arthur l’épouse, même s’il n’est pas certain que le mariage ait vraiment eu lieu. En 1914, dans les débuts de la Première Guerre mondiale, alors que Merle est âgée de trois ans, son père meurt au front d’une pneumonie. La mère et la fille mènent alors pendant quelques années une existence précaire à Bombay. En 1917, elles déménagent à Calcutta, où Merle devient boursière du collège privé La Martinière. Sans cesse sujette à des provocations concernant ses origines, elle finit par le quitter pour suivre des cours à domicile.
L'actrice exotique aux yeux en amande actrice cache son passé
Elle fait ses débuts sur les planches avec la Calcutta Amateur Dramatic Society. Elle est sous le charme du cinéma, fréquente les boites de nuit et des hommes plus âgés. Elle y fait la rencontre d’un acteur qui lui promet une introduction auprès de Rex Ingram aux Studios de la Victorine. Merle saisit l’occasion et décide de le suivre en France. Mais quand l’homme découvre sa mère et ses origines métisses, il met fin à leur relation. Merle et sa mère effectuent néanmoins le voyage prévu vers la France. Arrivées à Nice, elles découvrent que l’homme a tenu parole, et Merle est présentée à Rex Ingram qui l’emploie comme figurante.
En 1928, elles quittent la France pour l’Angleterre. Merle y est hôtesse de bar et décroche quelques rôles sous le nom de Queenie O'Brien, figurante sur les films de Victor Saville et sur un autre de Korda. Elle retrouve celui-ci pour son deuxième film crédité (Wedding Rehearsal).
Son premier grand rôle est celui d’Anne Boleyn dans La Vie privée d'Henry VIII (1933) avec Charles Laughton. Elle sera ensuite Cathy dans Les Hauts de Hurlevent (en 1939)

par DARKWOODS  545

LIENS





RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Jean Gabin 4503 , le 17/05/2014
 Louise Brooks 2197 , le 14/11/2012
 Marlene Dietrich 1722 , le 27/12/2013
 01/11/2010 1514 , le 01/11/2010
 Sessue Hayakawa 1380 , le 10/06/2013
 Noels d'autrefois 1315 , le 05/01/2012
 Yvonne Printemps 1294 , le 30/07/2014
 Rose Stradner 1269 , le 31/07/2013
 22/07/2011 1190 , le 22/07/2011
 Ida Rubinstein 1144 , le 05/10/2014
 Fred Astaire 1097 , le 31/03/2014
 20/09/2011 1096 , le 20/09/2011
 03/01/2012 1085 , le 03/01/2012
 19/04/2011 1012 , le 19/04/2011
 12/02/2012 1001 , le 15/02/2012
MARDI

FEVRIER
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Née Dorothy Penelope Jones à Dallas, au Texas , le 19 Février 1912, sa carrière a commencé quand qu'elle rendait visite à un cousin, qui travaillait sur ​​un film pour Fox Film Corporation en 1927. Sa beauté fut remarqué et il lui fut demandé de faire un test.
Janis continua à faire cinq films: quatre muets et un parlant
Elle est connue également en tant que Dorothy King, suite à son mariage avec le chef d'orchestre Wayne King en 1932
Elle est morte le 10 Mars 2010 à l'âge de 98 ans. Elle avait 6 petits-enfants et 11 arrière-petits-enfants, destin peu ordinaire pour les actrices de l'époque !!!

par DARKWOODS  866

LUNDI

FEVRIER
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
De son vrai nom, Alma Genevieve Reubens, la jeune femme est découverte lorsqu'elle remplace à 19 ans une actrice malade dans une comédie musicale1 et tourne dès 1916 dans un des rôles principaux de Reggie Mixes In. La même année, elle obtient un succès auprès de la critique dans The Half-Breed avec Douglas Fairbanks.
Elle tourne ensuite dans plusieurs films à succès les années suivantes mais, à partir de 1925, ses problèmes de dépendance à l'héroïne la font disparaître peu à peu des écrans. À la fin des années 1920, elle joue sur scène à Hollywood, puis à New-York. Revenue en Californie, affaiblie par la drogue, elle meurt de pneumonie en 1931.
Alma Rubens, née le 19 février 1897 à San Francisco et morte le 22 janvier 1931 à Los Angeles, était une actrice américaine de l'époque du cinéma muet.

par DARKWOODS  879

JEUDI

JANVIER
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Pauline Starke est une actrice américaine née le 10 janvier 1901 à Joplin, Missouri (États-Unis) et décédée le 3 février 1977 à Santa Monica (Californie).
En 1916, elle débuta sa carrière cinématographique dans un film de Griffith Intolerance. Elle continua à tourner sous la direction de Frank Borzage
En 1922, elle fut sélectionnée parmi les WAMPAS Baby Stars comme future actrice en devenir. Elle tourna jusqu'en 1935. Elle fut surtout une actrice du cinéma muet.
Elle se maria avec le producteur de cinéma Jack White dont elle divorça dans les années 1930. Elle se remaria avec l'acteur George Sherwood.

par DARKWOODS  504

MERCREDI

JANVIER
2013
VINTAGE GLAMOUR
 
Née Vilma Konsics Bánky le 9 janvier 1898 à Nagydorog, alors en Autriche-Hongrie, l'actrice fait ses premiers pas au cinéma en 1919 dans une production allemande "Im letzten Augenblick" de Carl Boese.
Quand Samuel Goldwyn, de passage à Budapest en 1925, remarque cette jolie blonde aux yeux violets, la carrière de Vilma Bánky est déjà bien lancée en Europe. Elle a tourné dans des productions hongroises, allemandes, autrichiennes et françaises. Elle obtient un contrat de cinq ans avec la toute nouvelle Metro-Goldwyn-Mayer et part s'installer à Hollywood.
Elle tourne alors dans L'Ange des Ténèbres (1925) de George Fitzmaurice aux côtés de Ronald Colman qui sera par la suite son partenaire dans quatre autres films.
Le couple Bánky-Colman fonctionne si bien à l'écran que Goldwyn invente une liaison à la ville pour ses deux stars.
Mais l'actrice annonce bientôt publiquement ses fiançailles puis son mariage avec l'acteur Rod La Rocque qu'elle épouse en juin 1927.
Ce mariage est l'occasion d'une fête somptueuse mise en scène par la Metro Goldwyn Mayer, fête qui est restée dans toutes les mémoires de cette époque à Hollywood. Elle restera son épouse durant quarante-deux ans jusqu'à la mort de celui-ci en 1969.
L'année 1928 marque un tournant dans la carrière de la « Rhapsodie hongroise », comme on la surnomme à Hollywood.
Après le succès de Two Lovers de Fred Niblo - véritable mélo où le duo fait merveille - les choses se compliquent avec l'avènement du cinéma parlant. C'est un vrai problème pour Vilma qui parle anglais avec un fort accent hongrois. Goldwyn la somme de parler correctement ou de partir.
Alfred Santell parvient dans This is Heaven (1929) a contourner la difficulté en faisant jouer à l'actrice le rôle d'une employée de restaurant immigrée hongroise. Cependant, la carrière de Vilma s'essouffle rapidement. Elle part tourner en Allemagne The Rebel (1932) qui sera son dernier film.
Elle meurt à Los Angeles en 1991 à l'âge de 93 ans. Elle est incinérée et ses cendres sont dispersées en mer. Son décès n'a été publiquement révélé qu'en 1992.

par DARKWOODS  637

MERCREDI

NOVEMBRE
2012
VINTAGE GLAMOUR
 
Louise Brooks , née Mary Louise Brooks le 14 novembre 1906 à Cherryvale (en) (Kansas) est morte le 8 août 1985 à Rochester (État de New York).
Louise Brooks est connue pour ses rôles dans les films muets des années 1920 aux États-Unis mais aussi, pour trois de ses films européens en 1929 et 1930, Loulou, Le Journal d'une fille perdue et Prix de beauté.
Darkwoods vous présente ici un lien concernée à elle ainsi qu'aux années 1920-1930:
http://www.louisebrooks.ws
Un lien très précieux sur elle, mais américain:
http://www.pandorasbox.com
Née au Kansas , ses parents sont quelque peu « absents », bien qu'ils lui donnent le goût des livres et de la musique — (sa mère était une pianiste de talent jouant Debussy et Satie)
Encore adolescente, elle débute sa carrière d'artiste comme danseuse dans la compagnie de danse moderne " Denishawn", où se trouvent également Martha Graham, Ruth Saint Denis et Ted Shawn. Après son départ en raison d'une brouille due à son caractère trop obstiné, elle se tourne vers des amis influents et obtient bientôt un rôle de danseuse dans les Ziegfeld Follies à Broadway, où elle se fait immédiatement remarquer par les studios américains (à l'époque basés à New York).
Elle signe chez Paramount Pictures où elle passera la plus grande partie de sa carrière. En 1925, elle obtient un rôle dans le film muet The Street of Forgotten Men. Bientôt, elle obtient les premiers rôles dans un certain nombre de comédies légères, jouant notamment aux côtés d'Adolphe Menjou et W. C. Fields. Elle se fait remarquer en Europe grâce à son rôle pivot d'une vamp dans le film muet de Howard Hawks, Une fille dans chaque port (1928).
Elle trouve un de ses grands rôles américains dans l'un des derniers films muets, Les Mendiants de la vie (1928), jouant le rôle d'une fille de la campagne en fuite, avec Richard Arlen et Wallace Beery qui interprètent des clochards qu'elle croise en route.
À cette période de sa vie, elle est au firmament. Elle est régulièrement invitée par le milliardaire William Randolph Hearst, dans sa propriété de Hearst Castle. Sa coiffure si unique représente celle des « flappers », les « garçonnes »... qu'ont retrouve dans le monde entier.
Peu après le tournage du film, Louise se brouille avec les studios Paramount (surtout B.P. Schulberg qui lui ai refusé une augmentation). Ceci lui bloque les portes désormais du tout Hollywood. Ce problème de passage du muet au parlant n'est pas sans rappeler celui de Chaplin, dont elle fut l'amante éphémère en 1925
Elle part en Europe tourner sous la direction de G.W. Pabst, le célèbre réalisateur expressionniste allemand
Dans Loulou (1929), son rôle de Loulou est celui d' une jeune femme misérable aux prises avec les hommes en général (et meme Jack l'éventreur...).
Louise joue ensuite deux films, allemand d'abord Le Journal d'une fille perdue (1929) et français Prix de beauté (1930)
Louise est considérée comme l'une des premières actrices « naturelles » du cinéma, son jeu étant subtil et nuancé par rapport à de nombreux acteurs du cinéma muet. Le gros plan était en vogue chez les réalisateurs, et le visage de Louise s'y prêtait parfaitement.
Louise a toujours été égocentrique, parfois d'un caractère difficile, et elle n'hésitait pas à user de sa verve acidulée lorsque l'occasion s'en présentait. De son propre aveu, c'était une femme libérée, encline aux expériences.
Elle était également dépensière, mais gentille et généreuse envers ses amis, presque à l'excès. Lorsqu'elle retourne à Hollywood, elle est sur la liste noire et ne peut reconquérir son succès d'antan. Des rumeurs propagées par les studios laissent entendre que sa voix n'est pas adaptée aux films parlants, ce qui est faux.
En 1938, après avoir été humiliée de se retrouver dans des films de série B où les studios l'avaient casée pour lui faire regretter son dédain d'antan, elle se retire du show business, et retourne à Wichita (Kansas), la ville de son enfance.
Elle est décédée en Aout 1985 a l'age de 78 ans a Rochester, Etat de New York

par DARKWOODS  2197

MERCREDI

NOVEMBRE
2012
VINTAGE GLAMOUR
 
Marie Prevost est une actrice canadienne née le 8 novembre 1898 à Sarnia (Canada) et décédée le 21 janvier 1937 à Hollywood (Californie).
Née Mary Bickford Dunn à Sarnia, Ontario, elle est encore enfant lorsque la famille s'installa à Denver, Colorado puis à Los Angeles, Californie.
Alors secrétaire, elle postula et obtint un petit rôle dans le studio dirigé par Mack Sennett. Sennett, qui venait d'une petite ville située près de Montréal, en fit une exotique "French girl", ajoutant Dunn à sa collection de "bathing beauties" sous le nom de scène de Marie Prevost.
En 1919, elle épouse en secret Sonny Gerke qui la quitte après six mois de mariage. Gerke, dont la mère avait interdit de fréquenter Prevost car elle était une actrice, craignait de lui apprendre son mariage et ne pouvait divorcer sans réveler son union secrète. De son côté, Prevost craignait la mauvaise publicité d'un divorce et resta secrétement mariée à Gerke jusqu'à 1923.
Bien que sa carrière est florissante, Prévost est dévastée quand sa mère est tuée dans un accident de voiture en 1926. Soi-disant, c'est à ce moment-là qu'elle se mit à boire. Elle a également un rôle dans le film dans Cecil B. DeMille "Godless Girl" (1929), mais il fait un flop au box-office. La venue du film parlant marque la fin de sa célébrité comme pour de nombreuses autres stars du box office, bien que Marie avait une voix parfaitement bien. Elle n'était plus "l'étoile" et fut bientôt reléguée au seconds rôles, soit comique soit comme femme du monde. Elle est apparue dans 23 films de 1930 à 1936, de nombreuses fois avec quelques-unes des plus grandes stars de la décennie - Joan Crawford, Clark Gable, Jean Harlow, etc
Alors ses finances ont commencé à disparaître et, en 1934 elle a dû vendre sa maison à Malibu. Elle buvait beaucoup, mais mangeait peu. Elle est morte d'alcoolisme et de malnutrition 21 janvier 1937, à l'âge de 38 ans.

par DARKWOODS  903

              
100     Page précédente
Page Suivante
80