Cocktail93




VENDREDI

JUILLET
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Faith Bacon (19 juillet 1910 - 26 septembre 1956) était une danseuse et actrice américaine .
Née Frances Yvonne Bacon à Los Angeles, en Californie, de Francis Page Bacon et de son épouse Charmion, elle a été présentée comme, au plus fort de sa carrière, "la plus belle danseuse d'Amérique".
Carrière
La carrière de Bacon au cinéma a commencé dans les années 1920 à Paris . Dans une interview de 1930, Bacon déclara qu'elle avait décidé de devenir danseuse lors de sa visite à Paris alors qu'elle n'avait jamais eu de formation.
À Paris, elle rencontre Maurice Chevalier et se produit ensuite dans sa revue . Au cours de sa carrière, elle a utilisé des bulles , des fleurs et des éventails dans ses routines de danse nue.
Après son retour aux États-Unis , Bacon apparut à Broadway dans Earl Carroll's Vanities d’août 1928 à février 1929. L’émission indiquait que son spectacle était "Fan Dance - Heart of the Daisies".
Elle a continué à danser dans Fioretta et Sketch Book de Earl Carroll , en 1929 et 1930, respectivement. En juillet 1930, elle apparaît en tant que "nu principal" dans une autre production des Earities Carroll's Vanities .
Elle a initialement exécuté une routine dans laquelle elle se tenait nue et immobile sur scène alors que des lumières "jouaient" sur son corps. A l'époque, toute exposition indécente était punie (La loi interdisait aux danseuses de bouger tout en apparaissant nues sur scène).
Selon Bacon, elle et Carroll ont essayé plusieurs astuces différentes pour contourner ces lois avant de finalement proposer l'idée de la "fan dance". La danse a été un succès immédiat.
Le 9 juillet 1930, la police a perquisitionné le New Amsterdam Theatre et a arrêté Bacon, Earl Carroll et d'autres membres de la distribution pour "prestation indécente".
Elle apparaissait dans une scène intitulée "A Window at Merls". Bien que le spectacle ait subi quelques changements après le raid, Bacon a continué à exécuter "la fan dance". Cependant, Earl Carroll a déclaré que Bacon portait un " arrangement en mousseline de soie " pendant le spectacle et n'était pas totalement nue".
En août 1930, un grand jury a décidé de ne pas inculper Bacon, Carroll et ses collègues
Après sa performance dans les Vanities de Earl Carroll , Bacon est apparue dans les Ziegfeld Follies de 1931 de juillet à novembre 1931. En 1933, elle est allée à Chicago pour se produire à la Foire mondiale de 1933 après avoir appris qu'une danseuse rivale, Sally Rand , se produisait également.
Bacon, qui a soutenu qu'elle avait créé la danse pour Earl Carroll en 1930, se présentait comme "la danseuse originale".
Après avoir parue à l'exposition universelle en 1933, la carrière de Bacon a commencé à décliner.
Au fil des ans, elle avait acquis la réputation d'être difficile. Alors qu'elle travaillait dans le spectacle Temptations à l'hiver 1936 au Lake Theatre à Chicago, lorsqu'elle est tombée à travers un tambour de verre, celui ci lui a coupé les cuisses sur lequel elle posait nue.
Les coupures lui ont laissé des cicatrices aux cuisses et elle a poursuivi plus tard la Lake Theatre Corporation pour 100 000 $ de dommages et intérêts.
L’accident l’a laissée avec des cicatrices et des douleurs aux jambes qui ont diminué ses capacités de danseuse.
Au cours des années 1940, Bacon a continué à se produire dans divers clubs et établissements aux États-Unis.
Au milieu des années 1950, elle tenta de créer une école de danse dans l'Indiana, mais cela échoua et elle fut retrouvée inconsciente après avoir apparemment tenté de prendre une surdose de somnifère.
Le 26 septembre 1956, Bacon sauta par la fenêtre de sa chambre d'hôtel, tombant de deux étages avant de tomber sur le toit d'un bâtiment adjacent.
La colocataire de Bacon, Ruth Bishop, employée d'épicerie, a tenté d'intervenir en saisissant la jupe de Bacon alors qu'elle sortait par la fenêtre, mais Bacon s'est échappée. Elle a eu une fracture du crâne, une perforation du poumon et des blessures internes. Elle est décédée des suites de ses blessures à l'hôpital Grant plus tard dans la nuit

par DARKWOODS  61

VENDREDI

JUILLET
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
James Cagney est un acteur, producteur de cinéma et réalisateur américain, né le 17 juillet 1899 à New York et mort le 30 mars 1986 à Stanford.
Classé huitième acteur de légende par l'American Film Institute, il a reçu l'Oscar du meilleur acteur en 1942 pour son rôle dans La Glorieuse Parade.
Il fut l'une des grandes vedettes du Hollywood des années 1930, excellant dans les rôles de « dur », sans pour autant délaisser les films comiques. Il possède son étoile sur le Walk of Fame au 6502 Hollywood Blvd. Il fut l'une des personnalités imitées par le Rat Pack (Frank Sinatra, Dean Martin et Sammy Davis, Jr.) dans leurs spectacles dès 1960.

par DARKWOODS  12

DIMANCHE

JUILLET
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Bien qu'il s'agisse d'un bâtiment moderne, achevé en 2002, le Parkview Square a bénéficié d'un design dans le style Art déco et est l'un des bâtiment de bureaux les plus chers de Singapour.
C' est un gratte-ciel de bureaux de 144 mètres de hauteur et de 24 étages, construit à Singapour en 2002. La construction a duré de 1999 à 2002.
Le gratte-ciel est construit dans le style Art déco et est inspiré du Chanin Building à New York. C'est l'un des très rares immeubles du xxie siècle construit dans ce style (avec aussi la Hearst Tower (Charlotte)).
À l'intérieur les décorations sont très luxueuses ce qui en fait l'immeuble de bureaux le plus coûteux de Singapour.
La surface de plancher est de 39 000 m2 et il y a 9 ascenseurs.
L'architecte est l'agence singapourienne DP Architect

par DARKWOODS  11

LIEN

VENDREDI

JUILLET
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
John Gilbert est un acteur, scénariste et réalisateur américain né le 10 juillet 1897 à Logan dans l'Utah aux États-Unis, mort le 9 janvier 1936 à Los Angeles en Californie.
L'acteur est i le partenaire de Mary Pickford dans La Fille des monts de Sidney Franklin. À partir de 1921, il travaille pour la Fox : il joue notamment Edmond Dantès dans Monte Cristo (film, 1922) , le héros d'Alexandre Dumas, le rôle-titre de Cameo Kirby pour John Ford, et, au côté de Lon Chaney, dans While Paris Sleeps de Maurice Tourneur, dont il devient le protégé.
Gilbert écrit et dirige également plusieurs films avant d'être pris sous contrat à la MGM en 1924.
Star de la MGM
Après la révélation de Rudolph Valentino, immigré italien et danseur mondain, suivie d'imitateurs (le mexicain Ramón Novarro, l'espagnol Antonio Moreno, l'allemand Ricardo Cortez…), Louis B. Mayer, président de la MGM, décide de lancer un symbole sexuel plus américain, plus viril en la personne de John Gilbert.
À partir de 1924, Gilbert bénéficie de toute la machine publicitaire de la MGM, qui le présentait comme l'acteur moderne par excellence. Sur le tournage de La Bohème, Gilbert et le metteur en scène King Vidor tombent tous les deux amoureux de Lillian Gish. John Gilbert ira jusqu'à la demander en mariage1. Gilbert est alors associé dans plusieurs films à Barbara La Marr (Arabian Love (en), référence au Cheik de Valentino) et à Norma Shearer, future épouse du producteur Irving Thalberg, bras droit de Mayer.
Gilbert devient l'acteur favori de King Vidor, qui le dirige dans His Hour, sur un scénario de Elinor Glyn, et dans The Wife of the Centaur et Bardelys le magnifique (Bardelys the Magnificent) avec Eleanor Boardman, épouse de Vidor. Plus tard, Gilbert apparaît dans son propre rôle (comme Douglas Fairbanks, Norma Talmadge et Charlie Chaplin entre autres) dans le comique Mirages (Show People) avec Marion Davies en vedette.
Ses détracteurs soulignent volontiers que Gilbert semble parfois le faire valoir d'acteurs plus brillants (Chaney dans Larmes de clown de Victor Sjöström, Gish dans La Bohème) et ridiculisent sa prestation dans La Veuve joyeuse de Erich von Stroheim, avec l'extravagante Mae Murray. Cependant, Gilbert donne dans le même temps une interprétation remarquable d'un soldat pendant la Grande Guerre, dans un autre chef-d'œuvre de Vidor, La Grande Parade.
Gilbert et Garbo
La mort inopinée de Barbara La Marr plonge Mayer dans le désarroi, mais le suédois Mauritz Stiller qu'il a invité à venir tourner à Hollywood, est venu avec une jeune compatriote, Greta Garbo. Gilbert et elle deviendront, sous la férule de leur tyrannique producteur, « les amants du siècle ».
Le bouillant Américain et la vamp européenne jouent dans trois classiques du cinéma muet : La Chair et le Diable et Intrigues de Clarence Brown, Love d'après Anna Karénine (projet destiné à l'origine à Lillian Gish) réalisé par Edmund Goulding. Dans les trois, Gilbert est éclipsé par sa partenaire, qui devient la plus grande étoile d'Hollywood. Il poursuit sa carrière de son côté avec, par exemple, La Morsure de Tod Browning, où il retrouve sa partenaire de La Grande Parade, la française Renée Adorée, et Le Bateau ivre de Jack Conway avec la jeune et sémillante Joan Crawford. L'histoire d'amour de Gilbert et de Garbo, n'ira pas jusqu'au mariage puisque la fantasque Suédoise « plantera » son amant devant l'autel…
La haine de Mayer
Le cinéma mondial est en passe de vivre une de ses plus grandes révolutions (le passage du muet au parlant) quand un violent différend oppose Mayer à Gilbert. Ce dernier aurait même boxé son patron. La dispute aurait éclaté à propos de Garbo, le vieux producteur conseillant à Gilbert, fou d'amour, de simplement coucher avec elle.
Gilbert tourne son premier film parlant, His Glorious Night, sous la direction de Lionel Barrymore, d'après Ferenc Molnár, puis joue Romeo face à Norma Shearer dans une séquence en couleurs de Hollywood chante et danse. Mayer lance la rumeur selon laquelle la « voix de fausset » de Gilbert est incompatible avec son image virile.
Plus tard, la fille de l'acteur, issue de son premier mariage, révélera que Mayer a privé son père des meilleurs rôles qui s'offrirent à lui au début du parlant — par exemple dans La Patrouille de l'aube de Howard Hawks, où il est remplacé par Richard Barthelmess.
Sa santé ruinée par son alcoolisme, il meurt d'une crise cardiaque au début de l'année 1936. Sa dépouille repose depuis au cimetière de Forest Lawn Memorial Park à Glendale en Californie.

par DARKWOODS  19

VENDREDI

JUIN
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Appollinie Paris, dite Suzy Vernon, est une actrice française, née à Perpignan le 26 juin 1901 et morte à Mougins le 24 janvier 1997.
Fille naturelle de Thérèse Paris, Suzy Vernon voit le jour dans la capitale du Roussillon.
Très jeune, elle perd sa mère, puis son père lequel tombe au champ d'honneur en 1915.
Elle effectue une partie de ses études dans une institution religieuse où naît sa vocation de comédienne par le biais de représentations données lors des fêtes scolaires.
En 1922, elle participe à un concours de beauté qui recherche "la Mary Pickford française". Elle est sélectionnée et élue à la finale à Paris.
Cette nomination lui offre de participer humblement à un premier film : La conquête des Gaules, mais surtout de se faire remarquer par le grand cinéaste belge Jacques Feyder.
Dès lors, il s'ensuit une carrière féconde, du moins jusqu'en 1936, qui la fait tourner en Allemagne, en Autriche... et aux Etats-Unis.
En effet, Hollywood lui permet, à l'instar d'André Luguet et de Lily Damita (future Madame Errol Flynn), de se produire dans les versions françaises de la Warner Bros.
Cependant, les rôles sont insipides et son premier mariage bat de l'aile. Son séjour californien la pèse, la mine, aussi l'abrège-t-elle car, de plus, l'Europe lui manque.
Actrice populaire dans le bon sens du terme, mignonne et jolie à croquer, relevons parmi ses films : le Napoléon d'Abel Gance, dans lequel elle apparaît en Madame Récamier, la fidèle amie et confidente de Chateaubriand.
Elle fit également du théâtre et on lui doit notamment une tournée Karsenty (en 1933) avec Teddy and partner, une pièce d'Yvan Noé.
Suzy Vernon fut successivement l'épouse de Ralph de Léon, un photographe de plateau reconverti en opérateur de cinéma, et d'Iskander Salem, un chirurgien libanais, pour lequel elle renonça au septième art.
Merci à cinememorial.com pour la bio

par DARKWOODS  31

LUNDI

JUIN
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Son site en lien
Article paru dans le journal de Dark Woods de janvier 2020

par DARKWOODS  16

LIEN

LIENS





RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Jean Gabin 4881 , le 17/05/2014
 Louise Brooks 2515 , le 14/11/2012
 Marlene Dietrich 2118 , le 27/12/2013
 Sessue Hayakawa 1802 , le 10/06/2013
 01/11/2010 1649 , le 01/11/2010
 Yvonne Printemps 1648 , le 30/07/2014
 Ida Rubinstein 1530 , le 05/10/2014
 Rose Stradner 1502 , le 31/07/2013
 Noels d'autrefois 1431 , le 05/01/2012
 Elvire Popesco 1348 , le 10/05/2015
 Fred Astaire 1296 , le 31/03/2014
 22/07/2011 1292 , le 22/07/2011
 19/04/2011 1191 , le 19/04/2011
 20/09/2011 1182 , le 20/09/2011
 03/01/2012 1175 , le 03/01/2012
DIMANCHE

JUIN
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Le mythique garage Citroën de Lyon, un temps plus grande station-service du monde, vient d'être rénové pour accueillir des bureaux tout en gardant son âme... et sa rampe d'accès qui permet aux employés de se garer directement devant leurs bureaux.
Ce colosse de verre, d'acier et de béton a été construit par Maurice-Jacques Ravazé dans les années 30 dans le quartier des facultés, à deux pas du Rhône. C'est au début des congés payés que ce garage, proche de la route des vacances, la fameuse Nationale 7, connaît son âge d'or.
A cette époque, le constructeur aux chevrons bâtit sa stratégie de communication et de marque à coup d'oeuvres monumentales. Il y a les garages Marbeuf et des Champs-Elysées à Paris, d'autres en province et à l'étranger: le garage de Lyon sera le dernier d'une vingtaine de bâtiments construits entre 1920 et 1935.
Les modèles sont visibles de la rue par d'immenses vitrines, et derrière travaillent en transparence les garagistes qui évoluent de part et d'autre d'une rue intérieure. Mélange d'Art déco et de modernité, c'est son immensité et sa structure qui lui donnent force et beauté.
A Lyon, ce "palais" grand comme six terrains de football empilés (plus de 30.000 m2) est devenu au fil du temps trop vaste pour Citroën, qui le vend en 2011 pour 25 millions d'euros à un promoteur immobilier lyonnais, 6e sens.
S'en suivent près de deux ans de travaux et un budget de 33 millions pour réhabiliter ce bâtiment classé aux monuments historiques depuis 1992. "On a cherché à montrer sa structure tout le temps pour que les plateaux, les plafonds et les dalles soient toujours visibles", explique Philippe Allart, d'Alep Architectes.
"La difficulté a été de passer d'un garage à un immeuble de bureaux high-tech tout en préservant l'âme du lieu". On peut ainsi toujours monter au 5e étage en auto par une rampe. "Il y a 170 places pour des voitures ici !", embraye Nicolas Gagneux, président de 6e Sens, peu avant l'inauguration jeudi.
Loué 210 euros/m2 - soit dans la moyenne du prix du marché, assure son propriétaire - ce lieu emblématique de la ville accueille déjà l'Inseec, une école de management, et Santé Vet, un spécialiste des assurances pour animaux.
Citroën lui est toujours au rez-de-chaussée... mais désormais locataire.
Source: www.lexpress.fr

par DARKWOODS  15

MARDI

JUIN
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Muriel Finley est née le 15 juin 1902 à Salmon, Idaho, USA. Elle était actrice, connue pour le film Sin Takes a Holiday"(1930).
Elle passa d'abord, comme beaucoup d'autres (ex: Louise Brooks) au Ziegfeld Follies
Elle fut mariée à Robert Dinwiddie Groves et Edward Cronjager. Elle est décédée le 5 octobre 1975 à Kansas City, Missouri, USA.

par DARKWOODS  15

SAMEDI

JUIN
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Dixie Dugan est une héroïne de récits populaires américains, créée en 1928 par l'écrivain Joseph Patrick McEvoy (1897 – 1958), dans un roman-feuilleton publié par le journal Liberty puis sous forme de roman par Simon & Shuster sous le titre Show Girl, suivi d'un second roman, Show Girl in Hollywood. Les romans sont illustrés par le dessinateur John H. Striebel qui donne au personnage les traits de l'actrice Louise Brooks.
La série connait deux adaptations cinématographiques, Show Girl (1928) et Show Girl in Hollywood (1930). Streibel et McEvoy font ensuite de la série un comic-strip à succès dont la publication s'étendra de 1929 à 1966
Images, Source: ebay.com
Paru dans le journal de Février 2020 de Dark Woods(lien)

par DARKWOODS  31

LIEN

MARDI

JUIN
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Hermann Steinschneider, dit Erik Jan Hanussen, (2 juin 1889, Vienne - 25 mars 1933, Berlin), était un illusionniste, voyant et hypnotiseur, personnalité célèbre du music-hall en Allemagne durant l'entre-deux-guerres.
Bien que Hanussen ait prétendu être un aristocrate danois, il était en fait un Juif tchèque, né Hermann Steinschneider. Hanussen père, était acteur et gardien d'une synagogue, et marié à Julie Kohn Antonie à Vienne, en Autriche.
Hanussen devint célèbre grâce à ses représentations à la Scala de Berlin où il accomplissait des performances d'hypnose et où il lisait dans les pensées des spectateurs
De nombreuses légendes abondent quant aux rencontres entre Hanussen et Adolf Hitler. Celui-ci l'aurait notamment rencontré juste avant les élections allemandes, en novembre 1932, pour lui enseigner des techniques de contrôle des masses, en employant une gestuelle particulière et en ayant recours à différents effets dramatiques.
En 1943, l’institution américaine Office of Strategic Services, dans le cadre de la rédaction d'un profil psychologique d'Hitler écrivait : « Durant le début des années 1920, Hitler reçut des leçons régulières de rhétorique et de psychologie de la foule d'un homme nommé Hanussen qui était aussi un astrologue et diseur de bonne aventure. Il était très intelligent et enseigna à Hitler l'importance de mettre en scène ses réunions publiques afin d'obtenir les meilleurs effets spectaculaires »
En 1931, Hanussen acheta une imprimerie à Breslau et fit paraître un journal occultiste : Hanussen Magazin et Bunte Wochenschau.
Hanussen disparut le 25 mars 1933 dans des conditions troubles (hypothèses de la disparition : assassinat par des SA, utilisation par Hanussen de techniques d'illusionnisme)

par DARKWOODS  36

VENDREDI

MAI
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Adrienne Dore (22 mai 1907 - 26 novembre 1992) était un mannequin américain e et gagnante d'un concours de beauté. Elle a été le deuxième finaliste dans le concours de Miss Amérique 1925 , en compétition comme Miss Los Angeles . Dore fut également actrice et a poursuivi une modeste carrière dans le cinéma.

par DARKWOODS  19

LUNDI

MAI
2020
VINTAGE GLAMOUR
 
Louis Octave Maxime Le Verrier , court métrage Max Le Verrier (né le 29 janvier 1891 à Neuilly-sur-Seine , France , † le 6 juin 1973 à Paris , France) était un sculpteur français. Il a également utilisé le nom de scène Arthur .
Le Verrier était le fils d'un orfèvre et joaillier parisien ; sa mère venait de Belgique . Ses parents se sont séparés quand il avait sept ans. Il a visité plusieurs internats, dont l' École des Roches à Verneuil-sur-Avre .
Contre les voeux de Max, son père l'envoya étudier l'agriculture à Saint-Sever (Landes) et à La Réole . À l'âge de 16 ans, il est rentré à Paris et a pris un travail occasionnel pour éviter de travailler dans l'agriculture. En 1909, il quitta la France et s'installa brièvement à Londres , où il avait du mal à trouver du travail.
Le Verrier a travaillé dans une école de pilotage à Rendon, où il a d'abord attendu pour un avion, puis en 1913, il a obtenu sa licence de pilote. Lors de la Première Guerre mondiale, il entra en février 1915 dans un escadron de bombardiers français utilisé. Le 25 mai 1915, il fut abattu lors d'un combat aérien d'un avion de combat allemand. En manquant classé, il a reçu la médaille militaire française et la Croix de guerre 1914-1918 . Pendant sa captivité à Münsterle sergent n'a pas été arrêté pour le travail. Il a demandé des outils et de la pâte à modeler et a commencé à sculpter. Le Verrier se lia d'amitié avec d'autres artistes du camp et dépeignit certains de ses camarades détenus. En 1917, il fut interné dans le cadre d'un échange de prisonniers en Suisse . À l' École des Beaux-Arts de Genève , il étudie avec Marcel Bouraine et Pierre Le Faguays , restés amis à vie et travaillant souvent ensemble.
Après la guerre, Le Verrier rentre à Paris où il épouse en 1921 Jeanne Hubrecht avec qui il aura deux fils. Au début des années 1920, il hérite d'une petite fonderie où il réalise rapidement de petites sculptures et des objets de décoration tels que des lampes, des cendriers, des serre-livres et des radiateurs de style Art déco . En plus de ses propres sculptures, il a composé pour les artistes Pierre Le Faguay, Marcel Bouraine, André Vincent Becquerel et Jules Masson . Il a principalement travaillé avec le bronze, l'ivoire, le zinc, la terre cuite et la céramique. Le Verrier a montré son travail dans les salons de la Société des Artistes Décorateurs , où il était élu.
À l'expositionExposition internationale des Arts Décoratifs et Industriels modernes de 1925, il remporte une médaille d'or. Il a également exposé à l' exposition universelle de Paris en 1937 . À l’époque de l’Art déco, ses figures féminines - telles que son œuvre Clarte - se sont fait connaître par leur corps athlétique parfait en parfaite symétrie. Les œuvres de Le Verrier comprennent également des sculptures animales telles que des pélicans, des cigognes, des écureuils, des chimpanzés, des chevaux, des lions et des panthères noires .
../..
Traduit de Max Le Verrier sur de.wikipedia.org
Ce site maxleverrier.com en français lui est consacré

par DARKWOODS  57

              
287     Page précédente
Page Suivante
267