DIMANCHE

MARS
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Kurt Weill est un compositeur allemand né à Dessau le 2 mars 1900 et mort à New York le 3 avril 1950. Sa musique, considérée par les nazis comme juive, lui vaut de voir ses partitions brûlées. Ses origines juives et ses sympathies pour le communisme font qu'il est contraint de quitter l'Allemagne en 1933 avec Lotte Lenya qu'il avait épousée en 1927 et qu'il ré-épouse en 1937 après un divorce en 1933. Il séjourne à Paris, où il compose Les Sept Péchés capitaux (Die sieben Todsünden) sur un texte de Brecht pour le Théâtre des Champs-Élysées et termine sa Seconde symphonie avant de se rendre aux États-Unis en 1935.
Période berlinoise (1918–1933)
En 1918, il commence des études de musique à l'École supérieure (Hochschule) de Berlin. Il suit l’enseignement de Ferruccio Busoni, enseignement déterminant pour son œuvre future, surtout pour son esthétique de l’opéra. En 1920, il est engagé comme chef d’orchestre au théâtre de la ville de Lüdenscheid. À partir de 1925, il travaille à ses premiers projets d’opéras avec des écrivains importants comme Georg Kaiser et Yvan Goll. En 1927, il commence à collaborer avec Bertolt Brecht, ce qui aboutit à L'Opéra de quat'sous en 1928. Très tôt, son travail est influencé par la musique de danse contemporaine, par exemple dans l’opéra Royal Palace. Le style (Songstil) de Weill, qui se développe à partir de 1927, est fortement marqué par cette musique, particulièrement par le Jazz-Stil de Paul Whiteman. Cette stylistique est des plus prégnantes dans L'Opéra de quat'sous et dans Happy End. Parallèlement, il fait usage d’une expression musicale néoclassique, précisément néobaroque, par exemple dans l’ouverture de L’Opéra de quat’sous, dans les scènes d’ouragan de Grandeur et décadence de la ville de Mahagony, et dans l’ensemble de l’opéra Die Bürgschaft.
L’accueil fait à sa musique (particulièrement de la part des autres compositeurs) est mitigé. Il acquiert une grande popularité avec L’Opéra de quat’sous. Parmi ses collègues, Arnold Schönberg et Anton Webern la rejettent complètement. D’autres comme Alban Berg, Theodor Adorno et Alexander Zemlinsky montrent un grand intérêt pour son travail. Berg assiste à une représentation de Mahagony et Zemlinsky dirige le Quodlibet (de 1923) et Mahagony (1930).
par DARKWOODS  17

DIMANCHE

MARS
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Lucien Lelong, né le 11 octobre 1889 à Paris 9e et mort le 11 mai 1958 à Anglet , est un couturier français.
En 1926, il lance son trio de parfums A B C dans des flacons de René Lalique. Un an après, il sort deux nouveaux parfums : J pour Jasmin et N pour Natalie, du prénom de Natalie Paley, princesse Romanov, qu'il épouse le 9 août 1927, soit à peine un mois après son divorce de sa première épouse. Cette union prend fin en 1937. De 1925 à 1950, il lancera près de quarante parfums.
Il avait ouvert une boutique rue Gardères à Biarritz, où il avait connaissance avec la famille Paley, et où Natalie Paley était devenue mannequin pour sa maison.
Il inaugure une succursale pour ses parfums à Chicago en 1928.

par DARKWOODS  4

LIEN

MERCREDI

FEVRIER
2019
VINTAGE GLAMOUR
 

par DARKWOODS  19

LIEN

DIMANCHE

FEVRIER
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Bertolt Brecht est un auteur dramatique allemand, né le 10 février 1898 à Augsbourg (Bavière) et mort le 14 août 1956 à Berlin-Est.
Il a été à la fois dramaturge, metteur en scène, critique théâtral, écrivain auteur de romans1, de récits en prose2 et poète.
Jusqu'en 1930
Bertolt Brecht, Eugen Berthold Friedrich Brecht de son nom complet, est d'origine bourgeoise, fils d'un père catholique, dirigeant d'une fabrique de papier, et d'une mère protestanten 1. Il commence à écrire très tôt (son premier texte est publié en 1914) et entame des études de philosophie, puis de médecine à Munich. En 1918, à vingt ans, il est mobilisé à la fin de la Première Guerre mondiale comme infirmier. L'horreur de la guerre aura comme pour les surréalistes français, une importante influence sur lui. La même année, il écrit sa première pièce, Baal, dans un style libertaire et lyrique qu'il délaissera par la suite4. Il chante des écrits pacifistes à Augsbourg, puis à Munich et rompt les liens qui l'attachaient encore à sa famille.
Suivent les pièces Tambours dans la nuit en 1919 qui lui vaut le prix Kleist en 1922 et Dans la jungle des villes. On découvre dans ses premières œuvres, telle que Baal, des traits de caractère anarchiste. Il est alors très influencé par Erwin Piscator ou Max Reinhardt. Il est engagé comme conseiller littéraire en 1923 à Munich, puis, à Berlin en 1924, il rejoint le Deutsches Theater de Max Reinhardt, avec l'actrice Hélène Weigel, qui monte ses pièces. La même année, Elisabeth Hauptmann devient sa maîtresse et sa collaboratrice. Viennent ensuite Homme pour homme (1927) et Grandeur et décadence de la ville de Mahagony. Ces pièces provoquent une polémique, jusqu'en 1928 où il crée L'Opéra de quat'sous (musique de Kurt Weill), un des plus grands succès théâtraux de la république de Weimar qui, grâce à un malentendu , lui assure le succès
Après
A partir de 1930, les nationaux-socialistes commencent à interrompre avec véhémence les représentations des pièces de Brecht. Il épouse alors Hélène Weigel, et devient marxiste. L'arrivée au pouvoir des nazis les force à quitter l'Allemagne en février 1933, après que leur domicile fut perquisitionné6. L'œuvre de Brecht est interdite et brûlée lors de l'autodafé du 10 mai de cette même année. Il parcourt l'Europe, et en juin 1933 il s'installe au Danemark (à Svendborg à partir d'août 1933)
Apatride depuis que le régime nazi l’a déchu de sa nationalité allemande en 1935, il est sera naturalisé autrichien en 1950.
par DARKWOODS  20

MARDI

JANVIER
2019
VINTAGE GLAMOUR
 
Le journal de Dark Woods, Décembre 2018
http://thedarkwoods.free.fr/jo201812.htm
Les colorisations de Dark Woods
https://www.deviantart.com/thedarkwoods
par DARKWOODS  22

MARDI

JANVIER
2019
VINTAGE GLAMOUR
 

par DARKWOODS  29

LIENS





RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Jean Gabin 4703 , le 17/05/2014
 Louise Brooks 2332 , le 14/11/2012
 Marlene Dietrich 1879 , le 27/12/2013
 01/11/2010 1554 , le 01/11/2010
 Sessue Hayakawa 1471 , le 10/06/2013
 Yvonne Printemps 1455 , le 30/07/2014
 Rose Stradner 1387 , le 31/07/2013
 Noels d'autrefois 1346 , le 05/01/2012
 Ida Rubinstein 1312 , le 05/10/2014
 22/07/2011 1217 , le 22/07/2011
 Fred Astaire 1173 , le 31/03/2014
 20/09/2011 1122 , le 20/09/2011
 03/01/2012 1108 , le 03/01/2012
 19/04/2011 1072 , le 19/04/2011
 12/02/2012 1066 , le 15/02/2012
SAMEDI

NOVEMBRE
2018
VINTAGE GLAMOUR
 
Lucien Michard (né le 17 novembre 1903 à Épinay-sur-Seine, décédé le 1er novembre 1985 à Aubervilliers) est un coureur cycliste français des années 1920-1930, dont la spécialité était la piste.
En 1924, il devient, à Paris, champion olympique de l'épreuve de vitesse à 21 ans. Il remporte quatre titres consécutifs de Champion du monde de vitesse de 1927 à 1930, mais perd son titre en 1931 alors qu'il franchit en tête la ligne d'arrivée, en raison d'une erreur du juge.
Il a également remporté durant sa carrière dix titres de champion de France de vitesse et sept Grand Prix de Paris.

par DARKWOODS  67

JEUDI

NOVEMBRE
2018
VINTAGE GLAMOUR
 
Voici une série de photo montage réalisé par un infographiste de talent dont j'ignore le nom
Ces photos sont faites à partir de clichés de l'actrice Louise Brooks, la plupart datant des années 1930
Elles sont donc recolorisée et incorporées avec d'autres photos de la meme époque dans une composition destinée à représenter des couvertures de roman , oeuvre qui n'ont jamais évidemment exister dans la réalité
L'auteur en serait le français Jean Ray, traducteur des premiers Harry Dickson, série allemande de nouvelles policières.
Cela donne des chefs d'oeuvre graphiques, comme vous pouvez le voir , qui montre combien Louise Brooks, avec son physique si particulier, reste un personnage moderne malgré le temps qui passe !

par DARKWOODS  37

MERCREDI

NOVEMBRE
2018
VINTAGE GLAMOUR
 
Voici une série de photo montage réalisé par un infographiste de talent dont j'ignore le nom
Ces photos sont faites à partir de clichés de l'actrice Louise Brooks, la plupart datant des années 1930
Elles sont donc recolorisée et incorporées avec d'autres photos de la meme époque dans une composition destinée à représenter des couvertures de roman , oeuvre qui n'ont jamais évidemment exister dans la réalité
L'auteur en serait le français Jean Ray, traducteur des premiers Harry Dickson, série allemande de nouvelles policières.
Cela donne des chefs d'oeuvre graphiques, comme vous pouvez le voir , qui montre combien Louise Brooks, avec son physique si particulier, reste un personnage moderne malgré le temps qui passe !

par DARKWOODS  32

VENDREDI

NOVEMBRE
2018
VINTAGE GLAMOUR
 
Winifred Westover est une actrice américaine du cinéma muet née le 9 novembre 1899 à San Francisco et décédée le 19 mars 1978 à Los Angeles.
Jeunesse
Elle est née de parents suédois est née à San Francisco , en Californie. Sa scolarité a eu lieu au couvent dominicain de San Rafael.
Carrière
À l’écran, Westover était l’ingénue de rougissement typique et était presque toujours opposé à des hommes de premier plan
Sa carrière dans le cinéma commence avec un petit rôle dans "l' intolérance" de DW Griffith en 1916. En 1919, elle joue dans "John Petticoats" avec William S. Hart , avec qui elle se fiance. Ils se sont mariés le 7 Décembre 1921 et ont un fils, William S. Hart Jr., en Septembre 1922
Cependant, ils se sont séparés en 1922 après trois mois de mariage et ont divorcé en 1927.
Hart était connu dans l'industrie pour être "sujet aux violences domestiques ".
Son comportement a été parodié dans le court-métrage "The Frozen North" de 1922 par Buster Keaton
Westover a pris sa retraite pour élever son fils en 1923, mais a fait son retour en 1930 avec l'aide de son ex-mari. Le film, un mélodrame appelé Lummox, était sa derniere apparition à l'écran
Il fut un échec et elle mis terme alors à sa carrière dans le cinéma.

par DARKWOODS  32

SAMEDI

OCTOBRE
2018
VINTAGE GLAMOUR
 
Albert Préjean est un acteur et chanteur français, né le 27 octobre 1894 à Pantin (alors département de la Seine), mort le 1er novembre 1979 à Paris.
Après avoir été, durant la Première Guerre mondiale, membre de l'escadrille des Cigognes aux côtés de Guynemer, et décoré de la Croix de Guerre et de la Légion d'honneur, Albert Préjean tourne ses cinq premiers films avec Henri Diamant-Berger, entre 1921 et 1923. Il incarne vite le jeune premier issu du peuple, généreux, fort et sans complication. Il contraste ainsi avec Jean Murat ou Pierre Richard-Willm, qui représentent plutôt des jeunes gens aisés. En 1929, il réalise un unique film, un moyen métrage, L'Aventure de Luna-Park, avec Danièle Parola.
En 1930, c'est tout naturellement qu'il tourne Sous les toits de Paris sous la direction de René Clair, où il chante la chanson titre. Chanteur très populaire, il chante aussi de nombreux autres succès des années 1930 : Comme de bien entendu, La Valse à Dédé de Montmartre, Une java, Amusez-vous, Dans la vie faut pas s'en faire, La crise est finie.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, il continue à tourner et incarne notamment le commissaire Maigret. En mars 1942, il fait partie du groupe d'acteurs qui, à l'invitation des Allemands, visitent les studios cinématographiques de Berlin, aux côtés de René Dary, Junie Astor, Viviane Romance, Suzy Delair et Danielle Darrieux
En août 1943, avec quelques artistes français dont Loulou Gasté, Raymond Souplex, Édith Piaf, Viviane Romance, et d'autres, Albert Préjean pose devant la Porte de Brandebourg à Berlin, à l'occasion d'un voyage censé promouvoir la chanson française, organisé par la Propagandastaffel . L'historien Marc Ferro, dans son livre Pétain (1987), cite Albert Préjean, avec d'autres : « Désormais les chanteurs et les comédiens partent en Allemagne se faire applaudir (....) On voit encore sur les photographies de l'époque leurs visages radieux ... ». Lors de l'Épuration, il est incarcéré pendant quelques semaines. Il continue à tourner après la guerre, mais sa carrière ne retrouvera jamais son lustre d'avant-guerre
En 1957, il est Monsieur Loyal dans le premier cirque Jean Richard9.

par DARKWOODS  25

DIMANCHE

OCTOBRE
2018
VINTAGE GLAMOUR
 
Béla Lugosi, de son vrai nom Béla Blaskó, né le 20 octobre 1882 à Lugos en Transylvanie (Autriche-Hongrie, actuellement Roumanie) et mort le 16 août 1956 à Los Angeles (Californie, États-Unis), est un acteur de cinéma hongro-américain, célèbre pour ses rôles dans les films fantastiques et en particulier son interprétation du comte Dracula.
Parcours
Acteur de théâtre et du cinéma tant muet que parlant, il quitte la Hongrie en 1919, pour se rendre en Allemagne puis aux États-Unis. Après quelques années difficiles à cause de son manque de connaissance de l'anglais, il décroche à Broadway le rôle de Dracula, qu'il jouera des centaines de fois, dans la pièce de théâtre tirée du roman de Bram Stoker. Son accent hongrois contribua grandement à son jeu d'acteur. C'est ce même rôle de Dracula qu'il reprend en 1931 pour Universal Pictures dans le film de Tod Browning qui consacre sa célébrité. Malheureusement pour lui, il refuse de jouer la créature du film Frankenstein, la même année. Il est alors cantonné aux films d'horreur, dont la qualité baisse lentement à partir de 1950. Il est, dans ces mêmes années, inquiété dans le cadre du maccarthisme en raison de son engagement syndical aux Etats-unis, et de sa participation aux instances de la République des conseils de Hongrie. À la suite de problèmes de santé, il est traité à la morphine dont il devient dépendant.
Il meurt d'une crise cardiaque le 16 août 1956, après avoir tourné quelques rushes muets pour son ami Ed Wood en vue du tournage de Plan 9 from Outer Space. Certaines rumeurs affirment qu'il se prenait réellement pour un vampire à force de jouer cette créature, mais aucune biographie complète ne confirme ce qui s'apparente plutôt à un signe d'excentricité. De même, s'il a été enterré avec l'une de ses capes, ce n'était pas à sa propre demande mais sur celle de sa femme et de son fils.
Caricature Signés © Rob Snow

par DARKWOODS  21

              
258     Page précédente
Page Suivante
238