DIMANCHE

MAI
2015
VINTAGE GLAMOUR
 
Sociétaire du théâtre national de Bucarest en 1914, Elvire Popesco joue dans quelques films muets, avant de monter sur la scène parisienne où, dès 1924, l'authenticité de sa veine comique et son accent font rapidement d'elle un « monstre sacré » du théâtre de boulevard. Interprète privilégiée de Louis Verneuil pour qui elle joue, entre autres, Ma cousine de Varsovie, elle triomphe également dans Tovaritch (Jacques Deval, 1933), La Machine infernale (1954), mais aussi dans des pièces de Henri Bernstein et d'André Roussin : Nina (1949), La Mamma (1957) et La Voyante (1971).
Directrice du théâtre de Paris (1956-1965), puis du théâtre Marigny, elle a, au cinéma, une carrière moins remarquée : La Présidente (Fernand Rivers, 1938), Tricoche et Cacolet (Pierre Colombier, 1938), Ils étaient neuf célibataires (Sacha Guitry, 1939), Paradis perdu (1938) et Austerlitz (Abel Gance, 1959), Plein soleil (René Clément, 1960), etc.
À l'âge de quatre-vingt-quatre ans, Elvire Popesco reprend encore son rôle de La Mamma qu’André Roussin lui avait écrit en 1957.
Remariée en septembre 1939 avec Maximilien Sébastien Foy (1900-1967), elle devient ainsi baronne puis comtesse Foy et tient salon dans la propriété de Mézy-sur-Seine, fréquenté par le Tout-Paris.
Morte à Paris le 11 décembre 1993, Elvira Popescu , de son vrai nom est inhumée au cimetière du Père-Lachaise(division 85), à Paris.
Elle était née le 10 mai 1894 à Bucarest
Egalement nés en mai:
Fred Astaire est né le 10 mai 1899
Jean Gabin, est né le 17 mai 1904
Arletty est née le 15 mai 1898
Margaret Sullavan est née le 16 mai 1909
Douglas Fairbanks, Sr est né le 23 mai 1883

par DARKWOODS  1230

MERCREDI

AVRIL
2015
VINTAGE GLAMOUR
 
Edward Kennedy « Duke » Ellington est un pianiste, compositeur et chef d'orchestre de jazz américain, né le 29 avril 1899 à Washington D.C. et mort le 24 mai 1974 à New York.
Son orchestre était un des plus réputés de l'histoire du jazz avec celui de Count Basie, comprenant des musiciens qui étaient parfois considérés, tout autant que lui, comme des géants de cette musique. Quelques-uns de ces musiciens sont restés dans son orchestre pendant des décennies. Certains d'entre eux étaient déjà dignes d'intérêt par eux-mêmes, mais c'est surtout Ellington qui les transformait. Il avait l'habitude de composer spécifiquement pour certains de ses musiciens en tenant compte de leurs points forts, comme Jeep's Blues pour Johnny Hodges, Concerto for Cootie (« Do Nothing Till You Hear from Me ») pour Cootie Williams et The Mooche pour Joe Nanton. Il a aussi enregistré des morceaux composés par les membres de son orchestre, comme Caravan et Perdido de Juan Tizol (en). Après 1941, il collabora fréquemment avec le compositeur et arrangeur Billy Strayhorn qu'il appelait son « alter ego ». Il a laissé de très nombreux « standards ».
Duke Ellington, une des personnalités noires américaines les plus célèbres du xxe siècle, a enregistré pour un grand nombre de maisons de disques américaines et a joué dans plusieurs films. Avec son orchestre, il a fait des tournées régulières aux États-Unis et en Europe depuis la création de l'orchestre en 1923 jusqu'à sa mort en 1974.

par DARKWOODS  627

MERCREDI

AVRIL
2015
VINTAGE GLAMOUR
 
Mary Pickford, de son vrai nom Gladys Louise Smith (née le 8 avril 1892 à Toronto, morte à Santa Monica le 29 mai 1979), est une actrice, productrice et femme d'affaires canadienne.
Surnommée « La petite fiancée de l'Amérique », « Little Mary » (Petite Mary) ou « La fille aux boucles », elle séduisit le public par sa grâce juvénile et primesautière dans des films comme Pauvre petite fille riche ou Le Petit Lord Fauntleroy. Cofondatrice des studios United Artists et de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences, elle fait partie des plus grands pionniers des débuts d'Hollywood. Son influence dans le développement de son métier est considérable. Intrinsèquement liée au cinéma, elle est une figure décisive dans l'histoire de la célébrité moderne. Son statut et ses exigences contractuelles contribuèrent à façonner l'industrie du cinéma et la communauté cinématographique appelée « Hollywood ». En 1930, elle remporte l'Oscar de la meilleure actrice pour le rôle de Norma Besant dans Coquette de Sam Taylor. La fin du cinéma muet fut fatale à sa carrière d'actrice, après sa participation à quatre films parlants. Elle a joué dans 236 films, en 27 ans de carrière. Au regard de sa contribution au cinéma américain, l'American Film Institute désigne Mary Pickford la 24e plus grande star féminine de tous les temps.
Voir également:
Pierre Fresnay, né le 4 avril 1897
Käthe de Nagy, née lee 4 avril 1904
Constance Talmadge, née le 19 avril 1897
Anita Loos ,née le 26 avril 1888

par DARKWOODS  618

SAMEDI

MARS
2015
VINTAGE GLAMOUR
 
Danièle Parola, Yvonne Canale-Parola de son nom complet, est née le 28 mars 1905 à Paris VIe, ville. Elle est morte le 2 septembre 1998 à Paris également, dans le IVe arrondissement.
Elle épousa en 1927 le producteur André Daven (1899-1981).
Parmi ses films les plus connus citons:
1937 - Aloha,le chant des îles
1936 - Sous les yeux d'Occident
1936 - Aventure à Paris
1935 - Le baron tzigane
1932 - Le Dernier choc
1932 - Stupéfiants
1932 - I.F.1 ne répond plus
1931 - L'Inconstante (version française)
1930 - Les Amours de minuit
Né le 29 Mars: Warner Baxter
Né le 21 Mars: FLorenz Ziegfled
Né le 4 mars: Dorothy Mackaill
Née le 3 Mars: Ethel Grandin

par DARKWOODS  615

MARDI

MARS
2015
VINTAGE GLAMOUR
 
Brigitte Eva Gisela Schittenhelm, connue sous le pseudonyme de Brigitte Helm est née le 17 mars 19061 à Berlin et morte le 11 juin 1996 à Ascona en Suisse
Cette actrice allemande est connue principalement pour son rôle dans Metropolis de Fritz Lang, mais elle fut surtout célébre en allemagne pour son coté "femme fatale" au cinéma
Filmographie partielle
  • Films muets
    1927 : Metropolis, de Fritz Lang : Maria / le robot
    1927 : Au bout du monde, de Karl Grune
    1928 : La Mandragore (en allemand : Alraune (de)), de Henrik Galeen
    1928 : L'Argent, de Marcel L'Herbier : La baronne Sandorf
    1928 : Scandale à Baden-Baden, d'Erich Waschneck
  • Films parlants
    1930 : Alraune (en), de Richard Oswald
    1931 : Gloria, de Hans Behrendt et Yvan Noé : Véra Latour, la femme de Pierre
    1932 : L'Atlantide, de Georg Wilhelm Pabst : Antinéa
    1932 : Die Herrin von Atlantis (de), version allemande de L'Atlantide
    1932 : The Mistress of Atlantis (en), version anglaise de L'Atlantide
    1932 : Voyage de noces, de Joseph May
    1932 : La comtesse de Monte-Christo, de Karl Hartl
    1933 : Adieu les beaux jours, d'André Beucler et Johannes Meyer : Olga, la belle aventurière
    1933 : L'Étoile de Valencia, de Serge de Poligny
    1934 : L'Or (de), de Karl Hartl
    1934 : Vers l'abîme de Hans Steinhoff et Serge Veber : Karine

  • par DARKWOODS  942

    MARDI

    FEVRIER
    2015
    VINTAGE GLAMOUR
     
    Joseph Kessel est un aventurier, journaliste, grand reporter et romancier français, né le 10 février 1898 à Villa Clara (en) (Entre Ríos, Argentine) et mort le 23 juillet 1979 à Avernes (Val-d'Oise).
    En concevant le monde comme un terrain d'aventures, Joseph Kessel incarne à merveille cette tradition d'écrivains-reporters qui trouvaient dans l'histoire immédiate des sujets de romans. Sa curiosité le porta à se mêler aux convulsions des peuples comme aux passions des individus, à débusquer sous la violence des faits la fraternité des hommes.
    Avec quatre-vingts romans, quelques guerres, cinq continents, soixante ans de journalisme et quatre-vingts d'existence, Kessel, voyageur, aviateur, résistant, écrivain, fit du monde, autant que de sa vie et de son œuvre une fresque haute en couleurs qui donne à voir le tumulte, l'horreur et la grandeur du xxe siècle.
    Dans les années 30, sa profession de journaliste autant que son goût pour les paysages, les personnalités, et les situations extrêmes le poussent à courir le monde. Un reportage sur la Syrie et la Palestine le conduit au Proche-Orient, et une enquête sur l'esclavage, en Abyssinie. La vie parisienne, pour laquelle il montre également un goût prononcé, ne lui offre pas moins d'exotisme, puisqu'il fréquente les truands de Montmartre ou les milieux des russes émigrés, et qu'il en tirera Nuits de princes (1927), Nuits de Montmartre ou, en 1928, Belle de jour, un de ses meilleurs romans. Il n'a pas trente ans quant il obtient le prix de l'Académie française...
    Il est l'oncle de Maurice Druon
    Livres les plus connus: Le lion, Belle de jour, L'armée des ombres, les cavaliers, Nuits de prince
    Mon préféré: Le coup de grâce
    Bio Larousse+Wikipedia
    A célébrer également:
    Clark Gable né le 1er février 1901
    Colette Darfeuil née le 7 Fevrier 1906
    Merle Oberon née le 19 février 1911
    Madeleine Carroll née le 26 février 1906

    par DARKWOODS  554

    MARDI

    FEVRIER
    2015
    VINTAGE GLAMOUR
     
    Matthias Sindelar (né le 10 Février 1903, mort le 23 Janvier 1939) était un footballeur autrichien ayant joué avant-centre pour la célèbre équipe nationale d' Autriche du début des années 1930 connue sous le nom Wunderteam , dont il a été capitaine à la Coupe du Monde 1934 .
    Connu comme "Le Mozart du football", il était reconnu comme l'un des meilleurs footballeurs d'avant-guerre, tant pour sa fantastique capacité à dribbler que pour la créativité de
    son jeu
    Il a été élu meilleur footballeur autrichien du 20e siècle dans un sondage 1999 par la Fédération internationale de l'histoire du football et des statistiques (IFFHS) et a été nommé sportif de l'Autriche du siècle un an avant.
    Refusant toujours de quitter son pays d'origine, Sindelar a refusé de jouer pour l'Allemagne après l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie en 1938 (Anschluss), citant la vieillesse ou les blessures comme excuses.
    Le 23 Janvier 1939, Sindelar et son amie Camilla Castagnola sont retrouvés morts dans l'appartement qu'ils partageaient à Vienne ; le verdict officiel stipulera une intoxication au monoxyde de carbone comme cause de la mort.

    par DARKWOODS  506

    LIENS





    RANK
      Les posts plus lus dans la rubrique

     Jean Gabin 4796 , le 17/05/2014
     Louise Brooks 2427 , le 14/11/2012
     Marlene Dietrich 2000 , le 27/12/2013
     01/11/2010 1598 , le 01/11/2010
     Yvonne Printemps 1571 , le 30/07/2014
     Sessue Hayakawa 1538 , le 10/06/2013
     Rose Stradner 1434 , le 31/07/2013
     Ida Rubinstein 1425 , le 05/10/2014
     Noels d'autrefois 1389 , le 05/01/2012
     22/07/2011 1262 , le 22/07/2011
     Elvire Popesco 1230 , le 10/05/2015
     Fred Astaire 1223 , le 31/03/2014
     20/09/2011 1158 , le 20/09/2011
     03/01/2012 1144 , le 03/01/2012
     19/04/2011 1134 , le 19/04/2011
    VENDREDI

    JANVIER
    2015
    VINTAGE GLAMOUR
     
    Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein (en russe : Сергей Михайлович Эйзенштейн), né le 10 janvier 18981 ou le 23 janvier 1898 à Riga (gouvernement de Livonie, aujourd'hui Lettonie) et mort le 11 février 1948 (à 50 ans) à Moscou, est un réalisateur russe souvent considéré comme un des « pères du montage » avec D. W. Griffith et Abel Gance.
    La liste de ses films contient notamment deux monuumets du cinéma mondial:
    1925 : Le Cuirassé « Potemkine »
    1938 : Alexandre Nevski
    A lire également:
    20 Janvier: Ruth Saint Denis
    12 Janvier: George Carpentier
    10 Janvier: Pauline Stark
    9 Janvier: Vilma Banky
    3 Janvier: Marion Davies

    par DARKWOODS  521

    LUNDI

    JANVIER
    2015
    VINTAGE GLAMOUR
     
    Georges Carpentier, né à Liévin le 12 janvier 1894 et mort à Paris le 28 octobre 1975, est un boxeur professionnel qui a marqué l'histoire de la boxe française en devenant le premier français à devenir champion du monde le 12 octobre 1920 à Jersey City (États-Unis) en mettant KO Battling Levinsky.
    Biographie
    Fils de mineur, il commence son parcours de boxeur en pratiquant la boxe française. En 1907, à l'âge de 13 ans, il est champion de France junior de cette discipline. Carpentier commence la boxe anglaise l'année suivante et devient champion de France des welters en 1911 à 17 ans, puis d'Europe le 23 octobre à Londres. Le titre européen des poids moyens tombe dans son escarcelle le 29 février 1912 à Monte-Carlo, et celui toutes catégories (lourds) le 1er juin 1913 à Gand. Le 16 juillet 1914 à Londres, sa victoire contre Gunboat Smith (en) lui permet de remporter le titre de champion du monde des poids lourds de race blanche , titre institué pour faire barrage à Jack Johnson, boxeur noir étant autorisé à combattre uniquement dans le championnat du monde des poids lourds de couleur.
    Pendant la Première Guerre mondiale, il sert dans l'armée de l'air, reçoit la Croix de guerre et la Médaille militaire. Il se blesse au bout de 18 mois et réintègre la vie civile où il reprend sa carrière de boxeur après une courte expérience au rugby à XV, autre sport qu'il pratique avec une certaine habileté. En effet, il participe à la saison 1918-1919 du championnat de France au sein de l'équipe parisienne du Sporting Club Universitaire de France (SCUF) en jouant ailier. En fin de saison, il retourne à la boxe et met un terme à sa carrière de rugbyman non sans avoir marqué de son passage le club puisque l'école de rugby porte désormais son nom.
    Il combat dans pratiquement toutes les catégories et devient champion du monde des mi-lourds le 12 octobre 1920 à Jersey City (États-Unis) en mettant KO Battling Levinsky.
    Il devient ainsi le premier français champion du monde de boxe anglaise. Pour le titre mondial des poids lourds (toutes catégories), il échoue le 2 juillet 1921 face à Jack Dempsey - qui deviendra par la suite l'un de ses meilleurs amis - auquel il rend 12 kg et 6 cm, dans un « match du siècle » qui lui vaudra néanmoins une renommée mondiale, car il a perdu à cause d'une main droite inutilisable suite à une fracture dès le 2e round.
    Dix mois plus tard, il remporte cependant le titre de champion d'Europe en battant « Kid » Lewis au premier round, par une simple droite au menton après un accrochage. Il perd ses titres de champion mi-lourds de France, d'Europe et du Monde le 24 septembre 1922 au stade Buffalo contre Battling Siki par KO au sixième round, refusant d'admettre sa défaite et prétextant que le match était truqué.
    Il se retire de la compétition le 15 septembre 1926
    Il meurt à Paris le 28 octobre 1975 (Marcel Cerdan est mort également un 28 octobre). Il est enterré au cimetière de Vaires-sur-Marne.
    A lire également:
    20 Janvier: Ruth Saint Denis
    10 Janvier: Pauline Stark
    9 Janvier: Vilma Banky
    3 Janvier: Marion Davies

    par DARKWOODS  825

    DIMANCHE

    DECEMBRE
    2014
    VINTAGE GLAMOUR
     
    Eugène Émile Paul Grindel, dit Paul Éluard, est un poète français né à Saint-Denis le 14 décembre 1895 et mort à Charenton-le-Pont le 18 novembre 1952.
    En 1916, il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie. Il adhère au dadaïsme et devient l'un des piliers du surréalisme en ouvrant la voie à une action artistique engagée.
    Il est connu également sous les noms de plume de Didier Desroches et de Brun
    Les premières années de sa vie sont marquées par la maladie et les visions d'horreur de la guerre. Il rédige alors quelques poèmes témoignant du rejet de la haine et de la terreur. A la fin du conflit, il fréquente André Breton, Aragon, Soupault, Tzara... D'abord adepte du mouvement Dada, il prend part, par la suite, au surréalisme. Au sein du groupe, il réalise bon nombre de ses poèmes autour du thème de l'amour (Capitale de la douleur, 1926). En 1938, Eluard se dégage du surréalisme pour intégrer plus concrètement le Parti communiste. Sa poésie se veut alors plus engagée et, durant la Seconde Guerre mondiale, montre clairement sa position résistante (Poésie et Vérité, 1942).
    Poète humaniste militant contre l'injustice, la haine et l'horreur et prônant l'amour dans un vers fluide et profond, Eluard s'éteint en 1952.

    par DARKWOODS  539

    DIMANCHE

    DECEMBRE
    2014
    VINTAGE GLAMOUR
     
    Jean Mermoz, né à Aubenton (Aisne) le 9 décembre 1901 et mort dans l'océan Atlantique le 7 décembre 1936, est un aviateur français, figure légendaire de l'Aéropostale, surnommé l'« Archange » ou « Le Grand »(St Exuspéry).
    Il est aussi un des fondateurs en 1936 du Parti social français (PSF) avec le colonel de La Rocque.
    Dès 1920, Mermoz s’engage dans l’armée de l’air et part deux ans plus tard en Syrie, où il effectue plusieurs centaines d’heures de vol. Contraint de revenir en France, il tombe en dépression car il ne trouve pas de travail au sein de l’aviation. Il attend 1924 et un contrat auprès de la Compagnie générale aéropostale pour vivre sa passion et la grande aventure. Il réussit plusieurs vols longs courriers au-dessus des déserts, comme Toulouse-Saint-Louis du Sénégal.
    En mai 1926, Jean Mermoz est enlevé dans le désert par des Maures, puis relâché contre une rançon. Ses exploits continuent et rien ne le freine, même pas des incidents d’atterrissage. Jean Mermoz reçoit la Légion d’honneur en août 1934. Après les déserts, Mermoz veut traverser l’Atlantique et effectue un vol de plus de 20 heures reliant le Sénégal et le Brésil, le tout au bord d’un seul et même hydravion, chose quasi-impossible à l’époque. Il reproduit la chose plusieurs fois, en reliant différentes villes de chaque côté de l’Atlantique. Mais le 7 décembre 1936, Mermoz et ses coéquipiers disparaissent. L’avion la Croix-du-Sud s’est écrasé en mer. La France, ainsi que plusieurs pays d’Amérique du Sud, lui rendent hommage régulièrement depuis ce tragique accident.

    par DARKWOODS  689

    VENDREDI

    NOVEMBRE
    2014
    VINTAGE GLAMOUR
     
    Si vous voulez des nouvelles de la star vintage attitrée de Cocktail93, Louise Brooks, c'est simple ; il vous suffit de faire ami-ami avec Dark Woods grâce à cette page qui lui consacre:
    Dark Woods Facebook
    Si vous voulez en savoir plus sur elle, un post lui ayant déjà été consacré ici:
    Louise Brooks
    En plus, c'est son anniversaire!
    par DARKWOODS  515

    MARDI

    NOVEMBRE
    2014
    VINTAGE GLAMOUR
     
    René Clair, de son vrai nom René Lucien Chomette, né le 11 novembre 1898 à Paris Ier et mort le 15 mars 1981 à Neuilly-sur-Seine, est un réalisateur, scénariste et écrivain français.
    Il fut également membre de l'Académie française de 1960 jusqu'à sa mort, occupant le fauteuil 19.
    Fils d'un savonnier, il avait grandi dans le quartier des Halles à Paris.
    En 1917, il est mobilisé comme ambulancier. En 1918, il devient journaliste à L'Intransigeant sous le pseudonyme de René Després.
    Il écrit par ailleurs des paroles pour la chanteuse Damia, sous le pseudonyme de Danceny.
    Il obtient ensuite des rôles dans divers films : Le Lys de la vie, Le Sens de la mort, L'Orpheline, Parisette et choisit pour cette occasion le pseudonyme de René Clair. Il devient directeur du supplément cinéma de la revue Théâtre et Comœdia illustré.
    En 1922, il commence la rédaction du scénario du Rayon diabolique qu'il tournera en 1923 et qui sortira en 1924 sous le titre Paris qui dort.
    Il réalise par la suite divers films avec un goût prononcé pour un certain fantastique, tout en continuant à s'adonnant à l'écriture : Adams sort chez Grasset en 1926. En 1929, il participe à l'écriture du scénario de Prix de beauté, qu'il devait, initialement, également réaliser, mais qui sera tourné par Augusto Genina, avec Louise Brooks dans le rôle principal.
    C'est avec son premier film parlant, Sous les toits de Paris (1930), qu'il acquiert une réputation internationale. Le succès se confirme avec Le Million (1930) et À nous la liberté (1931), satire utopiste de la société industrielle. En 1936, sort Les Temps modernes de Chaplin. La Tobis, société allemande qui produisit À Nous la liberté, et qui entre-temps (1935) était passée sous le contrôle de Goebbels, décide d'attaquer Chaplin pour plagiat et contrefaçon.
    Clair s'oppose à cette action, considérant le film de Chaplin, personnage qu'il admire, comme un hommage indirect au sien. La Tobis continuera à poursuivre Chaplin.
    Après l'échec du Dernier milliardaire (1934), René Clair accepte l'offre qui lui est faite d'aller travailler à Londres. Il y renouera brièvement avec le succès public pour Fantôme à vendre en 1935, mais son film suivant, Fausses nouvelles (1937), remake anglais de Le Mort en fuite sorti l'année précédente en France, déçoit.
    De retour en France fin 1938, il commence à tourner Air pur en juillet 1939. Le tournage est interrompu par l'ordre de mobilisation de septembre qui envoie à la guerre divers membres de l'équipe de tournage et le film ne sera jamais terminé.
    Fin juin 1940, René Clair quitte la France avec femme et enfant, gagne l'Espagne puis le Portugal et s'embarque pour New York. Le gouvernement de Vichy le déchoit de la nationalité française puis, quelque temps après, annule cette décision.
    René Clair est bien accueilli à Hollywood, il y tournera quatre films : La Belle ensorceleuse (1940), Ma femme est une sorcière (1942), C'est arrivé demain (1943) et Dix petits Indiens (1945). Ce dernier est une adaptation des Dix petits nègres d'Agatha Christie.
    Il rentre en France en 1946, tourne Le silence est d'or (1947), La Beauté du diable (1949) où il revisite le mythe de Faust et dirige Gérard Philipe pour la première fois, puis Les Belles de nuit (1952).
    En 1955, sort son premier film en couleur, Les Grandes Manœuvres, qui obtient le Prix Louis-Delluc.
    En 1960, il est élu à l'Académie française : c'est la première fois qu'un cinéaste en tant que tel y fait son entrée. Au même moment, la Nouvelle Vague bouleverse les règles d'un cinéma de studios dont il est devenu le représentant institutionnel.
    Les Fêtes galantes qui sortira en 1965 sera son dernier film.
    En 1974, il est président du jury du Festival de Cannes.
    Il meurt le 15 mars 1981 et est inhumé au cimetière ancien de Neuilly-sur-Seine.

    par DARKWOODS  893

                  
    150     Page précédente
    Page Suivante
    130