VENDREDI

MAI
2014
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Einstein, au contraire, postule que ces deux mesures sont liées. On ne peut mesurer l’espace ou le temps sans des événements physiques pour les délimiter. Or, ces événements ne peuvent eux-mêmes être définis sans une référence à un lieu et un temps donné. On ne peut donc " situer " correctement un événement physique si on ne donne pas sa position à la fois dans l’espace et dans le temps. Plus encore, les mesures du temps et de l’espace sont désormais différentes, d’un système de référence à l’autre.
« Tous les phénomènes qu’on décrit, on le fait dans des espaces : avant, arrière, dessus, dessous, à gauche, à droite. Pourtant, il y a une autre dimension : avant et après, c’est-à-dire le temps qui passe. Einstein a souligné que le temps est simplement l’une des quatre dimensions nécessaires pour situer quelque chose dans l’Univers », explique René Racine, astrophysicien à l’Université de Montréal.
A suivre...
Source: ici.radio-canada.ca/

par MANTEAU  493

VENDREDI

MAI
2014
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Quand Einstein affirme : « la vitesse de la lumière est une constante universelle et rien ne peut aller plus vite », on reste bouche bée ! Avec raison, car ce postulat va obliger les physiciens à changer à tout jamais des notions qui paraissaient pourtant bien établies : les notions d’espace et de temps.
Jusqu’à Einstein, l’espace, c’est-à-dire la longueur, la largeur et la hauteur, ce que nous mesurons avec une règle, était un absolu. Même en l’absence de tout, il y avait un " espace vide ", mesurable en théorie. Il en allait de même pour le temps, ce que nous mesurons avec une horloge. Mais ces deux éléments n’étaient pas unifiés au sein d’une même structure.
A suivre...
Source: ici.radio-canada.ca/

par MANTEAU  533

LUNDI

MAI
2014
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Avec pour seuls outils du papier, un crayon et les équations qui décrivent le comportement des ondes électromagnétiques, il devient évident pour Einstein qu’il n’est pas possible d’aller plus vite qu’un rayon lumineux. La vitesse de la lumière doit être la même, quel que soit le point où on la mesure. Cette vitesse de la lumière, 300 000 km/sec, doit donc être une constante absolue, universelle. C’est une vitesse limite, que nul ne peut dépasser.
En d’autres mots que, l’observateur et la source lumineuse soient immobiles ou en mouvement à très grande vitesse, l’un par rapport à l’autre, la lumière voyagera toujours à la même vitesse, ce qui va à l’encontre du bon sens.
A suivre...
Source: ici.radio-canada.ca/

par MANTEAU  363

JEUDI

MAI
2014
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Quand, encore tout jeune, Albert Einstein manifeste de l’intérêt pour les théories des physiciens de son époque, il ne se doute pas de l’impact qu’auront un jour ses propres travaux.
Dans son autobiographie, Einstein raconte que déjà, à l’âge de 16 ans, une expérience de pensée sur la lumière l’obsède. « Qu’arriverait-il si je me déplaçais à la vitesse de la lumière? Qu’est-ce que je verrais exactement ? », se demande-t-il.
Einstein a mis dix années pour apporter une première réponse à cette question, ce qui nous a donné la théorie de la relativité restreinte, l’une des théories les plus révolutionnaires de l’histoire des sciences.
A suivre...
Source: ici.radio-canada.ca/

par MANTEAU  135

LUNDI

MAI
2014
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
À la fin du 19e siècle, les physiciens sont convaincus qu’ils comprennent tous les phénomènes importants. Newton a démontré que la mécanique, dans le Ciel ou sur la Terre, obéit aux mêmes lois. Grâce à Maxwell, on sait que la lumière, le magnétisme et l’électricité sont de même nature. On commence à en tirer des applications pratiques avec le téléphone et la télégraphie sans fil, l’ancêtre de la radio. On maîtrise bien les règles de l’optique qui ont permis de fabriquer longues vues et télescopes. La découverte des lois de la thermodynamique a permis l’arrivée de la machine à vapeur et de l’industrialisation… En somme, il ne reste plus rien d’important à découvrir, dit-on.
Ce sentiment d’une science triomphante persiste quelque temps jusqu’à ce qu’un jeune physicien allemand vienne miner, par ses publications, les fondements mêmes de la physique classique. Ce physicien, Albert Einstein, deviendra au cours du siècle suivant, le symbole même du scientifique moderne.
A suivre...
Source: ici.radio-canada.ca/

par MANTEAU  505

JEUDI

MAI
2014
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Mercure est la plus petite planète du système solaire. Elle aurait néanmoins causé la disparition des dinosaures. Évidemment, cette théorie fait jaser dans les observatoires.
Grâce à des simulations par ordinateur, Bruce Runnegar et ses collègues du Center for Astrobiology de l'université de Californie à Los Angeles, sont remontés 250 millions d'années dans le temps. Ils ont analysé en particulier le périhélie de chaque planète de notre système solaire, c'est-à-dire le point de son orbite où la distance au soleil est la plus réduite.
Ils ont observé alors que les planètes avaient une influence non négligeable les unes sur les autres. Un jeu subtil de souque-à-la-corde gravitationnelle, causé par les énormes masses en présence, parvenait même à les faire osciller sur leurs orbites.
Ces oscillations, légères pour les grosses planètes, auraient eu un effet beaucoup plus marqué sur Mercure. Au point où cette minuscule planète aurait fait, il y a 65 millions d'années, une embardée tellement forte, qu'elle aurait carrément changé d'orbite. D'un seul coup.
Mercure aurait à son tour déstabilisé la ceinture d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter au point d'en faire décrocher quelques-uns de leurs trajectoires. Certains d'entre eux se seraient alors précipités vers la Terre. C'est ainsi que, de manière indirecte, Mercure serait à l'origine de l'extinction des dinosaures.
Cette théorie est férocement contestée; cependant, elle a le mérite de démontrer que les orbites des planètes sont beaucoup moins stables qu'on ne le croyait jusqu'ici. À quand la prochaine oscillation catastrophique d'une planète ?
Source: ici.radio-canada.ca/

par MANTEAU  318

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Projet Orion 2437 , le 21/10/2011
 L'ile d'AZ 2350 , le 23/09/2010
 Hot Cyborgs 1730 , le 24/03/2012
 Projet d'un dirigeable atomique britannique en 1966 1643 , le 04/07/2011
 Le Steampunk 1522 , le 05/01/2014
 Poséidon : premier hôtel sous marin 1443 , le 14/05/2011
 Tropical Island Yacht : la plage de rêve mobile 1312 , le 25/09/2011
 Espace Hôtel 1282 , le 23/09/2011
 DONA, un robot mendiant 1209 , le 04/05/2011
 Véhicules de demain 1011 , le 01/04/2012
 Des images de galaxies jamais vues prises par Hubble 994 , le 09/12/2009
 Concept: train à grande vitesse voyager sans escale 951 , le 10/08/2011
 Guyrobot.com 951 , le 18/04/2009
 Le tourisme du futur - 1 911 , le 22/10/2010
 Le futur des Robots - 5 et fin 900 , le 22/01/2013
JEUDI

AVRIL
2014
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
PlanetSolar est le nom d'un projet de premier tour du monde en bateau alimenté par énergie solaire. C'est aussi le nom du catamaran, plus grand bateau solaire du monde en 2013, créé pour cette expérience conduite par Raphaël Domjan et ses cofondateurs qui voulaient ainsi démontrer que nous disposons aujourd'hui des technologies et des énergies renouvelables pour une véritable transition social et écologique. Le bateau peut aussi naviguer de nuit grâce aux batteries placées dans les coques.
L'idée, est née dans les glaces de l'Islande, lorsque Raphaël Domjan a constaté la fonte des glaciers, le projet a été présenté à la presse pour la première fois le 16 mars 2006, à Yverdon-les-Bains en Suisse
Le bateau s'est arrêté à Paris le 10 septembre 2013, quai André-Citroën après avoir parcouru 20 000 km (dont 8 000 dans courant du Gulf Stream, avec Gérard d'Aboville comme capitaine)

par MANTEAU  357

MERCREDI

MARS
2014
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 

par MANTEAU  308

DIMANCHE

MARS
2014
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 

par MANTEAU  414

DIMANCHE

JANVIER
2014
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Le steampunk est au départ un genre littéraire dont l'intitulé a été forgé par allusion au cyberpunk par l'auteur K. W. Jeter à titre de boutade1. Pour cette raison, il est parfois plus approprié de parler de « rétrofuturisme » pour désigner le mouvement. L'expression steampunk, qui signifie littéralement punk à vapeur, parfois traduite par futur à vapeur, est un terme inventé pour qualifier un genre de littérature né à la fin du xxe siècle, dont l'action se déroule dans l'atmosphère de la société industrielle du xixe siècle. Le terme fait référence à l'utilisation massive des machines à vapeur au début de la révolution industrielle puis à l'époque victorienne. Aujourd'hui le steampunk est considéré comme un esthétisme pouvant intéresser à la fois des œuvres littéraire fantastique, de fantasy, d'anticipation et certains sous-genres de la science-fiction.
Mais le style steampunk quitta rapidement la seule sphère de la littérature pour s'étendre à d'autres domaines de création et d'expression et devenir un fandom autonome.

par MANTEAU  1522

DIMANCHE

DECEMBRE
2013
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Deux membres du Congrès américain souhaitent créer un parc national américain... sur la lune, selon The Hill. Ce parc - appelé Apollo Lunar Landing Sites National Historical Park - sera composé de tous les éléments abandonnés sur place par les astronautes d'Apollo lors de leurs missions entre 1969 et 1972, y compris les modules lunaires.
Les deux démocrates, Donna Edwards du Maryland et Eddie Bernice Johnson du Texas, pensent que la création d'un tel parc est indispensable vu l'évolution du tourisme spatial.
Le projet de loi ne cherche pas à s'approprier la lune (ce qui ne serait probablement pas légal en vertu des accords internationaux existants), mais se concentre sur les objets laissés sur place.
"Les navires américains sont généralement considérés comme faisant partie du patrimoine américain, alors pourquoi est-ce que ce ne serait pas le cas concernant l'épopée spatiale?", soutient Joshua Keating de la Foreign Policy. Il n'a pas encore été précisé si des tours opérateurs se chargeront de la visite.
Source: 7sur7.be

Photo: Colonisation: Moonbase, un jeu paru chez Indie
par MANTEAU  299

MARDI

DECEMBRE
2013
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Conclusion: tentative de classification.
La plupart des villes futuristes que nous pouvons rencontrer dans les films des science-fiction s'apparentent soit au modèle de la ville structurée de Metropolis, soit à celui la ville cybernétique de THX 1138. Parfois elles combinent les deux comme la cité d'Alphaville. Nous pouvons donc proposer la classification ci-dessous:
-Villes structurées
aseptisées:Metropolis, Total Recall, Demolition Man
décadente: Blade Runner, Escape from New York, Soylent Green
intermédiaires: : Judge Dread, Le 5ème Elément.
-Villes cybernétiques:
aseptisées: THX 1138
décadente: Brazil, 1984
-Villes intermédiaires: Alphaville.
Par Frédéric Kaplan
http://www.fkaplan.com/cities/UrbanSF_f.html
par MANTEAU  433

              
301     Page précédente
Page Suivante
281