DIMANCHE

JANVIER
2018
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Des scientifiques ont découvert ce qu'ils pensent être l'ancêtre le plus ancien des humains, une créature de mer microscopique qui vivait il y a environ 540 millions d'années. Portrait.
Nommé Saccorhytus, l’animal représente en quelque sorte le premier pas évolutif qui conduira aux poissons et aux vertébrés, dont les humains.
En fait, le Saccorhytus est le plus primitif des deutérostomiens découverts jusqu'à maintenant. Cette espèce a été mise au jour dans des microfossiles de la province du Shaanxi, dans le centre de la Chine.
En isolant les fossiles de la roche environnante, puis en les étudiant sous un microscope électronique et en utilisant la tomodensitométrie, l'équipe internationale de paléontologues a pu « reconstruire » l’apparence du Saccorhytus.
L’animal état muni d’une grande bouche et avait un corps elliptique. Il ne dépassait pas le millimètre et devait vivre entre les grains de sable du fond marin.
Un texte d'Alain Labelle//ici.radio-canada.ca

par MANTEAU  6

LIEN

VENDREDI

DECEMBRE
2017
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Jupiter est la plus vieille planète du Système solaire, ont établi les planétologues de l'université de Münster dans une étude diffusée dans le dernier numéro de la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences.
Les chercheurs allemands ont réussi à calculer l'âge de la planète la plus volumineuse du Système. Seules des estimations avaient été réalisées auparavant.
Selon l'équipe dirigée par Thomas Kruijer, la géante gazeuse faisait déjà vingt fois la masse de la Terre un million d'années seulement après la formation du Système solaire, il y a 4,6 milliards d'années. Jupiter a encore eu besoin de trois millions d'années pour devenir "adulte".
La planète bleue a quant à elle eu besoin de cent millions d'années pour se former.
Source: 7sur7.be

par MANTEAU  18

VENDREDI

DECEMBRE
2017
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Des données satellitaires acquises récemment montrent que les nombreux dépôts volcaniques répartis sous la surface lunaire contiennent de grandes quantités d'eau.
Les astronomes ont longtemps pensé que le manteau de la Lune ne recelait que peu ou pas d’eau.
Des traces d’eau ont toutefois été découvertes, en 2008, dans des roches volcaniques rapportées par les astronautes des missions lunaires Apollo 15 et 17. Puis, en 2011, une autre étude de ces roches a permis de constater qu’elles contenaient pratiquement autant d’eau que le basalte présent sur Terre.
Restait à savoir si ces échantillons reflétaient les conditions générales des entrailles de la Lune ou représentaient plutôt des régions riches en eau dans un manteau sec.
Le seul satellite naturel de la Terre serait donc étonnamment riche en eau.
Ces gisements riches en eau sont répartis sur la surface, ce qui prouve que l'eau trouvée dans les échantillons d'Apollo n'est pas un cas unique.
La présence d’eau sur la Lune est une bonne nouvelle pour la NASA, qui espère envoyer une mission habitée vers la Lune et éventuellement une colonie. Cette eau pourrait ainsi être utilisée comme ressource. L'oxygène et l'hydrogène contenus dans l'eau pourraient être employés afin de fabriquer du carburant pour des moteurs de fusée, ce qui réduirait considérablement les coûts de l'exploration spatiale en permettant de lancer des vaisseaux en dehors de l'atmosphère terrestre.
L'hypothèse la plus largement répandue sur l'origine de la formation de la Lune est celle supposant une énorme collision entre la Terre et un corps de la taille de Mars, peu après la formation du système solaire.
Radio-Canada avec Agence France-Presse
Un texte d'Alain Labelle
Source: radio-canada.ca

par MANTEAU  5

DIMANCHE

OCTOBRE
2017
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Les scientifiques d'IBM ont publié une étude en collaboration avec l'Université de l'Alberta sur l'utilisation de l'intelligence artificielle et des algorithmes pour mieux détecter les cas de schizophrénie, maladie rare, encore diagnostiquée à partir de facteurs subjectifs, selon les experts.
Une récente étude publiée dans la revue scientifique Nature (en anglais) entend repousser les limites de l'intelligence artificielle pour détecter des cas de schizophrénie.
Les chercheurs ont réussi à détecter 74 % des patients participant à l'étude souffrant de cette maladie. Une proportion semblable aux diagnostics des médecins à l’heure actuelle.
Selon les auteurs, les médecins se basent actuellement sur des facteurs subjectifs pour réaliser leur diagnostic, contrairement à cette approche de psychiatrie assistée par ordinateur qui offre des outils permettant d’évaluer objectivement les patients.
« À l'heure actuelle, nous ne savons pas ce qui est anormal dans le cerveau d'un patient souffrant de schizophrénie », explique Mina Gheiratmand de l'Université de l'Alberta et coauteure de l'étude.
Les scientifiques ont analysé l’activité cérébrale des cerveaux des participants à l’aide d’imagerie par résonance magnétique pour « déterminer les différences entre les patients et les autres participants à l'étude», poursuit-elle.
L'étude a également permis de déterminer le degré de sévérité de symptômes spécifiques à la schizophrénie chez les patients atteints.
Source: radio-canada.ca

par MANTEAU  22

LUNDI

OCTOBRE
2017
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
L’agence spatiale américaine est prête à donner un coup de jeune à son programme d’avions expérimentaux en développant des appareils à la fois plus propres, plus silencieux et plus rapides. Cette nouvelle génération de «X-planes», ou «avions-X», devrait voir le jour à l’horizon 2020.
Le projet X-Plane, le programme dédié à l’aviation de la Nasa, a permis à l’agence américaine de développer par le passé toute une série d’aéronefs expérimentaux. Laissé quelque peu en sommeil ces dernières années, il devrait prochainement connaître un regain d’activité, le président américain Barack Obama ayant débloqué les fonds nécessaires au redémarrage de l’activité.
«L’histoire est sur le point de se répéter» a ainsi déclaré Jim Banke, directeur de recherche à la Nasa et responsable actuel du projet. «Nous sommes prêts à mettre dans les airs tout une série de nouveaux avions expérimentaux capables de repousser encore un peu plus les limites de l’aviation», a-t-il ajouté.
L’un des objectifs du projet X-Plane est de démontrer que les avions de ligne peuvent utiliser deux fois moins de carburant tout en générant 75 % de pollution en moins précise la Nasa sur son site.
Les nouveaux appareils devraient également être plus silencieux même en se déplaçant à une vitesse supersonique, c’est à dire à une vitesse supérieure à celle du son. Le développement de matériaux composites inédits permettra en outre d’alléger considérablement le poids des appareils. Quant au délai, ces avions-X nouvelle génération pourraient voir le jour dans les dix prochaines années.
Un objectif économique
Mais si la Nasa est si enthousiaste a remettre en route son projet X-Plane, c’est aussi parce qu’elle espère à terme des retombées économiques pour l’industrie aéronautique américaine. «Plus nous construirons rapidement ces nouveaux avions-X et plus nous démontrerons l’efficacité de ces nouvelles technologies, mieux nous pourrons les vendre sur le marché» ne cache pas d'ailleurs Ed Waggoner, directeur des systèmes intégrés au sein de l’agence spatiale américaine.
Dans le passé, l'avion franco-britannique Concorde était déjà capable de voler à une allure supersonique, mais le prix élevé des trajets ainsi que la forte consommation de carburant de l’appareil associé à un bruit assourdissant avait rendu non rentable son exploitation. Avec ces nouveaux avions-X, la Nasa pense pouvoir remédier à ces inconvénients et réaffirmer du même coup la suprématie des technologies de l’aviation américaine face à ses concurrents. «A la Nasa, nous sommes tous très excités par cette nouvelle aventure qui, à coup sûr, pourra bénéficier à tout le monde» résume Jaiwon Shin, directeur de recherche à la Nasa. «Ce plan de dix ans va permettre aux Etats-Unis de maintenir son statut de leader mondial dans les années à venir», conclut-il.
Source: directmatin.fr

par MANTEAU  12

SAMEDI

OCTOBRE
2017
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Les prochaines avancées technologiques vont transformer l'art de la guerre, confier un rôle prépondérant aux robots comme les drones et niveler les différences entre États, ou même entre États et groupes terroristes, estiment experts et responsables.
Au cours d'une table ronde consacrée mercredi, au Forum économique mondial de Davos, à "l'avenir de la guerre", ils ont estimé que ces évolutions étaient inéluctables et porteuses de risques et de dangers qui devraient être le plus rapidement possible pris en compte.
De plus en plus de missions confiées aux robots
"Il est certain que nous allons voir de plus en plus de missions militaires confiées à des robots", a ainsi avancé l'Américaine Mary Cummings qui, avant d'être professeur spécialisée dans l'interaction entre hommes et robots à l'Université de Duke, avait été l'une des premières pilotes de l'aéronavale américaine.
"Israël a déjà annoncé son intention de remplacer tous ses pilotes par des robots, et aux États-Unis des généraux ont assuré que le dernier pilote de chasse de l'histoire de l'armée de l'Air américaine était déjà né", a-t-elle dit.
Les robots plus efficaces
"La réalité est que les missions de chasse et de bombardement sont déjà mieux effectuées par les aéronefs sans pilote que par les humains", a-t-elle ajouté. "Il est plus sûr pour l'US Air Force d'envoyer un drone pour une mission de bombardement. C'est définitif. Nous allons voir de plus en plus de missions dans les airs confiées à des robots".
Pour la ministre néerlandaise de la Défense Jeanine Antoinette Plasschaert, "ce genre d'arme est déjà une évolution définitive, il n'y aura pas de marche arrière. Nous allons par exemple être confrontés à des systèmes d'intelligence artificielle capables de modifier en cours de mission leurs propres règles d'engagement. De ce fait, la dimension éthique et le contrôle humain de ce genre d'armes n'en est que plus important".
La diffusion rapide, à grande échelle, de technologies civiles pouvant être facilement adaptées à un usage militaire va gommer les différences entre les nations, ou même entre les armées les mieux équipées et les groupes terroristes, ont souligné les participants à la conférence, dont le Français Jean-Marie Guéhenno, qui dirige l'ONG International Crisis Group après avoir été secrétaire général adjoint de l'ONU aux opérations de maintien de la paix.
"N'importe qui peut avoir ce genre de drone, même les terroristes"
Ainsi un chasseur bombardier américain F-38, la prochaine génération d'appareils de l'US Air Force, pourra être neutralisé par un essaim de petits drones imprimés directement, pour un coût dérisoire, par des imprimantes 3D et envoyés dans ses réacteurs qui n'y survivront pas.
"Le groupe État islamique" a ajouté Mary Cummings, "peut imprimer en 3D des milliers de drones, les équiper d'armes conventionnelles ou biologiques et provoquer des dégâts bien plus importants qu'un F-35 dans une frappe chirurgicale. La barrière d'entrée technologique est devenue tellement basse que n'importe qui peut avoir ce genre de drone (...) Je pense que Google et Facebook disposent déjà de technologies de drones supérieures à celles des agences de renseignements de tous les pays".
Source: 7sur7.be


par MANTEAU  9

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Projet Orion 2392 , le 21/10/2011
 L'ile d'AZ 2303 , le 23/09/2010
 Hot Cyborgs 1650 , le 24/03/2012
 Projet d'un dirigeable atomique britannique en 1966 1576 , le 04/07/2011
 Le Steampunk 1445 , le 05/01/2014
 Poséidon : premier hôtel sous marin 1418 , le 14/05/2011
 Tropical Island Yacht : la plage de rêve mobile 1250 , le 25/09/2011
 Espace Hôtel 1233 , le 23/09/2011
 DONA, un robot mendiant 1179 , le 04/05/2011
 Véhicules de demain 977 , le 01/04/2012
 Des images de galaxies jamais vues prises par Hubble 954 , le 09/12/2009
 Concept: train à grande vitesse voyager sans escale 928 , le 10/08/2011
 Guyrobot.com 896 , le 18/04/2009
 Le tourisme du futur - 1 895 , le 22/10/2010
 Le futur des Robots - 5 et fin 869 , le 22/01/2013
VENDREDI

SEPTEMBRE
2017
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Ces illustrations françaises, aujourd'hui qualifiées de "rétro futuristes" ont été publiées en 1954 dans une série d’albums d’images qui étaient édités par la chocolaterie Cantalou
Elles rappellent les couvertures de la collection Anticipation Fleuve noir
Elles pourraient être aussi de Gaston de Sainte-Croix illustrateur durant la période blanche de la même collection Fleuve Noir Anticipation
Source: laboiteverte.fr+lesdiagonalesdutemps.over-blog.com


par MANTEAU  28

JEUDI

SEPTEMBRE
2017
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Ces illustrations françaises, aujourd'hui qualifiées de "rétro futuristes" ont été publiées en 1954 dans une série d’albums d’images qui étaient édités par la chocolaterie Cantalou
Elles rappellent les couvertures de la collection Anticipation Fleuve noir
Elles pourraient être aussi de Gaston de Sainte-Croix illustrateur durant la période blanche de la même collection Fleuve Noir Anticipation
Source: laboiteverte.fr+lesdiagonalesdutemps.over-blog.com


par MANTEAU  8

MERCREDI

SEPTEMBRE
2017
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Ces illustrations françaises, aujourd'hui qualifiées de "rétro futuristes" ont été publiées en 1954 dans une série d’albums d’images qui étaient édités par la chocolaterie Cantalou
Elles rappellent les couvertures de la collection Anticipation Fleuve noir
Elles pourraient être aussi de Gaston de Sainte-Croix illustrateur durant la période blanche de la même collection Fleuve Noir Anticipation
Source: laboiteverte.fr+lesdiagonalesdutemps.over-blog.com


par MANTEAU  6

VENDREDI

AOUT
2017
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Quatre points ! Voilà de combien le quotient intellectuel (Q.I.) moyen français a baissé entre 1990 et 2009 et atteint environ 98. L'information, relayée par le monde, est tout à fait sérieuse : elle est issue d'une menée par deux spécialistes, Edward Dutton et Richard Flynn. Mais elle ne signifie pas que les Français sont soudain devenus plus bêtes que leurs voisins : la diminution du QI est globale. Elle touche aussi bien la Norvège, le Danemark et le Royaume-Uni
Plus inquiétant encore, le fossé avec le niveau de QI des années 1950 ne peut que s'accentuer, selon les estimations du professeur britannique Richard Flynn. D'après « l'effet Flynn », théorisé par le chercheur du même nom, le seuil maximal de QI aurait été atteint au siècle dernier en raison de l'amélioration très nette des conditions d'existence. Les scientifiques de la planète tentent donc de trouver, tant bien que mal, des facteurs explicatifs à cette baisse inquiétante. Toutes les hypothèses, même les plus saugrenues, sont mises sur la table. Elles vont du déclin de l'éducation à la moindre reproduction des personnes dites « intelligentes »...
Les perturbateurs endocriniens dans le viseur
Toutefois, les hypothèses les plus sérieuses sont l'environnement, la chaîne alimentaire et l'accélération du rythme de vie. Dans " Le Cerveau endommagé ", l'endocrinologue Barbara Demeneix est alarmiste sur la dégradation des capacités intellectuelles des générations futures. L'universitaire braque les projecteurs sur les perturbateurs endocriniens présents dans notre environnement (pesticides et plastiques) et notre alimentation (additifs et contaminants). Ils nuiraient au développement neurologique. Les effets sont connus et dénoncés depuis les années 1970, mais la législation européenne continue à les minimiser, comme le rapporte l'étude menée en 2015 par les professeurs Flynn et Dutton qui regrettent les seuils élevés de Bruxelles pour qualifier une substance de « perturbateur endocrinien ».
Et dans tout cela, quid des effets du cannabis et de l'alcool, que l'on décrit souvent comme abrutissants ? D'après une étude américaine menée en 2016, la consommation plus en plus précoce d'alcool favoriserait en effet la baisse du QI. Par contre, le cannabis n'aurait aucune incidence.
Par Gauthier Simon/crashdebug.fr
par MANTEAU  18

LUNDI

AOUT
2017
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 

par MANTEAU  12

LUNDI

JUILLET
2017
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 

par MANTEAU  32

              
402     Page précédente
Page Suivante
382