Cocktail93




LUNDI

AVRIL
2022
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
LE PARADOXE DE FERMI
voir photo 2
Commençons par le commencement, et donc, par le paradoxe de Fermi. Le nom de ce paradoxe a été donné suite à une série de questions que s'est posée Enrico Fermi, un physicien italien qui a exercé au milieu du XXe siècle. Le paradoxe consiste à se demander pourquoi nous n'avons jamais trouvé aucune trace qui atteste de l'existence des extraterrestres, alors que le Soleil est plus jeune que de nombreuses autres étoiles présentes au sein de notre galaxie. Selon Fermi, des civilisations antérieures aux nôtres auraient dû laisser des traces visibles depuis la Terre, comme des ondes radio, par exemple. On résume ainsi souvent le paradoxe de Fermi comme : "S'il existait vraiment des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient déjà être chez nous. Où se trouvent-ils donc ?".
Plusieurs hypothèses ont depuis été définies pour tenter de répondre au paradoxe de Fermi (comme le fait que les civilisations en question n'aient pas la technologie suffisante pour se déplacer jusqu'à nous par exemple), mais bien évidemment, aucune d'entre elle n'a pour le moment fait consensus, étant donné qu'il nous manque encore trop d'éléments pour y répondre. Il n'empêche : le paradoxe de Fermi atteste bel et bien d'une chose : l'être humain a envie de croire que des civilisations extraterrestres existent quelque part, et se demande continuellement pourquoi aucune d'entre elle n'est arrivée jusqu'à nous. Aujourd'hui, nous vous proposons de réfléchir à un axe différent : que se passerait-il si les extraterrestres arrivaient finalement jusqu'à nous ? Des scientifiques se sont penchés sur le sujet, et le résultat n'est pas franchement agréable à lire.
UNE RENCONTRE AVEC LES EXTRATERRESTRES MARQUERAIT LA FIN DE NOTRE GALAXIE
Pourquoi diable l'arrivée d'extraterrestres au sein de notre galaxie signifierait la fin du monde tel qu'on le connaît ? Eh bien, nous nous appuyons sur de nouvelles simulations effectuées par l'équipe de chercheurs présidée par Jason T. Wright pour avancer cette théorie. Selon cette dernière, des extraterrestres, même modérément avancés, seraient en mesure de prendre le contrôle d'une galaxie semblable à la Voie lactée. Comme le rapporte les Research Notes of the American Astronomical Society, les chercheurs considèrent actuellement qu'une civilisation de type II sur l'échelle de Kardachev pourrait parvenir à conquérir notre galaxie à une vitesse plus ou moins rapide. L'échelle de Kardachev est une méthode théorique de classement des civilisations, en fonction de leur niveau technologique, et de leur consommation énergétique. Les civilisations sont ainsi rangées dans trois catégories : I, II et III (la nôtre se situant à un certain degré de la catégorie I).(image 3)
Si cette civilisation de type II possédait des vaisseaux spatiaux un tout petit peu plus rapides que nos propres sondes interplanétaires, et si elle avait la même compréhension actuelle que nous de notre univers (c'est-à-dire qu'elle ne serait pas plus avancée que nous sur ce point), alors les physiciens estiment qu'il lui faudrait environ 1 milliard d'années pour conquérir toute la galaxie. Cela semble long à l'échelle humaine, mais n'oublions pas que ce résultat a été obtenu avec des vaisseaux à peine plus puissants que les nôtres, et dans le cas où les civilisations extraterrestres ne posséderaient pas une meilleure connaissance de l'univers que nous. Or, tout pourrait indiquer le contraire.
Cette première simulation ne porte cependant que sur le cas mentionné ci-dessus. Selon les estimations des chercheurs, une telle civilisation serait en mesure de continuer son expansion en envoyant une nouvelle colonie tous les 100 000 ans environ. Si ces vaisseaux se déplacent à environ 10 kilomètres par seconde, alors seules une poignées d'étoiles seront disponibles, mais étant donné que les étoiles se déplacent, ce type de vaisseau spatial générationnel pourra avoir accès à davantage de systèmes planétaires dans les galaxies que si le système tout entier était immobile. Jason Wright écrit à ce sujet :
Ce qui est intéressant, c'est que dans cette simulation, comme la portée des vaisseaux est faible et que peu de colonies sont envoyées, la vague d'expansion est suffisamment lente pour que ce soit en fait les mouvements des étoiles qui fassent le plus gros du travail.
Finalement, le front atteint la partie centrale de la galaxie, où les étoiles sont généralement plus proches les unes des autres que dans les parties extérieures, et alors l'expansion se poursuit très rapidement, mais les extrémités de la galaxie ne sont jamais habitées.
Cette simulation prend en compte des paramètres relativement similaires à ceux que nous connaissons, et montre tout de même que la colonisation d'une galaxie pourrait se faire "relativement rapidement". On peut donc imaginer ce que cela donnerait si les extraterrestres étaient pourvus d'une technologie largement supérieure à la nôtre, et d'une meilleure connaissance des principes de l'univers (si cette civilisation était du type III de l'échelle de Kardachev par exemple). Nous serions conquis en un rien de temps, largement dépassés par les connaissances et la technologie de ces êtres qui ont certainement déjà vu des choses dont nous ignorons tout.
Quant à savoir si nous serions exterminés ou si nous passerions simplement sous leur gouverne ... Nous ne pouvons, pour le moment, que nous fier à notre imagination pour répondre à cette question. L'invasion de ces êtres marqueraient en tout cas la fin de notre galaxie telle que nous la connaissons, notamment si ces derniers utilisent l'énergie de notre étoile pour voyager. Nous aurions droit à certains spectacles que rien ne nous aura préparé à vivre. Et si le paradoxe de Fermi vous intéresse et que vous voulez savoir quel pourcentage de chances nous avons de prouver un jour l'existence de vies extraterrestres, nous vous invitons à consulter notre précédent dossier sur le sujet.
Source: hitek.fr


par MANTEAU  29

MARDI

NOVEMBRE
2021
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Un restaurateur a confié une partie de son service en salle à un robot. Ce serveur aux oreilles de chat, venu de Chine, vous apporte votre commande directement à votre table. #IlsOntLaSolution
Sa silhouette ne passe pas inaperçue. A Breuillet, près de Royan, un restaurant vient d’embaucher un robot-chat pour servir ses clients. Un drôle d’employé d’un mètre 30 de haut qui miaule quand on lui caresse les oreilles. Programmé pour transporter les plats directement jusqu’aux clients, BellaBot, c’est son nom, circule sans difficulté autour des tables. Il sait éviter les obstacles et en cas de besoin, il s’arrête net. Agile, silencieux et surtout jamais malade, ce serveur a tout pour plaire. « C’est très simple, on le met en charge la nuit, il n’y a pas d’arrêt de travail, lui il bosse, il est jamais fatigué » déclare avec une pointe d'humour Laurent Bouquet, patron du restaurant le Vino V à Breuillet .
Disponible 7 jours sur 7
Cet employé idéal peut faire jusqu’à 70 000 kilomètres. Un robot que l’on doit à la jeune entreprise de robotique Simbee située à Ronce-les-Bains, près de Royan. La société importe ces modèles de Chine. Son objectif : aider les restaurateurs à se concentrer uniquement sur la commande des clients. Avec ce robot qui apporte les plats, le serveur sait qu’il n’a pas besoin de courir à droite et à gauche. Une première étape pour cette jeune cyber-entreprise qui à terme, espère accompagner les personnes âgées dans leur quotidien. Elle se donne deux ans pour développer l’intelligence de ce robot, pour qu’il soit plus autonome.
Source: franceinfo.fr

par MANTEAU  66

SAMEDI

OCTOBRE
2021
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 


Le studio de design de transport PriestmanGoode a développé un concept de ballon haute performance et de capsule pressurisée pour Space Perspective pour emmener les touristes de l'espace en «croisière» dans la stratosphère.
Conçu par la start-up américaine de tourisme spatial Space Perspective, le vaisseau spatial est composé en deux parties :une nacelle pressurisée de quatre mètres de haut et de cinq mètres de large en forme de toupie, qui est attachée à un ballon géant de haute altitude.
L'engin emmènera jusqu'à huit «explorateurs» et une série de charges utiles pour la recherche pour un voyage de six heures jusqu'à l'extrémité supérieure de l'atmosphère terrestre.
Décrit par Taber MacCallum, co-fondateur de Space Perspective, comme «hors du monde mais classique», la conception de la capsule PriestmanGoode comprend des fenêtres du sol au plafond pour offrir aux touristes de l'espace une expérience panoramique. «La conception de la capsule est un élément essentiel pour offrir à nos explorateurs l'expérience inspirante que les astronautes décrivent en voyant notre Terre dans l'espace», a ajouté la cofondatrice Jane Poynter.
Le voyage verrait un lancement piloté depuis l'installation d'atterrissage de la navette du centre spatial Kennedy de la NASA en Floride, pour transporter des passagers sur une ascension de deux heures au-dessus de l'atmosphère terrestre jusqu'à 100000 pieds (environ 30000 mètres).
Une fois ce seuil atteint, il «naviguera» au-dessus de la terre pendant jusqu'à deux heures, pour permettre aux voyageurs d'admirer la vue et d'enregistrer l'expérience. L'engin entreprendra ensuite une descente de deux heures sous le ballon avant d'atterrir dans l'océan Atlantique, où un navire récupérera les passagers, la capsule et le ballon et les ramènera à terre.

par MANTEAU  49

LUNDI

SEPTEMBRE
2021
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
..., selon Mark Zuckerberg
Le patron de Facebook a indiqué être fermement convaincu qu’un nouveau monde d'applications et de services était en train de s’ouvrir avec les réalités virtuelle et augmentée, lors du salon des jeunes pousses et de l’innovation VivaTech, à Paris.
Cela a commencé à décoller un peu plus vite que nous-même nous le pensions, a pointé Mark Zuckerberg, interviewé en direct en vidéoconférence par Maurice Lévy, le cofondateur de VivaTech.
Facebook, qui a mis récemment sur le marché son nouveau casque de réalité virtuelle Oculus Quest 2, emploie actuellement 10 000 personnes dans son département consacré à la réalité virtuelle et la réalité augmentée, selon ce qu’a expliqué Mark Zuckerberg.
Les applications pour les casques de réalité virtuelle comme Oculus et les appareils de la concurrence commencent à sortir de la branche des jeux vidéos, leur domaine d'épanouissement, selon ce qu’a avancé le patron de Facebook.
Mark Zuckerberg a cité en exemple les applications d'entraînement sportif : Vous avez un abonnement, vous prenez un casque et vous vous retrouvez dans un environnement incroyable à suivre un cours de boxe ou de danse.
Mark Zuckerberg a aussi décrit sa vision d'un métavers, un univers virtuel où il serait désormais possible d'acheter des biens virtuels.
Pensez à toutes les choses dans votre vie qui n'ont pas besoin d'être physiques et qui pourraient être remplacées par un hologramme dans un monde où vous portez des lunettes intelligentes, a mentionné le patron de Facebook.
Les télévisions n'auront plus besoin d'exister physiquement, cela peut juste être une application qui, (par le biais de ces lunettes), projette sur un mur (des images) qui peuvent être partagées avec vos proches, a-t-il poursuivi.
Plutôt que de devoir produire une télévision ou un autre type d'objet physique complexe – qui nécessite des usines, des matières premières – n'importe quel enfant, développeur ou développeuse dans le monde pourra réaliser ça avec un jeu d'outils de conception en 3D et du code, et être capable de vendre ses produits dans le monde entier, sans avoir à s'inquiéter de la logistique ou de l’expédition, a-t-il expliqué.
Pour Facebook, la réalité augmentée ou virtuelle n'est pas juste un moyen de créer une nouvelle expérience formidable, mais créer une vague économique qui pourrait créer des opportunités pour les gens dans le monde entier.
C'est quelque chose que nous allons voir se débloquer dans les prochains 5 à 10 ans, a-t-il ajouté.
Source: ici.radio-canada.ca

par MANTEAU  44

JEUDI

AVRIL
2021
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
C'est ce que vient de decouvrir la chercheuse Olga Blifernez-Klassen, de l'universite allemande de Bie-lefeld, en Westphalie du Nord. Elle a observe que pla-cee dans un environnement pauvre en dioxyde de carbone, element necessaire au processus de photo-synthese, la microalgue verte Chlamydomonas rein-hardtii secrete une enzyme qui lui permet de digerer la cellulose des autres vegetaux. C'est la premiere fois qu'on observe chez un organisme chlorophyllien la capacite de produire de la matiere organique autrement que par photosynthese. EL-T.
Source: Sciences & vie

par MANTEAU  115

MARDI

AVRIL
2021
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Le virtuel est à l’honneur au salon CES de Las Vegas, qui se tiendra entièrement en ligne cette année.
Par exemple, Reah Keem, un influenceur 100% digital, est le DJ chargé d’annoncer la nouveauté du fabricant coréen LG. Une façon de donner le ton et d’avoir un aperçu de ce à quoi ressembleront les futures enceintes.
Cela rappelle un peu ces personnages semi-réels, semi-virtuels à l’écran, néon, présentés l’année dernière par un autre Samsung coréen.
Cette année, Samsung garantit que ces «humains artificiels» arriveront sur leurs smartphones, par exemple en tant que conseillers bancaires, mais n’arriveront pas d’ici 2022. Sony a annoncé un avatar 3D pour la chanteuse Madison Beer. Les artistes sont numérisés comme des jeux vidéo et peuvent animer librement leurs avatars pour créer des concerts virtuels, par exemple, notamment lors de pandémies.
Au CES de cette année, diverses technologies conçues pour lutter contre les pandémies sont à l’honneur. Par exemple, une lampe LED UV-C pour désinfecter les claviers d’ordinateurs. Placée sur le dessus du clavier, cette petite lampe, signée par la marque Targus et récompensée par le “CES Award”, est censée s’allumer toutes les heures pendant 5 minutes, détruisant toutes bactéries et virus.

par MANTEAU  49

LIEN

Pour chaque post, cliquer sur la photo centrale pour accéder au diaporama, ou cliquer sur les miniatures pour les voir en photo centrale

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Projet Orion 2776 , le 21/10/2011
 L'ile d'AZ 2686 , le 23/09/2010
 Hot Cyborgs 2210 , le 24/03/2012
 Tropical Island Yacht : la plage de rêve mobile 2063 , le 25/09/2011
 Le Steampunk 2027 , le 05/01/2014
 Projet d'un dirigeable atomique britannique en 1966 1973 , le 04/07/2011
 Poséidon : premier hôtel sous marin 1837 , le 14/05/2011
 Véhicules de demain 1813 , le 01/04/2012
 Espace Hôtel 1520 , le 23/09/2011
 DONA, un robot mendiant 1462 , le 04/05/2011
 Les mecha: tous des méchants? 1303 , le 09/04/2012
 Des images de galaxies jamais vues prises par Hubble 1231 , le 09/12/2009
 Guyrobot.com 1211 , le 18/04/2009
 Concept: train à grande vitesse voyager sans escale 1186 , le 10/08/2011
 Encore des robots(suite) 1100 , le 19/08/2009
VENDREDI

MARS
2021
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Source: acidcow.com


par MANTEAU  72

VENDREDI

FEVRIER
2021
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Et ce n'est pas de la SF...
1) Impressionnant, le fait que cela ressemble autant la terre (par rapport à la Lune qui ne ressemble pas du tout)
2) Impressionnant... l'absence de la vie


par MANTEAU  47

MERCREDI

NOVEMBRE
2020
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
II y a 7000 ans, les fermiers du Neolithique savaient déjà fabriquer du fromage. L'analyse par Melanie Salque (universite de Bristol, Royaume-Uni) de fragments de poteries percees decouverts en Pologne est en effet formelle: les traces d'acides gras caracteristiques du lait retrouvees sur ces poteries attestent de leur utilisation dans la fabrication de fromage. A ('image des faisselles modernes, les mul-tiples trous de 2 a 3 mm de dia-metre qui caracterisent ces poteries devaient permettre la separation du caille — le lait coagule — d'avec le petit-lait, riche en lactose. "La pro-duction de fromage a ete une etape importonte de developpement, note Melanie Salque. Non seulement elle a permis la conservation du bait sous une forme non perissable et trans-portable, mais elle a aussi fait du lait une denree plus digeste pour les fer-miers prehistoriques". Ces popula-tions etaient en effet intolerantes au lactose. E.H.
Source: Sciences & vie

par MANTEAU  127

MERCREDI

NOVEMBRE
2020
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Le supercalculateur japonais Fugaku, développé par l'institut public de recherche Riken en partenariat avec le groupe informatique nippon Fujitsu, a décroché la palme du superordinateur le plus rapide au monde, a annoncé lundi l'institut dans un communiqué.
Fugaku est arrivé en tête du dernier classement dévoilé par le site spécialisé Top500, détrônant le supercalculateur américain Summit, développé par IBM et installé dans le laboratoire national de physique nucléaire de Oak Ridge (Tennessee).
Summit était arrivé premier lors des quatre derniers classements de ce site de référence, lesquels sont publiés deux fois l'an.
La vitesse de Fugaku (un autre nom du Mont Fuji en japonais) est environ 2,8 fois supérieure à celle de Summit, soit 415,53 pétaflops contre 148,6 pétaflops.
Un pétaflop correspond à un million de milliards d'opérations à la seconde.
Fugaku ne devrait être mis en service à 100% qu'à partir de 2021, mais il a déjà commencé à être utilisé dans le cadre des recherches sur le Covid-19, notamment en modélisant la manière dont les gouttelettes issues de la respiration peuvent se disséminer dans un bureau ou un train bondé lorsque les fenêtres sont ouvertes.
Il devrait aussi être appelé à terme à contribuer à la recherche de nouveaux médicaments, de nouvelles solutions énergétiques et industrielles, à la simulation de catastrophes naturelles ou encore à la recherche fondamentale sur l'univers, selon l'institut Riken.
Outre le Top500, Fugaku s'est aussi installé en tête des classements Graph500, HPCG et HPL-AI: c'est la première fois qu'un supercalculateur prend simultanément la première place de ces quatre classements, selon l'institut Riken.
Guerre États-Unis/Chine
Les supercalculateurs sont un élément essentiel de la recherche dans des domaines aussi variés que l'intelligence artificielle ou l'informatique quantique, du fait de leur formidable puissance de calcul.
Ils font l'objet d'une compétition acharnée entre les grandes puissances économiques mondiales, surtout entre les États-Unis et la Chine qui disposent à eux seuls de 70% des supercalculateurs présents au Top500.
Aussi la première place de Fugaku, la première pour un supercalculateur japonais depuis 2011, risque de ne pas durer. Trois supercalculateurs américains visant une puissance de calcul mesurée en exaflops, soit plusieurs milliards de milliards d'opérations à la seconde, devraient être lancés dans les prochaines années.
Source: 7sur7.be

par MANTEAU  95

DIMANCHE

JUILLET
2020
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 
Depuis longtemps l'Homme s'interroge sur la question suivante : « Sommes-nous seuls dans l'Univers ? ». Ce qui entraîne la question de savoir s'il existe ou non d'autres planètes sur lesquelles pourraient se développer d'autres formes de vie. Christiaan Huygens est le premier astronome à envisager l'utilisation des instruments d'observation afin de détecter de telles planètes.
Au cours du XXe siècle, grâce aux progrès technologiques des télescopes, tels que les détecteurs à couplage de charge (CCD), le traitement d'image, ainsi que le télescope spatial Hubble, qui permettent des mesures plus précises du mouvement des étoiles, beaucoup d'astronomes pensent détecter des planètes extrasolaires. Dans les années 1980 et au début des années 1990, quelques annonces sont faites, reprises dans les média, puis, après vérifications (cela peut prendre des mois, des années), finalement démenties (c'est la force de la méthode scientifique). La communauté astronomique se désespère, et certains en concluent déjà que le système solaire ne serait peut-être qu'une singularité... Il faut attendre l'année 1995 pour que la découverte de la première exoplanète soit confirmée.
par MANTEAU  160

LUNDI

JUIN
2020
DEMAIN C'EST AUJOURD'HUI
 

par MANTEAU  125

LIEN

              
433     Page précédente
Page Suivante
413