LUNDI

AVRIL
2012
RES.TXT
 
Le footballeur du Real de Madrid, Karim Benzema, attaque en justice sa tante et sa cousine. Il exige qu’elles paient elles aussi une partie de la pension alimentaire de sa grand-mère. Le dossier doit être examiné le 5 avril prochain.
708 000 euros. C'est le salaire mensuel de Karim Benzema, "sans compter de juteux contrats publicitaires", précise "VSD". Le footballeur refuse pourtant de payer seul la pension alimentaire de sa grand-mère, d'un montant de 1 500 euros, qui vient compléter une retraite de 800 euros. Yamina Benhattab Haddou, la grand-mère maternelle du footballeur, l'a en partie élevé.
Karim Benzema a donc envoyé des assignations à sa tante Hélène et à sa cousine (selon "VSD", elles ne sont pas les seules dans ce cas), pour les faire participer à la pension alimentaire de sa grand-mère. Pourtant, Hélène Haddou, la tante du footballeur, âgée de 65 ans, vit du RSA. Elle a perdu son commerce il y a quatre ans et son compagnon récemment, alors qu'elle était elle-même à l'hôpital. Quant à sa fille, également assignée, elle est handicapée à 80% et vit grâce à sa pension d'invalidité.
Source: VSD+Yahoo.fr

par CHARLES  216

DIMANCHE

AVRIL
2012
RES.TXT
 
par CHARLES  2313

VENDREDI

MARS
2012
RES.TXT
 

par CHARLES  242

MARDI

MARS
2012
RES.TXT
 
Quand Nicolas Sarkozy dit qu'il y a trop d'étrangers en France, quand il dit qu'il faut diviser par deux le regroupement familial, quand François Fillion parle de rites d'un autre age à propos du halal , attaquant ainsi la communauté juive ou musulmane, quand Claude Guéant parle de la communauté comorienne comme raison de la criminalité à Marseille, idem pour les Roms à Grenoble.
C'est le président de la république qui s'exprime, c'est le premier ministre, c'est le ministre de l'intérieur. Et qui écoute ? Tout le monde y compris les extrèmistes, quels qu'ils soient, pour qui c'est un appel. Un appel à plus de haine, un renforcement de ce quoi ils croient, une légimitimité qui vient de tout en haut, un appel à passer à l'action. Oui. C'est la faute de Nicolas Sarkozy
Le 22 Avril, le 6 Mai, votez blanc, abstenez vous mais ne votez pas Nicolas Sarkozy
par CHARLES  333

JEUDI

MARS
2012
RES.TXT
 
Gérard Depardieu a expliqué récemment lors d'un déjeuner qu'il soutenait le candidat Nicolas Sarkozy car ce dernier l'avait aidé à régler "des problèmes dans l'une de (ses) affaires à l'étranger", affirme le Canard enchaîné.
Selon la conversation rapportée entre guillemets par l'hebdomadaire, sans doute par un témoin de la scène, l'acteur assurait notamment: "J'aurais perdu beaucoup d'argent s'il ne m'avait pas aidé pour ce problème". "Tout ce qu'il me demandera je le ferai", concluait-il, selon le journal.
La scène se déroulait lors d'un déjeuner dans le restaurant parisien de Depardieu, écrit le Canard. "A chaque fois que j'ai demandé quelque chose à Sarko, il a répondu présent", aurait expliqué l'acteur à son ou ses interlocuteurs (non précisé). "Quand j'ai eu récemment des problèmes avec l'une de mes affaires à l'étranger, il s'est mis en quatre et m'a réglé le problème tout de suite".
Gérard Depardieu est monté sur la scène lors du grand meeting du candidat Sarkozy à la présidentielle, dimanche à Villepinte, pour déplorer "n'entendre que du mal de Sarkozy (alors que) il ne fait que du bien".
Source: 7sur7.be

par CHARLES  2792

MERCREDI

MARS
2012
RES.TXT
 
Le Wall Street Journal a fait savoir son mécontentement contre le président français dans un éditorial choc paru ce matin.
"Nicolas Le Pen". Voilà le titre de cet édito consacré à la présidentielle française. Pour le journaliste qui a rédigé ce coup de gueule, Nicolas Sarkozy fait preuve de xénophobie dans ses propos anti-immigrants ainsi que dans ses attaques contre la convention de Schengen.
"Même en France, on se montre rarement plus cynique que cela", peut-on lire dans cet édito corsé. "Ces attaques sur l'immigration sont une tentative de séduire les partisans xénophobes de Marine Le Pen du Front national avant le scrutin du premier tour le 22 avril prochain", poursuit le journaliste.
"Le débat sur l'immigration est principalement une diversion vis-à-vis de l'anxiété des Français envers leur Etat-providence de plus en plus branlant", ajoute-t-il. "M. Sarkozy soutient qu'en pleine crise économique, si l'Europe ne contrôle pas qui ses frontières, elle ne sera plus en mesure de financer son Etat-providence. C'est une pensée hideuse de relier ces deux sujets".
Et le journaliste