LUNDI

JANVIER
2012
RES.TXT
 
« Justice est faite »: par Barack Obama lors de son intervention annonçant la mort d’Oussama Ben Laden. Les mêmes mots ont été utilisés par le compte Twitter de l’Élysée.
« La situation actuelle, avec le séisme, le tsunami et le risque nucléaire, est dans un sens la pire crise depuis 65 ans, depuis la Seconde Guerre Mondiale »: Naoto Kan, Premier Ministre japonais, a justement 65 ans, il sait donc de quoi il parle.
« La fin des rats est proche »: Mouamar Kadhafi, en confiance, galvanisant ses derniers partisans.
« Monte dans l’avion, imbécile, toute ma vie, il aura fallu que je supporte tes conneries »!: Leila Trabelsi à son mari, Zine el-Abidine Ben Ali, président tunisien déchu, alors que ce dernier hésitait à quitter le pays.
« Quand on leur demande si elles voudraient coucher avec moi, 30% des femmes répondent « oui », et 70% répondent « Quoi, Encore? »: Silvio Berlusconi, Premier Ministre italien, disponible désormais pour les anniversaires, pots de départs et bar-mitzvah.
« L’assistanat est le cancer de la société »: Laurent Wauquiez, ministre des Affaires Européennes, tout en nuance.
« Le salaire moyen d’un Chinois, c’est 10% du SMIC, et ils sont heureux, et ils se battent, et ils y croient »: même si la plupart n’ont pas de Rolex et ont par conséquent raté leur vie, Mr Seguela.
« On a pris des pilules et on s’est réveillé le lendemain… c’était un coup de tête et je suis contente qu’on se soit réveillés »: Ruth Madoff, l’épouse de Bernard Madoff, évoquant la tentative de suicide du couple.
« Est-ce que l’euro existera toujours à Noël ? »: oui M. Attali. On a tous payé notre bûche en euro. On peut même vous renvoyer la facture.
« La meilleure attitude à adopter est d’accepter le dopage »: Yannick Noah considère que la potion magique explique la suprématie espagnole dans certains sport.
« Je peux dire que je voterai Hollande » : et Jacques Chirac pourra le faire puisqu’il n’a pris que du sursis. La gauche n’avait pas intérêt à envoyer l’ancien chef d’état en prison.
« On ne tue pas sa population… aucun gouvernement dans le monde ne tue son propre peuple, à moins d’être mené par un fou »: Bachar el-Assad, le dirigeant syrien, nous met le doute…
« Le Mediator, ce n’est que trois morts »: Jacques Servier, patron du labo Servier. Ouf, nous voilà rassuré.
« Celui qui m’a le plus marqué ? Sans doute Zadig et Voltaire »: le secrétaire d’Etat au Commerce Frédéric Lefebvre n’a que des catalogues en guise de livre de chevet.
« Le vol de portables à l’arraché, ça n’existait pas avant que les portables n’existent »: elle aura tout fait pour être dans ce top. Nadine Morano invente les moranofacts.
Source: topito.fr

par CHARLES  191

LUNDI

JANVIER
2012
RES.TXT
 
Alors que la « crise économique » justifie chaque jour de nouveaux sacrifices aux classes moyennes et populaires, l s sociétés du CAC 40 vont verser plus de 37 milliards d’euros de dividendes pour 2011.
Si ces sociétés peuvent verser de si somptuaires dividendes à leurs actionnaires, c’est parce que leurs bénéfices pour 2011 – d’un montant de plus de 86 milliards d’euros – sont en fait restés stables par rapport aux exercices précédents.
Une situation qui laisse à penser que la « crise » est décidément à géométrie très variable, selon que vous soyez du bon ou du mauvais côté du capital.
Seul le secteur bancaire devrait voir ses dividendes distribués sensiblement réduits en 2011.
Source: Novopress

par CHARLES  196

SAMEDI

JANVIER
2012
RES.TXT
 
PARIS (AFP) - Le Premier ministre français François Fillon a estimé samedi que la dégradation de la note de la France était une décision "attendue" mais intervenant à "contre-temps", et qu'elle ne devait "pas être dramatisée, pas plus que sous-estimée".
"La France est un pays sûr, un pays dans lequel les investisseurs ont confiance et peuvent avoir confiance. Les agences de notation sont des baromètres utiles mais ce ne sont pas elles qui font la politique de la France", a déclaré le Premier ministre lors d'une conférence de presse à Matignon.
M. Fillon a jugé que cette dégradation de la note par Standard & Poor's était "à contre-temps au regard des efforts engagés par la zone euro, des efforts que les investisseurs d'ailleurs commencent à reconnaître".
"Cette décision constitue une alerte qui ne doit pas être dramatisée, pas plus qu'elle ne doit être sous-estimée", a-t-il fait valoir.
Au candidat socialiste à l'élection présidentielle, qui a affirmé samedi que "c'est une politique qui a été dégradée, pas la France", M. Fillon a rétorqué que "François Hollande a particulièrement tort de prétendre que c'est notre politique qui est sanctionnée".
"Ceux qui dramatisent la situation doivent y réfléchir à deux fois: ce sont en effet les mêmes qui ont refusé de voter les réformes destinées à renforcer notre compétitivité ou à réduire les déficits, que ce soit la réduction des effectifs dans la fonction publique ou la réforme des retraites", a souligné M. Fillon, citant également la règle d'or budgétaire. "Chacun doit garder son sang-froid et assumer ses responsabilités", a-t-il relevé.
François Fillon a aussi à nouveau jugé les mesures budgétaires déjà prises par le gouvernement "suffisantes" pour faire face à la dégradation de la note de la France, évoquant cependant de possibles "ajustements au regard de la croissance constatée".
Les autorités françaises affirment régulièrement qu'elles ne mettront pas en oeuvre de troisième plan de rigueur. Pour ne pas "casser la faible croissance qui caractérise la situation dans la zone euros", François Fillon a exclu "des décisions massives de réduction des dépenses" en France qui feraient "prendre un risque majeur" à la croissance.
"Nous ne le prendrons pas", a-t-il insisté, soulignant que le gouvernement avait plutôt l'intention de conduire "des réformes structurelles pour améliorer la compétitivité de l'économie française".
Le chef du gouvernement a évoqué "la réforme du financement de la protection sociale pour abaisser le coût du travail", autrement dit la TVA sociale qui doit être débattue le 18 janvier lors d'un "sommet pour l'emploi" avec les partenaires sociaux à l'Elysée.
© 2012 AFP
par CHARLES  590

MERCREDI

JANVIER
2012
RES.TXT
 
Début avril 2011, le secrétaire d'Etat au Commerce, Frédéric Lefebvre, dédicace son ouvrage "Le mieux est l'ami du bien" à la journée du livre politique à l'Assemblée Nationale. Un journaliste du Figaro.fr lui demande alors quel est son livre préféré. "Zadig et Voltaire" répond l'homme politique. Oups : "Zadig" de Voltaire est bien un livre, "Zadig et Voltaire" est une marque de vêtements... Ce petit lapsus enflamme rapidement Twitter : le hashtag #bibliolefebvre fait son apparition (lancé par Rue89) et les twittos sont invités à marier références littéraires et noms de marques. Cela donne quelques pépites :
- "Auchan en emporte le vent", de Margaret Mitchell
- "1664", de George Orwell
- "Triste Tropicana", de Claude Lévi-Strauss
- "Le Spécial K", de Dino Buzzati
- "Le Monde selon Gap", de John Irving
- "Ushuaïa, mon amour", de Marguerite Duras
- "Les Versace sataniques", de Salman Rushdie
- "Apocalypse Bébé Cadum", de Virginie Despentes
- "Alfa Roméo et Juliette", de Shakespeare
- "Le Malade Imagin'R", de Molière
Source: linternaute.fr

par CHARLES  505

DIMANCHE

JANVIER
2012
RES.TXT
 
Le Qatar, via son fonds d'investissement Qatar Holding LLC, est devenu le premier actionnaire du groupe de médias Lagardère en nombre d'actions, en portant sa participation à plus de 10% du capital.
Déjà actionnaire du groupe, l'émirat a accru son investissement et possède désormais 10,07% de son capital et 7,87% de ses droits de vote, selon un avis de l'Autorité des marchés financiers (AMF) publié jeudi.
Aucun responsable de Lagardère n'était disponible pour commenter l'opération, qui a entraîné une hausse de 2,46% du titre en Bourse.
Ce franchissement du seuil des 10% du capital résulte d'une acquisition d'actions Lagardère hors marché. La holding qatariote possédait déjà un peu plus de 7% du capital de Lagardère, selon le décompte de l'agence Bloomberg.
Arnaud Lagardère, le fils du fondateur Jean-Luc Lagardère, détenait fin 2010 9,62% du capital et 14,01% des droits de vote, selon le rapport annuel.
Le Qatar s'est illustré récemment dans le monde sportif en prenant le contrôle du club de football Paris Saint-Germain.
par CHARLES<