Cocktail93




LUNDI

JUILLET
2021
ZOOMS
 

par MANTEAU  5

LIEN

SAMEDI

JUIN
2021
ZOOMS
 

par MANTEAU  8

LIEN

SAMEDI

JUIN
2021
ZOOMS
 

par MANTEAU  1

LIEN

SAMEDI

MAI
2021
ZOOMS
 

par MANTEAU  6

LIEN

MARDI

MARS
2021
ZOOMS
 
La California Academy of Sciences a annoncé les résultats de son concours photos 2020 "BigPicture Natural World Photography"
Voici les vainqueurs
1-‘Hare Ball’ By Andy Parkinson
2-‘Guardian Warriors’ By Ami Vitale
3-‘Guardian Warriors’ By Ami Vitale
4-‘The Green Iguana’ By Lorenzo Mittiga
5-‘The Last Goodbye’ By Ami Vitale
6-‘Rain’s Visitors At Dusk’ By Agorastos Papatsanis
7-‘Frozen Mobile Home’ By Greg Lecoeur

par MANTEAU  6

VENDREDI

FEVRIER
2021
ZOOMS
 
Pour le monde, c'était "La niña de la muñeca de palo" (La fille à la poupée en bois)
Pour Alberto Korda, c'était Paulita, une petite paysanne qui n'avait pas de jouets au début de la révolution cubaine. C'était sa photo préférée et il était ravi de raconter l'histoire de l'image qu'il a prise en février 1959, à l'extérieur de La Havane.
«Pendant toutes ces années, Korda la voyait et continuait à la prendre en photo. Paulita a obtenu son diplôme d'infirmière, lui a dit qu'elle se mariait et Korda a pris des photos d'elle dans sa robe de mariée. Elle est morte très jeune, de leucémie, un an et demi après son mariage. " L'histoire de la paysanne est racontée par Diana Díaz López, la fille aînée d'Alberto Korda, exécuteur testamentaire des archives photographiques presque incalculables qui se trouvent au Bureau des affaires historiques de Cuba.
par MANTEAU  4

Pour chaque post, cliquer sur la photo centrale pour accéder au diaporama, ou cliquer sur les miniatures pour les voir en photo centrale

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 The History Place-Lewis W. Hine 67 , le 10/12/2007
 Vivian Maier 46 , le 11/02/2018
 Antoine Verglas #2 26 , le 10/03/2023
 Rus Anson 26 , le 11/12/2012
 Architecture soviétique années 30/40 26 , le 21/09/2007
 Ansel Adams 24 , le 13/10/2013
 Stay and Wander/Instagram 23 , le 06/01/2024
 Chris Fiel 23 , le 14/11/2012
 Stefano Giacomini - La jeune fille et son chat 22 , le 09/09/2011
 Steve Sharp 21 , le 27/01/2011
 Jacques Henri Lartigue - 4 19 , le 25/03/2013
 Nicolas Evariste, série Dark Zoo 19 , le 09/12/2012
 Robert Doisneau 18 , le 02/06/2015
 Maciej Koniuszy 18 , le 21/10/2010
 Les photos célèbres: L’Afghane aux yeux verts 17 , le 12/02/2018
DIMANCHE

OCTOBRE
2020
ZOOMS
 
Trouvé sur le super site photo :
https://fotojournalismus.tumblr.com/
Tošo Dabac(18 mai 1907 - 9 mai 1970) était un photographe croate de renommée internationale.
Bien que son travail soit souvent exposé et apprécié à l'étranger, Dabac a passé presque toute sa carrière professionnelle à Zagreb.
Bien qu'il ait travaillé sur de nombreux types de publications tout au long de sa carrière, il se distingue principalement par ses photographies en noir et blanc de la vie de rue à Zagreb à l'époque de la Grande Dépression.

par MANTEAU  7

SAMEDI

MARS
2020
ZOOMS
 
Nick Ut raconte:
Je me souviens avoir regardé le garçon à travers mon appareil photo Leica, le garçon qui venait de mourir. Alors que je prenais des photos, j'ai vu, dans l'angle du viseur, une fillette courant les bras tendus de chaque côté. Je me suis dit, « Oh mon Dieu », et j'ai commencé à courir vers elle et à prendre plein de photos. Après avoir pris une photo de Kim, je me suis dit, « Oh mon Dieu ». La fillette courait nue, et quand elle m'a dépassé, j'ai vu que son bras gauche était brûlé et que la peau de son dos pelait. J'ai immédiatement pensé qu'elle allait mourir. Même après l'explosion, elle avait encore très chaud. Elle hurlait et hurlait, et je me suis dit, « Oh mon Dieu ». C'est à ce moment que j'ai arrêté de la prendre en photo
Source: buzzfeed.com

par MANTEAU  9

VENDREDI

JANVIER
2020
ZOOMS
 
Son site en lien

par MANTEAU  7

LIEN

MARDI

JUILLET
2019
ZOOMS
 
Voir également:
Des visages partout, juillet 2008, partie 1
Des visages partout, juillet 2008, partie 2

par MANTEAU  11

LUNDI

AVRIL
2019
ZOOMS
 

par MANTEAU  11

LIEN

VENDREDI

AVRIL
2019
ZOOMS
 
Irving Penn veut que ses portraits aient la même force irréductible que des tableaux. Il puise dans les œuvres de Goya, de Daumier et de Toulouse-Lautrec des leçons de cadrage, d’éclairage et d’éloquence instantanée. Pour lui, l’essentiel est de percer l’expression de façade et l’armure des célébrités qui viennent poser dans son studio. Il les reçoit comme il est, en jean et chemise blanche, et commence par les mettre à l’aise en leur offrant un café. Ensuite, Irving Penn conforte et encourage ses modèles pendant tout le déroulement de la séance, faisant peu à peu tomber leurs défenses pour les amener à partager son projet. Il n’est pas satisfait tant que son interlocuteur ne s’est pas engagé avec lui sur un terrain sensible, où les vérités se renforcent et révèlent leur essence profonde.
Les images qui en résultent marquent pour lui le début d’un demi siècle de portraits qui, par leur concision graphique et leur finesse psychologique, restent inégalés. Les portraits de Penn ne ressemblent à ceux d’aucun autre photographe.
D’une grande intensité psychologique et néanmoins élégants et subtilement composés, ils situent le sujet dans une ambiance sereine, d’une limpidité surnaturelle.
Dans la photo de Pablo Picasso (1881-1973) prise à La Californie (villa de l’artiste à Cannes) en 1957, l’oeil gauche de l’artiste nous fixe intensément depuis son seul profil visible, de sorte que son visage ressemble presque à certains de ses portraits cubistes.
Penn avait un certain goût pour le minimalisme. Le jour où il insiste pour se présenter à un rendez-vous avec Picasso – en dépit des protestations des agents de l’artiste, prétendant qu’il n’est pas chez lui –, il trouve le peintre vêtu d’un sweatshirt gris. Cette tenue ne l’inspire guère. Picasso décide alors, pour s’amuser, de revêtir une cape espagnole et un chapeau. Penn, de son côté, travaillant sur la pose pour sortir de l’idée de déguisement, se rapproche peu à peu de l’oeil gauche de l’artiste, qu’il isole pour en faire le point focal d’une image cadrée de façon très serrée, réduite à l’essentiel. Picasso ne lui avait accordé que dix minutes, mais le photographe, nullement découragé, mobilisa tout son talent et toute son expérience pour sculpter l’essence de ce personnage fascinant.
par MANTEAU  6

              
331     Page précédente
Page Suivante
311