DIMANCHE

JUIN
2013
PORTRAITS DE FEMMES
 
Violette Szabo, née le 26 juin 1921 à Paris fut une résistante et un agent secret britannique de la section F du Special Operations Executive (SOE) pendant la Seconde Guerre mondiale.
Elle effectua deux missions en France occupée, mais fut arrêtée, déportée en camp de concentration et exécutée.
Ses activités ont donné lieu au film Carve Her Name with Pride, basé sur le livre du même titre de R.J. Minney.
Avant son départ en mission, Leo Marks, le responsable des codes au SOE, lui offrit le poème "The Life That I Have" pour coder ses messages radio envoyés de France à Londres.
Violette Szabo est morte vers le 5 février 1945 au camp de Ravensbrück
Violette Szabo est honorée au mémorial de Valençay, Indre, en tant que l'un des 104 agents de la section F du SOE morts pour la France,
par EDNA  881

SAMEDI

MAI
2013
PORTRAITS DE FEMMES
 
Marie Gouze, dite Marie-Olympe de Gouges, née à Montauban le 7 mai 1748 et morte guillotinée à Paris le 3 novembre 1793, est une femme de lettres française, devenue femme politique et polémiste. Elle est considérée comme une des pionnières du féminisme.
Auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, elle a laissé de nombreux écrits en faveur des droits civils et politiques des femmes et de l’abolition de l’esclavage des Noirs.
Elle est devenue emblématique des mouvements pour la libération des femmes, pour l’humanisme en général, et l’importance du rôle qu’elle a joué dans l’histoire des idées a été considérablement estimé et pris en compte dans les milieux universitaires.
Sa fin
En 1793, elle s’en était vivement prise à ceux qu’elle tenait pour responsables des atrocités des 2 et 3 septembre 1792 : « le sang, même des coupables, versé avec cruauté et profusion, souille éternellement les Révolutions ». Elle désignait particulièrement Marat, l’un des signataires de la circulaire du 3 septembre 1792 proposant d’étendre les massacres de prisonniers dans toute la France. Soupçonnant Robespierre d’aspirer à la dictature, elle l’interpella dans plusieurs écrits, ce qui lui valut une dénonciation de Bourdon de l'Oise au club des Jacobins.
Par la suite, s’étant mise en contravention avec la loi de mars 1793 sur la répression des écrits remettant en cause le principe républicain – elle avait composé une affiche à caractère fédéraliste ou girondin sous le titre de Les Trois urnes ou le Salut de la patrie, par un voyageur aérien –, elle fut arrêtée par les Montagnards et déférée le 6 août 1793 devant le tribunal révolutionnaire qui l’inculpa.
Elle est traduite au Tribunal au matin du 2 novembre, condamnée à la peine de mort . Elle s'écriera, avant que la lame ne tombe : « Enfants de la Patrie vous vengerez ma mort. » Elle avait alors 45 ans.
par EDNA  685

MERCREDI

MAI
2013
PORTRAITS DE FEMMES
 
Angela Yvonne Davis, née le 26 janvier 1944 à Birmingham en Alabama, est une militante américaine communiste des droits de l'homme et un professeur de philosophie.
Militante du mouvement des droits civiques aux États-Unis, proche du Black Panther Party, elle fut poursuivie par la justice à la suite de la tentative d’évasion de trois prisonniers, surnommés les Frères de Soledad, qui se solda par la mort d’un juge californien en août 1970. Emprisonnée seize mois à New York puis en Californie, elle fut finalement acquittée et poursuivit une carrière universitaire qui la mena au poste de directrice du département d’études féministes de l’université de Californie. Ses centres d’intérêt sont la philosophie féministe, et notamment le Black Feminism, les études afro-américaines, la théorie critique, le marxisme ou encore le système carcéral. En 1997, elle fait son coming out auprès du magazine Out.
Elle fut à deux reprises, en 1980 et 1984, candidate à la vice-présidence des États-Unis pour le parti communiste américain.

par EDNA  900

JEUDI

AVRIL
2013
PORTRAITS DE FEMMES
 
Sugako Kanno , parfois nommée simplement Suga Kanno, née le 7 juin 1881 à Osaka et exécutée par la justice japonaise à l'âge de 29 ans le 25 janvier 19111, est une anarchiste et féministe japonaise, journaliste de profession. Elle est l'auteur d'une série d'articles sur l'oppression des genres et est une défenseuse de la liberté et de l'équalité des droits entre les hommes et les femmes.
Née à Osaka, elle perdit sa mère à l'âge de dix ans. Son père se remaria. En plus d'être maltraitée par sa belle-mère, Kanno est violée à l'âge de quinze ans. Elle découvre le socialisme pour la première fois en lisant un essais sur les victimes d'abus sexuels. En 1898, à dix-sept ans, elle se marie à un homme appartenant à une famille marchande de Tokyo afin d'échapper aux mauvaix traitements de sa belle-mère et ne revient à Osaka qu'en 1902
Kanno commence ensuite à écrire pour un journal et s'engage dans un mouvement féministe chrétien
En 1910, elle est accusée de trahison par le gouvernement japonais pour son implication supposée dans l'incident de haute trahison, une conspiration visant à assassiner l'empereur Meiji.
Avec vingt-trois autres personnes (dont douze seront condamnées à perpétuité), Kanno est condamnée à mort et pendue le 24 janvier 1911.
Elle est la première femme prisonnière politique à avoir été exécutée dans l'histoire du Japon moderne.
par EDNA  794

LUNDI

MARS
2013
PORTRAITS DE FEMMES
 
Juana Cruz de la Casa plus connue sous le nom de Juanita Cruz est une torera espagnole née à Madrid, le 12 février 1917, et morte le 18 mai 1981 à Madrid.
Très jeune, elle fréquente le milieu taurin qui se retrouve souvent avenue de la Plaza de Toros, lieu où est située sa maison familiale. Vers 1931, âgée de quatorze ans, elle commence à toréer des becerros sur instigation de Rafael García.
L'accès du ruedo était alors interdit aux femmes, Juanita se contente d'une « exhibition féminine » qui a un tel succès que le gouverneur lui accorde l'autorisation d'estoquer. Le 7 mai 1934, elle se présente en France à Marseille. Sa première novillada piquée a lieu le 5 mai 1935 à Grenade, c'est là qu'elle a porté pour la première fois l'habit de lumières aménagé avec une jupe pantalon. En 1936, en zone républicaine, elle participe à trois festivals au profit des blessés.
Elle quitte alors l'Espagne pour le Venezuela où elle débute le 20 décembre 1936; elle parcourt avec succès toute l'Amérique latine : Pérou Bolivie Colombie. Au Mexique elle est confrontée à la très vive opposition des syndicats taurins, et n'obtient que des autorisions ponctuelles. C'est pourtant là qu'elle prendra son alternative des mains de Heriberto García le 11 novembre 1900 à Fresnillo.
Juanita est la première femme qui est apparue dans des cartels masculins. Mais elle n'a pas pu prendre son alternative dans son pays en raison de ses positions politiques. En tant que républicaine, elle a été obligée de s'exiler en Amérique latine au moment de la Guerre Civile espagnole .
Photos: blancoyoro.blogspot.fr

par EDNA  869

DIMANCHE

FEVRIER
2013
PORTRAITS DE FEMMES
 
Jiang Jing , de son vrai nom Luan Shumeng (alias Li Yunhe, alias Li Jin, alias Lan Ping), est née entre 1912 et 1914 à Zhucheng de la province du Shandong d'une famille d'origine humble.
Elle fut la quatrième et dernière épouse de Mao Zedong, fondateur de la République populaire de Chine et joua un rôle politique majeur durant la révolution culturelle.
Ses débuts
Au printemps 1929, elle intégre l'académie des arts dramatiques de Jinan
En 1933, elle part pour Shanghai commencer une carrière d'actrice sous le nom de Lan Ping (« Pomme Bleue »)
En 1937, elle se sépare de son mari Tang Na et, en compagnie de son ancien amant Yu Qiwei, rejoint Yan'an, la base des forces communistes établie à l'issue de la Longue Marche
Très ambitieuse, elle va s'employer à séduire Mao, qui divorce alors de sa troisième femme, He Zizhen
Le Bureau politique est défavorable à cette union, car il se méfie de cette starlette à la réputation sulfureuse
Une condition est donc posée qui est acceptée par Mao : que Jiang Qing s'abstienne de participer à toute activité politique publique; la suite verra bien évidemment le contraire arriver.
Un rôle politique important
La révolution culturelle arrive, orchestrée par Mao à partir de 1965 ; Elle entreprend une campagne de « purification » des arts à partir de 1967, excluant tout ce qui ne relevait pas d'un véritable art populaire « antiféodal » et « antibourgeois ».
Dès 1971, Simon Leys prédit que « Mao une fois disparu, le pouvoir de Jiang Qing sera le tout premier à se trouver en péril. » L'analyse était juste. Un mois après la mort du Grand Timonier, elle est accusée de complot (une accusation sans doute pas tout à fait imaginaire), et, en juillet de l'année suivante, exclue du Parti communiste chinois.
Elle est condamnée ensuite à mort le 25 janvier 1981 à l'issue d'une parodie de procès, jugée responsable — directement ou indirectement — de centaines de milliers de morts
Elle sera finalement libérée pour raison médicale et placée en résidence surveillée à Pékin. L'impératrice rouge se serait suicidée le 14 mai 1991 , selon les informations données par les autorités chinoises qui n'ont annoncé sa mort qu'en 1993

par EDNA  1113

LIENS

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 Romy Schneider 11902 , le 01/02/2011
 La reine de Saba 6851 , le 13/08/2012
 Lucrece Borgia 6024 , le 16/07/2011
 Béatrice Vialle 5150 , le 08/04/2012
 Eva Peron 4621 , le 17/06/2011
 Coco Chanel 3332 , le 07/06/2011
 Caroline Otero, « La Belle Otero » 2796 , le 01/03/2012
 Romy Schneider (suite) 2662 , le 12/01/2015
 Nellie Bly 2624 , le 03/03/2011
 Oum Kalsoum 2477 , le 09/09/2011
 Meg Steinheil 2356 , le 10/01/2013
 Nadejda Allilouïeva Staline 2212 , le 13/09/2014
 Audrey Hepburn 2018 , le 16/09/2011
 Lucrece Borgia, suite 1914 , le 10/12/2011
 Sainte Blandine 1893 , le 22/10/2011
DIMANCHE

FEVRIER
2013
PORTRAITS DE FEMMES
 
Ada Lovelace, officiellement Augusta Ada King, comtesse Lovelace, née Anna Byron le 10 décembre 1815 et morte le 27 novembre 1852 à Londres, fille de lord Byron, est principalement connue pour avoir traduit et annoté une description de la machine analytique de Charles Babbage, un ancêtre de l'ordinateur.
Dans ses notes, on trouve le premier algorithme destiné à être exécuté par une machine, ce qui fait considérer parfois Ada Lovelace comme « la première programmeuse du monde ». Elle a également entrevu et décrit certaines possibilités offertes par les calculateurs universels, allant bien au-delà du calcul numérique et de ce qu'imaginaient Babbage et ses contemporains Woolley ,Swade
Elle est assez connue dans les pays anglo-saxons et en Allemagne, notamment dans les milieux féministes ; elle est moins connue en France, mais de nombreux développeurs connaissent le langage Ada, nommé en son honneur.

par EDNA  824

JEUDI

JANVIER
2013
PORTRAITS DE FEMMES
 
Marguerite Jeanne Japy, épouse Steinheil, dite Meg, née à Beaucourt dans le Territoire de Belfort le 16 avril 1869 et morte à Hove dans le Sussex le 17 juillet 1954, est une célèbre salonnière et demi-mondaine française.
Épouse du peintre académique Adolphe Steinheil (1850 - 1908), elle est connue pour avoir entretenu une liaison avec Félix Faure, alors président de la République française, qui décéda dans ses bras au palais de l'Élysée
En 1897, à Chamonix, elle avait été présentée au président de la République, Félix Faure, qui confie une commande officielle à son époux. De ce fait, Félix Faure se rend souvent impasse Ronsin, à Paris, dans la villa du couple Steinheil. Bientôt, Marguerite devient la maîtresse du chef de l'État et rejoint régulièrement celui-ci dans le « Salon bleu » du palais présidentiel de l'Élysée.
Le 16 février 1899, le Président l'appelle au téléphone et lui demande de passer le voir en fin d’après-midi. Quelques instants après son arrivée, les domestiques entendent un coup de sonnette éperdu et accourent : allongé sur un divan, Félix Faure râle tandis que Marguerite Steinheil rajuste ses vêtements en désordre. Le chef de l'État meurt quelques heures plus tard.
Une seconde affaire
Ce scandale est demeuré caché à l'opinion publique mais refait surface en 1908 lorsqu'une autre affaire touche Marguerite Steinheil
Le 30 mai 1908, madame Japy, mère de Marguerite, vient passer quelques jours chez sa fille à Bellevue. Initialement prévu le soir, le départ est reporté au lendemain à la dernière minute. Le lendemain 31 mai, à 6 heures du matin, le domestique Rémy Couillard descend de sa chambre, située sous les combles, et découvre toutes les portes du premier étage ouvertes : parcourant les chambres, il découvre successivement Madame Japy puis Adolphe Steinheil, morts.
Madame Japy est morte d’une crise cardiaque, Adolphe Steinheil a été étranglé ; Marguerite est bâillonnée et ligotée à un lit.
Les services de police soupçonnent tout d’abord Marguerite, mais faute de preuves tangibles, l’affaire est classée. C’est Marguerite Steinheil elle-même qui relance l’enquête en glissant dans une poche de Rémy Couillard, son domestique, une perle qu’elle affirma s’être fait voler par ses quatre assaillants.
Le 4 novembre 1908, le juge d’instruction, M. Leydet, ordonne qu’elle soit arrêtée et incarcérée à la prison Saint-Lazare.
Son procès s’ouvre le 3 novembre 1909
Le 14 novembre, après une plaidoirie de son avocat de plus de sept heures, elle est acquittée, bien que le juge ait qualifié son discours de « tissu de mensonges ».
Une Lady
Après le procès, elle part vivre à Londres sous le nom de Mme de Serignac. Le 26 juin 1917, elle épouse Robert Brooke Campbell Scarlett, 6e baron Abinger (mort en 1927) et devient Lady Abinger. Elle meurt à son tour le 18 juillet 1954
par EDNA  2356

VENDREDI

JANVIER
2013
PORTRAITS DE FEMMES
 
Lady Ottoline Violet Anne Morrell (16 juin 1873 – 21 avril 1938) était une aristocrate anglaise . Elle eut une grande influence dans les cercles intellectuels et artistiques, où elle avait lié amitié avec des écrivains comme Aldous Huxley, Siegfried Sassoon, T. S. Eliot et D. H. Lawrence. Elle eut des liaisons amoureuses avec des hommes et des femmes qui ont compté dans l'histoire, comme le philosophe Bertrand Russell et la femme-peintre Dora Carrington.
Femme du monde
Les Morrell disposaient d'une maison à Bloomsbury, au centre de Londres, et d'une gentilhommière à Garsington Manor, près d'Oxford. Ottoline aimait à y recevoir des amis qui partageaient ses opinions. La maison de ville était son salon, et Garsington Manor une retraite, assez proche de Londres pour que beaucoup de leurs amis pussent rejoindre le couple pour le week-end.
Pendant la Première Guerre mondiale, les Morrell étaient des pacifistes connus, ce qui n'était pas alors bien vu. Ils invitaient des objecteurs de conscience, comme Duncan Grant et David Garnett à trouver refuge à Garsington. Siegfried Sassoon, qui s'y remettait d'une blessure, fut encouragé à s'absenter sans autorisation pour protester contre la guerre.

par EDNA  883

JEUDI

DECEMBRE
2012
PORTRAITS DE FEMMES
 
Barbara Woolworth Hutton (14 novembre 1912 – 11 mai 1979) est une personnalité de la jet set américaine, surnommée « la pauvre petite fille riche » ( « Poor Little Rich Girl ») en raison de sa vie mouvementée.
Née à New York, Barbara Hutton était la fille unique de Edna Woolworth (1883–1918), elle-même une fille de Frank W. Woolworth, fondateur des populaires magasins « five and dime » Woolworth. « Five and dime » est un magasin où l'on vend tout à cinq ou dix cents
Sa mère se suicida alors que Barbara avait six ans. C'est l'enfant qui découvrit le corps de sa mère.
Bien que Barbara Hutton fut dépeinte dans la presse comme une jeune femme « chanceuse » qui avait tout, le public n'avait aucune idée des problèmes psychologiques qu'elle connaissait, et qui la menèrent à une vie de victimisation et d'abus. Elle se maria sept fois :
1933 – Alexis Mdivani, soi-disant prince géorgien, dont elle divorça en 1935 ;
1935 – le comte Curt Heinrich Eberhard Erdmann Georg von Haugwitz-Hardenberg-Reventlow, dont elle divorça en 1938 ;
1942 – Cary Grant, dont elle divorça en 1945 ;
1947 – le prince Igor Troubetzkoy, dont elle divorça en 1951 ;
1953 – Porfirio Rubirosa, dont elle divorça en 1954 ;
1955 – le baron Gottfried von Cramm|Gottfried Alexander Maximilian Walter Kurt von Cramm, dont elle divorça en 1959 ;
1964 – le prince Pierre Raymond Doan, dont elle divorça en 1966.
La mort de son fils en 1972 dans un accident d'avion plongea Hutton dans un profond désespoir. Sa fortune s'était érodée, en raison de son extrême générosité et de transactions douteuses effectuées par son avocat de longue date, Graham Mattison.

par EDNA  791

VENDREDI

NOVEMBRE
2012
PORTRAITS DE FEMMES
 
Mary Shelley, née Mary Wollstonecraft Godwin le 30 août 1797 à Somers Town, un faubourg de Londres, et morte le 1er février 1851 à Belgravia (Londres), est une femme de lettres anglaise, romancière, nouvelliste, dramaturge, essayiste, biographe et auteur de récits de voyage. Elle est surtout connue pour son roman Frankenstein ou le Prométhée moderne.
Fille de la philosophe féministe Mary Wollstonecraft et de l'écrivain politique William Godwin, elle perd sa mère alors qu'elle-même n'est âgée que de onze jours. Son père se remarie quatre ans plus tard. Il offre à sa fille une éducation riche et l'encourage à adhérer à ses théories politiques libérales. En 1814, Mary Godwin entame une liaison avec un homme marié, partisan de son père, Percy Bysshe Shelley. Accompagné de Claire Clairmont, une belle-sœur de Mary, le couple voyage à travers l'Europe. Au cours des deux années qui suivent, Mary et Percy affrontent un endettement permanent et la mort de leur fille. Ils se marient en 1816, après le suicide de la première épouse de Percy.
En 1816, lors d'un séjour près de Genève, Mary (devenue Mary Shelley) écrit son premier roman Frankenstein. En 1818, les Shelley quittent la Grande-Bretagne pour l'Italie, où meurent leurs deuxième et troisième enfants, avant que Mary Shelley ne donne naissance à son fils, Percy Florence Shelley, qui seul survivra. En 1822, son mari se noie dans le golfe de la Spezia, au cours d'une tempête. Un an plus tard, Mary Shelley retourne en Angleterre et, dès lors, se consacre entièrement à l'éducation de son fils et à sa carrière d'auteur. Les dix dernières années de sa vie sont marquées par la maladie. Elle décède d'une tumeur du cerveau le 1er février 1851.
Jusqu'aux années 1970, Mary Shelley, outre son Frankenstein, est surtout connue pour ses efforts à faire publier les œuvres de son mari. Les études récentes ont permis une vision plus complète de son œuvre et montré que Mary Shelley est restée toute sa vie une radicale sur le plan politique, soutenant l'idée que la coopération et la solidarité, pratiquées tout naturellement par les femmes au sein de leur famille, sont la voie qui permet de réformer la société civile.
par EDNA  516

JEUDI

NOVEMBRE
2012
PORTRAITS DE FEMMES
 
Mary Wollstonecraft( née le 27 avril 1759 à Spitalfields, un quartier du Grand Londres, et morte le 10 septembre 1797 à Londres, est une maîtresse d'école, femme de lettres, philosophe et féministe anglaise.
Au cours de sa brève carrière, elle écrit des romans, des traités, un récit de voyage, une histoire de la Révolution française et un livre pour enfants. Elle est surtout connue pour son pamphlet contre la société patriarcale de son temps, Défense des droits de la femme. Elle y avance l'idée que si les femmes paraissent inférieures aux hommes, c'est là une injustice non pas liée à la nature mais résultant du manque d'éducation appropriée auquel elles se trouvent soumises. Pour elle, hommes et femmes sans distinction méritent d'être traités en êtres rationnels, ce qui implique que l'ordre social soit fondé sur la raison.
Pour le grand public et, plus particulièrement, pour les féministes, la vie de Mary Wollstonecraft attire plus l'attention que son œuvre. En effet, ses relations sentimentales, souvent tumultueuses, n'ont que rarement été conformes aux conventions. Après deux aventures malheureuses, l'une avec Henry Fuseli et l'autre avec Gilbert Imlay (dont elle eut une fille, Fanny Imlay), elle épouse le philosophe William Godwin, l'un des pères du mouvement anarchiste. Elle meurt à l'âge de trente-huit ans, dix jours après la naissance de sa deuxième fille, laissant plusieurs manuscrits inachevés. Sa seconde fille, Mary Wollstonecraft Godwin, deviendra plus tard célèbre sous le nom de Mary Shelley pour avoir, entre autres, écrit Frankenstein.
Après la mort de son épouse, William Godwin publie Memoirs of the Author of A Vindication of the Rights of Woman (« Souvenirs de l'auteur de la Défense des droits de la femme »). Ce livre révèle au public le style de vie peu orthodoxe de son épouse et, du même coup et sans malice, met à bas la réputation de l'auteur pour près d'un siècle. Toutefois, avec l'émergence du mouvement féministe au tournant du xxe siècle, la promotion de l'égalité des femmes et les critiques de la féminité conventionnelle, Mary Wollstonecraft prend de plus en plus d'importance. Aujourd'hui, elle apparaît comme l'une des fondatrices de la philosophie féministe, et sa vie, tout comme son œuvre, sont désormais reconnues par les féministes avec la considération que mérite leur influence.
par EDNA  652

              
77     Page précédente
Page Suivante
57