Cocktail93




MARDI

MARS
2021
PORTRAITS DE FEMMES
 
Née à San Francisco(20 janvier 1872), Julia Morgan étudie à Oakland puis elle se spécialise dans le génie civil à l'Université de Berkeley où elle est l'une des premières femmes à obtenir un diplôme dans cette spécialité. Elle part pour la France en 1892 et devient en 1898 la première femme admise en section d'architecture à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. En 1902, sous la direction de François-Benjamin Chaussemiche, elle obtient son diplôme en architecture et devient la première femme diplômée d'architecture en France.
Son style est au départ influencé par le mouvement Arts & Crafts.
Première femme architecte de Californie, elle fonde sa propre agence d'architecture à San Francisco en 1904. Elle conçoit environ 800 édifices mais reste surtout connue pour la conception du Hearst Castle, situé à San Simeon, pour le milliardaire William Randolph Hearst (elle est la filleule de Phoebe Hearst, mère de William R. Hearst). On lui doit également les plans de l'immeuble du YMCA dans le Chinatown de San Francisco.
Elle est morte le 2 février 1957 (à 85 ans) toujours à San Francisco
Autres réalisations
  • Mills College Bell Tower
  • St. John's Presbyterian Church, Berkeley
  • Chapel of the Chimes, Oakland.
  • Hollywood Studio Club
    Photos: le Hearst Castle

  • par EDNA  63

    DIMANCHE

    FEVRIER
    2021
    PORTRAITS DE FEMMES
     
    Louise Michel, née le 29 mai 1830 à Vroncourt-la-Côte et morte le 9 janvier 1905 à Marseille, alias Enjolras, est une militante anarchiste et l’une des actrices de la Commune de Paris. On lui prête l'idée d' arborer un drapeau noir pour regrouper les combattants communards.
    Fille naturelle d'une servante et d'un bourgeois (qui prendra en charge son éducation d'institutrice), Louise Michel enseigne quelques années avant de monter à Paris en 1856. Là, elle développe une activité poétique, pédagogique en créant une école alternative et se lie avec le milieu révolutionnaire blanquiste du Paris des années 1860. En 1871, elle participe activement à la Commune de Paris. Capturée en mai sur une barricade, elle échappe à la condamnation à mort grâce à l'intervention du fidèle Victor Hugo. Déportée en Nouvelle-Calédonie, elle s'éveille à la pensée anarchiste grâce à l'influence de Nathalie Le Mel, militante libertaire, co-détenue avec elle. De retour en France en 1880 elle multiplie les conférences et meetings en faveur des prolétaires. Surveillée par la police, emprisonnée à plusieurs reprises, Louise Michel poursuit inlassablement son activisme politique dans toute la France (y compris l'Algérie) et ce, jusqu'à sa mort à l'âge de 74 ans.
    Louise Michel, femme de courage, de conviction et d'engagement, est devenue une légende de la Commune de Paris au point, hélas, de rejeter au second plan les biographies de dizaines de femmes qui payèrent de leur vie leur croyance dans une révolution sociale d'essence proudhonienne.
    par EDNA  18

    DIMANCHE

    NOVEMBRE
    2020
    PORTRAITS DE FEMMES
     
    Lorsque la France est envahie en 1940, Noëlla Rouget est institutrice au pensionnat Saint-Laud. Le 18 juin, elle n’entend pas l’appel du général de Gaulle, mais en a assez vite connaissance lorsqu’elle reçoit, au hasard d’une promenade, un tract qui le reproduit.
    Elle ne supporte pas l’ordre nouveau qui s’installe à Angers, occupée par les Allemands depuis le 19 juin 1940, et elle demande ce qu'elle peut faire au jeune homme qui lui donne ce tract, face à cette Occupation. « M’aider », lui répond le jeune étudiant. Noëlla Rouget se met donc à distribuer des tracts à son tour, puis à les dactylographier et à les reproduire, à distribuer aussi des journaux clandestins ; toujours à l’insu de ses parents.
    Elle devient ensuite agent de liaison, transportant valises ou autres serviettes dont elle ignore le contenu. Elle apprit plus tard, en prison, que l’une de ces valises, au moins, contenait des armes. Son premier contact, unique au départ, a pour surnom Marcel, en réalité René Brossard, qui mourut sous la torture le 23 octobre 1943. En fait, Noëlla est entrée dans le réseau Honneur et Patrie, d’obédience gaulliste, constitué au début de 1941 autour de Victor Chatenay, réseau très actif à Angers, où il a compté quelque 150 membres, dont 25 % de femmes.
    Noëlla Rouget fit aussi partie du réseau anglais Buckmaster Alexandre Privet, « depuis juin 1942 jusqu'à la date de son arrestation », selon un certificat établi le 21 août 1945, par le capitaine F.W. Hazeldine.
    Dans le cadre de ses activités clandestines, elle rencontre Adrien Tigeot, un jeune instituteur stagiaire, sorti de l’École normale, lui aussi empêché d’entamer des études (en ethnologie, pour ce qui le concerne) et qui avait pris ce poste à l’école de Corzé pour échapper au STO.
    Né le 29 mai 1923, il est plutôt d’obédience communiste ; Noëlla et Adrien décident de se fiancer, les bans sont publiés, mais ils sont alors tous deux arrêtés, en juin 1943, Adrien le 7, Noëlla le 23.
    Tous deux seront emprisonnés au Pré-Pigeon, la prison d’Angers. Adrien Tigeot, après une parodie de procès, est fusillé le 13 décembre 1943, à Belle-Beille, avec six autres camarades. Les condamnés sont autorisés à écrire une lettre à leurs proches.
    Après la guerre, Noëlla Rouget trouva cette lettre dans laquelle Adrien lui demandait « de vivre, de l’oublier et d’aimer »
    Noëlla Rouget est décédée le à Genève le 22 novembre 2020
    Elle témoigna de son expérience (notamment face à la montée du négationnisme dans les années 1980) en particulier dans les écoles et les paroisses, en Suisse, en Haute-Savoie et dans l'Ain.
    par EDNA  214

    DIMANCHE

    NOVEMBRE
    2020
    PORTRAITS DE FEMMES
     
    «Picasso a aimé d’autres femmes plus passionnément, mais aucune n’a eu autant d’influence sur lui. Dora Maar a 28 ans, en 1935, quand Paul Eluard la présente au faune charmeur qui a presque le double de son âge. A la fois photographe, peintre et modèle, jusqu’alors égérie de Georges Bataille, elle est liée au groupe surréaliste et milite contre le fascisme. Son intelligence fascine Picasso, qui ne se décide pourtant pas à quitter Marie-Thérèse Walter et se divertit des batailles qui opposent les deux rivales. A propos du peintre, la vieille dame qui est morte à 89 ans, oubliée, solitaire, avait coutume de dire :
    Je n’étais pas sa maîtresse, c’est lui qui était mon maître
    Henriette Theodora Markovitch, fille d’un architecte croate, était devenue Dora Maar dans le Montparnasse des années trente. C’est sous ce nom qu’elle avait appris la photo auprès de Man Ray, fasciné Georges Bataille et séduit Picasso.
    Picasso avait été la grande aventure de sa vie. Et sans doute la dernière. L’homme qui inventait une nouvelle manière de peindre chaque fois qu’il changeait de femme avait imposé à Dora une épreuve qui fut épargnée à ses autres muses. Elle devait le partager avec Marie-Thérèse Walter, qui avait eu le privilège de lui donner une fille, Maya. Alors ils avaient choisi de se séparer. Dora était restée enfermée avec ses fantômes et elle était morte une première fois. (…)
    Elle reste à tout jamais «La Femme qui pleure»
    Pour les millions de visiteurs des expositions Picasso, elle restera à tout jamais «La femme qui pleure», le célèbre tableau peint en 1937. A son enterrement, dans le caveau familial du cimetière de Clamart, quelques fleurs seulement et sept personnes, dont deux voisines et la concierge de son immeuble.
    Grâce à Paul Eluard qui les a présentés, Dora et Picasso se sont rencontrés en1935 aux Deux Magots, à Saint-Germain-des-Prés. Il est troublé par cette jeune femme brune, au visage grave et émouvant, qui joue de ses mains aux ongles rouges. Elle est artiste comme lui, intelligente, fréquente assidûment les milieux surréalistes et, surtout, elle parle espagnol.
    Picasso, se sentant sans doute éloigné de la guerre civile, l’identifie à «son Espagne» qui souffre… Débute alors une liaison orageuse, tumultueuse, qui durera huit ans. C’est elle qui trouve l’atelier des Grands-Augustins, où il restera pendant toute la guerre d’Espagne et l’occupation allemande. Elle abandonne la photo, se remet à la peinture et devient sa muse.
    Sa rupture avec Picasso la conduit à Saint-Anne
    Après la douloureuse cohabitation avec Marie-Thérèse, Françoise Gilot apparaît en 1943 dans la vie de Picasso. C’est la rupture avec Dora Maar. Un terrible traumatisme dont elle ne se remettra jamais. Un soir, au cinéma La Pagode, elle délire, hurle, se croit dans un temple bouddhiste, jette ses chaussures… Elle est internée à Saint-Anne. Jacques Lacan réussit à l’en faire sortir. Que devient-elle alors ?
    Elle n’avait rien de «La Femme qui pleure», elle s’étourdissait dans la vie mondaine, sortait beaucoup avec la vicomtesse de Noailles, retrouvait ses amis Gallimard, Balthus… au Catalan, rue Saint-André-des-Arts. Elle recevait aussi souvent à Ménerbes, près de Gordes, dans une très jolie maison, typique du Midi, que Picasso lui avait offerte quelques années auparavant.
    Sa vie semblait avoir repris un cours normal mais, brusquement, vers 1950, du jour au lendemain, elle disparaît. On ne la voit plus. Elle ne reçoit plus. Une sorte de retrait mystique. Elle partage alors son isolement volontaire entre Ménerbes et son appartement parisien, au deuxième étage du 6 rue de Savoie, tout près de l’atelier des Grands-Augustins.
    Hormis cette chambre hantée où grouillent les monstres de Picasso, le reste est simple : quelques meubles de famille, des fauteuils Louis-Philippe et, trônant dans le salon, une autocaricature de Picasso en chauffeur datant des années 1900, beaucoup de livres ; dans l’atelier, de nombreux tableaux, rangés le long des murs. Elle a vécu là pendant près de quarante-cinq ans, seule. (…)
    Bio signée Paris-Match
    par EDNA  72

    JEUDI

    SEPTEMBRE
    2020
    PORTRAITS DE FEMMES
     
    Vivant dans la province du Hunan, Yang Huanyi fut la dernière femme sachant utiliser le nüshu. Ce système d'écriture est le seul connu à être exclusivement utilisé par des femmes.
    Il y a peu d'écrits en nüshu, car la tradition voulait qu'ils soient brûlés ou enterrés avec leurs auteurs.
    Yang Huanyi est invitée en septembre 1995 à la quatrième conférence des Nations unies sur les femmes à Pékin.
    C'est à cette occasion qu'elle révèle au grand public l'existence du nüshu.
    Son âge exact est controversé. Elle serait née en 1906 et morte à plus de quatre-vingt-dix ans
    par EDNA  157

    JEUDI

    JUILLET
    2020
    PORTRAITS DE FEMMES
     
    Edith Louisa Cavell, née le 4 décembre 1865 à Swardeston en Angleterre et morte le 12 octobre 1915 à Schaerbeek en Belgique, est une infirmière britannique fusillée par les Allemands pour avoir permis l'évasion de centaines de soldats alliés de la Belgique alors sous occupation allemande pendant la Première Guerre mondiale.
    Malgré la pression internationale et la publicité donnée par la presse mondiale à l'époque sur son procès en cour martiale, elle est exécutée pour haute trahison
    Retentissement dans la presse et dans l’opinion à travers le monde
    L’exécution choqua le monde entier et déchaina partout contre les Allemands l’opinion publique, déjà choquée dès les premiers jours de la guerre par le massacre de populations civiles belges et la destruction de nombreuses villes, exactions que la propagande alliée avait fait connaître sous l’appellation de Viol de la Belgique.
    Edith Cavell fut considérée en Grande-Bretagne comme une martyre. Elle « symbolisa le dévouement d’une femme en temps de guerre » et les Britanniques pouvaient par là s’identifier eux aussi avec les « victimes de l’invasion ». Avec les autres atrocités allemandes, comme le massacre de Dinant, cette exécution fit l’objet de nombreux articles dans la presse internationale. Les Allemands, qui ne s’étaient pas attendus à l’indignation du public, furent incapables de la contrecarrer efficacement dans les médias. À la suite de cette exécution le général Sauberzweig fut relevé de ses fonctions ; le haut-commandement militaire n’en prétendit pas moins qu’elle était parfaitement légale.
    Du côté allemand par la suite, tout en défendant la légalité de l’exécution, les Allemands convinrent que c’était une grave erreur politique.
    En 2008 Andreas Toppe, historien du droit, reconnut enfin que la condamnation était contestable en vertu des règlements de La Haye. Même si les actes d’Edith Cavell étaient certainement punissables, il s’étonnait « qu’on eût jugé qu’elle méritait la mort sans faire référence à la moindre disposition du Code pénal »
    par EDNA  117

    Pour chaque post, cliquer sur la photo centrale pour accéder au diaporama, ou cliquer sur les miniatures pour les voir en photo centrale

    LIENS

    RANK
      Les posts plus lus dans la rubrique

     Romy Schneider 12560 , le 01/02/2011
     La reine de Saba 7436 , le 13/08/2012
     Lucrece Borgia 6345 , le 16/07/2011
     Béatrice Vialle 5661 , le 08/04/2012
     Eva Peron 5273 , le 17/06/2011
     Coco Chanel 3564 , le 07/06/2011
     Caroline Otero, « La Belle Otero » 3246 , le 01/03/2012
     Romy Schneider (suite) 3084 , le 12/01/2015
     Nellie Bly 2882 , le 03/03/2011
     Oum Kalsoum 2843 , le 09/09/2011
     Meg Steinheil 2722 , le 10/01/2013
     Nadejda Allilouïeva Staline 2653 , le 13/09/2014
     Audrey Hepburn 2437 , le 16/09/2011
     Sissi 2399 , le 31/01/2015
     Gabriela Mistral 2147 , le 30/09/2012
    LUNDI

    JUILLET
    2020
    PORTRAITS DE FEMMES
     
    Hou Yifan (en chinois : 侯逸凡 ; en pinyin : Hóu Yìfán), née le 27 février 1994 dans la province du Jiangsu, est une joueuse d'échecs chinoise.
    Prodige des échecs, elle obtient la norme de Grand maître international en 2008 et, à l'âge de 14 ans et 6 mois, elle devient championne du monde d'échecs en 2010, ce qui en fait la plus jeune femme à avoir obtenu ces deux titres. Elle conserve sa couronne mondiale en 2011, mais perd son titre en 2012 au profit d'Anna Ushenina, avant de lui reprendre en septembre 2013 en la battant très facilement en match, sur le score de 5,5 – 1,5 (+4 =3).
    En 2015, elle est absente du championnat du monde féminin ; le titre revient à Mariya Mouzytchouk qui affronte Hou Yifan en 2016 pour le titre mondial. Elle récupère son titre sur la marque de 6 à 3 (+3 =6). Mais, en mai 2016, elle indique dans une interview qu'elle quitte le cycle de qualification du championnat du monde féminin d'échecs, n'étant pas d’accord avec le système employé.
    Au 1er mai 2018, avec un classement Elo de 2 658 points, Hou Yifan est la 1re joueuse mondiale féminine et 89e joueur mondial
    par EDNA  45

    VENDREDI

    JUIN
    2020
    PORTRAITS DE FEMMES
     
    Iolanda Gigliotti, dite Dalida, est une chanteuse et actrice française d'origine italienne, née le 17 janvier 1933 au Caire (Égypte) et morte le 3 mai 1987 à Paris.
    Issue d'une famille calabraise installée en Égypte, elle est élue Miss Égypte 1954 et tourne plusieurs films au Caire. Résidant en France à partir de 1954, elle connaît son premier succès de chanteuse avec le titre Bambino. Se façonnant un répertoire regroupant plus de 700 chansons interprétées en plusieurs langues, elle devient une grande figure de la chanson française et bénéficie d'une popularité dépassant la scène francophone.
    Parmi ses chansons les plus connues, figurent Come prima, Les Gitans, Gondolier, Les Enfants du Pirée, Itsi bitsi petit bikini, La Danse de Zorba, Le Temps des Fleurs, Darla dirladada, Paroles... Paroles..., Gigi l'amoroso, Il venait d'avoir 18 ans, Salma Ya Salama, Laissez-moi danser et Mourir sur scène. Embrassant plusieurs styles musicaux, tels que le twist, la pop et le raï, elle est également une des premières artistes françaises à interpréter des chansons disco avec les titres J'attendrai et Bésame mucho.
    Souffrant d’une dépression — en raison notamment d'une succession de drames personnels —, elle se suicide quelques mois après avoir été l'actrice principale du film dramatique égyptien Le Sixième Jour. Sa vie privée et sa mort lui façonnent une image d’icône au destin tragique.

    par EDNA  97

    SAMEDI

    MAI
    2020
    PORTRAITS DE FEMMES
     
    Mathilde l'Emperesse est une princesse de la maison de Normandie née vers le 7 février 1102, probablement à Sutton Courtenay dans l'Oxfordshire, et morte le 10 septembre 1167 à Rouen, en Normandie. Impératrice du Saint-Empire romain germanique, elle revendique le trône du royaume d'Angleterre contre Étienne de Blois. Leur lutte, une longue guerre civile surnommée « l'Anarchie », dure de 1135 à 1153.
    Fille du roi d'Angleterre Henri Ier, Mathilde épouse le roi des Romains Henri V en 1114. Elle participe au gouvernement du Saint-Empire à ses côtés, notamment en assurant la régence en son nom en Italie pendant deux ans. Ils n'ont pas d'enfants et à la mort d'Henri, en 1125, le titre impérial revient à son rival Lothaire de Supplinbourg.
    L'Angleterre est alors confrontée à une crise dynastique, car le seul fils d'Henri Ier, Guillaume Adelin, est mort noyé en 1120. Ne parvenant pas à avoir un autre fils, le roi choisit Mathilde comme héritière et la remarie à Geoffroy V d'Anjou, héritier du comté d'Anjou, afin de protéger la frontière sud du duché de Normandie. Néanmoins, à la mort d'Henri en 1135, c'est un cousin de Mathilde, Étienne de Blois, qui ceint la couronne grâce au soutien de l'Église et d'une partie des barons d'Angleterre.
    Mathilde traverse la Manche en 1139 pour s'emparer de l'Angleterre avec l'aide de son demi-frère Robert de Gloucester. Ses forces parviennent à faire prisonnier Étienne à la bataille de Lincoln, en février 1141, mais elle ne peut être sacrée reine en l'abbaye de Westminster en raison de l'opposition violente de la population de Londres. Elle se contente du titre de « dame des Anglais » (domina Anglorum). Libéré à la suite d'un échange de prisonniers, Étienne assiège Mathilde dans le château d'Oxford durant l'hiver 1141, mais elle parvient à s'échapper de nuit.
    Dans les années qui suivent, la guerre civile aboutit à une impasse : ni Mathilde, qui contrôle le sud-ouest de l'Angleterre, ni Étienne, qui domine le sud-est et les Midlands, n'est en mesure d'emporter un avantage décisif sur l'autre. L'Emperesse rentre en Normandie en 1148, laissant son fils aîné Henri mener le conflit. Par le traité de Wallingford, conclu en 1153, Étienne reconnaît le prince Henri comme son héritier, ce qui met un terme à l'Anarchie. L'année suivante, le roi meurt et le fils de Mathilde accède au trône.
    Mathilde passe les dernières années de sa vie près de Rouen et se consacre au gouvernement de la Normandie, où elle représente l'autorité de son fils. Elle joue parfois un rôle de conseillère et s'offre en vain comme intermédiaire dans la querelle opposant Henri à l'archevêque Thomas Becket dans les années 1160. Elle est réputée pour sa piété et fonde plusieurs monastères en Normandie. À sa mort, en 1167, elle est inhumée sous le grand autel de l'abbaye Notre-Dame du Bec, mais ses restes sont ultérieurement déplacés à la cathédrale Notre-Dame de Rouen.
    par EDNA  81

    SAMEDI

    AVRIL
    2020
    PORTRAITS DE FEMMES
     
    Gia Carangi (29 janvier 1960, Philadelphie, PA - 18 novembre 1986, Philadelphie, PA) était un mannequin américain de la fin des années 1970 au début des années 1980. Carangi, qui était d'origine italienne, galloise et irlandaise, est régulièrement considérée comme la première Top model bien que ce titre soit également attribué à Janice Dickinson et Dorian Leigh .
    La célèbre modèle Cindy Crawford, qui s’afficha ensuite à la une de nombreux magazines de mode contemporains à Gia, a été surnommée Baby Gia de par sa ressemblance . Gia était aussi la première à présenter des poses, expressions faciales et gestes inhabituels. Elle est créditée par beaucoup de connaisseurs de la mode d'être à l’origine d’un nouveau style, repris ensuite très largement dans le milieu.
    Carangi fit la couverture de nombreux magazines de mode comme Vogue, le 1er avril 1979; Vogue Paris, avril 1979 ; American Vogue, août 1980; Vogue Paris, août 1980; Vogue Italia, janvier 1981 ; ainsi que de nombreux numéros de Cosmopolitan entre 1979 et 1982.
    Après être devenue dépendante à la drogue, sa carrière de mannequin déclina rapidement. Elle devint plus tard infectée par le SIDA et mourut de cette maladie à Philadelphie à l’âge de 26 ans. Sa mort ne fut pas très médiatisée et peu de gens de l'industrie de la mode furent au courant.
    Carangi est connue pour être l'une des premières femmes célèbres à mourir de cette maladie .
    par EDNA  104

    JEUDI

    AVRIL
    2020
    PORTRAITS DE FEMMES
     
    Dolly Rebecca Parton est une chanteuse de country et de pop, auteur-compositeur-interprète, musicienne multi-instrumentiste, actrice, écrivain, scénariste et productrice américaine née le 19 janvier 1946 à Sevierville dans le Tennessee aux États-Unis.
    En un demi-siècle, elle est devenue la reine de la musique country (« Queen of Country Music »).
    Elle a vendu plus de 100 millions d'albums dans le monde. Elle a atteint trois fois la première marche du classement POP aux États-Unis et 24 fois en musique country.
    À ce jour, Dolly Parton a écrit plus de 3 000 chansons et a produit plus de 65 albums.
    Elle s'est également engagée depuis 1990 dans une organisation à but non lucratif, Imagination Library, qui vise à offrir gratuitement des livres chaque mois à des enfants du Royaume-Uni, du Canada et des États-Unis2.
    Anecdotes
  • La brebis Dolly, célèbre pour avoir été le premier mammifère cloné de l'histoire (à Édimbourg en Écosse), a été nommée ainsi en hommage à Dolly Parton et à sa poitrine abondante (référence au fait que le clonage fut réalisé à partir de cellules de glande mammaire)3.
  • Dolly est aussi la marraine de Miley Cyrus, la fille du chanteur country Billy Ray Cyrus, qui est également un de ses amis proches.
  • Dolly Parton apparait dans un épisode des Simpsons (Les Prisonniers du stade), où elle libère de la prison du Superbowl Homer et d'autres habitants de Springfield qui ont été victimes d'une arnaque aux faux billets. Elle utilise un dissolvant très puissant tiré de son maquillage pour détruire la serrure.
  • Au Poker Texas Hold'em, la main 9 et 5 a comme surnom Dolly Parton, en référence à la chanson 9 to 54.

  • par EDNA  89

    DIMANCHE

    MARS
    2020
    PORTRAITS DE FEMMES
     
    Ellen Church, née le 22 septembre 1904 à Cresco (Iowa) et morte le 22 août 1965 à Terre Haute (Indiana), est la première hôtesse de l'air de l'histoire de l'aviation.
    Infirmière, hotesse de l'air,....
    Infirmière à Cresco dans l'Iowa aux États-Unis, elle était une jeune fille de bonne famille.
    Alors âgée de 25 ans, la jeune femme passionnée d’aviation décide de tenter ses chances dans ce domaine exclusivement masculin. A l’époque elle fait partie des rares femmes à avoir obtenu un brevet de pilote et souhaite devenir commandant de bord. Cependant, les mœurs de l’époque empêchent malheureusement les femmes d’occuper de tels postes.
    Déterminée à travailler dans l’aviation, Ellen Church obtient un rendez-vous avec Steve Stimpson, membre haut placé de la Boeing Air Transport (BAT). Elle propose alors à ce dernier d’embaucher des infirmières afin de prendre soin des passagers, dans le but notamment d'aider les gens à gérer le stress – l’avion n’étant pas encore un moyen de transport très répandu – ou encore prodiguer des soins en cas de problème. Ce dernier décide alors de l’embaucher à l’essai pour une durée de 3 mois.
    Elle embarqua le 15 mai 1930 sur le vol San Francisco - Chicago (cette ligne existe depuis 1927), de la compagnie Boeing Air Transport (BAT), future United Airlines. En uniforme d’infirmière, Ellen accueille les passagers, prend leurs tickets, s'occupe de leurs bagages et propose des boissons. Les clients sont alors ravis d’avoir une présence féminine sur le vol.
    L'essai fut concluant et au bout de 3 mois la compagnie aérienne BAT embauchera 20 nouvelles hôtesses surnommées les "Skygirls". Ces dernières devaient à l’époque avoir moins de 25 ans, peser 52 kg, mesurer moins d’1,58 m et être infirmières.
    Cette idée sera ainsi reprise par les compagnies aériennes concurrentes, et en 1940, un millier d’hôtesses de l’air ont été recrutées. Le diplôme d’infirmière n’est toutefois plus un pré-requis, les passagers étant maintenant habitués à l’avion.
    L'idée d'engager des hôtesses de l’air vient donc des États-Unis, où la présence de femmes à bord de l'appareil est censée rassurer les passagers, le personnel de bord étant jusqu’alors exclusivement masculin (le premier agent de bord d'aéronefs commerciaux fut Heinrich Kubis en 1911. Depuis cette date, seuls des hommes opéraient à cette fonction).
    Le métier d’hôtesse de l’air voit alors le jour, et la tenue d’infirmière est remplacée par des uniformes aux couleurs des compagnies aériennes.
    par EDNA  96

                  
    219     Page précédente
    Page Suivante
    199