SAMEDI

MAI
2010
PARIS.TXT
 
source: linternaute.com

Comparée à aujourd'hui, la place de la Bastille était majoritairement piétonne au début du XXe siècle. © DR / Archive de Serge Agombart
Mis a part les voitures qui se sont modernisées, l'environnement de l'Arc de Triomphe n'a pas changé depuis 1950. © DR / Archive de Francoise Clément
Cette grande roue a été construite pour l'Exposition universelle de 1900. Installée place Suffren, elle a été démontée en 1937. © DR / Archive de Gérard Robert
Après une histoire mouvementée, l'enceinte du Palais de Justice n'a pas beaucoup changé depuis le début du XXe siècle. Autrefois résidence royale, il connaît sa vocation judiciaire dès le XIVe siècle sous Charles V. © DR / Archive de Serge Agombart
Source: linternaute.com


par MANTEAU  252

SAMEDI

MAI
2010
PARIS.TXT
 
En 1910, la Foire du Trône se tenait encore à l'emplacement de l'actuelle place de la Nation. C'est en 1965 que la célèbre fête foraine a rejoint les pelouses de Reuilly au bois de Vincennes. © DR / Archive de Christian Meunier
Entre 1924 et 1931, la gare de l'Est s'agrandit. Le quartier évolue dans le même temps. Le boulevard de Strasbourg voit ouvrir de nombreux hôtels et brasseries. © DR / Archive de Héléna Duhoo
Inauguré lors de l'Exposition universelle de 1900, le Grand Palais abrite déjà de nombreuses œuvres d'art. Ici, le salon des sculptures. © DR / Archive de Guy Jamin
Entre 1919 et 1920, plusieurs vagues de grève se succèdent chez les cheminots de Paris. © DR / Archive de Mauricette Potier
Source: linternaute.com


par MANTEAU  1817

SAMEDI

AVRIL
2010
PARIS.TXT
 
Mis à part les bateaux qui se sont modernisés, la vue sur Notre-Dame et l'île de la Cité n'a pas changé depuis 1910. © DR / Archive de Helene Bousquet Cassagne
Le Jardin des Tuileries est le plus vaste et le plus ancien jardin public de Paris. Aujourd'hui comme par le passé, les Parisiens aiment s'y promener. © DR / Archive de Christian Meunier
En 1919, au lendemain de la Première Guerre mondiale, le Place de la Concorde accueille le défilé militaire du 14 Juillet, fête nationale française depuis 1880. © DR / Archive de Helene Bousquet Cassagne
A en croire cette photo de 1932, la vue des toits de Paris n'a pas trop changé depuis. © DR / Archive de Christian Meunier
source: linternaute.com


par MANTEAU  142

JEUDI

AVRIL
2010
PARIS.TXT
 
A voir ses monuments séculaires, Paris, fait figure de ville éternelle et semble ne pas avoir beaucoup changé depuis plus d'un siècle. Découvrez-le avec ces photos d'archives des lecteurs qui nous dévoilent la vie parisienne en noir et blanc. © DR / Archive de Christian Meunier
Depuis la fin de sa construction en 1914, la basilique du Sacré Cœur affiche sa blancheur immaculée du haut de la Butte Montmartre. © DR / Archive de Héléna Duhoo
En 1889, l'année de construction de la Tour Eiffel, le Moulin Rouge ouvre ses portes au pied de la butte Montmartre. Connu à travers le monde pour son french cancan, le cabaret est toujours le théâtre de spectacles de music-hall. © DR / Archive de Mauricette Potier
Dans les années 1930, tramways et charrettes à chevaux se côtoyaient dans les rue de Paris. Ici, le boulevard de Sébastopol. © DR / Archive de Maurice Gelbard
source: linternaute.com


par MANTEAU  140

MARDI

MARS
2010
PARIS.TXT
 
Un chantier impossible
Cette légende urbaine débute dans les années 1980. Un architecte parisien s'offre un hôtel particulier rue des Saints-Pères et entreprend de le rénover.
Rapidement, les travaux entraînent des accidents malheureux : un ouvrier tombe d'un échafaudage, une poutre s'écrase, un incendie ravage une partie du chantier, des bruits sourds ébranlent les murs...
Un médium est alors convoqué. Selon ses dires, l'ancien propriétaire, mort dans cette maison après y avoir vécu une grande histoire d'amour, ne voulait pas que l'on transforme le lieu de son bonheur.
Les travaux ont-ils été poursuivis à la suite de ce diagnotic ? Rien n'est moins sûr et l'histoire ne dit pas si le fantôme erre toujours dans les lieux.
Adresse : Rue des Saints-Pères, 75007 Paris
Métro : Rue du bac
par MANTEAU  198

DIMANCHE

MARS
2010
PARIS.TXT
 
Satan aurait un représentant à Paris
Délégué de Satan dans notre capitale, le Diable Vauvert fût peut-être le personnage le plus redouté du Paris moyenâgeux. Premier habitant de la ville(et selon la légende, le dernier), il aurait habité le château de Vauvert, dont il ne reste aujourd'hui plus de trace.
Dans le couvent qu'on construisit à la place du château, on entendait tous les soirs un vacarme assourdissant et inexpliqué. Une fois les propriétaires partis, on demanda aux militaires d'intervenir, mais ils préférèrent rester à l'écart. Un lieutenant intrépide décida enfin de pénétrer dans l'antre, un sabre entre les dents et un pistolet dans chaque main.
Il en ressortit un peu plus tard, une bouteille à la main, traitant ses collègues de couards. Il la déboucha à son mariage. Neuf mois plus tard, sa femme aurait accouché d'un montre vert.
Adresse : Avenue Denfert-Rochereau, 75014 Paris
Métro : Port-Royal
par MANTEAU  60

RANK
  Les posts plus lus dans la rubrique

 A quoi ressemblait Paris autrefois ? - 3 1817 , le 08/05/2010
 Paris la mystérieuse-Une maison hantée à Pigalle 661 , le 14/01/2010
 Paris la mystérieuse-Le barbier sanglant de la rue Chanoinesse 602 , le 14/02/2010
 Paris la mystérieuse-Une sombre potence 417 , le 18/01/2010
 Paris la mystérieuse-Le Gitan de la rue de Bièvre 343 , le 06/03/2010
 A quoi ressemblait Paris autrefois ? - 4 et fin 252 , le 29/05/2010
 Paris la mystérieuse-L'hôtel particulier de la rue des Saints-Pères 198 , le 30/03/2010
 A quoi ressemblait Paris autrefois ? - 2 142 , le 24/04/2010
 A quoi ressemblait Paris autrefois ? - 1 140 , le 15/04/2010
 Paris la mystérieuse-La sorcière de Montmartre 131 , le 02/02/2010
 Paris - quelques belles photos 108 , le 09/08/2006
 Paris la mystérieuse-L'impasse des artistes 105 , le 09/01/2010
 Parisavant.com 74 , le 30/06/2007
 Paris la mystérieuse-Albert le Grand 68 , le 26/01/2010
 Paris par Cécile de Vichi 64 , le 25/07/2005
SAMEDI

MARS
2010
PARIS.TXT
 
Une malédiction fatale
C'est l'histoire d'un vieux troquet bancal dans la rue de Bièvre. Un jour, son patron est retrouvé mort derrière son comptoir et le bistrot pouilleux est repris à contrecoeur par un couple de Saône-et-Loire. C'est alors qu'un jeune homme fait son entrée avec un jeu de tarot. Le patron l'insulte et menace de lâcher son chien.
L'intrus s'en va, après avoir prononcé quelques paroles incompréhensibles. Quelques jours plus tard, le chien meurt. Le patron enrage et jure de se venger. Mais quand celui qu'on appelera par la suite "le gitan" revient, il se retrouve paralysé et finit par mourir d'une maladie inconnue.
La tenancière, elle, se serait enfuie avec le gitan. Ce qui est sûr, c'est que l'immeuble à été détruit en 1943 par les autorités allemandes. A l'endroit où se dressait l'établissement, il reste un triste carré d'herbe, et peut-être une malédiction.
Adresse : 1 bis rue de Bièvre, 75005 Paris
Métro : Maubert-Mutualité
par MANTEAU  343

DIMANCHE

FEVRIER
2010
PARIS.TXT
 
Sinistre légende
L'Ile de la Cité abrite une légende tellement incroyable qu'elle a inspiré les Chroniques de l'historien Du Breul et le scénario du tout dernier film de Tim Burton.
Au XVIe siècle, des étudiants logeant chez les chanoines de Notre-Dame disparaissent un à un. L'un d'eux est pleuré des jours durant par son chien, hurlant à la mort devant la boutique du barbier de l'île.
Les habitants du quartier percent alors le mystère, horrifiés : le barbier égorgeait de temps en temps un jeune client et basculait son corps dans une cave communiquant avec la boutique d'un traiteur. Hachée, épicée, cette chair humaine entrait dans la composition de petits pâtés exquis.
Les deux complices auraient été condamnés au bûcher et leur maison rasée. Aujourd'hui, cet ancien lieu maudit est occupé par le garage des gardiens de la paix motocyclistes.
Adresse : 18 et 20 rue Chanoinesse, 75004 Paris
Métro : Cité
par MANTEAU  602

MARDI

FEVRIER
2010
PARIS.TXT
 
Le rocher de la sorcière
Pour dénicher le "rocher de la sorcière", il ne faut pas hésiter à jouer les explorateurs urbains. Cette fontaine désaffectée trône dans un passage boisé, officieusement nommé "passage de la sorcière". Entre les arbres et les plantes (derniers vestiges du maquis de Montmartre), face à cet intriguant rocher, un portail mène à une belle demeure de style directoire. Elle fut en son temps la maison de la sorcière...
La légende raconte qu'une femme y vécut seule, dans ce qui était alors le passage de la Sourcière. Les enfants du quartier la surnommaient "la sorcière" et ce nom lui resta.
Il y a quelques années encore le passage était nauséabond. Aujourd'hui, un hôtel de très grand luxe - l'Hôtel Particulier - a choisi de s'installer dans l'ancienne demeure.
Adresse : 21 avenue Junot, 75018 Paris
Métro : Lamarck-Caulincourt
Source: linternaute.com

par MANTEAU  131

MARDI

JANVIER
2010
PARIS.TXT
 
Un alchimiste aux pouvoirs inexpliqués
La rue du Maître Albert est une venelle calme, qui porte le nom de son plus illustre résident : Albert de Cologne dit Albert le Grand. Savant, théologien, alchimiste, ce personnage a laissé dans l'histoire le plus célèbre manuel de basse sorcellerie, Les merveilleux secrets du Grand et du Petit Albert.
Il aurait fabriqué une incroyable tête artificielle, capable de bouger et de répondre aux questions posées. Ce qui est sûr, c'est que l'esprit du maître est aujourd'hui bien présent dans la rue, jusqu'à la place Maubert, où il donnait ses leçons.
L'emplacement de son ancienne demeure serait aujourd'hui occupé par un restaurant gastronomique qui parle de transformation des présents de la nature... C'est à cet endroit même qu'il aurait installé son laboratoire de recherche, dans lequel il pratiqua l'alchimie, la magie cérémonielle et la nécromancie.
Adresse : Rue Maître Albert, 75005 Paris
Métro : Maubert-Mutualité
Source: linternaute.com

par MANTEAU  68

LUNDI

JANVIER
2010
PARIS.TXT
 
Source: linternaute.com

Le gibet de Montfaucon, principal gibet des rois de France au nord de Paris, se situe sur une éminance proche de la rue de la Grange-aux-Belles. Détruit en 1760, il avait été dressé à la requête d'Enguerrand de Marigny, qui y fut lui-même pendu. Un tel monument et les atrocités qui s'y sont perpétrées ne s'effacent pas aisément de l'esprit des résidents. La terreur qu'il générait hante toujours les alentours de façon palpable.
Selon divers témoignages, des bruits de chaînes et des gémissements retentiraient, encore aujourd'hui, à l'emplacement de la potence.
Adresse : rue de la Grange-aux-belles, 75010 Paris
Métro : Colonel Fabien

par MANTEAU  417

JEUDI

JANVIER
2010
PARIS.TXT
 
Habitants illustres, morts mystérieuses et coïncidences troublantes
Il n'en fallait pas plus pour envelopper la demeure située au numéro 1 de l'impasse d'un voile de mystère.
Sylvie Vartan s'y serait, parait-il, installée un temps avant de s'enfuir soudainement. L'acquéreur suivant serait décédé peu de temps après avoir emmenagé, succombant à la même maladie qui aurait emporté, des années plus tôt, le compositeur Victor Massé, également propriétaire de la maison. A sa mort, le directeur des Folies Bergère l'aurait rachetée avant d'en faire hériter sa femme de ménage, sauvagement assassinée à coups de tisonnier par un meurtrier jamais retrouvé.
Après avoir été un temps inhabitée, la maison est aujourd'hui de nouveau occupée. Ses nouveaux propriétaires l'ont bien entendu fait exorciser avant de s'y installer...
Adresse : 1 avenue Frochot, ou 24 rue Victor Massé, 75009 Paris
Métro : Pigalle ou Saint-Georges
par MANTEAU  661

              
183     Page précédente
Page Suivante
163