Cocktail93




JEUDI

SEPTEMBRE
2021
COULEUR PEOPLE
 
C'est le site 20 Minutes qui raconte
"Une explosion de verre a mal tourné sur le plateau de Don’t Look Up, réalisé pour Netflix par Adam McKay’s (Very Bad Cops). Selon The Hollywood Reporter qui a confirmé des informations de TMZ, vendredi, Jennifer Lawrence jouait une scène avec Timothée Chalamet sur le tournage, qui se déroulait dans un restaurant à Boston.
Il était prévu qu’une fenêtre explose en éclats, mais il n’était pas prévu que du verre touche l’actrice au niveau de la paupière. La blessure ne serait pas très grave, et Jennifer Lawrence devrait être de retour dès lundi pour poursuivre le film ../.."
Ce qui est intéressant et surtout amusant ce sont les commentaires des internautes sur ce post
  • dub62
    Ses jours ne sont pas en danger, elle devrait s'en tirer....
  • PhilCaro24
    Ouf, j'ai cru qu'elle s'était cassé un ongle.....
  • Yantbomn
    Quelle info.
    A ce qu’il parait Johnny Depp a mangé un cassoulet hier soir, vous devriez écrire un article dessus.
  • Ce à quoi jevousproutetertous répond:
    il a fait beaucoup de bruit après.......
    Qu'ils sont méchants !
  • par STARMAG  22

    DIMANCHE

    SEPTEMBRE
    2021
    COULEUR PEOPLE
     
    En 1974, Belmondo connaît cependant une déception (en tant que producteur et acteur) avec Stavisky d'Alain Resnais. Dans les années suivantes, l'acteur préfèrera s'en remettre à des cinéastes plus « commerciaux », ce qui suscite de nombreuses critiques qui le peinent bien qu'il s'en défende


    En 1975, Jean-Paul Belmondo remporte un très gros succès avec "Peur sur la ville" d'Henri Verneuil, dans lequel il exécute des cascades dangereuses et risquées, dont une scène où il apparaît suspendu à un hélicoptère au-dessus du vide. Belmondo retire du tournage quelques blessures, qui ajoutent à sa réputation. Si le succès public est plus que jamais au rendez-vous, son succès critique commence à décroître : il déclarera plus tard, « Pour l'intelligentsia parisienne, j'étais devenu un cascadeur, je ne savais plus jouer la comédie ».
    Entre 1978 et 1983, la carrière de Jean-Paul Belmondo connaît son apogée commercial, chacun des films de l'acteur s'avérant un succès public auquel sa gouaille de titi parisien et ses cascades sans doublure ne sont pas étranger . Suivent "Flic ou Voyou", "Le Guignolo", "Le Professionnel","L'As des as" ,"Le Marginal" et enfin "Les Morfalous" d'Henri Verneuil, qui, tout en remportant un score très enviable, perd un million de spectateurs par rapport aux précédents succès de BelmondoG.
    Les films de l'acteur font désormais l'objet de critiques sur leur caractère répétitif.
    Retour au théâtre (1985-2000)
    En 1987, "Le Solitaire", film policier réalisé par Jacques Deray, est un échec commerci. C'est en effet la première fois, depuis 1963, qu'un film dont il tient la vedette attire moins d'un million de spectateurs dans les salles. L'acteur déclarera plus tard « Le Solitaire a été le polar de trop.
    La même année, Robert Hossein lui propose de remonter sur scène. Belmondo saisit l'occasion et, près de trente ans après avoir quitté les planches, interprète Kean de Jean-Paul Sartre d'après Alexandre Dumas, au Théâtre Marigny, de février à juin 1987, reprenant ensuite la pièce en septembre pour une prolongation de deux mois et demi. Enthousiasmé par ce succès, Jean-Paul Belmondo se dit ravi d'avoir retrouvé sa vocation d'origine
    par STARMAG  19

    DIMANCHE

    SEPTEMBRE
    2021
    COULEUR PEOPLE
     

    par STARMAG  13

    SAMEDI

    SEPTEMBRE
    2021
    COULEUR PEOPLE
     
    Sorti en février 1964, "L'Homme de Rio" est pour Belmondo un nouveau triomphe commercial, approchant les cinq millions d'entrées en France. Ce mariage d'humour et d'action allie de surcroît succès critique et public.
    Les succès s'enchaînent, allant du film d'aventures ("Cent mille dollars au soleil", d'Henri Verneuil) au film dramatique ("Week-end à Zuydcoote", du même réalisateur). Il retrouve ensuite Philippe de Broca pour "Les Tribulations d'un Chinois en Chine", comédie d'aventures à grand spectacle : sur le tournage, il rencontre et tombe amoureux de sa partenaire Ursula Andress ; son épouse demandera le divorce l'année suivante et la presse internationale rend abondamment compte de la liaison entre les deux acteurs ; ils vivent alors dans une maison située sur l'île des Corbeaux, le long de la Marne. Puis il joue aux côtés d'Anna Karina dans Pierrot le Fou (1965), qui marque l'apogée de sa collaboration avec Jean-Luc Godard, et remporte un succès à la fois critique et public. Jean-Paul Belmondo envisage à l'époque, poussé par Ursula Andress, de tenter l'aventure du cinéma américain, ils y vivent pendant 6 mois, mais y renonce finalement, ne se sentant pas à l'aise à Hollywood. Suit "La Sirène du Mississipi", de François Truffaut médiocrement accueilli par un public sans doute déçu de ne pas retrouver l'image de héros positif et désinvolte qui a tant fait pour le succès de l'acteur au cinéma.


    L'apogée du succès (1970-1985)
    Jean-Paul Belmondo entame la décennie 1970 avec "Borsalino", film policier réalisé par Jacques Deray, dans lequel il partage la vedette avec son rival au box-office, Alain Delon. Le film remporte un triomphe commercial, approchant les cinq millions d'entrées.
    Durant les années 1970, Jean-Paul Belmondo tourne à un rythme soutenu, enchaînant les succès publics sous la direction de metteurs en scène comme Philippe de Broca, Henri Verneuil, Claude Chabrol ou José Giovanni : Les Mariés de l'an II, Le Casse, Docteur Popaul, La Scoumoune, Le Magnifique. En 1972, il commence une histoire d'amour avec l'actrice italienne Laura Antonelli.
    par STARMAG  17

    VENDREDI

    SEPTEMBRE
    2021
    COULEUR PEOPLE
     
    Révélation et vedettariat (1960-1970)
    1960 est l'année de la révélation pour Jean-Paul Belmondo : À bout de souffle sort en mars et remporte un triomphe public et critique, s'imposant comme l'un des films-phares de la Nouvelle Vague. Quant à Jean-Paul Belmondo, Très actif au cours des années 1960, durant lesquelles il tourne 34 films, Jean-Paul Belmondo devient une figure de premier plan du cinéma français, et s'affirme rapidement comme un interprète aux multiples facettes, capable de tenir des rôles variés sous la direction des plus grands réalisateurs


    Il tourne alors dans plusieurs films italiens, dont La Viaccia, de Mauro Bolognini, avec Claudia Cardinale, et La ciociara, de Vittorio De Sica, avec Sophia Loren.
    Il retrouve ensuite Jean-Luc Godard pour "Une femme est une femme", avant de tourner Léon Morin, prêtre sous la direction de Jean-Pierre Melville, film accueilli tièdement par le public et la critique. Après un second film avec Melville, le polar "Le Doulos", Jean-Paul Belmondo s'impose en héros d'aventures avec un film de cape et d'épée réalisé par Philippe de Broca "Cartouche", triomphe en salles, dépassant les trois millions d'entrées.
    Puis il joue dans "Un singe en hiver" réalisé par Henri Verneuil d'après le roman d'Antoine Blondin, et dont il partage l'affiche avec Jean Gabin.
    Très impressionné à l'idée de côtoyer Gabin, Belmondo s'entend finalement à merveille avec son partenaire après avoir eu des moments où Gabin boudait sans parler ni même lui adresser la parole. La fraternité tardive (ils ne se parlaient guère au début du tournage) entre les deux acteurs se retrouve chez les personnages du film, le dialogue de Michel Audiard faisant dire à Gabin, à l'adresse de Belmondo : « Môme, t'es mes vingt ans ! »
    Si le film obtient un succès commercial inférieur à celui escompté, Audiard le considère à l'époque comme sa plus belle réussite. Le film montre en outre un Belmondo capable de tenir tête à l'écran à un grand comédien de la génération précédente. Après plusieurs autres films - parmi lesquels "L'Aîné des Ferchaux" de Jean-Pierre Melville, d'après Georges Simenon - il retrouve Philippe de Broca pour les besoins de "L'Homme de Rio", film d'aventures au rythme endiablé qui lui convient très bien, dont il partage la vedette avec Françoise Dorléac (sœur de Catherine Deneuve).
    par STARMAG  11

    JEUDI

    SEPTEMBRE
    2021
    COULEUR PEOPLE
     
    Les débuts (1953-1959)
    En 1953, Jean-Paul Belmondo fait ses vrais débuts sur les planches dans deux pièces au Théâtre de l'Atelier, Médée de Jean Anouilh et Zamore de Georges Neveux dans des mises en scène d'André Barsacq.
    En 1956, Belmondo joue dans le film Les Copains du dimanche, qui ne trouve pas de distributeur, et ne sortira qu'en 1967 : déçu du sort réservé au film, il retourne sur les planches, où il interprète des pièces de Feydeau et de George Bernard Shaw . Sa carrière cinématographique débute vraiment avec un petit rôle, dans Sois belle et tais-toi, réalisé en 1958 par Marc Allégret : Belmondo y croise Alain Delon, également débutant .


    Belmondo retrouve à nouveau Marc Allégret pour les besoins du film "Un drôle de dimanche", avec Bourvil et Danielle Darrieux. Jean-Luc Godard, alors critique aux Cahiers du cinéma, juge le film exécrable, mais loue le talent de Belmondo en qui il voit « le Michel Simon et le Jules Berry de demain ». Godard l'embauche ensuite pour jouer dans son court métrage Charlotte et son jules : Belmondo inaugure ainsi une période de collaboration au mouvement dit de la Nouvelle Vague. .
    Belmondo tient l'année suivante son premier rôle important dans "À double tour", de Claude Chabrol.
    Belmondo enchaîne avec un autre film de la Nouvelle Vague, "À bout de souffle", de Jean-Luc Godard, qu'il considère comme moins important que celui de Chabrol
    Enthousiasmé par les conditions de travail avec Godard - les dialogues sont quelquefois improvisés, il tourne ensuite "Classe tous risques", film policier réalisé par Claude Sautet, dont il partage la vedette avec Lino Ventura.
    par STARMAG  22

    Pour chaque post, cliquer sur la photo centrale pour accéder au diaporama, ou cliquer sur les miniatures pour les voir en photo centrale

    LIENS

    RANK
      Les posts plus lus dans la rubrique

     Interview exclusive d'Emma Roberts pour Scream 4 8373 , le 05/05/2011
     Marylin Monroe, photos rares - 3 7063 , le 28/02/2012
     Pub Zhang Zi Yi pour Harper's Bazaar 6866 , le 25/09/2009
     Noémie Lenoir : Sexy au Crazy 5818 , le 04/06/2013
     Charlie's Devils, la série de la rentrée! 5058 , le 29/10/2010
     100 photos inédites de Marilyn Monroe 4770 , le 04/10/2010
     Furiously beautiful 4452 , le 03/05/2011
     Jordana Brewster à la une de Maxim US Mai 2011 4071 , le 30/04/2011
     Mathilda May; la bonne pose pour la bonne cause 3860 , le 22/04/2013
     Des nouvelles de Marjolaine 3629 , le 30/05/2013
     Marylin Monroe, photos rares - 2 3144 , le 21/02/2012
     7 choses à savoir sur Pamela Anderson 2948 , le 29/09/2013
     Jamie Chung 2919 , le 12/05/2011
     Chouette! De l'actu rigolote!! 2913 , le 02/11/2011
     Merci aux parents de Julia ! 2879 , le 23/09/2010
    MERCREDI

    SEPTEMBRE
    2021
    COULEUR PEOPLE
     
    Jean-Paul Belmondo est né le 9 avril 1933 à Neuilly-sur-Seine
    Acteur français célèbre il fut également producteur de cinéma et directeur de théâtre.
    Il est décédé ce 6 septembre 2021 à Paris d'où une suite de 5 posts qui lui sont consacrés dans cette rubrique à partir d'aujourd'hui
    Alternant dans les premières années de sa carrière des films populaires et d'Art et Essai avant de pencher nettement pour la première catégorie, sa gouaille de titi parisien et ses cascades sans doublure contribuent à en faire rapidement l'une des plus grandes vedettes du cinéma français.


    Il a tourné sous la direction de grands réalisateurs français, tels Alain Resnais, Louis Malle, Philippe de Broca, Henri Verneuil, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, François Truffaut, Claude Sautet, Jean-Pierre Melville, Claude Lelouch, Jean-Paul Rappeneau, Georges Lautner, Gérard Oury ou encore Alexandre Arcady, ainsi qu'avec quelques réalisateurs étrangers comme Vittorio De Sica, Mauro Bolognini ou Peter Brook. Un grand nombre de ses films sont devenus des classiques du cinéma français, comme À bout de souffle (1960), Léon Morin, prêtre (1961), Un singe en hiver (1962), L'Homme de Rio (1964), Cent Mille Dollars au soleil (1964), Borsalino (1970), Le Casse (1971), Le Magnifique (1973), Le Professionnel (1981) ou Hold-up (1985).
    À partir du milieu des années 1980, ses films attirent moins de spectateurs, tandis que la critique ne l'épargne pas. Il est moins présent au cinéma et se produit surtout au théâtre. Il obtient cependant en 1989 le César du meilleur acteur pour son rôle dans Itinéraire d'un enfant gâté, distinction qu'il refuse. Depuis le début des années 2000, des problèmes de santé l'ont contraint à se retirer du cinéma et des planches, si l'on excepte un film sorti en 2009. Pour l'ensemble de sa carrière, il reçoit une Palme d'honneur au cours du festival de Cannes 2011 puis, lors de la cérémonie des Césars 2017, un hommage lui est rendu en sa présence et le public lui fait une longue ovation debout.
    Coté coeur, il fut marié à Renée Constant, dite Élodie Constantin avec laquelle il eut 3 enfants
    Puis il y eut Ursula Andres, Maria Carlos Sotto Mayor , Laura Antonelli, Na (une ancienne coco-girl de Stéphane Collaro) avec qui il eu une fille et Barbara Gandolfi.
    Vous trouverez sur C93 divers articles sur Jean Paul Belmondo au travers de la recherche
    par STARMAG  13

    SAMEDI

    SEPTEMBRE
    2021
    COULEUR PEOPLE
     
    23. Et je me casse une côte pendant que j'y suis
    Alors qu'elle s'entraînait pour les séquences de combat élaborées dans John Wick: Chapitre 3 - Parabellum, Berry s'est fracturée trois côtes - mais a gracieusement félicité les coordinateurs de cascades pour le soin qu'ils apportaient à l'environnement de travail.
    24. Elle est nulle
    Halle Berry est l'une des premières super-héroïnes de cinéma à diriger son propre film… avec des résultats mitigés. Après avoir joué le rôle de Storm dans les films X-Men, H.Berry semblait désireuse de passer d'un ensemble à l'autre. Elle a pris le rôle titre de Catwoman en 2004 (et a reçu un chèque de paie de plusieurs millions de dollars). Malgré la confiance du studio dans le projet, le film fut un énorme bide au box-office et a reçu des critiques sévères.
    Pour les critiques, Catwoman est entré dans l'histoire comme l'un des pires films jamais réalisés. Pour les fans, il est un film culte. H.Berry a remarqué que lorsque les fans l'approchent dans la rue, beaucoup défendent Catwoman, disant qu'ils appréciaient la légéreté du film.
    25. Le meilleur des pires
    Halle Berry a fièrement accepté son prix de la pire actrice aux Razzies, qu'elle avait «gagné» pour sa performance dans Catwoman . Non seulement cela: elle a accepté «l'honneur» avec son Oscar pour Monster's Ball dans son autre main. L'actrice a déclaré: «Je n'ai jamais de ma vie pensé que je serais là-haut pour gagner un Razzie! Ce n'est pas comme si j'avais jamais aspiré à être ici mais merci. Quand j'étais enfant, ma mère m'a dit que si tu ne pouvais pas être un bon perdant, alors tu ne pourrais pas être un bon gagnant.
    26. L'amour ne se calcule pas avec les intérêts
    En 1993, Berry a été poursuivie par son ex-petit ami, le dentiste John Ronan, pour 80 000 $. Ronan a allégué que la lauréate d'un Oscar ne lui avait pas remboursé le prêt qu'elle avait utilisé pour relancer sa carrière. Berry, cependant, a soutenu que l'argent était un cadeau. L'affaire a été rejetée car Ronan n'a pas indiqué que H.Berry était un débiteur dans sa demande de mise en faillite en 1992.
    27. Avant que minuit ne sonne…
    H.Berry a rencontré son premier mari, le joueur de baseball David Justice, via la télévision nationale. Justice avait disputé un match de basket-ball de célébrités sur MTV en février 1992 lorsqu'elle a posé les yeux sur son futur copain. Lorsqu'elle a appris d'un journaliste que Justice était une fan d'elle, elle a transmis son numéro de téléphone. Le couple s'est marié quelques mois plus tard - le jour de l'an 1993 - lors d'une cérémonie de minuit. Mais la suite n'est pas rose. . Ils ont divorcé en 1997 et H.Berry est devenue suicidement dépressive après leur séparation
    28. Pauvres enfants
    La bataille pour la garde de Halle Berry pour sa fille avec Gabriel Aubry a pris une tournure violente en 2012, lorsque Aubry et l'acteur Olivier Martinez, nouveau petit copain de H.Barry se sont rencontrés au domicile de Berry. Les deux hommes ont atterri à l'hôpital, et les deux se sont vu imposer des ordonnances d'interdiction.
    Selon Aubry, le combat a commencé après que Martinez a menacé d'assassiner Aubry si le papa ne permettait pas à H.Berry et sa fille de déménager avec Martinez en France.
    Elle aura un fils avec O.Martinez qu'elle a épousera en 2013. Leur divorce a été finalisé en 2016.
    3 mariages. 3 divorces
    29. Chauffarde
    En 2000, l'actrice a été impliquée dans un délit de fuite dans lequel elle aurait brulé un feu rouge, percuté sa voiture avec un autre véhicule, puis fui les lieux de l'accident. L'actrice a été condamnée à la probation, aux travaux d'intérêt général et à une amende de 13 500 $.
    30. Vous ne pouvez pas choisir la couleur
    H.Berry a décrit ses antécédents biraciaux comme «douloureux et déroutants» parfois. Son père est afro-américain et sa mère est blanche. Cependant, elle a pris la décision de s'identifier en tant que femme noire dès son plus jeune âge. C'est ainsi que le monde la percevrait, qu'on le veuille ou non.
    H.Berry et sa sœur ont grandi dans la banlieue blanche de Bedford, Ohio, où elle a fréquenté des écoles presque entièrement blanches. Les premières expériences de discrimination de Berry ont alimenté sa passion de réussir dans tout dès son plus jeune âge.
    31. Malheureusement pour toujours
    Les parents de Berry avaient une histoire de rencontre mignonne, s'engageant dans une douce romance au travail. Sa mère travaillait comme infirmière dans le même service psychiatrique où son père était un préposé à l'hôpital (il allait plus tard être chauffeur de bus). Malheureusement, le couple était voué à une fin tragique. Le père de Berry est devenu brutalement violent, soumettant la mère de Berry à des passages à tabac presque quotidiens.
    Après les retombées des abus et de l'abandon de son père, H.Berry et sa sœur aînée ont été élevées par leur mère seule. En fait, H.Berry n'a eu plus aucun contact avec son père depuis ses quatre ans.
    32. Tu écris l'histoire, tu fais la fête.
    Interrogée sur la façon dont elle a célébré sa victoire aux Oscars , Berry a admis qu'elle «était en état d'ébriété» très peu de temps après avoir prononcé son discours de triomphe et qu'elle n'avait aucun souvenir d'avoir assisté à des fêtes ou de célébrer.
    33. L'amour ne devrait pas blesser
    En 1991, Berry a été abusée physiquement par un petit ami au point de perdre 80% de l'audition de son oreille gauche. Berry n'a pas révélé l'identité de son agresseur, mais elle a déclaré qu'il était un nom établi à Hollywood et que l'incident s'était produit pendant qu'elle tournait The Last Boy Scout . Les commentateurs ont identifié Wesley Snipes et Christopher Williams comme sortant avec Berry au moment de l'incident.
    Source: factinate.com


    par STARMAG  36

    JEUDI

    SEPTEMBRE
    2021
    COULEUR PEOPLE
     
    12. Apprendre de l'histoire
    H.Berry a joué son héroine l'actrice classique Dorothy Dandridge dans le téléfilm de 1999
    D.Dandridge a été la première actrice afro-américaine à être nominée pour la meilleure actrice aux Oscars - un honneur que Berry serait le premier afro-américain à remporter pour sa performance dans Monster's Ball (2001).
    13. Petit écran, grands rêves
    En plus de jouer dans Présentation de Dorothy Dandridge, H.Berry était également le coproducteur du film biographique télévisé et un fervent défenseur de sa création. Selon les propres mots de H.Berry, «Dorothy avait été tellement oubliée même si sa contribution était si grande et si significative - non seulement pour moi, mais pour toute une communauté de personnes. Pour ses efforts, elle a été nominée pour un Primetime Emmy Award et même un Golden Globe.
    14. Premièrement mais pas seulement
    La fangirl de Dandridge, Halle Berry a en partie dédié sa victoire aux Oscars à la première femme afro-américaine à être nominée pour la meilleure actrice. Dans son discours émouvant, elle a nommé Dandridge, aux côtés d'autres femmes noires qui l'ont inspirée tout au long de sa carrière.
    Pour citer le début du discours de Berry: «Ce moment est tellement plus grand que moi. Ce moment est pour Dorothy Dandridge, Lena Horne , Diahann Carroll. C'est pour les femmes qui se tiennent à mes côtés, Jada Pinkett, Angela Bassett, Vivica Fox. Et c'est pour chaque femme de couleur sans nom et sans visage qui ont maintenant une chance parce que cette porte a été ouverte ce soir. Merci."
    15. Passé à coté
    H.Berry s'est initialement vu offrir le rôle principal du chauffeur de bus Annie dans Speed (1994). Après avoir refusé, le rôle est finalement allé à Sandra Bullock, lauréate d'un Oscar de la meilleure actrice.
    16. De haut en bas
    Selon les traditions encours dans cette industrie, H.Berry n'a accepté de faire sa toute première scène seins nus dans Swordfish qu'après que Warner Bros ait dépassé le salaire de H.Berry avec 500000 $ supplémentaires.
    H.Berry a depuis nié ces rumeurs, mais elle les trouve amusantes en tant que «grande publicité pour le film».
    17. Ne vous censurez pas vous-même
    Le deuxième mari de H.Berry, Eric Benét, a encouragé sa femme à prendre des risques. Elle a d'abord hésité à jouer des rôles qui nécessitaient de la nudité, mais elle a trouvé le courage avec le soutien de E.Benét.
    18. Représentative quoique...
    Berry a peut-être marqué l'histoire en tant que première gagnante de la meilleure actrice afro-américaine aux Oscars, mais sa victoire n'a pas été universellement considérée comme une «victoire» pour la communauté afro-américaine. Dans Monster's Ball (2001), Berry avait endossé le rôle moins qu'élégant d'épouse instable d'un condamné à mort. La NAACP a déclaré sa fierté pour la réalisation de Berry, mais les critiques étaient également inquiètes à propos du personnage de Berry… et de sa scène de sexe explicite avec un gardien de prison raciste joué par Billy Bob Thornton .
    19. Le meilleur moment pour négocier ?
    Certaines personnes dans le secteur de la beauté ne peuvent comprendre les blagues. Après avoir remporté son Oscar, Berry a été approchée par le chef de la cosmétique Revlon, Ron Perelman, qui a exprimé sa joie de continuer à être mannequin pour la marque. Berry a plaisanté: "Bien sûr, vous devrez me payer plus." Apparemment, cela a tellement offensé l'exécutif qu'il est sorti avec colère de la pièce.
    20. Sex symbole
    En 2002 - après avoir remporté un Oscar - Berry a rejoint les rangs des Bond Girls historiques en tant Giacinta «Jinx» Johnson dans Meurs un autre jour . Le film impliquait Berry dans une scène désormais emblématique où Berry émerge des vagues - portant un bikini et un couteau - pour saluer James Bond (Pierce Brosnan) . Le plan fait référence à une scène avec l'ancienne Bond Girl Ursula Andress dans Dr. No de 40 ans auparavant.
    21. Le prix du succès
    Ce n'est pas facile d'être une Bond Girl. Berry a survécu à des conditions de tournage inconfortables - et parfois presque fatales - sur le tournage de Die Another Day . Au cours d'une scène, un morceau de débris d'une grenade fumigène a volé dans son œil! Dans une scène intime, elle s'est presque étouffée avec une figue. Elle a également tourné cette scène de bikini emblématique un jour venteux. Il y a des photos de Berry s'enveloppant dans des serviettes épaisses entre les prises pour se réchauffer.
    22. Bras cassé
    Berry ne peut tout simplement pas faire une pause dans ces sets d'action. Lors du tournage du thriller Gothika de 2003 , Berry s'est blessée lors d'une scène avec Robert Downey Jr. Ce dernier acteur avait trop tordu le bras de Berry, le faisant casser, ce qui, ironiquement, a freiné la production pendant huit semaines. Apparemment, Berry n'a jamais totalement pardonné à Downey Jr. (Et honnêtement, assez juste!)
    Source: factinate.com


    par STARMAG  17

    MARDI

    AOUT
    2021
    COULEUR PEOPLE
     
    1. Un club très exclusif
    À ce jour, Halle Berry est la seule femme afro-américaine à avoir remporté l'oscar de la meilleure actrice aux Oscars.
    H.Berry n'est également que la sixième femme noire à être nominée dans cette catégorie particulière aux Oscars (après Dorothy Dandridge, Diana Ross, Cicely Tyson, Diahann Carroll, Whoopi Goldberg et Angela Bassett).
    Depuis sa victoire, cependant, plusieurs autres femmes noires ont été reconnues avec des nominations pour leurs performances
    2. Coincé au milieu
    Les prénoms de H.Berry ont fait l'objet d' un échange quand elle était une jeune fille. Elle est née «Maria Halle» le 14 août 1966. Cependant, à l'âge de cinq ans, H.Berry prend son surnom du milieu comme son premier prénom. Ce ne fut pas longtemps après la rupture douloureuse de ses parents…
    3. Un prénom rare mais bon marché...
    Le prénom de H.Berry (en fait son deuxième prénom) provient d'un grand magasin local dans sa ville natale de Cleveland, Ohio. Halle, la Halle ?
    4. Tous les grands naissent ici
    H.Berry est née dans le même hôpital que son héroine, Dorothy Dandridge. Elle a découvert ce fait en faisant des recherches pour son rôle de Dandridge dans un biopic de HBO.
    5. Qu'est-ce que la renommée a à voir avec ça?
    Avant d'être lauréate d'un Oscar, H.Berry était candidate à plusieurs rôles lauréats pour un Oscar. Son nom était en lice pour jouer Tina Turner dans What's Love Got to Do with It (1993). Malheureusement (pour elle du moins), elle a perdu le rôle au profit d' Angela Bassett, qui allait être nominée pour la meilleure actrice pour lui
    6. Reine du lycée
    L'adolescente Halle Berry a travaillé dur et a excellé au lycée. Alors qu'elle fréquentait le Bedford High School à Oakwood, Ohio, H.Berry était pom-pom girl et reine du bal. Elle avait également un cerveau à la hauteur de cette popularité et de cette beauté, devenant une élève d'honneur et rédactrice en chef du journal de l'école.
    7. Vive la reine
    La carrière publique de H.Berry a commencé dans les concours de beauté. Tout au long des années 1980, H.Berry a amassé plusieurs couronnes impressionnantes, dont celle de Miss Teen All American de 1985 et la Miss Ohio USA de 1986. (Bien sûr, elle n'a pas toujours été gagnante; H.Berry a dû se contenter de "juste" deuxième au concours Miss USA 1986).
    8. La beauté n'a pas de couleur
    Halle Berry a été la première participante afro-américaine au concours international Miss Monde, où elle a représenté les États-Unis en 1986.
    9. Le coût élevé de la renommée
    Le mannequinat semble être la prochaine étape naturelle entre la gloire du concours de beauté et la célébrité d'actrice… n'est-ce pas? Eh bien, c'est plus facile à dire qu'à faire. Pendant les premières semaines de Halle Berry en tant que mannequin à New York, elle a eu du mal à payer ses factures. H.Berry se rappelle être pratiquement sans abri et n'avoir nulle part où dormir. En fin de compte, le modèle potentiel a fait la sieste au YMCA.
    10. Cendrillon
    Les premières années de Berry en tant que mannequin-actrice à New York n'étaient guère un conte de fées… à moins de parler du célèbre conte où la belle princesse tombe endormie .
    Au cours de l'un de ses premiers emplois - dans la série ABC de courte durée Living Dolls . H.Berry a commencé à se sentir mal et est resté dans le coma une semaine. C'est ainsi que H.Berry a découvert qu'elle souffrait de diabète de type 1.
    11. Un visage à la hauteur du talent
    Alors que H.Berry continuait à accumuler de sérieux crédits de films dans les années 1990, elle a continué à faire du mannequinat. En 1996, elle a signé pour être le visage de Revlon pour les sept prochaines années . Elle a renouvelé ce contrat en 2004, plusieurs années après son succès d'actrice.
    Source: factinate.com


    par STARMAG  40

    VENDREDI

    AOUT
    2021
    COULEUR PEOPLE
     
    Mercredi 18 août 2021,Colin Jost, la star du «Saturday Night Live» a posté sur sa page Instagram un court message annonçant la naissance de leur premier enfant, un petit garçon, prénommé Cosmo.
    Il s'agit du premier enfant pour le papa (39 ans) mais du second pour la vedette du nouveau film Disney «Black Widow». Scarlett Johansson est maman d'une petite fille, Rose, née en 2014 de son second mariage avec Romain Dauriac.
    La star hollywoodienne de 36 ans avait commencé son histoire d'amour avec Colin Jost après l'avoir rencontré sur le plateau de «Saturday Night Live». Le duo s'était d'abord croisé dans l'émission en 2006, lorsque la comédienne avait animé sa première émission. Elle était ensuite revenue tenter l'expérience en 2017, et c'est à ce moment-là que la magie avait opéré. Le couple s'est fiancé en 2019 et s'est secrètement marié en 2020.
    par STARMAG  35

    MARDI

    AOUT
    2021
    COULEUR PEOPLE
     
    Solution sur la 2nde photo

    par STARMAG  24

                  
    912     Page précédente
    Page Suivante
    892