Cocktail93




DIMANCHE

JUIN
2023
LA PAGE CINéMA
 
Suite du post du 1er Janvier 2023 3 films à avoir vu ce 2e trimestre 2023 en compagnie, ou pas, de votre chat
-One day as a lion de John Swab avec Scott Caan, J.K. Simmons.
-Shazam, Fury Of The Gods de David F. Sandberg avec c Zachary Levi, Asher Angel, Jack Dylan Grazer
-Kill Boksoon. de Byun Sung-hyun avec Do-Yeon Jeon, Esom
Sinon d'autres films à qui ont met un:
- On a adoré aussi 65 : Mon crime, Dungeons and Dragons, The VelocipastorLa Terre d'avant, Operation Fortune Ruse De Guerre, Le torrent,Rubikon, Cocaine Bear, Marlowe, The Enforcer, Couleurs De L'Incendie, Luther The Fallen Sun, Babylon


Quelle déception que ce John Wick 4: Meme les fans de Keanu Reeves n'ont pas aimé.
Réalisation nulle, Scènes de combat nulles, Photographie nulle, Scénario nul, Réalisation nulle, Personnages nuls: Donnie Yen en tueur aveugle c'est catastrophique, Shamier Anderson en tueur au berger allemand, c'est ininteressant, Bill Skarsgård en méchant, meme si il est français, c'est pas crédible, etc...
A stopper, Keanu !
par 5AVRIL  6

VENDREDI

MARS
2023
LA PAGE CINéMA
 
La 95e cérémonie des Oscars, a vu le triomphe d’Everything Everywhere All at Once, réalisé par Daniel Kwan et Daniel Scheinert, avec sept statuettes (meilleur film, meilleurs réalisation et scénario original pour Daniel Kwan et Daniel Scheinert, meilleure actrice pour Michelle Yeoh, meilleurs seconds rôles pour Jamie Lee Curtis et Ke Huy Quan, meilleur montage), suivi par A l’Ouest, rien de nouveau qui en obtenu quatre.
Principales récompenses :
Meilleur film : Everything Everywhere All at Once
Meilleur réalisateur : Daniel Kwan et Daniel Scheinert, Everything Everywhere All at Once
Meilleure actrice : Michelle Yeoh, Everything Everywhere All at Once
Meilleur acteur : Brendan Fraser, The Whale
Meilleur acteur dans un second rôle : Ke Huy Quan, Everything Everywhere All at Once
Meilleure actrice dans un seconde rôle : Jamie Lee Curtis, Everything Everywhere All at Once
Meilleur film étranger : A l’Ouest, rien de nouveau (Allemagne)
Meilleur film d’animation : Pinocchio par Guillermo del Toro
Meilleur documentaire : Navalny
Meilleur scénario original : Everything Everywhere All at Once
Meilleur scénario adapté : Women Talking
Source: Le Monde



A lire ou relire:
94ème cérémonie des Oscars à Hollywood, en 2022
93ème cérémonie des Oscars à Hollywood
92e cérémonie des Oscars à Hollywood
91e cérémonie des Oscars
par 5AVRIL  6

DIMANCHE

MARS
2023
LA PAGE CINéMA
 
Suite du post du 1er Janvier 2023 3 films à avoir vu ce dernier trimestre de 2022 en compagnie, ou pas, de votre chat
- Trois Mille ans à t'attendre Avec Idris Elba, Tilda Swinton, Aamito Lagum (Titre original Three Thousand Years of Longing). Film de George Miller, un beau conte cinématographique. Restent qu'il est assez cocasse de rapprocher la phrase du film "Qu'est ce que veulent les femmes" avec la fin du film. Si c'est ça que veulent les femmes, c'est plus trivial que philosophique !
-Viking Wolf de Stig Svendsen. avec Liv Mjönes, Elli Rhiannon Müller Osborne, Arthur Hakalahti, Sjur Vatne Brean. Et oui c'est audacieux de proposer un film sur les Loup Garous en 2023 mais quand c'est réussi on ne peut qu'appaludir. Bravo le cinéma norvégien, d'autant que "Troll" était déjà très réussi. Heu...les français... vous pourriez pas vous réveillez et arrêter vos drames de merde WOKE pour revenir à des choses plus classiques ?
-Couleurs de l'incendie de Clovis Cornillac avec Léa Drucker,Benoît Poelvoorde,Alice Isaaz,Clovis Cornillac et Olivier Gourmet
Brillant ! d'après un livre de Pierre Lemaitre, une saga à la Grandes Familles de Maurice Druon avec des méchants bien méchants (Benoit Pelvoorde, magnifique dans le role) . La réalisation de Clovis Cornillac est parfaite. C'est agréable de voir la france des années 30 mise en avant dans un film français. Qui de mieux pour en parler que le cinéma français (pardon, franco-belge) ?
Sinon d'autres films à qui ont met un:
- On a adoré aussi The Whale,A l'Instinct, Vesper, Triangle of Sadness, See how they run, Plane, Little Dixie, La proie du diable, Jung E, Die Hart the Movie, South Park, the streaming War, Le chat potté 2, Le menu, The Liar, The Killer - Mission : Save The Girl , le Nouveau Jouet
- Un degré moindre: Belle et Sébastien : Nouvelle génération: la fin en deltaplane ... c'est quoi, ça ?
- Sans intéret The Pale Blue Eye, Babylon (Damien Chazelles a t'il réellement réalisé Lalaland ?), Wakanda : la grosse merde woke de Disney du moment, Une femme de notre temps, Sayen la grosse merde woke de Amazon qui fait croire à du Disney
- Un alien: Sans Peur . Ce film est il bon ou nul ? Impossible à dire !
par 5AVRIL  2

VENDREDI

JANVIER
2023
LA PAGE CINéMA
 
  • Official Competition (Competencia oficial) film de Gastón Duprat et Mariano Cohn avec Penélope Cruz, Antonio Banderas and Oscar Martínez.
    Un joyau, la preuve il n'a été primé dans un aucun festival !
  • Smile
  • La ira de Dios
  • wifelike
  • Freaks Out
  • The Sadness
  • Carter
  • Val
  • Black Crab
  • Las ninas de cristal
  • Mort sur le Nil
  • The Guardians Of The Galaxy Holiday Special 2022
  • En corps

  • par 5AVRIL  23

    DIMANCHE

    JANVIER
    2023
    LA PAGE CINéMA
     
    Suite du post du 1er Octobre 2022, 3 films à avoir vu ce troisième trimestre de l'année en compagnie, ou pas, de votre chat
    -Smile Un film de Parker Finn avec Kyle Gallner, Sosie Bacon, Jessie Usher.
    Un superbe film d'horreur. Un classique. Magnifique. Mythique , digne de Shining. Bravo Parker Finn. Tout est bien: mise en scène, scénario, jeu d'acteur. Tout est parfait de A à Z. Tout est parfait de la première à la dernière minute. Bravo Sosie Bacon et tous les acteurs du film: tous impeccables
    J'ai fini
    -Wifelike Un film de James Bird avec Jonathan Rhys Meyers, Elena Kampouris, Doron Bell, Agam Darshi.
    Un très bon thriller Science Fiction. Elena Kampouris est fascinante en robot sexuelle féminin (physiquement, dans la gestuelle, tout y est c'est étrange et meme dérangeant...) et Jonathan Rhys Meyers est parfait dans le role du Héros qui n'en n'ai pas vraiment un. On attend avec impatience James Bird sur la suite de sa carrière
    -The Northman De :Robert Eggers avec Alexander Skarsgard, Nicole Kidman, Claes Bang, Anya Taylor-Joy, Ethan Hawke, Björk, Willem Dafoe,
    Le prince Amleth est sur le point de devenir un homme lorsque son père est brutalement assassiné par son oncle... Et oui vous avez reconnu l'histoire c'est celle d'Hamlet, de William Shakespeare mais Robert Eggers la revisite à sa sauce et cela devient une saga Viking assez intéressante . Robert Eggers nous présente les gens du Nord comme d'assez brutaux barbares, genre mecs pas encore sortis tout à fait de l'époque de Neanderthal, en opposition aux gentils chrétiens qui sont gérés comme des troupeaux. Et Amleth va devenir un vengeur sans pitié sous la forme d'un espèce de Schwarzenegger sorti , lui tout droit de Conan le Cimérien (histoire qui n'a pas été écrite, elle, par William Shakespeare). Les guests stars font le job ( Nicole Kidman,Ethan Hawke, Willem da Foe) c'est pas souvent le cas alors bravo et merci
    Sinon d'autres films à qui ont met un:
    - On a adoré aussi Matilda, une comédie musicale, Raymond and Ray, The Stranger ,Samourai Academy,The Guardians Of The Galaxy Holiday Special 2022
    - On a bien aimé: Beast(dommage, un peu trop woke!),Medieval, North Sea
    - Sans intéret Le survivant, Run Sweathear run, Braquer Mussolini, clerks III, Coupez ! , Entergalactic , Avec amour et acharnement, Margaux , Le chauffeur, Balle perdue 2(très décévant par rapport au premier), Black Adam
    - Les gros navets:
    *Les cing diables de Léa Mysius avec Adèle Exarchopoulos, Sally Dramé, Swala Emati, Moustapha Mbengue, Daphne Patakia
    film présenté à la quinzaine des réalisateurs de Cannes, évidemment
    *La dégustation de Ivan Calbérac avec Isabelle Carré, Bernard Campan, Mounir Amamra, Eric Viellard, Olivier Claverie
    Après on s'étonne:
    1) que les français n'aillent plus au cinéma
    2) que quand ils y aillent, ce soit pour aller y voir des films américains
    par 5AVRIL  4

    MARDI

    NOVEMBRE
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    Henry Silva est mort ce 14 septembre 2022 à Woodland Hills (Los Angeles), Il avait 95 ans. C'était le méchant dans tous les films américains des années 60 et 70, parce qu'il était l'image parfaite pour les américains de ce que pouvait être le méchant d'un film (ou un bandit ), basané, l'air franchement pas américain. En fait ses parents étaient sicilien et espagnol (donc on était pas loin de ce qu'étaient les grand parents de ces mêmes américains). En 1955 il avait fait le test d'entrer à l'Actors Studio. Il réussit le concours avec quatre autres prétendants sélectionnés parmi 2 500 candidats. Je suis qu'il était très gentil ! . Aujourd'hui le méchant dans les films américains a bien changé : c'est souvent un type qui parle français dans la VO (depuis la guerre du golfe). Je pars pour Hollywood tenter ma chance !
    par 5AVRIL  5

    Pour chaque post, cliquer sur la photo centrale pour accéder au diaporama, ou cliquer sur les miniatures pour les voir en photo centrale

    LIENS

















    RANK
      Les posts plus lus dans la rubrique

     Clint Eastwood Story - 1 52 , le 31/12/2012
     I'll be back ! 45 , le 11/12/2018
     Miroir, 1946: autour du film 36 , le 02/08/2020
     Les répliques cultes du Cinéma 35 , le 21/11/2017
     50 nuances de navet 31 , le 27/04/2016
     Pourquoi la Princesse Leia et Han Solo se sont séparés 29 , le 27/09/2021
     Al Pacino Story - 2 26 , le 07/04/2013
     L'associé du diable: à propos du film 24 , le 09/07/2021
     13 films de 2017 24 , le 01/01/2018
     13 films de 2022 23 , le 06/01/2023
     Clint Eastwood Story - 5 et fin 23 , le 28/01/2013
     Ils ont démarré dans des films d'horreur 21 , le 15/04/2020
     Behind the scenes - 2 21 , le 12/05/2013
     Ils ont démarré dans des films d'horreur 20 , le 28/07/2020
     Une jolie histoire à 2 20 , le 31/07/2017
    MARDI

    NOVEMBRE
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    Emmanuelle est un film érotique français réalisé par Just Jaeckin en 1974 d'après le roman éponyme d'Emmanuelle Arsan, mettant en scène Sylvia Kristel dans le rôle-titre
  • Emmanuelle, entouré d'un parfum de scandale, provoqua un vaste débat en France sur la censure des œuvres érotiques. Le film aurait dû, selon la première commission de censure en avril 1974, subir de nombreuses coupes. Cependant, la mort la même année du président de la République française, Georges Pompidou, changea la donne. Suivant la promesse du candidat Valéry Giscard d'Estaing, son successeur, d'abolir la censure, Michel Guy, le nouveau ministre de la culture décida de ne plus systématiquement suivre la commission, permettant ainsi au film de sortir en salles au prix de quelques coupes
  • Just Jaeckin se vit confier l'année suivante l'adaptation d'un autre roman érotique célèbre, Histoire d'O, et se spécialisa sur le créneau des films érotiques « haut de gamme », retrouvant Sylvia Kristel en 1981 pour une adaptation de L'Amant de Lady Chatterley.
  • Les fauteuils asiatiques en rotin à dossier plus ou moins larges vus dans le film, ont donné lieu à une gamme de produits commercialisés sous le nom de « fauteuil Emmanuelle ». Si la première affiche du film représentait une pomme, les suivantes montrent Emmanuelle assise, seins nus, dans « le » célèbre fauteuil en rotin, en fait des fauteuils du même type mais différents.
  • Les photographies artistiques les plus mythiques d'Emmanuelle qui firent entrer le personnage de Sylvia Kristel dans les musées furent réalisées peu après le film par la photographe française Irina Ionesco.
  • La bande originale est due au chanteur Pierre Bachelet. Une des mélodies utilisées dans le film s'avéra cependant un plagiat de Larks' Tongues in Aspic du groupe britannique King Crimson
  • Alain Cuny, l'acteur principal ayant quarante-quatre ans de plus8 que Sylvia Kristel, accepta d'endosser le rôle de Mario à condition que son nom ne soit pas au générique. Le succès du film venu, il se révolta de ce que son nom n'était pas assez visible sur l'affiche.
  • par 5AVRIL  11

    SAMEDI

    OCTOBRE
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    Suite du post du 1er juillet 2022, 3 films à avoir vu ce troisième trimestre de l'année en compagnie, ou pas, de votre chat
    -Carter
    Film de Jung Byung-gil avec pour acteurs principaux Joo Won, Lee Sung-jae, Jeong So-ri and Kim Bo-min
    Le film qui décoiffe. Film d'action plus d'action ? Y a pas. On a l'impression que toutes les scènes d'action de toutes les films du cinéma mondial ont été compilé en un seul film et c'est celui là. Alors après on peu contesté la richesse du scénario mais une chose est sure: c'est un film qui en inspirera d'autres au niveau technique de combat, de prise de vue
    -Freaks Out
    Film italien réalisé par Gabriele Mainetti avec Franz Rogowski, Claudio Santamaria, Pietro Castellitto, Aurora Giovinazzo
    Ca se passe pendant la seconde guerre mondiale (tiens tiens... comme le film au dessus). Et là on se demande qui sont les monstres : la femme électrique, le nain aimant, le loup garou, l'homme insecte où tous les gens qui les entourent: les nazis, les résistants italiens, ou ... les gens qui les traitent de monstres, tout simplement ?
    -Official Competition
    (Spanish: Competencia oficial) film de Gastón Duprat et Mariano Cohn avec Penélope Cruz, Antonio Banderas and Oscar Martínez.
    C'est toujours risqué d'evnisagé pour scénario d'un film, le tournage du film le meilleur ayant jamais été tourné. Et pourtant c'est ce qu'on fait Gastón Duprat et Mariano Cohn et c'est réussi
    Il faut dire qu'avoir pour acteurs principaux Penélope Cruz, Antonio Banderas (j'ai moins aimé Oscar Martínez) ca aide beaucoup et les deux sont vraiment formidables dans leurs roles de monstres d'égoisme
    Sinon d'autres films à qui ont met un:
    - On a adoré aussi Top Gun Maverick, Malnazidos, En corps, Bullet Train, Krypto et les Super-Animaux
    - On a bien aimé: Paradise Highway Luck, The infernal machine,Thor Love Thunder, L'été nucléaire, El Lobo le pensionnat, Ogre, Rhino, Icare
    - Sans intéret Les crimes du futur,Inexorable, The Munster, Avec amour et acharnement
    - A chier() Prey
    par 5AVRIL  3

    MERCREDI

    JUILLET
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    En hommage à Françoise Arnoul, disparue il y a jusque un an, le 20 Juillet 2021, cet article paru sur le site bilan.ch


    Françoise Arnoul, vie et mort d'une star française oubliée des années 1950
    L'actrice est décédée à 90 ans. Dans la première moitié des années 1950, cette brune incarnait les Françaises moyennes dans des films qui n'ont pas toujours si mal vieilli.
    «J’aurais pu vous faire mettre toute nue.» Frissons dans la salle. Frustrations aussi. «Mais pourquoi ne l’a-t-il donc pas fait?», murmure une voix dans le noir. Nous sommes en 1958. La résistante Françoise Arnoul, dite «La chatte», est en pullover blanc ultra moulant face à l’officier SS Kurt Meisel, l’un de premiers chauves officiels de l’écran. Il n’y en avait pas tant, à cette époque de moumoutes universelles. Le film d’Henri Decoin refait de Françoise, déjà sur le déclin, une vedette pour quelque temps. Le film connaîtra ainsi une suite, «La chatte sort de ses griffes»…
    Françoise Arnoul vient de mourir le 20 juillet, très oubliée. Elle avait 90 ans. La femme était semble-t-il depuis longtemps malade. Les jeunes générations n’ont jamais entendu parler d’elle. Les autres n’avaient plus guère de ses nouvelles, même si sa dernière apparition à l’écran date de 2016. La gloire de Françoise leur semblait du coup remonter à des temps quasi préhistoriques. L’actrice Pied-Noir, née à Constantine en 1931, demeurait liée pour eux à la première moitié des années 1950, quand la majorité des films restait en noir et blanc. Françoise Gautsch, dite Arnoul, avait alors débuté tôt dans des rôles de «fruits verts», comme on disait à l’époque. Le succès était venu après «Nous irons à Paris» de Jean Boyer, en 1950. Cette comédie sur les déboires d’une radio libre (et donc interdite) avait fait courir toute la France, qui éprouvait un grand besoin d’optimisme. Cela dit, j’avoue sans honte aucune avoir revu le film avec plaisir il n’y a pas si longtemps.
    La fameuse année 1956
    La nouvelle-venue va dès lors s’insérer dans la production nationale d’après-guerre, gentiment sclérosée. Elle tournera avec Ralph Habib, Henri Verneuil et surtout Henri Decoin. «Le cinéma de papa», diront plus tard avec mépris les critiques de la Nouvelle Vague. Ce sera la brune, étiquetée «Française moyenne», Martine Carol formant comme en pendant l’imitation réussie des blondes platinées hollywoodiennes. Françoise tombera ainsi enceinte ou dans la prostitution, quand elle ne sera pas dans «Le dortoir des grandes». Il est facile de se moquer de ces drames d’un autre âge. En dépit des ans, certains tiennent bien le coup. Mieux même que certains films «jeunes» réalisés autour de 1960. «Des gens sans importance» d’Henri Verneuil (1955) où Françoise, serveuse dans un restaurant de routiers, meurt d’un avortement clandestin fait ainsi preuve d’un autre poids social que les premiers essais faussement anti-bourgeois de Claude Chabrol.
    1956 aurait dû devenir la grand année de Françoise. Jean Renoir la choisit pour son chef-d’œuvre d’après-guerre, «French-Cancan», aux couleurs somptueuses. L’histoire, où Françoise incarne comme de juste une petite bonne femme à la fois têtue et un peu paumée, va effectivement donner naissance à un «classique». Tout coule. Tout roule. Tout roucoule. Le film n’a pas une ride. Le Marcel Carné, «Le pays d’où je viens» se soldera en revanche par une catastrophe esthétique et commerciale. Cette grosse production était supposée faire de Gilbert Bécard une star de cinéma. Sa carrière s’arrêtera là, celle de Françoise se retrouvant un peu hypothéquée. Ceci d’autant plus qu’au même moment déferlait sur le monde le tsunami Bardot. Brigitte, comme Françoise Sagan en littérature, incarnait une nouvelle époque. Françoise se retrouvait du coup démodée à 25 ans.
    Un choix de vie
    Bien sûr, il y aura une suite. Mais pas celle qu’elle avait dans les idées. Durant cinq ans, Françoise va continuer à paraître dans des œuvres très honorables, signées Roger Vadim ou Michel Boisrond, qui faisait figure de réalisateur vedette en ce temps-là. Il y aura ensuite les «Chatte». Mais la machine semblait enrayée. Elle le deviendra définitivement quand Françoise quittera son mari Georges Cravenne, qui faisait la pluie et le beau temps dans le monde du spectacle, pour un jeune réalisateur communiste et sans le sou, Bernard Paul. Pour lui, elle mettra ce qui lui restait de carrière en veilleuse. Ils vont fonder avec Marina Vlady une société, Francina. Elle financera les trois longs-métrages de Paul («Beau masque», «Dernière sortie avant Roissy»…). Des échecs commerciaux? Même pas. Ces film un peu fauchés ont passé inaperçus. Françoise a dès lors un peu cachetonné. Bernard Paul est mort d’un cancer à 50 ans en 1980. Fondu au noir.
    Faut-il dès lors parler d’un échec? Allez savoir! Il y a eu à un moment ce qu’on appelle pompeusement «un choix de vie». L’aventure à la place du confort. L’aventure en question n’a pas bien tourné. Mais les contemporaines de Françoise Arnoul ont-elles eu davantage de chance? Martine Carol est morte en 1967 après bien des dépressions et des tentatives de suicide. Glorieuse certes, mais sans doute insatisfaite, Simone Signoret a bu plus que de raison. Il est permis de penser que Brigitte Bardot n’a toujours opéré les bons choix. Et que sont devenues Arlette Poirier, Brigitte Auber, Nicole Courcel, Suzanne Cloutier, Dominique Wilms, Danielle Godet, Isabelle Pia, Tilda Thamar («la bombe argentine»), Nicole Maurey, Nathalie Nattier... J’arrête là. J’ai l’impression de rester le seul à me souvenir d’elles.
    Source: bilan.ch


    par 5AVRIL  9

    VENDREDI

    JUILLET
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    Suite à cet article
    Luc Besson : les 10 pires productions de l'usine à navets EuropaCorp
    Oh toi, site de merde Etronlarge.com tu es désormais banni à jamais de Cocktail93. Honte à toi . Va pourrir en enfer
    Disparait rapidement de la toile, corps et âme !
    Et un grand merci à Luc Besson pour l'ensemble de son oeuvre cinématographique
    par 5AVRIL  1

    VENDREDI

    JUILLET
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    Suite du post du 2 avril 2022, 3 films à avoir vu ce second trimestre de l'année en compagnie, ou pas, de votre chat
  • La ira de Dios
    Signé Netflix et réalisé par Sebastián Schindel, c'est béton coté scénario, les interprétations de Macarena AchagaJuan Minujín et Diego Peretti sont brillantes
    Un chef d'oeuvre du thriller !
    Pour moi un des meilleurs films du début de l'année
  • Las ninas de cristal
    Un film Netflix réalisé par Jota Linares qui ne semble pas avoir par ailleurs un gros succès auprès des spectateurs (5 sur 10 sur imdb.com) et pourtant un beau film,
    C'est esthétique, intéressant, chaque personnage du film est joué à la perfection: María Pedraza et Paula Losada y dansent comme deux étoiles, Mona Martínez en "méchante" y est sublime
  • The Sadness
    Pas facile de faire un film de zombies en 2021 ou 2022. Souvenons nous de Army of the Dead en 2021 de Zack Snyder, un gros loose sans originalité sans saveur bon à jeter à la poubelle, malgré la renommée du réalisateur et les moyens considérables qui lui étaient accordés. Et bien on peut encore en faire des très bons, et la source n'est pas tarie, la preuve: le succulemment gore The Sadness, film taiwanais réalisé par le canadien Robert Jabbaz, dégoulinant d'horreur, explosant d'hémoglobine, dont chaque craquement des os brise la raison du spectateurs. On est dans le fim du début jusqu'à la fin. C'est à la fois drole (comme tout bon film d'horreur) et on le rappelle original et c'est surtout ca qui en fait un film à voir
    Sinon d'autres films à qui ont met un:
    - On a bien aimé: Uncharted, One shot, The Desperate Hour, Clean
    - A voir pourquoi pas: All the Old Knives, Yaksha un démon en mission, Sonic 2, Pleasure, Umma
    - Moonfall(Scénario écrit par Ecosyst Emmerich, 4 ans et demi, neveu de Roland Emmerich),Batman(N'est pas Batman qui veut), Elvis
    - On a detesté: Nuevo orden
    - Et enfin: Disney . On ne déteste meme plus à ce niveau. On a pitié. Pauvre Disney. Achevez les . On souffre , Disney aussi
  • par 5AVRIL  3

    MARDI

    JUIN
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    La Zizanie est un film français réalisé par Claude Zidi, sorti en 1978.
  • Avant la sortie du film, Jean-Pierre Mocky attaque la production au tribunal pour plagiat parce qu'il avait auparavant proposé à Louis de Funès un projet baptisé Le Boucan dont le scénario ressemblait à celui de La Zizanie. Jean-Pierre Mocky gagne le procès et est indemnisé à hauteur de 250 000 francs, mais il y perd alors le soutien de la profession, l'industrie du cinéma n'acceptant pas qu'on aille devant les tribunaux.
  • Dans le film, pour se rendre incognito à une soirée, Guillaume (Louis de Funès) met un masque de… Louis de Funès et assiste alors à un concours d'imitation du maire (lui-même).
  • Louis de Funès a l'habitude d'interpréter un patron dans ses films, mais c'est ici la première fois que son personnage fait faillite, ce qui fait écho au début de la crise économique des années 1970, qui mit fin aux Trente glorieuses.
  • La campagne municipale décrite dans le film (sorti le 22 mars 1978, trois jours après le second tour des élections législatives) rappelle le contexte politique de l'époque :
    le thème du plein emploi : le taux de chômage étant passé de 3 % en 1975 à 5 % en 1979 (Président: VGE)
  • la place des femmes : Guillaume dit que celles-ci « n'ont rien à dire ». Il y aura 4,3 % de femmes au parlement en 1978 ; l'environnement : l'écologie faisait son entrée en politique dans les années 1970. Dans le film, Bernadette(Annie Girardot) présente une liste en faveur de la « protection de la nature » (liste raillée par son époux) et emporte finalement l'élection.
  • L'élection présidentielle de 1974 avait quant à elle vu la première candidature écologiste, incarnée par René Dumont, qui réunit 1,32 % des suffrages, mais aussi la première femme candidate, Arlette Laguiller.
  • Le débat télévisé entre les deux candidats fait référence à celui de 1974 entre Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand, qui était le premier débat de l'entre-deux tours à l'époque.
  • par 5AVRIL  6

                  
    443     Page précédente
    Page Suivante
    423