Cocktail93




MARDI

JANVIER
2022
LA PAGE CINéMA
 
  • Les Mitchell contre les machines de Michael Rianda & Jeff Rowe
  • Zone 414 de Andrew Baird avec Guy Pearce, Matilda Lutz,...
  • Malcolm et Marie de Sam Levinson avec Zendaya,John David Washington...
  • I see black clouds de Iain Ross-McNamee avec Nicole O'Neill...
  • Love and Monsters de Michael Matthews avec Dylan O'Brien, Jessica Henwick...
  • Bruised de Michelle Rosenfarb, avec Halle Berry, Danny Boyd Jr.....
  • Night Teeth de Adam Randall avec Jorge Lendeborg Jr. ,Debby Ryan,Lucy Fry...
  • Don't look up de Adam McKay avec Leonardo DiCaprio, Jennifer Lawrence, Meryl Streep
  • Matrix 4 de Lana Wachowski avec Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss
  • Girl : La Fille à la hache de Chad Faust avec Bella Thorne, Mickey Rourke....
  • The Suicide Squad de James Gunn avec Margot Robbie, Idris Elba....
  • Monster Hunter de Paul W. S. Anderson avec Milla Jovovich, Tony Jaa...
  • Tides(la colonie) de Tim Fehlbaum avec Nora Arnezeder,Sarah‑Sofie Boussnina
    A ces 13 titres on en ajoute un "hors catégorie": OSS 117 Alerte rouge en Afrique noir dont on vous parle par ailleurs ici
    On a aimé aussi: The Father ,Jolt, Bloody Milkshake(Gunpowder Milkshake), Nobody,The Unholly, La Chapelle du Diable, The Kutcher nightmare of the wolf,Luca , Willy's wonderland,Chaos walking, Cruella, Come true de Anthony Scott Burns, Resident Evil 3: Nemesis jeu vidéo version ciné, The Dig , Sans un bruit 2, Rurouni Kenshinn the Beginning, Ashin of the North, Le dernier Voyage, Jurassik Hunt, Operation Rainfall


    PS: On n'a pas vu Sing 2 ... on espère dans le palmares 2022 !

  • par 5AVRIL  36

    MARDI

    JANVIER
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    Tout d'abord un grand bravo à Nicolas Bedos(réalisation) et Jean-François Halin(scénario)
    Sinon étonné: ce film devrait être réservé par la censure à un public particulier: l'homme hétéro blanc de plus de 50 ans
    Imaginez la tête de nos critiques télé lorsqu'ils ont vu le film: gnagnagna ,c'est pas drole, c'est pas assez irrévérencieux, c'est trop irrévérencieux...
    Bref ils n'ont pas capté les 3/4 du film et c'est pas étonnant
    Imaginez: ca existe un critique ciné de genre masculin qui soit hétéro ? blanc ? de plus de cinquante ans ?
    Pour pouvoir l'apprécier c'est simple, voici les prérequis: il faut avoir aimé Pierre Desproges et Guy Bedos dans les années 70/80, il faut avoir lu le Canard Enchainé tous les mercredi, il faut avoir été allaité par Marcel Gotlib.
    Super Dupont c'est le cousin par alliance de OSS 117
    Pauvres critiques télé: vous leur diffusez du Spiderman , du team Marvel toute l'année et là pof ! vous leur balancez Alerte rouge en Afrique noire dans la poire
    Que de cruauté et de mépris pour cette profession !
    par 5AVRIL  14

    VENDREDI

    JANVIER
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    Décès ce 6 janvier 2022 à Los Angeles de Sidney Poitier , célèbre acteur américano-bahaméen, né le 20 février 1927 à Miami
    Chevalier-commandeur de l'ordre de l'Empire britannique (KBE) en 1974 et ambassadeur des Bahamas, il est le premier acteur noir et le premier bahaméen à recevoir l'Oscar du meilleur acteur, en 1964, pour Le Lys des champs.
    Il occupe la 22e place dans le classement des plus grands acteurs selon l'American Film Institute.
    par 5AVRIL  16

    DIMANCHE

    NOVEMBRE
    2021
    LA PAGE CINéMA
     
  • Vinnie Jones
    Vous l'avez vu dans: X-Men : L'Affrontement final
    Vinnie Jones, de son vrai nom Vincent Peter Jones, quitte le domicile de ses parents à l'âge de 16 ans pour devenir footballeur. Il s'entraîne chez les amateurs du Wealdstone FC où il effectue une montée avant de rejoindre en 1986, le Wimbledon FC, club de son cœur.
    En 1988, avec le Wimbledon FC, il réussit à remporter la FA Cup en battant en finale le Liverpool FC un but à zéro.
    Son principal fait d'armes sur le gazon reste son fameux marquage « à la culotte » de la star Paul Gascoigne, en 1988.
    Ils sont nombreux à avoir , à la fin de leur carriere sportive, parfois à un tres haut niveau, choisi le cinéma comme reconversion.
  • Michel Constantin
    Vous l'avez vu dans: La valise
    À partir de 1948, étant très bon en volley, il participe à des matchs internationaux de volley-ball, après cela, a été récompensé de ses exploits en lui donnant le rôle de capitaine de l'équipe de France. Peu après il sera sacré champion de France avec le CO Billancourt.
  • Lino Ventura
    Vous l'avez vu dans : Les barbouzes
    À l'âge de 16 ans, il rencontre Fred Oberlander, un champion autrichien de lutte gréco-romaine résidant dans l’hôtel Baudin. Celui-ci le convainc de venir s'entraîner régulièrement à la lutte dans la salle du club athlétique des Gobelins(Paris), puis dans celle de la porte d’Italie. Apprenant l'humilité et la fraternité en pratiquant ce sport, il se forge selon ses termes « une mentalité de gagnant ».
  • Burt Reynolds
    Vous l'avez vu dans : Cours après moi Shériff
    Passionné de football américain, lors de sa deuxième année au Collège à Palm Beach High School, il intègre l'équipe junior de Floride et reçoit de nombreuses offres de bourses. Espérant devenir footballeur professionnel, il se blesse lors du premier match de la saison, blessure aggravée un an plus tard par un accident de voiture. Il décide alors de devenir policier(!).
  • Elie Chouraqui
    Vous l'avez pas vu mais celui qui réalise : Les marmottes
    Il suit des études classiques, lettres, droit, mais déserte rapidement les facultés du Quartier latin qu’il trouve : « angoissantes, fermées, ne donnant d’espoir qu’à ceux dont les parents les ont précédés sur les mêmes bancs. »
    Il part alors à l’armée, devient international de volley-ball en 1969 et 1970, participe à la coupe d’Europe, aux Championnats du monde, en portant le maillot tricolore 112 fois.
  • Arnold Schwarzenegger
    Vous l'avez vu dans: Terminator
    En 1953, à l'âge de 6 ans, il rêve de devenir champion après avoir assisté avec son père à Graz à l'inauguration d'une nouvelle piscine par l'ancien champion olympique Johnny Weissmuller. En 1961, il rencontre l'ancien Mr. Autriche, Kurt Marnul, qui l'invite à venir s'entraîner à l'Athletic Union, une salle de gymnastique à Graz
    En 1965, il remporte le championnat autrichien junior de soulevé de poids
    Une année plus tard, en 1966, il remporte le titre de M. Europe (Bodybuilding)
  • André Pousse
    Vous l'avez vu dans: Flic Story
    Après une course à vélo entre Antony et Petit-Clamart avec des coureurs amateurs de l'Union vélocipédique du Ve arrondissement où il arrive largement premier sans s'être entraîné auparavant, André Pousse commence à dix-sept ans une carrière professionnelle de cycliste.
    Entre 1942 et 1949, il devient cycliste professionnel. Pistard avant tout, il se spécialise dans les courses de six jours, notamment celles au Vél' d'Hiv' de Paris
  • Johnny Weissmüller
    Vous l'avez vu dans: Tarzan
    À l'âge de neuf ans, Johnny Weissmüller contracte la poliomyélite. Son médecin lui suggère de pratiquer la natation pour aider à vaincre la maladie. Johnny guérit et continue à pratiquer ce sport où il excelle.
    Il est le premier homme à passer au-dessous de la minute au 100 mètres nage libre, le 9 juillet 1922, avec un temps de 58 s 6.
    Aux Jeux olympiques de 1924 à Paris, il prive Duke Kahanamoku d'un troisième titre consécutif sur le 100 m nage libre. En trois jours, du 18 au 20 juillet, il s'octroie quatre médailles, l'or sur 100 mètres, 400 mètres et au relais 4 × 200 mètres, et même une médaille de bronze en water-polo. Il réussit à conserver son titre du 100 m nage libre, quatre ans plus tard. En deux Jeux olympiques, il obtient cinq médailles d'or et une en bronze
  • O.J. Simpson
    Vous l'avez vu dans : Y a-t-il un flic pour sauver la reine ?
    O. J. Simpson est le quatrième joueur universitaire de l'histoire à terminer deux saisons universitaires consécutivement en tant que meilleur coureur en termes de yards. Ses 1 880 yards lors de la saison universitaire 1968 sont alors le record sur une seule saison. . Vainqueur du Rose Bowl en 1967, il le dispute également l'année suivante et est désigné meilleur joueur de la rencontre dans la défaite.
    O. J. Simpson est le premier à casser la barre mythique des 2 000 yards parcourus à la course lors de la saison 1973 lorsqu'il court 2 003 yards. Il bat alors le record historique de 1 863 yards de Jim Brown. Lors de cette saison 1973, il court 143,1 yards par rencontre, une moyenne record sur une saison. Il court 1 000 yards en seulement sept rencontres, performance qu'il réalise de nouveau lors de la saison 1975.
    Simpson termine sa carrière avec 11 236 yards courus, deuxième total le plus important lorsqu'il prend sa retraite, devancé seulement par Jim Brown. Joueur de l'année en 1973, il est sélectionné à six reprises au Pro Bowl. Il est le premier joueur à avoir couru plus de 200 yards lors de six matchs différents. Il termine meilleur coureur de la NFL à quatre reprises.
  • Jason Statham
    Vous l'avez vu dans : Le transporteur
    Statham faisait partie de l'équipe de plongeon de Grande-Bretagne (British Diving Squad) pendant douze ans et est classé huitième aux Jeux du Commonwealth de 1990
  • Jean-Claude Van Damme
    Vous l'avez vu dans: Double Impact
    Il se lance dans les arts martiaux à l'âge de dix ans au sein d'une école de karaté. Son style de combat se compose de karaté Shotokan et de kickboxing. Il parvient à obtenir sa ceinture noire en karaté. Il se lance ensuite dans le bodybuilding, désireux de développer sa musculature, ce qui lui vaut par la suite le titre de Mr. Belgium
  • Carl Weathers
    Vous l'avez vu dans: Rocky
    Joueur de football américain il a fait partie des Oakland Raiders (de la NFL) et des Lions de la Colombie-Britannique (de la LCF) du football professionnel.
  • Jim Brown
    Vous l'avez vu dans: Mars Attack !
    Pendant toute sa carrière professionnelle en National Football League (NFL), entre 1957 et 1965, Brown joue pour les Browns de Cleveland.
    Il est élu meilleur joueur de la ligue à trois reprises en 1957, 1958 et 1965 et remporte un titre de champion NFL en 1964. Sélectionné au Pro Bowl lors de toutes ses saisons en National Football League, il est le meilleur coureur lors de huit de ses neuf saisons. En 2002, il est considéré par le Sporting News comme le meilleur joueur de football de tous les temps.
  • Chuck Norris
    Vous l'avez vu dans: Invasion USA
    En 1968, Chuck Norris devient champion de karaté dans la catégorie poids moyen, et en 1969, il remporte la « triple couronne » en karaté pour le record des tournois remportés dans l'année et le titre de combattant de l'année, décerné par le magazine Black Belt. Il est champion du monde des poids moyens de 1968 à 1974.
    Il possède une ceinture noire en tangsudo et taekwondo, et pratique également le judo et le ju-jitsu

  • par 5AVRIL  32

    SAMEDI

    NOVEMBRE
    2021
    LA PAGE CINéMA
     
    Les Oiseaux (The Birds) est un thriller américain, réalisé par Alfred Hitchcock, sorti en 1963.
  • Il s'inspire de la nouvelle éponyme de la romancière britannique Daphne du Maurier, publiée en 1952
  • Hitchcock ne voulait pas de star pour le film. Le succès de Psychose sans grands acteurs l'avait motivé à se diriger dans ce sens. Après divers essais filmés de plusieurs actrices, Pamela Tiffin, Yvette Mimieux, Carol Lynley et Sandra Dee, Hitchcock surprit en choisissant une inconnue, Tippi Hedren. Il l'avait remarquée dans une publicité diffusée lors de l'émission télévisée The Today Show
  • Lors de la scène du grenier où Melanie(Tippi Hedren) est sauvagement attaquée, l'actrice apprit le matin du tournage que les oiseaux mécaniques qui devaient entrer en jeu ne fonctionnaient plus. Pendant cinq jours, Tippi Hedren dut affronter des oiseaux réels. Durant toute la semaine, les techniciens lancèrent sur elle des volatiles censés la frapper. Le lundi suivant, elle s'écroula d'épuisement et dut être hospitalisée, une paupière ouverte !!!
  • Hitchcock utilise de nombreux thèmes et motifs récurrents dans ses films, et Les Oiseaux ne fait pas exception à la règle. De fait, les oiseaux apparaissent fréquemment dans ses œuvres. Ainsi, dans Agent secret (1936), Verloc donne des oiseaux en cage à Stevie. Le motel de Norman Bates dans Psychose (1960) est rempli d'oiseaux empaillés
  • La scène dans laquelle Hedren se fait attaquer par les oiseaux dans la chambre est qualifiée par les cinéphiles de « métaphore du viol » . La douleur qui s'en dégage, les plans serrés, la rapidité, la violence et la mise à nu du personnage en justifient l'explication. De plus, il est difficile d'ignorer le sens de la perversion de Hitchcock dans ses films, allant du voyeurisme (Fenêtre sur cour) au meurtre par jalousie (Le crime était presque parfait). Le viol sera explicitement introduit dans son film suivant Pas de printemps pour Marnie
  • Il y eut une controverse par rapport à la nature de la relation d'Alfred Hitchcock et Tippi Hedren pendant le tournage de The Birds . Hedren a soutenu qu'il y avait eu plusieurs incidents où Hitchcock avait agi de manière inappropriée envers elle. Les acteurs et l'équipe ont décrit son comportement comme "obsessionnel", et Hedren a affirmé qu' il l'avait soudainement attrapé et a mis ses mains sur elle. "C'était sexuel". Hedren a déclaré qu'elle a rejeté les avances d'Hitchcock à de nombreuses occasions.
  • La majorité des oiseaux vus dans le film sont réels, bien qu'on estime que plus de 200 000 $ ont été dépensés pour la création d'oiseaux mécaniques pour le film.
  • Pour déclencher les intrigues de ses films, Hitchcock utilise un procédé surnommé « MacGuffin ». Dans Les Oiseaux, il s'agit de l'achat du couple d'inséparables (« lovebirds » en anglais). Les deux héros se rencontrent à cette occasion et Melanie prend pour prétexte la livraison des inséparables pour se rendre à Bodega Ba.
  • Hitchcock avait prit l'habitude de faire une apparition dans ses films. Au début des Oiseaux, Tippi Hedren entre dans une oisellerie. Juste au moment où elle met le pied dans la boutique, Hitchcock en sort avec ses deux chiens, Geoffrey et Stanley
  • Le film fait référence à un incident qui a eu lieu à Capitola, en Californie, en août 1961, où un groupe d'oiseaux a semblé attaquer une communauté entière. "Des hordes d'oiseaux marins bombardaient leurs maisons en piqué, s'écrasaient sur des voitures et crachaient des anchois à moitié digérés sur les pelouses. Ces oiseaux auraient en fait mangé une algue toxique qui les a amenés à se comporter étrangement.
  • par 5AVRIL  30

    MARDI

    NOVEMBRE
    2021
    LA PAGE CINéMA
     
    Citizen Kane est un film dramatique américain, réalisé par Orson Welles, sorti en 1941.
    Orson Welles a coécrit et coproduit Citizen Kane, qui est son premier film en tant que réalisateur, et dans lequel il tient également le rôle-titre.
  • Ce film quasi-biographique conte la vie de Charles Foster Kane, interprété par Welles, un personnage inspiré en partie par le magnat des journaux américains William Randolph Hearst.
  • À sa sortie, Hearst interdit toute mention du film dans tous ses journaux. Ses tentatives d'interdire le film par Hearst ont donné lieu à un documentaire télévisé intitulé The Battle Over Citizen Kane.
  • Orson Welles ne s’en tient pas aux flashbacks systématiques, il remet en valeur d’autres procédés déjà connus mais peu utilisés. « Le metteur en scène accumulait les innovations techniques : photographies en clair-obscur, décors plafonnés, emploi systématique de la profondeur de champ, travellings démesurés, recherches sonores, etc.
  • Il s'agit du premier film du réalisateur, et les acteurs proviennent pour la plupart de son groupe de théâtre : le Mercury Theatre
  • Le titre initial devait être "American"
    Pour Kane, Orson Welles s'est inspiré d'un personnage réel : William Randolph Hearst (1863-1951), qui s'était réfugié dans un château, le Hearst Castle, à la fin de sa vie, comme Kane à Xanadu dans le film.
    Toutefois, d'autres sources, et certains auteurs comme Peter Harry Brown et Pat H. Broeske, ont fait valoir que le film devait être, à l'origine, une biographie plus ou moins fidèle du millionnaire Howard Hughes, alors autant connu pour ses entreprises cinématographiques (Les Anges de l'enfer, Scarface), pour ses exploits et ses activités dans l'aviation, que pour certaines de ses excentricités : il était victime de troubles obsessionnels compulsifs, lui faisant par exemple répéter plusieurs fois de suite la même phrase, et souffrait d'une phobie des microbes. L'ironie veut que Howard Hughes soit devenu quelques années plus tard le patron de la RKO qui a produit le film.
  • Rosebud, le fameux mot-clé prononcé par Kane, veut dire littéralement « bouton de rose ». Il est dit que ce mot était utilisé par William Randolph Hearst pour désigner une partie intime de sa maîtresse, Marion Davies
  • Orson Welles a dit à propos de son film : « Le public est seul juge. Kane est à la fois un idéaliste et un escroc, un très grand homme et un individu médiocre. Tout dépend de celui qui en parle. Il n'est jamais vu à travers l'œil objectif d'un auteur. Le but du film réside d'ailleurs plus dans la présentation du problème que dans sa solution ».
  • par 5AVRIL  19

    Pour chaque post, cliquer sur la photo centrale pour accéder au diaporama, ou cliquer sur les miniatures pour les voir en photo centrale

    LIENS



    RANK
      Les posts plus lus dans la rubrique

     Al Pacino Story - 2 1184 , le 07/04/2013
     Behind the scenes - 1 1097 , le 10/05/2013
     Détour Mortel 6 définitivement retiré de la vente 956 , le 27/11/2015
     La réplique qui tue #10 877 , le 18/10/2013
     Behind the scenes - 2 818 , le 12/05/2013
     Les films de l'année 2012 813 , le 30/12/2012
     La réplique qui tue #9 712 , le 13/10/2013
     Jean Paul Belmondo Story - 1 689 , le 01/06/2013
     La réplique qui tue #7 661 , le 04/10/2013
     La réplique qui tue #1 624 , le 03/09/2013
     Clint Eastwood Story - 1 613 , le 31/12/2012
     Jean Paul Belmondo Story - 2 et fin 583 , le 03/06/2013
     Sorties Ciné du 27/03/2013 573 , le 27/03/2013
     Behind the scenes - 4 571 , le 20/05/2013
     La réplique qui tue #3 558 , le 13/09/2013
    LUNDI

    SEPTEMBRE
    2021
    LA PAGE CINéMA
     
    Alors qu'on les avait quittés (enfin) "in love" dans "Le Retour du Jedi", on a retrouvé dans le réveil de la force deux amoureux séparés.
    Plusieurs théories sur la fin de cette love story avaient vu le jour. Selon certains, le passage de leur fils du côté obscur de la force aurait détruit leur couple.
    Lors d'une rencontre avec les fans, Carrie Fisher a donné sa propre explication sur la rupture des tourtereaux. Selon l'interprète de la Princesse Leia, cette rupture est essentiellement due à trois facteurs, rapporte le site Digital Spy.
    "Il faisait trop de contrebande. Les filles, vous ne voulez pas que votre mari trafique, n'est-ce pas?", s'est amusée l'actrice.
    Chewbacca, le compagnon poilu d'Han Solo aurait également des choses à se reprocher... "Il passait beaucoup trop de temps avec le mec poilu. Je pense que cela a créé beaucoup de problèmes", poursuit l'actrice qui s'était pour l'occasion improvisée conseillère conjugale.
    "Il ne m'emmenait pas assez souvent dans l'hyper espace. Et c'est un euphémisme", a-t-elle poursuivi avec beaucoup d'humour.
    Trente-deux ans plus tard, elle reprendra le rôle de Leia dans Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force (2015) puis elle tourne toutes ses scènes dans l'épisode VIII "Les Derniers Jedi" mais elle meurt à 60 ans d'un arrêt cardiaque, avant la sortie de l'épisode VIII.
    On prête à Carrie Fisher une liaison avec un autre acteur de Star Wars: Mark Hamill. Officiellement elle a été sinon la compagne du chanteur Paul Simon et de l'acteur Dan Aykroyd
    par 5AVRIL  130

    DIMANCHE

    SEPTEMBRE
    2021
    LA PAGE CINéMA
     


    La sortie du film, prévue au départ pour le 21 mai 2021 a été repoussée au 22 décembre 2021 aux États-Unis (le 15 décembre 2021 en France ).
    Le film est officiellement annoncé par Warner Bros. le 20 août 2019. Il est ensuite annoncé que seule Lana Wachowski en sera la réalisatrice.
    Bien que les personnages de Neo et Trinity soient de retour avec les acteurs originaux Keanu Reeves et Carrie-Anne Moss, il n'en est rien pour le personnage de Morpheus incarné par Laurence Fishburne dans la trilogie originale. Cependant son rôle sera maintenu avec une version plus jeune de lui et sera incarné par Yahya Abdul-Mateen II
    Hugo Weaving, l'interprète de l'Agent Smith devait initialement revenir pour ce quatrième opus, mais un conflit d'emploi du temps l'empêche de revenir
    Joe Pantoliano, qui est apparu dans le film original en tant que Cypher, a exprimé son intérêt à reprendre son rôle malgré la mort de son personnage dans le premier épisode et a envoyé un message à Lana Wachowski sur la possibilité de le ramener, mais n'a reçu aucune réponse d'elle.
    On espère éviter la grosse déception... !
    par 5AVRIL  32

    DIMANCHE

    SEPTEMBRE
    2021
    LA PAGE CINéMA
     


    Ridley Scott Alejandro Jodorowsky n'ont pas pu l'adapté, David Lynch oui mais ca s'est mal terminé car sa vision de du film n'était pas vraiment compatible avec celle du producteur Dino de Laurentiis (faut savoir que le film immédiatement produit avant par le producteur c'était Conan le destructeur avec Arnold Schwarzenegger !)
    Qu'en est il du film de David Villeneuve ? Et ben on confirme, Dune est maudit. Au niveau visuel, on a l'impression de voir le Dune de Lynch mais en moins bien, genre version télé 20 ans après.
    C'est donc raté
    NEXT !
    par 5AVRIL  21

    DIMANCHE

    SEPTEMBRE
    2021
    LA PAGE CINéMA
     
    Et pourtant ils étaient attendus !
    Les gros flops de l'année:
  • Black Widow
    Pour pas être original tout le monde dit la même chose
    Dommage pour Scarlett Johanson... Quand on regarde Lucy (de Luc Besson) on ne doute pas de ses qualités pour jouer dans un très bon film de SF
  • Baby boss 2 : Une affaire de famille
    Comment rendre furieux tout adorateur de Baby Boss 1
  • The Croods 2
    Comment rendre furieux tout adorateur de The Croods 1
  • Pierre Lapin 2
    Comment rendre furieux tout adorateur de Pierre Lapin 1
  • Godzilla vs King Kong: le choc des titans
    On avait présenté en 2020 le trailer s'attendant à quelque chose de merveilleux. C'est désespérant. On a même pas réussi à aller jusqu'au bout. Beurk
  • Army of the Dead
    Ce n'est pas parce qu'on s'appelle Zack Snyder qu'on peut faire un film de zombies. La preuve, c'est complètement raté
    Et pour finir: les confirmations
  • Malcolm & Marie
    Zendaya Coleman est une immense actrice, John David Washington n'est toujours pas un acteur (vous l'avez vu dans Tenet cette rigolade !!!)
  • Cruella
    Quand on s'appelle Emma on est joue merveilleusement bien
    Donc bravo Emma Thompson et Emma Stone. Dommage il n'ont pas trouvé un petit rôle pour Emma Watson
  • The Father
    Olivia Coleman est une immense actrice. Digne d'un oscar. Dommage ce n'est pas elle qui l'a eu mais Anthony Hopkins. On se console comme on peut
  • par 5AVRIL  29

    MARDI

    AOUT
    2021
    LA PAGE CINéMA
     
    Shining (The Shining) est un film d'horreur américano-britannique sorti en 1980
    C' est le onzième long métrage réalisé par Stanley Kubrick, avec Jack Nicholson, Shelley Duvall et Danny Lloyd dans les rôles principaux.
  • Dans ce film, Jack Nicholson est doublé par Jean-Louis Trintignant, sous la demande de Kubrick qui tenait absolument à ce qu'il soit doublé par Trintignant alors qu'il n'avait pourtant jamais fait de doublage.
  • Pendant le générique de début en plan aérien, la caméra suit la voiture des personnages principaux dans les lacets de la montagne. Certains cinéphiles égratignent le perfectionnisme légendaire de Kubrick car on aperçoit l'ombre de l'hélicoptère en bas à droite et, plus tard, les pales de l'appareil. L'explication vient du fait que le tournage a été effectué au format 1.37:1 pour une diffusion censée être en 1.85:1, avec les bandes noires qui masquent une partie de l'image ; seule une diffusion dans le format de tournage laisse donc entrevoir cette « erreur ».
  • La phrase tapée des centaines de fois par Jack sur sa machine à écrire a été traduite en diverses langues par Kubrick lui-même.
  • Dans la version française, il y a une erreur de traduction, le surnom de Danny est « canard » alors qu'en version originale c'est « Doc » (les interprètes ayant compris « duck » au lieu de « doc »). Wendy Torrance explique qu'elle et son mari l'appellent ainsi à cause du dessin animé Bugs Bunny et sa phrase fétiche « What's up, doc? » (« Quoi d'neuf, docteur ? »).
  • Jack Nicholson et Danny Lloyd interprètent tous deux un personnage qui porte le même prénom qu'eux.
  • Le cri de Torrance « Heeeeeere's Johnny » faillit passer à la trappe car Kubrick ne regardait pas la télévision américaine et ne savait pas que c'était la phrase prononcée à l'entrée en scène de Johnny Carson lorsqu'il animait le Tonight Show.
  • Barry Nelson, qui joue le directeur de l'hôtel, a été le premier acteur à interpréter James Bond à l'écran en 1954, dans une adaptation du roman Casino Royale de Ian Fleming présentée par la série télévisée d'anthologie Climax!, huit ans avant Sean Connery.
  • Le spectateur Stephen King trouve le film excellent, mais le romancier est extrêmement mécontent : le scénario trahit l'esprit du livre. Le livre est chaud, alors que le film est froid ; le livre se termine dans le feu, le film dans la glace. C'est pourquoi, en 1997, il co-produira et scénarisera une seconde adaptation pour la télévision intitulée Shining
  • Lisa et Louise Burns, dans le rôle des jumelles Grady, sont caractérisées par une petite robe bleue, barrette dans les cheveux, peau diaphane, regard oppressant. Kubrick se serait inspiré de la photographie de Diane Arbus, Identical Twins (1967), pour créer les jumelles qui hantent les couloirs de l’hôtel
  • Kubrick a tourné une scène finale alternative qui ne sera pas gardée. Dans celle-ci on peut y voir le directeur de l’hôtel qui rend visite à Wendy à l’hôpital et lui explique que la police n'a rien trouvé de particulier impliquant que c'est elle qui a tout imaginé. Avant de quitter l'hôpital, il donne à Danny la balle de tennis qui l'avait attiré dans la chambre 237 et apparaît alors un « carton » : « L'hôtel Overlook allait survivre à la tragédie, comme il l’avait déjà fait de si nombreuses fois. Il est toujours ouvert chaque année du 20 mai au 20 septembre. Il est fermé l’hiver. »
  • par 5AVRIL  41

    SAMEDI

    AOUT
    2021
    LA PAGE CINéMA
     
    L'idée du film trouve son origine dans un dessin représentant un homme avec des ciseaux à la place des mains4 réalisé par Tim Burton pendant son adolescence et reflétant ses sentiments d'isolement et d'incapacité à communiquer avec les autres habitants de la banlieue résidentielle de Burbank, où il demeure.
    Au sujet de Burbank, Burton affirme : « Il y avait quelque chose d'étrange qui planait dans cette ville. Les gens étaient amicaux, mais uniquement en surface. Comme s'ils étaient forcés à l'être » .
    En 1987, alors que Burton est dans la phase de préproduction de Beetlejuice, il engage la jeune romancière Caroline Thompson pour écrire le scénario d’Edward aux mains d'argent d'après son ébauche d'histoire. Impressionné par le premier roman de Thompson, First Born, l'histoire d'un fœtus avorté qui revient à la vie, Burton pense également que ce roman contient le mélange d'éléments fantastiques et sociologiques qu'il désire mettre en avant dans son projet .
    Thompson et Burton s'entendent immédiatement très bien et Thompson écrit son scénario comme un « poème d'amour » à Burton, dont elle parle comme étant « de toutes les personnes qu'elle connaît, celui qui s'exprime le mieux tout en étant incapable de construire une seule phrase » .
    Pendant que Thompson s'attelle à l'écriture du scénario, Burton commence à développer le projet avec Warner Bros., société de production avec laquelle il a déjà collaboré sur ses deux premiers longs-métrages.
    Mais, deux mois plus tard, les dirigeants de Warner Bros., qui ne sont pas enthousiasmés par le projet, vendent les droits du film à la 20th Century Fox .
    Ce studio accepte de financer le projet tout en accordant à Burton un contrôle absolu sur les aspects créatifs. Le budget du film est alors estimé aux alentours de huit ou neuf millions de dollars .
    Pour écrire l'histoire, Burton et Thompson s'inspirent de films tels que Notre-Dame de Paris (1923), Le Fantôme de l'Opéra (1925), Frankenstein (1931), King Kong (1933) et L'Étrange Créature du lac noir (1954), ainsi que de plusieurs contes de fées, comme Pinocchio et La Belle et la Bête.
    Burton a d'abord l'intention de faire un film musical, quelque chose de « grand et lyrique », avant d'abandonner cette idée .
    À la suite de l'énorme succès de Batman (1989), Burton fait désormais partie des réalisateurs les plus en vue . Il a l'occasion de réaliser le film qu'il veut et, plutôt que de mettre tout de suite en chantier la suite de Batman, comme le souhaiterait Warner Bros , il choisit de réaliser Edward aux mains d'argent1
    par 5AVRIL  42

                  
    413     Page précédente
    Page Suivante
    393