Cocktail93




MERCREDI

JUILLET
2022
LA PAGE CINéMA
 
En hommage à Françoise Arnoul, disparue il y a jusque un an, le 20 Juillet 2021, cet article paru sur le site bilan.ch


Françoise Arnoul, vie et mort d'une star française oubliée des années 1950
L'actrice est décédée à 90 ans. Dans la première moitié des années 1950, cette brune incarnait les Françaises moyennes dans des films qui n'ont pas toujours si mal vieilli.
«J’aurais pu vous faire mettre toute nue.» Frissons dans la salle. Frustrations aussi. «Mais pourquoi ne l’a-t-il donc pas fait?», murmure une voix dans le noir. Nous sommes en 1958. La résistante Françoise Arnoul, dite «La chatte», est en pullover blanc ultra moulant face à l’officier SS Kurt Meisel, l’un de premiers chauves officiels de l’écran. Il n’y en avait pas tant, à cette époque de moumoutes universelles. Le film d’Henri Decoin refait de Françoise, déjà sur le déclin, une vedette pour quelque temps. Le film connaîtra ainsi une suite, «La chatte sort de ses griffes»…
Françoise Arnoul vient de mourir le 20 juillet, très oubliée. Elle avait 90 ans. La femme était semble-t-il depuis longtemps malade. Les jeunes générations n’ont jamais entendu parler d’elle. Les autres n’avaient plus guère de ses nouvelles, même si sa dernière apparition à l’écran date de 2016. La gloire de Françoise leur semblait du coup remonter à des temps quasi préhistoriques. L’actrice Pied-Noir, née à Constantine en 1931, demeurait liée pour eux à la première moitié des années 1950, quand la majorité des films restait en noir et blanc. Françoise Gautsch, dite Arnoul, avait alors débuté tôt dans des rôles de «fruits verts», comme on disait à l’époque. Le succès était venu après «Nous irons à Paris» de Jean Boyer, en 1950. Cette comédie sur les déboires d’une radio libre (et donc interdite) avait fait courir toute la France, qui éprouvait un grand besoin d’optimisme. Cela dit, j’avoue sans honte aucune avoir revu le film avec plaisir il n’y a pas si longtemps.
La fameuse année 1956
La nouvelle-venue va dès lors s’insérer dans la production nationale d’après-guerre, gentiment sclérosée. Elle tournera avec Ralph Habib, Henri Verneuil et surtout Henri Decoin. «Le cinéma de papa», diront plus tard avec mépris les critiques de la Nouvelle Vague. Ce sera la brune, étiquetée «Française moyenne», Martine Carol formant comme en pendant l’imitation réussie des blondes platinées hollywoodiennes. Françoise tombera ainsi enceinte ou dans la prostitution, quand elle ne sera pas dans «Le dortoir des grandes». Il est facile de se moquer de ces drames d’un autre âge. En dépit des ans, certains tiennent bien le coup. Mieux même que certains films «jeunes» réalisés autour de 1960. «Des gens sans importance» d’Henri Verneuil (1955) où Françoise, serveuse dans un restaurant de routiers, meurt d’un avortement clandestin fait ainsi preuve d’un autre poids social que les premiers essais faussement anti-bourgeois de Claude Chabrol.
1956 aurait dû devenir la grand année de Françoise. Jean Renoir la choisit pour son chef-d’œuvre d’après-guerre, «French-Cancan», aux couleurs somptueuses. L’histoire, où Françoise incarne comme de juste une petite bonne femme à la fois têtue et un peu paumée, va effectivement donner naissance à un «classique». Tout coule. Tout roule. Tout roucoule. Le film n’a pas une ride. Le Marcel Carné, «Le pays d’où je viens» se soldera en revanche par une catastrophe esthétique et commerciale. Cette grosse production était supposée faire de Gilbert Bécard une star de cinéma. Sa carrière s’arrêtera là, celle de Françoise se retrouvant un peu hypothéquée. Ceci d’autant plus qu’au même moment déferlait sur le monde le tsunami Bardot. Brigitte, comme Françoise Sagan en littérature, incarnait une nouvelle époque. Françoise se retrouvait du coup démodée à 25 ans.
Un choix de vie
Bien sûr, il y aura une suite. Mais pas celle qu’elle avait dans les idées. Durant cinq ans, Françoise va continuer à paraître dans des œuvres très honorables, signées Roger Vadim ou Michel Boisrond, qui faisait figure de réalisateur vedette en ce temps-là. Il y aura ensuite les «Chatte». Mais la machine semblait enrayée. Elle le deviendra définitivement quand Françoise quittera son mari Georges Cravenne, qui faisait la pluie et le beau temps dans le monde du spectacle, pour un jeune réalisateur communiste et sans le sou, Bernard Paul. Pour lui, elle mettra ce qui lui restait de carrière en veilleuse. Ils vont fonder avec Marina Vlady une société, Francina. Elle financera les trois longs-métrages de Paul («Beau masque», «Dernière sortie avant Roissy»…). Des échecs commerciaux? Même pas. Ces film un peu fauchés ont passé inaperçus. Françoise a dès lors un peu cachetonné. Bernard Paul est mort d’un cancer à 50 ans en 1980. Fondu au noir.
Faut-il dès lors parler d’un échec? Allez savoir! Il y a eu à un moment ce qu’on appelle pompeusement «un choix de vie». L’aventure à la place du confort. L’aventure en question n’a pas bien tourné. Mais les contemporaines de Françoise Arnoul ont-elles eu davantage de chance? Martine Carol est morte en 1967 après bien des dépressions et des tentatives de suicide. Glorieuse certes, mais sans doute insatisfaite, Simone Signoret a bu plus que de raison. Il est permis de penser que Brigitte Bardot n’a toujours opéré les bons choix. Et que sont devenues Arlette Poirier, Brigitte Auber, Nicole Courcel, Suzanne Cloutier, Dominique Wilms, Danielle Godet, Isabelle Pia, Tilda Thamar («la bombe argentine»), Nicole Maurey, Nathalie Nattier... J’arrête là. J’ai l’impression de rester le seul à me souvenir d’elles.
Source: bilan.ch


par 5AVRIL  67

VENDREDI

JUILLET
2022
LA PAGE CINéMA
 
Suite à cet article
Luc Besson : les 10 pires productions de l'usine à navets EuropaCorp
Oh toi, site de merde Etronlarge.com tu es désormais banni à jamais de Cocktail93. Honte à toi . Va pourrir en enfer
Disparait rapidement de la toile, corps et âme !
Et un grand merci à Luc Besson pour l'ensemble de son oeuvre cinématographique
par 5AVRIL  48

VENDREDI

JUILLET
2022
LA PAGE CINéMA
 
Suite du post du 2 avril 2022, 3 films à avoir vu ce second trimestre de l'année en compagnie, ou pas, de votre chat
  • La ira de Dios
    Signé Netflix et réalisé par Sebastián Schindel, c'est béton coté scénario, les interprétations de Macarena AchagaJuan Minujín et Diego Peretti sont brillantes
    Un chef d'oeuvre du thriller !
    Pour moi un des meilleurs films du début de l'année
  • Las ninas de cristal
    Un film Netflix réalisé par Jota Linares qui ne semble pas avoir par ailleurs un gros succès auprès des spectateurs (5 sur 10 sur imdb.com) et pourtant un beau film,
    C'est esthétique, intéressant, chaque personnage du film est joué à la perfection: María Pedraza et Paula Losada y dansent comme deux étoiles, Mona Martínez en "méchante" y est sublime
  • The Sadness
    Pas facile de faire un film de zombies en 2021 ou 2022. Souvenons nous de Army of the Dead en 2021 de Zack Snyder, un gros loose sans originalité sans saveur bon à jeter à la poubelle, malgré la renommée du réalisateur et les moyens considérables qui lui étaient accordés. Et bien on peut encore en faire des très bons, et la source n'est pas tarie, la preuve: le succulemment gore The Sadness, film taiwanais réalisé par le canadien Robert Jabbaz, dégoulinant d'horreur, explosant d'hémoglobine, dont chaque craquement des os brise la raison du spectateurs. On est dans le fim du début jusqu'à la fin. C'est à la fois drole (comme tout bon film d'horreur) et on le rappelle original et c'est surtout ca qui en fait un film à voir
    Sinon d'autres films à qui ont met un:
    - On a bien aimé: Uncharted, One shot, The Desperate Hour, Clean
    - A voir pourquoi pas: All the Old Knives, Yaksha un démon en mission, Sonic 2, Pleasure, Umma
    - Moonfall(Scénario écrit par Ecosyst Emmerich, 4 ans et demi, neveu de Roland Emmerich),Batman(N'est pas Batman qui veut), Elvis
    - On a detesté: Nuevo orden
    - Et enfin: Disney . On ne déteste meme plus à ce niveau. On a pitié. Pauvre Disney. Achevez les . On souffre , Disney aussi
  • par 5AVRIL  27

    MARDI

    JUIN
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    La Zizanie est un film français réalisé par Claude Zidi, sorti en 1978.
  • Avant la sortie du film, Jean-Pierre Mocky attaque la production au tribunal pour plagiat parce qu'il avait auparavant proposé à Louis de Funès un projet baptisé Le Boucan dont le scénario ressemblait à celui de La Zizanie. Jean-Pierre Mocky gagne le procès et est indemnisé à hauteur de 250 000 francs, mais il y perd alors le soutien de la profession, l'industrie du cinéma n'acceptant pas qu'on aille devant les tribunaux.
  • Dans le film, pour se rendre incognito à une soirée, Guillaume (Louis de Funès) met un masque de… Louis de Funès et assiste alors à un concours d'imitation du maire (lui-même).
  • Louis de Funès a l'habitude d'interpréter un patron dans ses films, mais c'est ici la première fois que son personnage fait faillite, ce qui fait écho au début de la crise économique des années 1970, qui mit fin aux Trente glorieuses.
  • La campagne municipale décrite dans le film (sorti le 22 mars 1978, trois jours après le second tour des élections législatives) rappelle le contexte politique de l'époque :
    le thème du plein emploi : le taux de chômage étant passé de 3 % en 1975 à 5 % en 1979 (Président: VGE)
  • la place des femmes : Guillaume dit que celles-ci « n'ont rien à dire ». Il y aura 4,3 % de femmes au parlement en 1978 ; l'environnement : l'écologie faisait son entrée en politique dans les années 1970. Dans le film, Bernadette(Annie Girardot) présente une liste en faveur de la « protection de la nature » (liste raillée par son époux) et emporte finalement l'élection.
  • L'élection présidentielle de 1974 avait quant à elle vu la première candidature écologiste, incarnée par René Dumont, qui réunit 1,32 % des suffrages, mais aussi la première femme candidate, Arlette Laguiller.
  • Le débat télévisé entre les deux candidats fait référence à celui de 1974 entre Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand, qui était le premier débat de l'entre-deux tours à l'époque.
  • par 5AVRIL  41

    MERCREDI

    JUIN
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
  • Sur le tournage de Rencontres du troisième type, François Truffaut aurait conseillé à Steven Spielberg de réaliser un film dont des enfants seraient les héros. Cela aurait été une des inspirations pour le réalisateur.
  • À l'origine, Steven Spielberg avait prévu de faire un film plus noir avec des aliens qui terrorisent une famille dans sa maison. Il réutilisera cette idée, mais dans un autre contexte, en produisant Poltergeist, de Tobe Hooper, en 1982.
  • Au départ, Drew Barrymore devait jouer Carol-Anne Freeling dans Poltergeist, mais Steven Spielberg ne l'y trouvant pas convaincante, il l'y a fait remplacer par une des meilleures amies de Drew, Heather O'Rourke, et a réécrit en urgence le script d'E.T. afin d'y insérer le rôle, non prévu à l'origine, de Gertie pour sa filleule.
  • Les différents noms de travail d'E.T. ont été A Boy's Life, Night Skies, et E.T. and Me.
  • Pour le scénario du film E.T. l'extra-terrestre, l'écrivaine française Yvette de Fonclare révèle qu'elle a découvert avec surprise le récit de son propre roman L'Enfant des étoiles écrit en 1979 et qui relate la rencontre entre des enfants et un jeune extra-terrestre perdu sur la Terre.
    En février 1981, Yvette de Fonclare avait envoyé son manuscrit à la société The Walt Disney Company dans l'espoir de voir naître un film d'après son œuvre.
    La scénariste Melissa Mathison du film E.T. l'extra-terrestre, travaillait chez Walt Disney Company quand Yvette de Fonclare envoya son manuscrit.
    Cette dernière émet l'hypothèse du plagiat de son ouvrage si ce n'est une très forte coïncidence
  • Des similarités ont été relevées entre le film de Spielberg et un film québécois, Le Martien de Noël, réalisé par Bernard Gosselin en 1971.
  • Si Melissa Mathison est la scénariste officielle du film, c'est Steven Spielberg qui a conçu le film. En effet, E.T. l'extra-terrestre est quasi-autobiographique : n'ayant pas d'amis dans son enfance et ses parents s'étant séparés, le jeune Steven, fasciné par les ovnis, s'inventa un ami imaginaire. Aujourd'hui encore, Steven Spielberg affirme que E.T. l'extra-terrestre est son film le plus intime.
  • par 5AVRIL  61

    LUNDI

    MAI
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    Originaire du New Jersey, où il est né il y a 67 ans, le 18 décembre 1954, il s'est d'abord fait connaître à l'écran en 1986 avec Dangereuse sous tous rapports, qui lui avait valu une nomination aux Golden Globes comme meilleur second rôle masculin. Mais ce n'est qu'au tournant des années 1990 qu'il s'impose à l'écran en enchaînant les rôles de malfrats, de flic plus ou moins honnêtes ou de suspects à la gueule de l'emploi. Outre Les Affranchis, on le retrouve dans Obsession fatale (1992), Mémoires suspectes (1996), Copland (1997) ou Phoenix (1998), films dans lesquels sa mâchoire carrée, sa lippe effacée et son regard inquiétant font souvent merveille.
    En 2001, Ridley Scott l'enrôle encore une fois dans la police pour Hannibal, la suite pas exactement parfaite du Silence des agneaux. Ray Liotta ne cessera de tourner ensuite : plus de soixante films à son actif entre 2000 et aujourd'hui, même s'il ne retrouve jamais un rôle à la mesure de celui que Scorsese lui avait donné. Il est ainsi à l'affiche de films signés Nick Cassavetes (John Q, Yellow), Guy Ritchie (Revolver), Steven Soderbergh (No Sudden Move). Frank Miller et Robert Rodriguez lui offre un petit rôle dans la suite de Sin City - J'ai tué pour elle.
    Pour l'une des ses dernières apparitions à l'écran, Liotta avait joué aussi en 2021 dans le film Many Saints Of Newark - Une histoire des Soprano, qui retrace les années de jeunesse du célèbre mafieux Tony Soprano, de la cultissime série télévisée. Et, encore ces derniers mois, il tournait avec Elizabeth Bank dans Cocaine Bear, dont la sortie n'est pas prévue avant 2023.
    Ray Liotta est décédé ce 26 Mai
    Source: www.lefigaro.fr

    par 5AVRIL  36

    Pour chaque post, cliquer sur la photo centrale pour accéder au diaporama, ou cliquer sur les miniatures pour les voir en photo centrale

    LIENS



    RANK
      Les posts plus lus dans la rubrique

     Al Pacino Story - 2 1212 , le 07/04/2013
     Behind the scenes - 1 1125 , le 10/05/2013
     Détour Mortel 6 définitivement retiré de la vente 997 , le 27/11/2015
     La réplique qui tue #10 897 , le 18/10/2013
     Behind the scenes - 2 851 , le 12/05/2013
     Les films de l'année 2012 836 , le 30/12/2012
     La réplique qui tue #7 765 , le 04/10/2013
     La réplique qui tue #9 728 , le 13/10/2013
     Jean Paul Belmondo Story - 1 716 , le 01/06/2013
     Clint Eastwood Story - 1 652 , le 31/12/2012
     La réplique qui tue #1 644 , le 03/09/2013
     Jean Paul Belmondo Story - 2 et fin 616 , le 03/06/2013
     Behind the scenes - 4 598 , le 20/05/2013
     Sorties Ciné du 27/03/2013 593 , le 27/03/2013
     La réplique qui tue #3 581 , le 13/09/2013
    VENDREDI

    MAI
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    Dans une dimension parallèle, Neo n'a jamais été un homme puisque c'est Sandra Bullock qui a accepté le premier rôle de Matrix avant lui...
    Drôle d’histoire que celle de Matrix, surtout quand on sait a posteriori combien la saga des Wachowski a marqué la science-fiction au cinéma. Entre la longue liste d’acteurs qui ont refusé un rôle dans la saga, les onze réécritures du script et les nombreuses années qu’il a fallu au film pour sortir de terre et être compris par les producteurs, personne n’aurait vraiment parier sur les 463,5 millions de dollars (beaucoup plus après inflation) qu’il a récolté au box-office international, pour son modeste budget d'à peine 65 millions.
    Pendant ce développement houleux, le rôle de Neo est certainement l’un de ceux qui a posé le plus de problèmes au studio. Et après les refus consécutifs de Brad Pitt (trop fatigué après Sept ans au Tibet), Leonardo DiCaprio (qui ne voulait pas d'un autre film à effets spéciaux juste après Titanic) et Will Smith (qui ne le sentait pas assez), les producteurs avaient fini par concevoir le personnage complètement différemment et offrir le rôle à une femme : Sandra Bullock. Une donnée qui aurait probablement changé bien des choses dans une industrie où les héroïnes et super-héroïnes sont restées rares au rayon blockbuster.
    Le producteur Lorenzo Di Bonaventura, celui qui s’était battu pour obtenir de la Warner Bros. qu’elle fasse le film, a expliqué au micro du webzine The Wrap comment l’actrice oscarisée pour The Blind Side s’était retrouvée sur la liste des acteurs envisagés pour le rôle.
    « On a vu tellement de gens, je ne me souviens plus. On était désespéré. On est allé voir Sandra Bullock et on s’est dit qu’on allait changer Neo en fille. Joel Silver (ndlr : le producteur) et moi avions travaillé avec Sandy sur Demolition Man. Elle était, et continue d'être, une très bonne amie à moi. C'était assez simple. On lui a envoyé le script pour voir si ça l’intéressait. Et si oui, on aurait essayé de faire changer les choses. »
    Finalement ce n'était pas le bon moment pour l'actrice. On connait la suite, c’est Keanu Reeves qui a eu le rôle, et même si celui de Trinity avait aussi été proposé à Sandra Bullock (rôle qu’elle a regretté ne pas avoir pris), elle avait avoué en 2009 au micro de NBC que le film était vraiment bon et sexy grâce au duo Carrie-Anne Moss – Keanu.
    27 mars 2019 - Camille Vignes/ Ecranlarge.com
    par 5AVRIL  53

    LIEN

    SAMEDI

    AVRIL
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
  • Le film est un poème désenchanté sur la fin des mythes américains : mythe de l'Ouest américain, mythe de l'innocence, mythe de La Frontière, mythe des cow-boys libres dans la nature. « En cela, le scénario de l'écrivain Arthur Miller dresse un constat grinçant et particulièrement sombre de l’Amérique d'Eisenhower de la fin des années 1950, une nation qui a du mal à communiquer et dont le rêve des "Pères fondateurs" a échoué
  • Alors que le film a coûté plus de 4 millions de dollars, les recettes recueillies sur le territoire américain s'élèvent à seulement 4,1 millions de dollars. Les Désaxés est d'abord un échec public et critique
  • En 2018, une scène coupée du film a même été retrouvée, une scène dans laquelle on pouvait apercevoir Marilyn Monroe nue
  • Dernière apparition au cinéma pour Rex Bell, star du western des années 30, dans un petit rôle de cow-boy. Au moment du tournage, il était quand même lieutenant-gouverneur du Nevada.
  • Ralph Roberts, le masseur et confident de Marilyn Monroe, interprète le rôle de l'ambulancier dans la scène du rodéo.
  • Le film, qui n'eut guère de succès à sa sortie, est aujourd'hui connu pour des raisons qui tiennent moins à son contenu qu'à la vie de ses interprètes. Clark Gable mourut d'un infarctus quelques semaines après la fin du tournage(voir plus loin), et Marilyn Monroe ne termina jamais son film suivant, Something's Got to Give (George Cukor, 1962). Montgomery Clift tourna encore trois films et mourut à quarante-cinq ans. Il n'en fallait pas davantage pour établir l'image « crépusculaire » des Misfits – fin du mythe de l'Ouest, fin de l'âge d'or d'Hollywood
  • Les Désaxés est le dernier film de Clark Gable, né le 1er février 1901, décédé le 16 novembre 1960, soit quelques jours après la fin du tournage (4 novembre). Il avait 59 ans. Les relations avec Marilyn Monroe furent tendues sur le plateau, au point que certains témoignages rapportent une réflexion de Gable au sujet de sa partenaire : « She damn near gave me a heart attack » (« elle a failli me donner une crise cardiaque »)
  • En proie à une grave dépression nerveuse, Marilyn Monroe, fragile et vulnérable, boit et consomme beaucoup de médicaments, ce qui rend le tournage difficile (retards incessants de quatre à cinq heures, prises des scènes multipliées à l'envi car elle n'arrive pas à mémoriser ses dialogues, tournage arrêté en août 1960 car elle est hospitalisée à Los Angeles pendant 12 jours etc.) qui dure plus de trois mois au lieu de 50 jours
  • Après le tournage du film, Marilyn Monroe déclare à propos de Montgomery Clift : « Il est le seul être qui soit encore plus perdu que moi »
  • par 5AVRIL  47

    LUNDI

    AVRIL
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    Jacques Perrin, acteur et producteur de "Microcosmos" et "Les Choristes", est mort à l'âge de 80 ans
    L'acteur, cinéaste et producteur Jacques Perrin, qui avait joué dans "Peau d'âne" ou "Le Crabe-tambour" et coréalisé le documentaire "Le peuple migrateur", est mort jeudi à Paris à l'âge de 80 ans, a annoncé sa famille à l'AFP.
    C’est une des figures les plus secrètes et les plus discrètes du cinéma français qui nous a quittés. Jacques Perrin a pourtant eu une place centrale : acteur et surtout producteur de films ambitieux. Le Peuple singe, Microcosmos, Himalaya, l’enfance d’un chef, Le Peuple migrateur, Océans. Sans oublier Les Choristes de Christophe Barratier.
    Comme acteur, Jacques Perrin, né à Paris le 13 juillet 1941, a tourné dans plus de 70 films à partir des années 1950. Sa voix douce et sa chevelure grise devenue blanche étaient familières au grand public, qui l'a notamment vu chez Pierre Schoendoerffer (Le Crabe-tambour en 1977, L'Honneur d'un capitaine en 1982). Il est également connu pour ses interprétations de jeune homme romantique dans les films de Jacques Demy : Les demoiselles de Rochefort et Peau d'Âne.
    Producteur engagé
    Jacques Perrin a aussi été le coproducteur d'une quinzaine de films depuis la fin des années 1960, parmi lesquels Z de Costa-Gavras (1968) ou Les Choristes (2004) de son neveu Christophe Barratier
    Défenseur engagé de la nature, il a coproduit plusieurs documentaires sur ce thème, dont Le Peuple singe (1989), Microcosmos : le peuple de l'herbe (1996) ou Himalaya: l'enfance d'un chef (1999). Par la suite, il a lui-même coréalisé des documentaires remarqués, dont Le Peuple migrateur, consacré aux oiseaux (2001), puis Océans (2010), récompensé par le César du meilleur documentaire en 2011).
    Son dernier rôle au cinéma, dans Goliath, sorti en mars, fait écho à ses combats écologistes: dans ce thriller autour des pesticides, il fait équipe avec un redoutable lobbyiste de l'industrie phytosanitaire, campé par Pierre Niney.
    Note de C93: notons aussi sa participation à de très bonnes séries télévision comme Le Château des Oliviers (1993)
    Source: francetvinfo.fr

    par 5AVRIL  35

    SAMEDI

    AVRIL
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    ... avec ou sans votre chat !
  • Val
    Certains trouveront cela larmoyant. A juste titre; c'est éffectivement émouvant de voir le parcours de cet acteur, pour des gens qui ont le meme age que lui. On voit dans ce documentaire Val Kilmer, enfant, en famille, puisqu'on y voit des vidéos jusqu'alors privées. Et on le voit vieil homme atteint d'un cancer du larynx. A travers ses films, c'est sa vie qui défile, mais la vie des des gens comme moi aussi. Tout notre passé
    J'ai vu Top Secret ! son premier film/premier role au cinéma, et j'ai adoré. Role décalé, drole, se moquant de sa propre image de jeune premier, chanteur de rock. Après il y aura Top Gun, Willow,The Doors,Heat, Kiss Kiss Bang Bang...
    Val Kilmer commente sa propre vie et le décalage est saisissant entre celui qui fut une star hollywoodienne et l'anonyme qu'il est devenu . Entre Batman, un superhéros invicible en 1995 et celui qu'il est devenu, un vieillard handicapé. Comme pour nous prévenir: Hollywood, c'est de la magie, rien que de la magie . Et la vie c'est la réalité. Ses rôles ce n'étaient pas lui. Acteur de sa propre vie , c'est compliqué quand on a été autant quelqu'un d'autre au cinéma
  • Black Crab
    Un film de guerre à la suédoise, au scénario étrangement semblable à celui de la guerre menée par la Russie contre l'Ukraine.
    Le film de Adam Berg est original, parce que cela se passe sur la glace, omniprésente dans le film, tantot amie de Noomi Rapace, tantot énnemie. Le scénario a quelque failles, mais la réalisation est efficace, digne d'un Millenium et on échappe aux stéréotypes cinématographiques américains qui en ferait un film de guerre comme les autres.
  • Mort sur le Nil
    Beaucoup s'interrogent sur les qualités d'un réalisateur comme Kenneth Brannagh et personnellement je me suis posé beaucoup de questions , moi qui ai adoré Much ado about Anything(1993)
    Il y a quelques reproches à faire mais dans l'ensemble Kenneth Brannagh s'en sort bien avec de belles images du Nil, des voyages anglais du début du 20e siecle en Egypte. Les acteurs jouent juste (Etonnante Emma Mackey que je découvre à l'occasion)
    En tout cas ça donne envie de voir le nouvel opus prévu pour bientôt, contrairement à " Le Crime de l'Orient-Express " de 2O17 qui était loin d'être réussi !
    Voilà enfin Kenneth Brannagh revenu sur de bons rails
    Sinon d'autres films à qui ont met un:
    😀 No Exit,Nightmare Alley,Macbeth
    🙂 Kimi, War Hunt
    ☹️ L'age de Glace, Vengeance aux poings,Spencer(scénario merdique, dommage pour Kristen Stewart)

  • par 5AVRIL  36

    LUNDI

    MARS
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    Après un déménagement forcé pour cause de pandémie, les stars ont retrouvé dimanche le traditionnel tapis rouge des Oscars sur Hollywood Boulevard pour une compétition des plus serrées, où les favoris “CODA”, “Power of the Dog” et “Belfast” s’affrontaient pour la récompense suprême du meilleur long-métrage. Au terme de la soirée, c’est finalement le film “CODA” qui s’est imposé, raflant trois Oscars au total. Découvrez ci-dessous l’ensemble du palmarès de la soirée de gala de la 94e édition des Oscars.
  • “CODA” triomphe avec la récompense suprême du meilleur long-métrage
    “CODA”, film à petit budget sur la vie compliquée d’une famille sourde et de sa fille entendante, a reçu dimanche soir la récompense suprême des Oscars, déjouant les pronostics et faisant mordre la poussière à de nombreux poids lourds en compétition.
  • Jessica Chastain, meilleure actrice pour “Dans les yeux de Tammy Faye”
    L’Américaine Jessica Chastain a remporté dimanche l’Oscar de la meilleure actrice pour “Dans les yeux de Tammy Faye” et son rôle de télévangéliste au grand cœur et au maquillage outrancier.
  • Will Smith, meilleur acteur pour “La Méthode Williams”
    Le toujours très populaire Will Smith a reçu dimanche l’Oscar du meilleur acteur, pour son rôle dans “La Méthode Williams”, où il incarne le père entraîneur des championnes de tennis Serena et Venus Williams.
  • Jane Campion, meilleure réalisatrice pour “The Power of the Dog”
    La cinéaste néo-zélandaise Jane Campion a reçu dimanche l’Oscar du meilleur réalisateur pour son film “The Power of the Dog”, devenant la troisième femme à être distinguée par cette récompense prestigieuse, un an seulement après Chloé Zhao. La pionnière dans cette catégorie était Kathryn Bigelow, pour “Démineurs”, en 2010. Jane Campion avait déjà été récompensée en 1994 par l’Oscar du meilleur scénario adapté pour “La leçon de piano”.
  • “Summer of Soul”, meilleur documentaire
    “Summer of Soul”, film du musicien hip-hop Ahmir “Questlove” Thompson, sur un concert mémorable et pourtant oublié à Harlem en 1969, surnommé le “black Woodstock”, a reçu l’Oscar du meilleur documentaire dimanche à Hollywood.
  • “Coda”, meilleur scénario adapté
    Le film “Coda”, sacré meilleur scénario adapté, a reçu son deuxième Oscar de la soirée, après l’Oscar du meilleur second rôle pour Troy Kotsur. Remake du film français “La Famille Bélier” d’Eric Lartigau (2014)
  • “Belfast”, meilleur scénario original
    Le film “Belfast” de Kenneth Branagh a remporté l’Oscar du meilleur scénario. “Cette histoire, c’est avant tout la recherche de l’espoir en dépit de la violence”, a déclaré
    l’acteur et réalisateur après avoir reçu son prix.
  • “Encanto”, meilleur film d’animation
    La magie Disney a une nouvelle fois opéré dimanche aux Oscars où “Encanto, la fantastique famille Madrigal”, célébration de la Colombie, de sa culture et de ses traditions, a remporté le prix du meilleur film d’animation.
  • “Drive My Car”, meilleur film international
    “Drive My Car”, long-métrage fleuve de trois heures du Japonais Ryusuke Hamaguchi, a été désigné dimanche Oscar du meilleur film international.
    A lire également:
    93ème cérémonie des Oscars à Hollywood
    92e cérémonie des Oscars à Hollywood
    91e cérémonie des Oscars à Hollywood
    Source: 7sur7.be

    En photo: l'équipe de CODA recevant son oscar
  • par 5AVRIL  40

    MARDI

    MARS
    2022
    LA PAGE CINéMA
     
    William Hurt est mort ce 13 mars 2022 à Portland (Oregon,USA)
    Né le 20 mars 1950 à Washington DC il commença sa carrière au théâtre à la fin des années 1970.
    Dans les années 1980, il s'est produit dans diverses pièces : Henri V, Richard II, Le Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare, Fifth of July de Lanford Wilson et Hurlyburly de David Rabe avec Sigourney Weaver qui lui vaut une nomination du meilleur acteur aux Tony awards en 1985
    Cinéma
    En 1980, William Hurt entame parallèlement sa carrière au cinéma dans Au-delà du réel de Ken Russell (film magnifique, Note de C93).
    Sa prestation dans Le Baiser de la femme araignée (Beijo da mulher aranha) lui vaut l'Oscar du Meilleur acteur ainsi que le prix d'interprétation masculine du Festival de Cannes, en 1985.
    Il travaillera avec Woody Allen pour Alice, en 1990.
    À la fin des années 1990, il se lance dans la science-fiction avec Dark City (1998) d'Alex Proyas, Perdus dans l'espace (1998) de Stephen Hopkins et A.I. Intelligence artificielle (2001) de Steven Spielberg.
    Il apparaît dans de petites œuvres dramatiques : Au plus près du paradis (2002) de Tonie Marshall aux côtés de Catherine
    Il est nommé aux oscars pour son rôle dans A History of Violence de David Cronenberg
    Entre 2008 et 2021, il apparait dans divers films de l'univers cinématographique Marvel( L'Incroyable Hulk (2008), Captain America: Civil War (2016), Avengers: Infinity War (2018), Avengers: Endgame (2019) et Black Widow (2021)
    Vie privée
    William Hurt est marié de 1971 à 1982 à l’actrice américaine Mary Beth Hurt. Il entreprend, en 1981 à Saratoga Springs, une relation avec Sandra Jennings. Elle tombe enceinte au printemps 1982, ce qui précipite son divorce avec Mary Beth.
    Il vit en concubinage avec Sandra Jennings, Marlee Matlin.
    Il est marié avec l'actrice Heidi Henderson de 1989 à 1993.
    Il rencontre Sandrine Bonnaire sur le tournage de La Peste
    . Il parle couramment le français.
    Il est le père de quatre enfants : Alexander, né en 1983 de son union avec Sandra Jennings, Samuel et William, respectivement nés en 1989 et 1991 de son mariage avec Heidi Henderson, puis Jeanne néé en 1999 avec Sandrine Bonnaire.
    par 5AVRIL  73

                  
    425     Page précédente
    Page Suivante
    405